AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]

Partagez
 

 The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar

The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] Empty
MessageSujet: The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]   The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] EmptyLun 13 Avr 2015 - 22:00

The Elven King in Iron Hills

Thranduil & Dáin





On lui avait fait part une semaine auparavant une missive provenant d’un représentant de Mirkwood adressant à Dáin quelques mots pour lui demander une rencontre avec le Roi Thranduil. Puisque le seigneur Grór était mort et que Náin, son fils avait perdu la vie durant la bataille d’Azanulbizar, Dáin le petit-fils était désormais le seul héritier capable de reprendre le trône de l’un des deux grands royaumes nains. Il était alors âgé de 38 ans, ce qui était relativement jeune pour un nain puisqu’il était loin d’avoir la majorité civile. Dáin avait les épaules assez larges pour remplir sa fonction, il put faire ses preuves à plusieurs reprises mais l’on exigeait toujours un régent plus âgé afin de l’aider dans ses fonctions jusqu’à ce qu’il soit en mesure d’assumer pleinement ses responsabilités. Dans le cas présent, c’était sa mère qui lui donnait un coup de main.  C’était d’ailleurs elle qui lui avait fait parvenir la missive, conseillant à son fils de décliner la proposition et que les choses soit claires d’entrée. Les nains ne souhaitaient plus traiter avec les elfes depuis l’exil de leurs frères d’Erebor. Mais Dáin, bien au contraire avait fait part de son accord pour cette rencontre, y voyant là l’occasion de se faire connaitre auprès du roi des elfes et de lui toucher deux mots sur ce qu’il pensait de sa personne.

Ainsi le jour arriva, les préparatifs furent brefs mais efficaces. Les nains n’apprécient que très peu la venue d’autres communautés, c’est pourquoi le chemin qu’emprunteraient les elfes jusqu’à la grande salle d’audience avait été imposé. Les nains étaient restés dans leurs mines, dans leurs maisons, pour n’y laisser qu’un vaste désert une fois les portes du royaume passé. Il n’y avait alors sur leur chemin que la puissante armée des Monts de Fer, encadrant le convoi afin que tout se passe bien. Les elfes furent donc conduit jusqu’à cette vaste salle du trône, là y attendaient les seuls nains qui ne faisaient pas partis de l’armée à rester. Des conseillers du seigneur ainsi que sa mère. Elle avait beau être une naine, ils avaient beau les garder protégées à la vue des autres comme des inestimables joyaux, la femme de Náin en tant que régente se devait d’être présente. C’est dans un silence des plus glaçants que les nains observaient les elfes pénétrer dans la vaste salle organisée pour les recevoir ; c’est à dire qu’il n’y avait pas le moindre buffet et pas la moindre chaise pour les laisser loisir de s’asseoir malgré la longue route qu’ils avaient faite.

Le seigneur des Monts de fer fit irruption dans la salle au bout de longues minutes tandis que des gardes lui avaient ouvert les portes et que l’on avait annoncé son nom ; Dáin II, Pied d’Acier fils de Gror, fils de Nain et seigneur des monts de Fer. Ces mots résonnèrent dans toute la salle tandis que les conseillers s’inclinèrent au passage de Dáin. La démarche rapide et humble, il était suivit d’une garde de quatre nains armés. Ils se placèrent de part et d’autre du trône, tandis que Dáin en montant l’estrade adressa des signes de salutation à ses conseillers déjà présents. L’entrée de Dáin avait plongé la salle dans un silence sous tension, tous l’observaient, se demandant ce qu’il allait lui dire à ce Roi qui avait lâchement fait demi-tour lorsque les siens avaient eu plus que jamais besoin d’aide. Lorsqu’il croisa enfin le regard de l’elfe, Dáin étira un large sourire narquois. Il n’était pas la bienvenue sur ses terres, néanmoins ils n’avaient jamais eu l’occasion d’échanger et Dáin ne l’aurait pas manquée pour mettre les points sur les i.  Le seigneur des lieux ignorait si Thranduil avait déjà entendu parler de lui ou de ses exploits. Si c’était le cas toutefois, il était forcément au courant que Dáin n’était pas aussi colérique que ses prédécesseurs mais pas moins commode, au contraire. Il avait plus de caractère que Grór et que Náin mais d’une toute autre façon et il ne tarderait pas à dévoiler ces quelques nuances.

« Et bien, et bien…. » Fit il en descendant les quelques marches de l’estrade du trône.

Les mains liées dans son dos, sa cape en en fourrure glissait sur le sol ; Dáin observa Thranduil tout en faisant quelques pas dans sa direction. Il n’avait pas changé, ce qui n’était pas étonnant pour un elfe mais les âges et les événements de la Terre du Milieu ne semblaient pas avoir estompé cet air hautain qui lui était propre. Náin avait tendance à dire que le minois du monarque elfique  irritait les nains sans qu’il n’ait besoin d’arquer un sourcil, et par Mahal, il avait raison ! Cette pensée arracha un rire étouffé au Seigneur des Monts de Fer qui s’éloigna de quelques pas de Thranduil afin d’épancher sa soif. On lui servit ainsi un verre de vin qu’il s’empressa de lever à l’attention du roi des Elfes avant de le porter à ses lèvres. Pas question de le saluer ni même de lui offrir du vin; en revanche le sourire qui restait étiré sur ses lèvres n’aurait pas laissé penser qu’il lui était austère où qu’il éprouvait de la haine envers lui. La situation était assez loquace et certains nains qui semblaient frustrés du manque de réaction de Dáin alors que ses prédécesseurs l’auraient déjà maintes fois menacé. Ceci dit, le nain  remarqua en balayant son audience sur regard que Thranduil était venu jusqu’à lui bien entouré. Ils étaient fades, avides, les elfes de sa garde ne semblaient même pas avoir de personnalité tant leur tenue était stricte.

« Vous faites une bien joyeuse assemblée ! Dommage que Thorin ne soit pas ici pour voir le spectacle ! »

Dáin avait de nouveau entamés quelques pas, l’humeur ironique manifestement au gout du jour, l’atmosphère s’était davantage refroidie alors qu’il avait mentionné le nom de son cousin. Thranduil était suffisamment intelligent pour faire le rapprochement. Certaines choses ne peuvent être oubliées, mais Dáin était curieux de savoir s’il aborderait de sujet là en saisissant la perche ou s’il n’avait pas les oreilles assez grandes pour comprendre ces sous-entendus.



Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] Empty
MessageSujet: Re: The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]   The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] EmptyDim 10 Mai 2015 - 16:34

The Elven King in Iron Hills

Thranduil & Dáin





Ce n’était vraiment pas de bonté de cœur, que Thranduil avait envoyé une missive au Seigneur nain Dáin, des Monts de Fer. Mais un jeune et nouvel occupant  venait d’hériter du trône. Que ce soit pour les nains ou n’importe quelle autre espèce, les elfes faisaient toujours le geste de se déplacer afin de venir faire connaissance avec la nouveauté du moment. Histoire de savoir, à qui ils pourraient bien avoir à faire à un moment donné… C’était un bien ou mal nécessaire et indispensable, toujours efficace en cas de guerre ou d’alliance imminente. En aucun cas, il s’attendait à un accueil chaleureux. En fait, il n’attendait absolument rien de leur part. Même s’il ne connaissait pas encore ce tout nouveau monarque, il se doutait bien avoir droit au même mépris et aux mêmes réflexions qu’avec les autres. Pourquoi les choses changeraient avec celui-ci ? Ce qui était presque devenu une grande habitude pour Thranduil. Son discours et son bouclier d’autodéfense était donc déjà bien façonné et prêt à enchainer les jets de pierres. Il était impossible de faire changer un nain, tout autant que d’espérer une quelconque évolution de leur part.

C’est donc en compagnie d’une bonne poignée de soldats, mais des meilleurs, que le Roi des Elfes fit longue route jusqu’à sa destination. Comme toujours, un brin rêveur et l’esprit constamment préoccupé, le chemin jusqu’aux Monts de Fer ne parut pas si long. Et puis, ce n’est pas comme s’il mourrait d’impatience d’y arriver. Hélas, quand ce fut le cas et comme il fallait s'y attendre, l'arrivée ne fut effectivement pas des plus agréable. Mais aucun elfe ne tiqua, n'eut la moindre réaction face à cela. Pas même le Roi lui-même, siégeant du haut de son grand cerf, fièrement. Balayant chaque visage, chacun des soldats nains se trouvant en contrebas. S'il l'avait voulu, il aurait pu les piétiner comme bon lui semble. Mais il n'était pas là pour ça et espérait ne pas avoir à en arriver là non plus avant la fin de la journée. Pour cela, il se doutait bien qu'il allait devoir faire preuve d'une incroyable patience... Car les nains, eux, n'allaient pas se faire prier pour cracher leur venin.

Il suffisait donc de suivre et de longer le chemin composé de nains pour arriver jusqu'à la salle du trône, dans laquelle le Roi ne semblait pas encore s'y trouver. Silencieux, patient et sage, les elfes attendirent son arrivé. Encaissant les regards réprobateurs de tous, sans ciller. Eux, avaient certainement bon nombre de reproches à leur faire, mais à contrario les elfes n'avaient rien à se reprocher. Le monarque balaya l'endroit sombre et lugubre, ou du moins à ses yeux, dans laquelle il se trouvait. Un étrange petit sourire aux coins des lèvres. Un sourire qui pourrait agacer plus d'un nain. Ils n'étaient pas les bienvenues ici et ce retard était purement volontaire, pour ne pas dire provocateur. Mais qu'importe, il en fallait bien plus pour faire perdre patience à un être aussi éternel qu'un elfe. Thranduil vit ensuite le regard des nains se tourner en direction de leur souverain. Mais lui, ne tourna pas la tête, attendant que ce dernier vienne de lui même, lui faire face. C'est uniquement à ce moment-là qu'il confronta son regard transperçant à celui de Dáin II, Pied d’Acier fils de Gror, fils de Nain et seigneur des monts de Fer.

C'est très attentivement, que le Roi des Elfes l'observa. La première impression était plus primordial qu'on le pense... Et il ne fallut pas beaucoup de temps pour avoir une petite opinion du tout nouveau Roi qui se dressa devant lui. En faite, il ne fallait pas s'attendre à quelque chose d'extraordinaire, ni de différent. Ces nains se ressemblaient presque tous au niveau du caractère. Néanmoins, Thranduil ne fermait pas la porte et attendait de voir s'il pouvait encore être surpris. Ce qui fut légèrement le cas. Même si le grand elfe compris très rapidement où sa remarque de "bienvenue" voulait mener, son interlocuteur semblait moins... colérique, agressif que le restant de sa famille. A moins que ce ne soit qu'un début. Cela n'allait pas changer grand chose toute manière. Se redressant sur son cerf, le petit sourire de Thranduil s'étira encore un peu plus tandis que l'atmosphère s'affaissa davantage quand le nom de Thorin fut cité. Il osa même presque rouler des yeux. Il se savait devoir affronter ce sujet, mais au moins après les présentations faites. Même pas.

« Cela aurait été un grand honneur pour moi, de rencontrer le tout nouveau Roi des Monts de Fer en plus de retrouvailles avec son cousin… »

Délicat, mais tellement insolant. On pouvait dire, que Thranduil avait un don particulier pour irriter les nains. Que ce soit en ouvrant la bouche, ou même en la gardant fermer. Il avait beau être bien élevé et se trouver en territoire ennemi, ce n'est pas pour autant qu'il allait courber l'échine.

« Quoi qu'il en soit, je ne suis pas venu jusqu'ici pour déblatérer sur Thorin Écu-de-Chêne. Mais pour faire connaissance avec le fils de Náin, dont j'ai entendu
tant d'éloges... »

Une petite pointe d'ironie dans la voix, Thranduil ne quitta pas le Roi nain des yeux. Il est vrai qu'il avait hâte de se confronter directement à lui. N'aimant pas se contenter uniquement des "on dit".


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] Empty
MessageSujet: Re: The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]   The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] EmptyJeu 14 Mai 2015 - 15:00

The Elven King in Iron Hills

Thranduil & Dáin





Dáin pouvait ressentir grandir la frustration dans le regard de certains de ses hommes qu’il croisait. Entre ceux qui faisaient des messes basses et les soldats serraient leurs haches, il y aurait largement eu de quoi lancer un conflit. Ah, ils allaient bien devoir s’y habituer, Dáin est un nain bien moins excessif que ses prédécesseurs face à ceux que l’on ne porte pas dans son cœur. Ce manque  d’expression le rendait plus intriguant et plus surprenant que Gror et Náin et même pour sa propre mère c’en était parfois agaçant. Ceci dit la tension était à son comble dès les premières paroles prononcées par Thranduil encore haut perché sur sa biquette. Pensait-il l’impressionner en prenant de la hauteur ? Qu’est ce que ça lui apportait de plus ? Dáin lui-même ne s’était pas une seule fois assis sur son trône, il n’avait nul besoin de ce genre d’intimidation pour lui faire face et visiblement ils ne partageaient pas la même vision des choses. La voix sifflante de ce serpent lui était désagréable mais il ne lui laisserait pas ce plaisir de le lui montrer.  Le seigneur des lieux était à vrai dire un peu déçu, oui, il devait l’avouer que d’avoir là un roi qui n’assume rien et qui en plus se permettait de faire dans l’ironie était d’une perte de temps sans égale et qu’il aurait sans doute mieux fait d’écouter les conseils et décliner cette proposition de rencontre. Car après avoir repoussé le sujet de conversation à propos de Thorin Dáin grimaça et se faisait violence pour ne pas le congédier sans suite. Il le laissa toutefois finir de parler, quand son père lui aurait vite fait coupé la parole en le traitant de tous les noms. Dáin lui était bien plus sournois au niveau de la répartie et le prit en mot, faisant exprès de ne pas percevoir son hypocrisie afin de répliquer du plus naturellement du monde et dans un calme des plus troublants. S’il en fallait peu à Dáin pour se sentir irrité, il en fallait néanmoins bien plus pour qu’il le laisse transparaître.

« Et bien, on ne pourra pas en dire autant de vous seigneur Thranduil. »

Fit-il sans se priver d’un rire moqueur qui résonna dans toute la salle. Il fut toutefois le seul à trouver cela drôle, car ses comparses nains auraient sans doute attendus une déferlante de jurons, ils étaient surpris mais tout de même amusés sans réellement l’exprimer. Des éloges ? Sur Thranduil ? Non, il n’en avait jamais entendu, autant être honnête là-dessus et ne pas lui porter trop d’espoirs plutôt que de faire la langue de bois. Quoi qu’il en soit, il cessa bien vite la plaisanterie. Concernant Thorin, Puisqu’il avait Thranduil ici, il ne comptait pas le laisser filer sans avoir eu quelques explications de sa part, qu’il le veuille ou non. Après tout il n’avait jamais dit pourquoi ce jour là, alors qu’ils étaient sur les lieux, ils s’étaient détournés des nains d’Erebor sans la moindre compassion. Dáin le toisa d’un regard noir quelques instants avant de faire des allées et venues, de longs pas dans un silence. Il détourna son attention du regard de l’elfe et observa ses conseillers, tendus et serrant les dents. il allait lui faire payer et lui cracher à la figure de manière à ce qu’il se souvienne que les nains ne lui pardonneraient jamais. Puis, en revenant près de Thranduil, Dáin reprit, le visage bien plus grave et plus sévère.

« Je conçois qu'il soit difficile pour vous d'assumer vos actes. Mais vous ne pouvez vous pointer devant un Seigneur nain sans vous être attendu à ce genre de remarque.  » Répondit il en arquant un sourcil

Il aurait bien volontiers ajouté « ne vous en déplaise » mais ça restait bien trop poli pour lui. L’elfe devait très certainement mesurer l’ampleur de la gravité de la chute d’Erebor dans le cœur des nains des sept familles de la Terre du milieu. Sans compter les conséquences que cela avait eues sur l’entente entre les nains et les elfes. Il fallait être stupide pour penser que ce sujet allait passer à la trappe en connaissant la rancune des nains. Dáin y tenait fermement et en insistant ainsi, il le lui fit clairement comprendre ; Tenter d’y échapper était vain, autrement il pouvait s’attendre à se faire sortir de son royaume à coups de pieds dans le cul, il constaterait de cette façon pourquoi est ce qu’on le surnomme Pied d’acier. S’il souhaitait réellement faire connaissance avec lui, il y avait d’abord certaines étapes à franchir. Dáin délia ses mains dans le dos pour finalement croiser les bras sur son torse.

« Qu’avez-vous à nous dire ? »

Il était inutile de reformuler ces questions dont il savait déjà le sens. L’attention était désormais portée sur le Roi des Elfes, les nains étaient curieux de savoir ce qu’il allait bien pourvoir dire pour justifier cette absence alors qu’il avait au moins les moyens d’aider à évacuer les nains et de leur fournir de quoi survivre jusqu’à trouver refuge dans les monts de fer avant d’aller plus à l’ouest.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] Empty
MessageSujet: Re: The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]   The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] EmptyVen 29 Mai 2015 - 11:13

The Elven King in Iron Hills

Thranduil & Dáin





Ce seigneur nain ne semblait pas avoir la moindre ressemblance avec la plupart de ses congénères, qui eux étaient prêt à bondir dans l’immédiat sur les elfes. Sans même attendre l’obtention de la moindre explication. Mais il n’en était pas moins rancunier. Il avait juste une façon bien à lui de procéder. Ce qui n’ébranla nullement Thranduil, toujours bien installé sur sa monture, un air involontairement hautain sur le visage et dans sa manière de se tenir. Il n’avait nul intention de montrer sa supériorité, bien qu’il le pense, c’était naturel chez la plupart des elfes de se tenir de la sorte. Il est donc évident que face à des êtres aussi petits que les nains, ce sentiment d’infériorité se fasse bien souvent ressentir. Mais là n’était pas la question. Comme il fallait s’y attendre, le Roi des Elfes ne manqua pas de recevoir une charmante pique de la part de Dáin, avant que son rire ne résonne dans toute la salle. Un rictus étira la bordure gauche de ses fines lèvres, roulant discrètement des yeux. S’il savait à quel point il n’en avait rien à faire de sa cote de popularité… Et encore plus de l’opinion des peuples nains à son égard. S’il avait voulu être admiré de tous et briller parmi les étoiles, il aurait réussi non sans mal. En toute modestie. Mais ses priorités étaient toutes autres. Raison pour laquelle, lui aussi, agissait différemment des autres.

Un infime soupire s’échappa d’entre les lèvres du monarque, qui se lassait déjà de cette rencontre. Même si elle s’avérait plus que nécessaire. Il fut surtout exaspéré de constater qu’il allait d’abord devoir perdre son temps, avant de passer aux choses utiles. Décidemment, l’entêtement et la rancune des nains ne cesseront jamais de l’agacer au plus haut point. C’était à peine visible, mais la mâchoire de Thranduil se crispa légèrement. Un tique parmi d’autres, démontrant clairement sa contrariété. Non pas parce que Dáin avait raison, loin de là, mais il estimait n’avoir absolument aucun compte à leur rendre. S’il n’assumait pas ses actes ? Il n’avait nul à assumer selon lui… Ayant pris une décision autrefois, qui a peut-être grièvement blessé un peuple nain, mais sauvé un autre. Pivotant légèrement sa tête sur le côté, il sentait que ses soldats elfes exprimaient la même contrariété que lui, en toute pudeur et discrétion. Contrairement aux nains, qui eux, on pouvait le voir à vu d’œil, montrer les crocs et étaient tous sur le point de briser le manche de leurs armes tellement ils se contenaient. Bref, il eut bien envie de ricaner à la remarque du seigneur nain, mais cela aurait certainement déclenché une guerre. Il se contenta donc de maintenir ce petit rictus, qui suffisait à agacer tout un peuple à lui tout seul.

« Pour dire vrai, je n’aime juste pas perdre mon temps à déblatérer d’un sujet que vous ne serez jamais en mesure de comprendre… »

Le regard transperçant et froid du Roi des Elfes se figea alors sur Pied d’acier. Le dévisageant un instant avec insistance. De quel droit, ce petit roi osait-il se comporter de la sorte face à lui ? Lui, qui n’a jamais traversé les Âges et qui ne possède même pas un tiers de son expérience. Ces nains le fatiguaient à rester bloqué sur une rancune, certes compréhensible, mais qui n’est qu’un mauvais souvenir parmi tant d’autres traumatismes bien plus importants et marquants… Jamais personne n’a véritablement cherché à comprendre le pourquoi du comment de cette décision soudaine qu’eut à prendre Thranduil à cette époque. Une décision qui ne fut pas aussi facile et amusante qu’ils osent le prétendre… Mais, il est toujours bien plus facile de considérer un bourreau comme un bourreau. Hélas, comme on dit, on ne peut pas transformer un cheval de trait en cheval de course. S’il voulait avancer, il allait devoir céder aux caprices de ce seigneur nain. Ce qu’il avait à dire ? Thranduil prit une bonne inspiration, sans perdre une goutte de sang froid et de patience.

« Ce que j’ai à dire, c’est que c’était une bataille perdue d’avance. Thorin le savait. Tous le savaient… Aussi nombreux que nous fûmes, nul ne peut détruire le Dragon. Malgré mes avertissements, vos trésors et votre montagne restait bien plus importante que des milliers de vie. Nous n’avions pas à assumer les conséquences de votre entêtement. »

Lentement, le Roi des Elfes pivota sa tête sur le côté en fermant les yeux. Il n’attendait pas la moindre compréhension de la part de Dáin ni d’aucun autre nain dans cette salle, mais quoi qu’ils en disent ou pensent, c’était sa version des faits. Après, ils en faisaient ce qu’ils voulaient. Ce qui était fait, est fait. Les elfes n’avaient pas pour habitude de revenir en arrière… Raison pour laquelle, Thranduil n’aimait pas beaucoup repenser à cette période. Non pas par culpabilité, mais une bataille n’est jamais facile ni agréable à mémoriser. Même s’il aurait tenté de les secourir ou de leur trouver refuge, d’autres vies en auraient certainement payés le prix par la suite… Bien plus que ça n'a déjà coûté. En sommes, son choix fut certainement égoïste, mais nécessaire.

« Toute décision engendre forcément des conséquences. Vous l’apprendrez en tant que Roi. Alors non... Sachez qu’il n’est nullement difficile pour moi, d’assumer le fait d’avoir épargné mon peuple d’une mort toute aussi certaine que stupide. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] Empty
MessageSujet: Re: The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]   The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] EmptyLun 1 Juin 2015 - 12:51

The Elven King in Iron Hills

Thranduil & Dáin





C’est avec la plus grand attention que Dáin écouta ce vicieux serpent écouler son stock de paroles, les mots les plus désagréables les uns que les autres quoi qu’il fasse. Il n’avait certes pas été bien accueilli, il n’était pas tout blanc non plus et ne semblait pas le comprendre. Ainsi, il avait à nouveau haussé la voix, prétendant d’hors et déjà savoir qu’il ne serait pas en mesure de comprendre. Dáin arqua un sourcil, comment pouvait il savoir que les nains ne seraient pas en mesure de comprendre sans en avoir eu le moindre mot ? Encore une fois son orgueil le poussait à croire qu’il savait à l’avance la réaction des nains ? Le seigneur des monts de fer lâcha un bref rire empli d’ironie, sans la moindre retenue qui résonna dans la salle d’audience.

Mais puisqu’il le laissait parler, qu’il s’exprime donc ! Il lui donnait l’occasion, qu’il la saisisse, il ne l’aura pas deux fois et surtout pas devant un autre que lui. Quoi qu’il en soit il se résigna à lui transmettre quelques un de ses avis que le Seigneur des monts de fer écouta sans l’interrompre. Il grinçait des dents, manifestement, mais fut tout aussi surpris du manque de matière de ses arguments.

Concernant l’or  de la montagne, les prédécesseurs de Dáin l’avaient aussi comme une malédiction consumant lentement le monarque. Ils avaient aussi fait part de leur avis là-dessus au près de Thror sans pour autant chercher à le détourner de ses élans, après tout, puisqu’il était roi, ils se devaient de lui faire confiance. Dáin n’allait pas aller jusqu’à approuver les dires de l’elfe, après tout il n’était que très jeune au moment des faits mais ses avis restaient fondées sur les principes et les souvenirs dont on lui avait fait part. Il se gardait donc le droit de ne pas le lui dire, ni même de lui adresser un hochement de la tête. Parce que quoi qu’il en soit son excuse n’était pas recevable, puisqu’il avait largement les moyens d’aider à évacuer les nains, les naines et les enfants fuyants, ceux qui brulaient vifs et ceux qui sont morts sur le chemin jusqu’aux monts de fer avant que les nains qui y habitent ne les rejoigne et les reçoivent. Ils étaient arrivés jusque là sans la moindre escorte, sans le moindre aide. Le chemin menant depuis les collines de fer jusqu’à Erebor avaient été semé de cadavres, de sang et de lourds souvenirs. Le seigneur des monts de fer avait un large sourire dessiné sur le visage, secouant la tête en témoignant le désaccord qu’il ressentait envers ses propos.

« Il ne s’agissait pas d’assumer un entêtement ou de tuer Smaug, j’ai bien conscience que vous n’en auriez pas été capable. Je parle de venir en aide aux exilés alors que vous en aviez l’occasion puisque vous étiez sur place. Des vivres, du soutient, des armes… »

Où se trouvait la perte de vies là dedans ? Ils étaient suffisamment armés pour escorter les nains ou leur permettre de survivre au moins jusqu’à ce que les autres prennent le relais mais ils avaient choisi de détourner le dos à leur alliance. De là les relations entre les elfes et les nains bien qu’elles n’aient jamais été très fameuses s’étaient davantage ternies.

« Ca vous arrangeait bien qu’Erebor tombe pour vos intérêts personnels, vos piètres justifications ne cachent qu’un orgueil mal placé. Vous n’avez aucun honneur, voilà tout. »

Dáin ne s’était pas retenu dans ses propos, Thranduil avait dû s’y attendre que leur rencontre ne serait pas faite dans une taverne en dégustant une bière entre les rires et la musique. Le silence pesait bel et bien, les nains se retenaient d’y ajouter leur grain de sel et serraient les dents, ainsi que le nain l’avait demandé. Cette discussion ne concernait qu’eux deux à cet instant et avant  même de pouvoir prétendre parler diplomatie, la discussion devait fatalement passer par là. Sur ces derniers mots, Dáin analysa les traits du visage de l’elfe au plaisir d’y déceler n’importe quoi qu’il en soit énervé ou même outré, son but avait été de fissurer son masque.

Restant toujours aussi calme à mesure que les mots s’écoulaient, Dáin ne se priva pas d’en rajouter une troisième couche avant que celui-ci ne prenne la parole. Oh il en avait bien des choses à lui dire, à lui cracher au visage, mais pour le moment il se contentait de ces quelques piques, sans en avoir l’air. Il ne le quittait pas du regard, empli de sérieux, empli de reproches.

« Demandez-vous : qu’est ce qui est important, et qu’est ce qui est urgent ? Vous auriez dû l’apprendre en tant que roi. La Terre du Milieu n’est pas prospère ; Vous avez laissé le mal l’emporter et les vies que vous avez épargnées se retrouveront fatalement prises. Si vous salir les mains vous effraie, j’ai bien peur que tout espoir soit vain vous concernant.» Fit-il en insistant sur les derniers mots.

Aujourd’hui, demain, tant que la Terre du Milieu ne restait pas sure et lavée du mal la menace ne devait pas être prise autant à la légère. Il était absolument inutile de faire comme si de rien était en espérant que cela passe « tout seul » sous risque d’en recevoir le double car Smaug n’était certainement qu’un début de ce qui pourrait arriver plus tard. Alors certes tuer le Dragon n’aurait pas été possible à faire sur l’instant même, mais préserver une alliance pour en venir à bout quelques années plus tard aurait tout à fait été envisageable. Au lieu de cela, l’unité était brisée, le Dragon dormait toujours tranquillement sous la montagne et les relations entre nains et elfes n’iraient pas en s’améliorant, et le temps passe, le temps passe…Qui sait ce que ce manque d’intérêt leur enverrait un jour ? De là Dáin ne pouvait s’empêcher d’éprouver un profond mépris pour ces elfes, qui semblaient se prétendre invincibles de part leur immortalité et qui avaient tendance à oublier qu’ils n’étaient pas la seule communauté existante sur cette Terre.



Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] Empty
MessageSujet: Re: The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]   The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] EmptyJeu 11 Juin 2015 - 11:19

The Elven King in Iron Hills

Thranduil & Dáin





Les réactions des deux interlocuteurs étaient, en tout point, diamétralement différentes. Le Seigneur Nain semblait bien décidé à ne rien vouloir entendre et comprendre des explications que Thranduil, lui faisait déjà l'honneur de donner. Car au final, rien ne l'obliger à le faire. Et pourtant... Mais la réaction de Dáin ne le surpris guère. Il n'avait vraiment pas espéré mieux et depuis ce fameux jour, il savait que ce qu'il s'était passé ce jour-là lui retomberait en masse et sans cesse sur les épaules durant des siècles. Alors le grand elfe resta impassible, face aux paroles du Roi Nain. Certes blessantes et offensantes, mais il avait largement eu le temps de réfléchir et de repenser à ses actes depuis et savait très bien pourquoi il avait agis ainsi. Son peuple a toujours aussi respecté ses choix. Alors en toute réalité, l'avis des nains l'importait peu. Tout autant que leur existence d'ailleurs. Peut-être que l'explication était, en réalité, aussi simple que ça. Il ne les aimait pas, ne les respectait pas et les méprisait comme aucune autre race... Ou peut-être les orques à la limite. Que ce peuple le déteste ou non, qu'importe. Il n'allait donc certainement pas leur offrir le plaisir de se montrer offensé ou vexé devant eux. Son orgueil passant bien avant le bien être des nains. Même si en cet instant, son sang bouillonnait d'une profonde rage et ses phalanges se contractaient férocement tout autour de la sangle qui le maintenait à sa monture.

Le menton et la tête toujours bien dressée, Thranduil ne quittait pas son interlocuteur des yeux. Restant froid et impassible, face à lui. Ne laissant peut-être paraître que son ennui et son exaspération face au blabla infernal du Seigneur des Monts de Fer. L'écoutant tout de même sagement parler. Oui, peut-être auraient-ils eu les moyens de les aider et de les secourir, mais le Roi des Elfes n'avait guère l'envie de se justifier davantage à ce sujet. D'autant plus, qu'en réalité, il n'avait pas grand chose à justifier. Hormis le fait que ce fut une décision personnelle. La première pique de Dáin le fit légèrement sourire. Entendre un Seigneur Nain parler d'orgueil, était des plus ironique. Et la seconde pique, intensifia encore plus son sourire. Sans pour autant rétorquer sur le vif. Même si une part très enfouis de lui-même en mourrait d'envie. Il ne voyait là que de la haine et... n'y aurait-il pas aussi un zeste de frustration ? En plus de se mettre à jouer aux moralisateurs... Se croyait-il sérieusement capable et bien placé pour lui apprendre quoi que ce soit sur son rôle de Roi ?

« Je n'ai aucune leçon à recevoir de la part d'un Nouveau Roi Nain, qui considère comme urgent le fait de ressasser d'antiques querelles, dans lesquelles vous vous complaisez à en être les victimes. Et cela, sans jamais allez au delà du jugement. Avez-vous, ne serait-ce qu’une seule fois, essayé de comprendre les raisons de cette supposée fuite ? Vous osez me parler d’orgueil... Votre espèce en est la représentation même. »

Un léger ricanement ampli de mépris s'échappa d'entre les lèvres du monarque, le visage froid, mais la voix toujours aussi calme. Ces nains l'épuisaient. Ayant la constante persuasion qu'ils ne comprendraient jamais rien à rien. Toujours aussi persuadé de mieux savoir et d'avoir tout vécu plus que tout le monde. Alors qu'il n'en ait rien. Ils n'avaient même pas suffisamment d'années de vie pour en voir autant qu'un seul elfe. Dáin avait ainsi décidé de jouer au lancé franc avec Thranduil, il allait être servis, cordialement.

« Mais... Je comprends votre frustration. Vous tous, n’êtes pas très réputés pour les victoires. C’est bien connu. Et encore moins sans l’aide d’autrui… »

Le grand elfe soupira. L’âge des Nains était encore bien loin… Dire qu’à la base, il ne voulait pas en arrivait jusqu’à telle confrontation et était prêt à faire bon nombre d’efforts pour ne pas dénigrer ouvertement cette race, qui regorge certainement de talents uniques et de beaucoup de qualités, mais terriblement buté et fier. Les yeux transperçant du Roi des Elfes firent le tour de la pièce, avant de se rabattre à nouveau sur Dáin.

« Nous n’avons peut-être pas su détruire ce mal, mais c’est vous, qui l’avez éveillé. Et ce qui est fait, est fait. »

Lança-t-il assez fermement. Il était bien connu de toute manière que l’entente entre les elfes et les nains est plus que médiocre depuis des lustres. De part leur longue existence, les elfes dont particulièrement Thranduil, n’aimait guère ressasser un passé déjà vécu et revécu. Qui ne se règlera pas de cette manière. Et puis, encore une fois, il n’avait pas fait tout ce chemin pour débattre uniquement sur cet éternel épisode noir.

« Par ailleurs, en bon Roi ou guerrier que vous supposez être, je suppose que vous avez déjà songé à ce que vous feriez s’il advenait que le mal s’éveille à nouveau ? »

Son timbre de voix était ironique. Et pour cause… Il se doutait que son cousin Thorin, n’allait sûrement pas laisser Erebor éternellement aux griffes du Dragon. C’était à son tour de tester ce nouveau Roi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] Empty
MessageSujet: Re: The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]   The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] EmptySam 27 Juin 2015 - 13:04

The Elven King in Iron Hills

Thranduil & Dáin





Les nuages au dessus des collines de fer devinrent plus noirs, plus menaçants à l’image de l’état d’esprit de ses habitants. Un rien manquait pour que l’orage gronde et s’abatte, on pouvait déjà percevoir les gouttes de pluie se fracassant contre la roche et résonnant au plus profond des cavernes naines. La voix de Thranduil, roi des elfes, s’élevait en couvrant ce vacarme, haut et fier pas une seule fois concerné par les paroles du nain à son égard avec tous les reproches qu’il aurait pu lui faire. Leur rencontre planifiée ou pas n’aurait pu se passer autrement que par de lourdes confrontations, Thranduil n’avait pas l’air non plus de saisir que Dáin ne pouvait ignorer les tourments de son peuple et ceux qui n’avaient rien fait pour eux. Qu’il s’agisse de ressasser le passé ou pas, les nains n’avaient reçu aucune aide de la part des elfes, et puisque Thranduil ne faisait rien pour apaiser ces tensions, rien de positif ne sortirait de cette entrevue. Suite aux remarques de Dáin, ce dernier n’en fut pas moins touché, aussi froid et solide qu’un mur de pierre alors que le Seigneur nain avait espéré lui soutirer des regrets pour éviter à l’avenir que le conflit ne grandisse. C’était visiblement peine perdue, ainsi soit il. Dáin se permit de lui répondre avant même qu’il n’ait fini sa phrase, en parlant des raisons qu’il avait jugées suffisantes pour leur tourner le dos.

« Il n’y a aucune excuse pour fuir devant la détresse d’un allié lorsque l’on a largement les moyens de le faire. » Fit il au travers des propos de l’elfe.

Puis il se mura de nouveau dans le silence alors que la fin de sa phrase lui glaça le sang en s’ttaquant directement à son peuple. Le ricanement qui s’en suivit n’annonçait rien de bon, Dáin qui s’attendit alors au pire des poisons ouvrit grand les oreilles afin de ne jamais oublier ses paroles et les lui faire ravaler le moment venu. Un laps de temps durant, le Seigneur Dáin observa Thranduil cracher son venin de plus belle en allant bien plus loin dans les attaques. Le nain serra les mâchoires, il aurait dû se douter que cette créature perfide irait jusque dans des attaques personnelles. Des attaques qui n’avaient d’hors et déjà pas lieues d’être puisqu’hors sujet à leur conversation a partir du moment où il visait directement tout le peuple nain. Et quel culot de le faire alors qu’il était au sein même d’un royaume nain. La tension montra d’un cran où certains nains eurent du mal à conserver les rangs serrés. Un brouhaha emporta la salle, où les nains menaçant grondèrent leur colère en jurant haut et fort à l’encontre de Thranduil. Dáin n’avait pas le droit de les retenir dans leurs jurons, ils pouvaient tout autant laisser leur désarroi s’élever contre ce flot d’insulte qu’il venait de déferler. Certains se firent plus menaçant, prêts à agir en brandissant leurs haches sans passer aux actes, attendant le feu vert de leur monarque. Les elfes étaient en nombre inférieur bien évidemment puisqu’ils n’étaient pas chez eux. La garde de Thranduil se mit alors sur la défensive, prêts à tout pour protéger leur roi en cas de débordement. Néanmoins le nombre avait de quoi leur mettre un coup de pression, Dáin laissa ainsi les choses lentement dégénérer pour lui rappeler qu’il n’était pas chez lui ici et que s’il lui plaisait de lâcher l’armée des monts de fer lui découper les membres, il le ferait sans nulle retenue.

Mais Dáin n’allait pas s’abaisser à un tel niveau et n’entrerait certainement pas dans de tels stéréotypes pour juger de son sort. Il périrait de sa main, il s’en fit le serment, sauf que ce serait sur un champ de bataille après une victoire naine où ce vil elfe le supplierait de l’épargner. Concernant Dáin il n’y avait que les actes qui comptaient, ce qui a été vécu, les paroles n’auraient jamais d’influence sur sa manière d’agir directement aussi aiguisés soient ils. Pensait-il vraiment qu’il allait entrer dans un jeu de « oui mais toi aussi tu.. ! » Ho ; non, bien sûr que non, il paierait bien assez tôt mais ne comptait pas le laisser profaner ses salles se sa voix plus longtemps. Dáin avait donc attendu qu’il finisse de cracher ses vanités, après quoi Dáin haussa la voix de manière bien plus autoritaire, rendant peu à peu la salle à nouveau silencieuse par son timbre grave et plus agressif.

« Alors rendez nous les cavernes de Menegroth ! A l’aide apportée de la part des nains d’Ered Luin à Finrod Felagund!! Rendez nous nos armées à la bataille de Beleriand où les nains sont venus vous aider sans attendre votre appel ! Et toutes ces batailles qui n’étaient pas les nôtres où nous avons donné nos vies pour votre peuple !! Ingrats que vous êtes !! »

Les relations entre les nains et les elfes avaient connu des périodes prospères, presque fraternelles parce que les nains n’avaient qu’une parole, que leur loyauté ne présente pas de failles. Malheureusement certains elfes à force d’arrogance en avaient perdu l’essentiel de leurs valeurs et avaient brisé ces relations, et lorsque l’on trahi la confiance des nains il est vain de tenter de la reconquérir. Qu’on leur retire leur immortalité, ils feraient moins les malins, voilà ce que Dáin en pensait. A cet instant là, s’il avait eu sa hache en main, il l’aurait volontiers jetée dans la tête de ce lâche. Après une courte pause où il avait fait appel à la mémoire de Thranduil, Dáin baissa de quelque peu le ton mais demeura menaçant :

« Rendez nous tout ça et alors à ce moment là uniquement vos paroles concernant nos échecs seront fondés! Vous avez la mémoire courte quand ça vous arrange Thranduil. En attendant je ne traite pas avec un lâche qui n’a que pour moyen d’attaque de futiles préjugés !!»

Dáin avait commencé à tourner les talons pour lui signifier que leur conversation n’irait pas plus loin étant donné la colère des nains ici présent qui se faisait beaucoup trop ressentir. C’est après avoir gravit les quelques marches de l’estrade de son trône qu’il entendit Thranduil lui demander à demi-mots ce qu’ils comptaient faire concernant le mal sévissant dans les cavernes d’Erebor. Dáin fit volte face, et étira le même sourire ironique que son interlocuteur. Après ce qu’il venait de dire, pensait il réellement qu’il lui ferait le moindre aveu là-dessus ? Décidément son insolence n’avait pas de limites…Dommage, les choses ne fonctionnent pas ainsi ici-bas et il se fit un plaisir de le congédier.

« Puisqu’il n’y a aucune alliance entre nous, nos projets ne vous concernent pas. Foutez-moi le camp d’ici.» Fit-il dans un geste de la main assez explicite



Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] Empty
MessageSujet: Re: The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]   The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] EmptyVen 3 Juil 2015 - 10:06

The Elven King in Iron Hills

Thranduil & Dáin





Toujours aussi élégamment dressé sur son grand cerf, le Seigneur Elfe s’étonna presque lui-même de l’arrogance dont il faisait preuve face au tout nouveau Roi des Monts de Fer. Mais il n’y avait pas meilleur moment pour que son venin sorte de sa bouche. N’étant certainement pas prêt à revoir Thorin, autant s’en prendre directement à son cousin. Contrairement aux nains, les elfes avaient bien souvent tendance à refouler leur rancœur et le mal les rongeant. Avant que ce cocktail explosif en finisse par sortir, à tout hasard, à un moment ou un autre. C’était le cas en cet instant… Thranduil en avait tellement assez de tous ces reproches, depuis l’instant où il a pris la décision de sauver son peuple au prix de la vie de milliers de nains. Tout le monde le jugeait, mais personne ne fut à sa place et donc n’était apte à avoir ce qu’il aurait fait, en cet instant précis. Il est facile de parler en héros, quand on ne se trouve pas nous-mêmes dans ce genre d’instant critique. Qu’il ait pris cette décision ou une autre, la conclusion aurait-elle était vraiment différente ? Peut-être pas… Il arrive toujours un moment, où nos décisions, diffèrent des principes d’autrui. Il y aura éternellement des tensions, des conflits, des malentendus, des différents… Le Roi des Elfes ne se trouvait aucune excuse, assumant pertinemment cette décision. Assumant d’avoir fait passer la vie de son peuple, avant une bonne entente, possiblement plus longue, avec les nains. Dommage que cet acte, ne reste éternellement dans l’incompréhension.

L’atmosphère devint de plus en plus électrique à l’intérieur du palais, comme si les nuages sombres s’étaient infiltrés à l’intérieur. Aussi imprévisible qu’impulsif, Thranduil n’y alla pas avec le dos de la cuillère vis-à-vis de Dain. Bien qu’il ne soit pas chez lui et en minorité. Mais il était fier et voulait lui montrer qu’il n’était pas aussi lâche qu’il pouvait bien le penser. Il avait beau ne pas être tout blanc, il restait un Roi et le manque de tact des nains ainsi que leur rancune sans limite l’avait poussé à bout de nerf. Il l’avait cherché, il l’avait trouvé. Même si, lors d’une seconde, le grand elfe s’agrippa à la selle de son cerf tout en regardant autour de lui, l’armée des nains se déchainer de colère. De toute évidence, il avait mis le doigt sur un poing sensible et surtout avait bien affecté leur orgueil. Sous le coup de l’énervement et d’un ras le bol, trop longtemps mis de côté et supporté, il était presque content d’avoir fait tout ce chemin pour voir les nains rager. Au moins, ça, ils allaient le mémoriser. Et là, ils auront une bonne raison de le haïr. Mais d’un autre côté, Dáin se ferma totalement et rejeta toute autre conversation possible. En bref, un véritable dialogue de sourds entre ces deux peuples. Et c’était peut-être mieux ainsi…

Le monarque de Mirkwood ne pouvait plus voir ce peuple en peinture et gardait l’entière certitude, que son peuple n’avait guère besoin de leur aide en quoi que ce soit. Ils étaient bien plus souvent une cause à problèmes, plutôt que de bénédictions. Le calme revint enfin au sein de l’immense pièce, de part la voix grave et imposante du Roi nain, qui tenta également de lui balancer de veines insultes. Le genre de critiques qui n’atteignent plus que ses oreilles et plus son esprit. Tellement habitué, anesthésié, d’avoir été jugé de la sorte durant si longtemps. Beaucoup trop longtemps. Thranduil était véritablement devenu hermétique à tout jugement vis-à-vis de sa personne, face aux insultes. Une lourde et épaisse carapace s’était définitivement forgée tout autour de sa personne. Que les autres l’ont inconsciemment aidé à forger, mais qui en même temps déstabilise et agace ces autres. Après s’être senti aussi seul et incompris durant si longtemps, il n’était pas étonnant de se montrer aussi sauvage et arrogant face à ses adversaires. Le Roi des Elfes avaient dû apprendre à se débrouiller seul, alors il n’aurait aucun problème à continuer. Estimant que son peuple en était largement capable.

« Bien. Qu’il en soit ainsi… »

Thranduil fixa intensément Dáin durant plusieurs secondes, sans ciller un seul instant. Avant de pencher légèrement la tête sur le côté tout en soupirant. Dommage, mais tant pis… Il aura au moins fait preuve de bonne fois en se déplaçant jusqu’à ses montagnes hideuses.

« Que l’avenir vous soit favorable, Dáin. A vous, ainsi qu’à votre cousin. »

Il lui jeta un dernier regard, à lui ainsi qu’à ses troupes, avant de faire volte face à son tour et d’entamer la marche jusqu’à l’extérieur du palais. La tête, toujours aussi haute que lorsqu’il était entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] Empty
MessageSujet: Re: The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]   The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
The Elven King in Iron Hills [Thranduil & Dáin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Allumés de Beverly Hills [DVDRiP]
» The Iron Lobster [PV Narr Rost]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: détente des Hobbits :: Cimetière :: RPs-
Sauter vers:  
hobbit rpg hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains hobbit nains hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg tolkien hobbit rpg hobbit rpg
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.