AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Thorin : Cherche naine pour se perdre dans sa chevelure durant un siècle a venir.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Meruva : Cherche complice pour rencontre fortuite.
Loìn : Cherche bébé dragon pour brûler les fesses d'un méchant nain.
Smaug est le bienvenue aussi, si il nous rend Erebor !
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
Trouble in town ~ feat. Destan

Partagez|

Trouble in town ~ feat. Destan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

The Mermaid ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 755
♦ RÉPUTATION : 4438
♦ AVATAR : emilie de ravin
♦ DC & co : Raeryan, cármen, farshad, elladan
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 28 ans
— RANG SOCIAL : Riche
— MÉTIER PRATIQUÉ : Second à bord d'une frégate appelée le Crépusculaire
— ARMES DU PERSO : Epées, dagues, couteaux
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : aux pirates du navire et surtout son capitaine; Aaren
— VOYAGE AVEC : les pirates du Crépusculaire
— AMOUREUSEMENT : s'y aventure dangereusement

MessageSujet: Trouble in town ~ feat. Destan Ven 21 Aoû 2015 - 20:57




Trouble in town

I'm miss fortune, miss so soon. I'm like a bottle of pain. Miss matter, you had her. Now she's goin' away..




Les matinées fraiches étaient sans doute ce qui lui plaisait le plus. Déambulait dans les rues d’un village côtier, Selen aimait profiter des premières lueurs de la journée pour se mêler à la foule alors que se tenait ce jour là un grand marché. Déguisée, ayant soigné sa tenue, la jeune femme avait l’impression de faire parti du tableau tout en sachant qu’elle en était l’erreur. Sous son jupon étaient dissimulées ses armes, car même en repérage, elle n’était pas à l’abri d’une attaque. Puisqu’elle était étrangère aux regards des autres villageois, Selen se faisait passer pour une bohémienne, une femme des grands chemins, voyageant de ce qu’elle pouvait. A Umbar, elle avait appris à danser avec des danseuses de rue, ce qui lui avait permis de couvrir un peu plus contre les soupçons qui l’avaient a priori suivie. Voilà quelques jours qu’elle était là, elle avait passé les premiers à tenir son rôle, blanchissant ses pates pour mieux entrer dans la bergerie. Les danses d’Umbar étaient plus exotiques, ensorceleuses par leurs gestuelles sous les tissus aux couleurs crépusculaires qui virevoltaient en harmonie avec elle. Très vite, elle était devenue un centre d’intérêt jusqu’à gagner la confiance de certains habitants qui lui offrirent le logis et la nourriture. De fil en aiguille elle était devenue une véritable mascotte et son personnage avait fini par se fondre parfaitement dans la masse. C’était comme si elle avait toujours vécu ici, elle dansait, on l’applaudissait et ceci fait elle avait cessé ses spectacles pour se faire un peu oublier. Désormais elle faisait parti du décor, on la remarquait sans réellement la voir, comme on voyait passer le boulanger ou le marchand. C’tait bien plus facile pour elle ainsi, d’observer et de se faufiler maintenant qu’elle avait connaissance de certains de leurs secrets.

La jeune femme attrapa une pomme bien rouge dans le panier d’une dame qui faisait ses courses avant de la croquer à pleine dents. Elle progressait, nonchalante, dans le village en direction du marché sur la place principale où il y avait bien plus de stands. Mâchouillant grossièrement, la pirate s’arrêta devant un autre stand qui attirait la foule. Ils vendaient des plantes médicinales elfiques, et autres mauvaises herbes provenant de l‘intérieur des terres du continent. Selen en fut tout aussi intéressée qu’eux, sen penchant pour regarder ces machins verts exposés comme s’il s’agissait d’une véritable fortune. Vous l’aurez sans doute deviné, ce n’était pas pour les plantes qu’elle avait rejoint l’attroupement, mais bien pour la foule suffisamment importante en ce point là qui lui permettait de glisser habilement ses mains un peu partout afin d’extirper leur or. Quelques distractions bien placées, ses doigts se logèrent à l’intérieur de la veste d’un homme, elle réussi ainsi à lui dérober une bourse qu’elle cacha instantanément dans son décolleté. Elle s’éloigna, avant qu’il ne s’en aperçoive et qu’elle finisse sur le banc des suspects, un large sourire aux lèvres. La journée commençait bien, Selen observait ce que les gens faisaient ici, leurs habitudes leurs coutumes. Accessoirement, elle en profitait pour s’enrichir, bien que ce n’était plus ce qu’il lui manquait maintenant. Car la fortune de la pirate dépassait bien de loin celle de tous les habitants ici réunis. Pourquoi continuer sur cette voie ? Selen avait développé une telle passion dévorante pour l’or qu’elle ne pensait pas pouvoir passer son chemin sans ramasser quelques piécettes et se jouer de ces pauvres naïfs. Ils ne se doutaient sans doute pas que cette fille qui passait parmi eux tel un fantôme serait des pirates qui allaient attaquer leur village d’ici quelques semaines. La pirate aimait cette idée, aussi malsaine soit elle. Elle n’était pas faite pour ce genre de vie en communauté où les femmes étaient sagement assises, engrossées et esclaves.

Selen se stoppa au milieu de la rue, tournant le regard sur sa droite à l’embouchure d’une seconde. C’est la mer qui l’interpella, encore et toujours. D’ici elle devinait l’immensité de la baie de Belfalas et l’admira d’un regard nostalgique. La mer était paisible dans son lit elle reflétait les rayons de l’astre solaire, les vagues brillaient de leurs reflets argentés. Les fragrances iodés avaient un souvenir qui ressemblait à celui que l’on a lorsque l’on rentre chez soi. Là était sa maison, l’étendue de l’eau représentait pour elle quelque chose que ceux qui ne connaissent pas les voyages en mer ne pouvaient comprendre. Sa simple vue emplissait la pirate d’un certain apaisement. Malheureusement elle ne pouvait retourner au large avant quelques jours, car la frégate était loin en mer à cet instant, préparant sans doute l’assaut qui serait mené ici. Elle n’avait plus qu’à attendre et tendre l’oreille aux coups de canons qui lui permettraient de retirer cet accoutrement. La jeune femme croqua dans sa pomme, essuyant ses commissures d’un revers de manche en laissant derrière elle cette image aux couleurs bleutées semblables à un rêve lointain. Elle continua d’errer, pauvre créature marine loin de son élément, le regard perdu sur chaque chose qui se présentait à ses yeux.

Quelques minutes à peine plus tard, alors qu’elle entrait sur la place principale, Selen se stoppa net et alla se dissimuler derrière des tonneaux. Plongeant un regard discret, elle chercha à confirmer la vision qu’elle venait d’avoir. La vie d’un pirate était faite de nombreuses rencontres improbables, bonnes comme mauvaises et c’était souvent les plus mauvaises que l’on rencontrait à un moment qui n’en avait pas besoin. Il était juste là, cet homme dont la silhouette familière et le visage reconnaissable lui avait immédiatement sauté aux yeux. Elle ne se souvenait pas de son nom - elle ne se rappelait même plus si elle l’avait su d’ailleurs. Quoi qu’il en soit ce qui était certain, c’est qu’elle lui avait volé un bien qui lui était précieux. Suffisamment précieux pour qu’il la poursuive, qu’ils se battent et qu’il mette corps et âme dans le duel afin de récupérer cette broche elfique. Une jolie broche d’ailleurs, incrustée de pierreries rares qu’elle avait souhaité revendre mais qu’elle avait malencontreusement égaré. Un gâchis d’argent, elle s’en était longtemps mordue les doigts avant de passer à autre chose. Lors de leur altercation, elle avait eu de la chance car c’était un redoutable adversaire et elle s’en était sortie en une pirouette qui l’avait elle-même bien étonnée. Elle n’aurait sans doute pas cette même chance deux fois, surtout s’il serait du genre rancunier.

Quoi qu’il en soit elle était certaine qu’il n’avait pas oublié cet incident et s’il la voyait ici il ne se gênerait sans doute pas pour la dénoncer. Ça allait compromettre ses plans, elle n’avait pas encore amassé assez d’informations sur les habitants de ce village pour retourner. Heureusement qu’elle était déguisée, elle pouvait facilement passer pour une paysanne lambda à condition qu’il ne la remarque pas trop. Elle se demandait d’ailleurs s’il la reconnaitrait, après tout leur rencontre remontait à il y a quelques années en arrière, alors qu’il faisait nuit noire. Selen ne souhaitait pas prendre de risque et son objectif principal désormais était de décamper de la place sans qu’il ne la voie. Elle attendit alors le bon moment pour sortir de sa cachette en s’immisçant dans un groupe de personne. Elle ploya le menton, mais les yeux demeuraient attentifs à l’homme qu’elle évitait. Le groupe fit quelques pas vers l’intérieur de la place, elle manqua de se faire remarquer mais elle tourna la tête dans l’autre direction au bon moment. Selen quitta le groupe, se baissant légèrement pour profiter d’une charrette qui passait par là et qui pu la déposer devant une ruelle.

Rassurée, Selen se redressa, jetant un coup d’œil à la place alors qu’elle l’avait momentanément perdu de vue à cause de la charrette. Son sourire satisfait fut de courte durée lorsqu’elle croisa le regard de celui qu’elle avait eu tant de mal à éviter. Au départ elle avait perdu son sourire, pensant qu’elle était dans la panade. Mais alors qu’il la regardait fixement, Selen se demandait s’il serait aussi doué pour la poursuivre que pour la battre. C’est dès lors que ses lèvres s’étirèrent à nouveau, l’œil malicieux et moqueuse à souhait. Elle aurait bien eu envie d’agiter cette broche sous son nez histoire de le provoquer avant de partir en courant dans cette ruelle. Selen bouscula quelques habitants aux passages alors que débutait sa course effrénée. La jeune femme sorti du tissu qui lui servait de ceinture un couteau aiguisé qu’elle utilisa pour saboter au passage un cageot d’oranges qui roulèrent sur les pavés et firent tomber quelques villageois au passage. Selen l’avait vu lui courir après, elle ignorait déosmrais à quelle distance il se tenait. Au mieux il se mangerait correctement le sol, au mieux ça lui permettrait de gagner un peu d’avance. Selen s’engouffra dans une autre ruelle, elle retira la jupe qui lui servait de déguisement alors qu’en dessous elle portait un pantalon et ses bottes. Elle l’avait empêchée d’être à son maximum de course et la gênerait pour la suite de son parcours. Tandis qu’elle courait pour prendre de l’élan, la jeune femme sauta pour attraper le rebord d’une fenêtre. Elle se hissa sur celle-ci et grimpa sur le toit. Il était glissant, elle devait rester vigilante pour ne pas tomber pendant son pas de course avant de sauter sur un autre toit puis un troisième. Sa course en hauteur se termina là, elle se laissa glisser et regagna le sol après s’être accrochée à un muret. Selen emprunta une rue perpendiculaire, passa au travers de palissades et continua sa course dans un champ de blé, veillant à se baisser au maximum pour ne pas trahir sa présence.

Elle s’arrêta lorsqu’elle eu atteint un cabanon légèrement en retrait du village, essoufflée, elle se dissimula derrière celui-ci mais restait sur ses gardes. Elle l’avait sans doute semé, c’était déjà ça mais il restait un risque qu’il la cherche et qu’elle ne soit pas tranquille. Malheureusement elle ne pouvait quitter la ville de si tôt.  Jetant des regards en direction du village, Selen attendit quelques minutes pour être sure que les alentours étaient saufs avant d’accorder un regard en face d’elle afin de constater où elle avait atterri. C’était une ferme, elle s’était retrouvée dans l’enclos des chevaux. Bon, il y avait mieux comme compagnie mais elle avait décidé de rester là un moment dans le but de se faire oublier quitte à attendre que la nuit ne tombe. Selen se laissa glisser contre le bois du cabanon, s’asseyant à même le sol et attendit, tout simplement.


love.disaster

_________________
 
Voveso In Mori
In the ocean of my tears I drown. Howling winds are bending my mast and my longing deepens with every dram. Welcome, my shore. Welcome, silent wave. In the ocean of my tears I drown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1653-selen-pyrates-beware http://lonelymountain.forumactif.org/t1654-selen-do-you-love-the-way-i-murdered-your-heart

LONELY CAPTAIN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 91
♦ RÉPUTATION : 414
♦ AVATAR : Iain Glen
♦ DC & co : Thorin Oakenshield
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Destan est un Homme, un simple Gondorien sans particularité aucune si ce n'est la fierté qu'il conserve, indéfectible, pour sa patrie.
— ORIGINAIRE DE : Il est originaire de Dol Amroth, ancienne cité elfique et port fortifié sous la gouvernance de Princes Dunédains et l'Intendance du Gondor.
— ÂGE DU PERSO : Il y a quarante-trois années que Destan foule la Terre du Milieu et il les supporte plutôt bien.
— RANG SOCIAL : Assez pauvre comparé à ce qu'il aurait pu être au vue du grade qui était le sien auparavant.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Il a été Capitaine des Garde de la Porte Noire avant que les orcs ne les mettent en déroute. Désormais, il offre ses services aux caravaniers qu'il escorte durant leur voyage.
— ARMES DU PERSO : Destan possède une épée dont il prend grand soin et qu'il chérit, Ascalon.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : L'allégeance de Destan va à Turgon ainsi qu' Angelimir, Prince de Dol Amroth.
— VOYAGE AVEC : Il voyage seul pour le moment, il a accompagné lors de son voyage de retour la dernière caravane qui était partie de la baie de Belfalas, désormais, avec la menace des Pirates, il est contraint à voyager en solitaire pour se trouver de nouvelles tâches.
— AMOUREUSEMENT : Il a cessé de croire que le Grand Amour était pour le commun des mortels mais réservé à certains privilégiés.

MessageSujet: Re: Trouble in town ~ feat. Destan Lun 7 Sep 2015 - 22:53


Trouble in town
Serpent et Renard..


Il avait aidé le maître caravanier à se frayer un chemin au travers de la foule qui déambulait lentement sur la grand place de ce village non loin de côtés. Il était étrange de songer que parmi tout ces gens qui faisaient leur s emplettes, certains avaient vu leur maison, leur vie partie en fumée quelques semaines plus tôt sous les assauts des pirates qui venaient mettre à sacque leur demeure. Certains portaient encore les stigmates de tels traitement, il y avait bien moins de rire qu'auparavant sur ces marchés, les sourire de faisaient plus faux, moins grand et les yeux de bon nombre de parait d'un éclat tenu d'une peur latente en leur giron. Il pouvait lire en eux comme il aurait lu dans les regards des soldats qu'il avait autrefois entraîne. Peut-être aurait-il du reprendre sa place en ces temps si sombres, redevenir un soldat du Gondor et agir sous la bannière de son seigneur, mais il avait l'impression d'être plus utile ici, à rasséréner par sa présence les gens qu'il escortait que dissimulé derrière des murailles. Pourtant, quelque chose au fond de lui ne cessait de souffler un vent d'insatisfaction quant à sa condition, comme s'il savait au plus profond de son être, qu'il trouverait meilleur ailleurs.

Il chassa cette pensée. Il avait désormais quartier libre, il pouvait vaquer ou bon lui semblerait tant qu'il revenait à la fin de l'après-midi pour permettre aux caravaniers de repartir sur bonne garde jusqu'à Dol Amroth. Alors c'est ce qu'il fit, passant d'échoppe en échoppe, de commerçants à d'autres. Il n'achetait rien car sa solde ne lui permettait nul écart s'il voulait passer l'hiver en toute sérénité. Il était d'ailleurs hors de question qu'il doive s'abaisser de nouveau à débusquer des écureuils hors de leur hibernation pour ne pas périr, ils avaient un goût exécrable et bien que cela lui ait sans doute sauvé la vie, il ne retenterait l'expérience pour rien au monde. Fort heureusement, le maître caravanier qui l'avait embauché payement grassement ses services en dépit des temps troublés et il l'en remerciait.

Le souffle qui était venu troubler plutôt son bonheur éphémère revint à la charge, pointant du doigt son existence si morne et triste.,Après avoir vécu aussi chichement depuis quelques années, il devait, car tel était son droit pour service rendu soufflait sa conscience,  peut-être répondait son cœur, un jour se voir offrir une meilleure place un travail qui lui permettrait de se sentir plus aisé mais cela était impossible.  Son cœur et son esprit finissaient toujours par tomber d'accord, il ne redeviendrait jamais capitaine d'une quelconque faction, il s'était tenu depuis bien trop longtemps éloigné des intendants et de l'armée pour pouvoir y retrouver une place de choix. Il avait cessé de se battre en tant que soldat depuis plus de trois ans et l'âge lui avait fait perdre, bien qu'il s’astreignit à des exercices physiques chaque jour pour garder sa forme, à sentir se raidir ses bottes et parades. Il n'était plus le capitaine d'autrefois. On lui confierait peut-être tout de même un emploi, après tout, il fallait bien renouveler un jour les garde feux d'alarme et quand bien même s'il n'était affecté à ceux de Minas Thirith et qu'il devait subir un hiver mordant, il savait pertinemment qu'il serait nourri suffisamment et équipé pour passé ces saisons. Il  songeait de plus en plus à cette alternative  et peut-être que le Seigneur de Dol Amroth se montrerait clément envers sa personne et appuierai son vœux. Cette escorte de caravane serait  ainsi son dernier voyage et   il prendrait ainsi un repos bien mérité. Oui, peut-être en serait-il ainsi puisque ce dont il avait toujours rêvé lui était interdit. Tutoyer les étoiles n'était pas une chose réservé aux simples mortels.

Il acheta à un marchand un fruit qui lui était inconnu et dont le commerçant vanta les mérites, qui s'avèrent rées puisque le fruit juteux était délicieux , il lui rappela de ces saveurs qu'il avait sans doute pu goûter lorsqu'il était encore en la cité de Dol Amroth. Un groupe bruyant de personne arriva sur la grand place et parmi elles il cru reconnaître une silhouette familière, cependant, un coup de coude malencontreux d'un passant qui s'excusa pour sa maladresse lui fit perdre le fil de son observation. Arrêtant  celui qui s'excusait d'un geste de la main, il continua d'avancer redressant la tête pour jauger l'envergure de l place qui lui restait à franchir lorsque son regard croisa le sien.  Il su instantanément que la silhouette quelques instants plutôt qui avait attiré son attention était la sienne, cette silhouette souple, moqueuse, tentatrice pour certain, voleuse pour lui. La silhouette était devenu corps, visage sur lequel un sourire se dessinait. Un sourire qu'elle arborait  qui s’affadit pour revenir de plus belle, un œil malicieux et joueur qui la fit se détourner et s'enfuir à toute jambes. Il ne laissa aucune seconde au hasard, s'élançant à sa suite, sa main sur son épée qui s'apprêtait déjà à battre l'air sous l'action de ses muscles. Il bénit chaque jour où il s'était entraîné, où il avait couru et ses prestes réflexes qui lui permirent d'éviter les pauvres oranges qui seraient bientôt piétinées, écrasées par des badauds malchanceux, jetées au sol par celle qu'il poursuivait

. Malgré tout, cette diversion le ralentit quelque peu, les gens s'attroupant pour voir ce qu'il se tramait lui barrant la route. Il les écarta d'une injonction forte et sévère, certains reconnaissant sans doute là le timbre d'un soldat se hâtèrent de se pousser pour lui laisser un passage. L'ancien capitaine de la Porte Noire accéléra, il ne voulait perdre de vue sa proie, car celle qui lui avait dérobé un jour son bien le plus précieux se dérobait à sa chasse.  Il la vit gagner les toits par une prouesse acrobatique et il jugea bon de ne pas la suivre sur ce terrain, préférant ralentir pour ne pas la perdre des yeux, manquant d'échouer à cette tâche lorsqu'à la troisième toiture elle descendit. Cependant, il en fallait bien plus pour semer Destan. Il rejoignit l'orée du village peu de temps après elle, assez pour voir les épis se courber sous une force autre que le vent. Il avait suffisamment posé, porté ses yeux sur les champs de blé étant enfant pour en connaître par cœur leurs ondoiements muets et silencieux comme une ombre, il la laissa essayer de se faire oublier.

Il traversa le champ, comme une goutte l'eau la mer, sans faire craquer la moindre brindille à terre. Les oiseaux s'étaient déjà envolés loin au dessus d'eux et il finit par atteindre la seule construction visible devant lui, s'attardant pour en faire le tour avec une discrétion infinie. Il vit ses pieds, dépasser de la pauvre bicoque de bois et son sang ne fit qu'un tour, cela ne pouvait être qu'elle et elle ne lui échapperait pas, elle ne se jouerait pas de lui une nouvelle fois, elle ne serait pas fumée entre ses doigts.
Il la saisit, par le col, la soulevant de terre, confiant de la force qu'il savait suffisante pour la lever et la plaquer contre les pan de bois. Une dague aiguisée apparu bien vite contre le cou de la jeune dame, appuyant sans vergogne contre sa carotide, si Destan avait souhaité la presser un peu plus, quelques gouttes de sang en auraient perlé.

« À qui as-tu dérobé quelques chose cette fois-ci maraude ? »

Sa voix était bien sombre et suintait de mépris. Les temps étaient suffisamment durs et sombres pour que des individus de son espèce ne viennent semer le doute, la terreur et la peur dans l'esprit des gens. Les vols laissaient place à la méfiance, à l'hostilité et si cette femme méprisable lui avait dérobé son bien, elle l'avait sans doute fait ici à un pauvre hère qui avait rien souhaité de cela. Elle aurait mérité la potence ou bien une main tranchée, certains n'étaient pas tendres avec les voleurs de grands chemins et autres détrousseurs avides et sans scrupules. Combien de gens de son acabit avait-il vu exilés en Udùn aux portes du Mordor pour y vivre et purger leurs méfaits ?
Destan n’était pas homme à haïr par colère et par habitude, mais le souvenir cuisant de la perte de son bien le plus précieux résonnait que trop bien dans son esprit. Il avait payé le fer prix pour reprendre cette broche elfique que l'Etoile Argentée lui avait offert,qu'il chérissait pour combler naïvement une affection qu'il n'aurait jamais la chance de juger suffisante. Elle devait payer pour cet affront, quand bien même la rancune ne fut en aucun cas une solution. Elle devait comprendre, apprendre qu'un tel crime n'était pas impuni et peu lui importait en cet instant si elle se sortait grandie de la correction qu'il désirait lui infliger. Le Gondor ne pouvait continuer d'être gangrené, infesté d'êtres vils et misérables qui ne faisaient que prendre part, pions qu'il était, au grand jeu d'échec que les Ténèbres avaient entamé.

« Tu as eu de la chance de t’être sauvée et que je n'ai eu le loisir de te poursuivre en dépit de ton larcin, peu auraient été ceux qui t'auraient laissé la vie sauve.... »



Qu'attendait-il d'elle ? Des excuses ? Il pouvait bien y songer. Un être comme elle n'en esquisserait aucune, mais le moindre faux pas de sa part, la moindre provocation, il pourrait engagé un duel. Il ne cherchait pas la laisser s'en tirer à si bon compte mais il n'était pas non plus un monstre. Certains ne se seraient pas gênée pour lui faire tâter et goûter à des pratiques répréhensibles et peu courtoise avant de l'estourbir, après tout, la renarde avait un joli minois mais alors que Destan la fixait de ses yeux clairs, il n'arrivait seulement qu'à la des tester de l'avoir privé de ce qui lui appartenait. La rancune ne s'était pas endormie et la vision de la femme ne faisait que le rendre ivre de colère. Heureusement pour elle, il avait de la retenue et il savait se contrôler, mais dans son regard grisé, elle pourra lire avec force une détermination sans borne,  inflexible. Si a cet instant il avait désiré la tuer, il l'aurait fait.

made by LUMOS MAXIMA

_________________
Until my last breath, I will remember...
Ce sera l’heure des loups et des boucliers fracassés lorsque l’age des hommes s’effondrera. Mais ce jour n’est pas arrivé.


Dernière édition par Destan le Ven 11 Sep 2015 - 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1414-destan-l-ombre-du-mor http://lonelymountain.forumactif.org/t1420-destan-hello-darkness-my-old-friend http://lonelymountain.forumactif.org/t1452-destan-mist-shadow-and-wheat

The Mermaid ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 755
♦ RÉPUTATION : 4438
♦ AVATAR : emilie de ravin
♦ DC & co : Raeryan, cármen, farshad, elladan
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 28 ans
— RANG SOCIAL : Riche
— MÉTIER PRATIQUÉ : Second à bord d'une frégate appelée le Crépusculaire
— ARMES DU PERSO : Epées, dagues, couteaux
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : aux pirates du navire et surtout son capitaine; Aaren
— VOYAGE AVEC : les pirates du Crépusculaire
— AMOUREUSEMENT : s'y aventure dangereusement

MessageSujet: Re: Trouble in town ~ feat. Destan Jeu 10 Sep 2015 - 9:07




Trouble in town

I'm miss fortune, miss so soon. I'm like a bottle of pain. Miss matter, you had her. Now she's goin' away..




L’ombre arriva trop vite pour qu’elle ait le temps de faire quoi que ce soit. Selen fut alors prise au dépourvu par cet homme qui l’attrapa au col pour la soulever et l’immobiliser contre le mur. Lorsque son dos rencontra brutalement celui-ci, Selen ne put s’empêcher d’étouffer un rire, alors qu’elle découvrait le visage de son agresseur. Elle qui avait fourni tant d’efforts pour lui échapper, le chat avait donc rattrapé la souris. Il lui envoya ses premiers reproches, ayant les allures d’un héros venant attraper la méchante. Ses yeux étaient submergés de haine et de colère envers elle, de tels regards n’étaient pas inhabituels à son encontre, à vrai dire elle adorait cela. La pirate se nourrissait de ce genre de sentiments à son égards, ils la motivaient à faire plus, à provoquer d’avantage. Cela en découlait de la vie de pirate ; des désordres, des conflits, de véritables prédateurs. La colère qu’il avait à son égard fut bien plus explicite lorsqu’elle senti une lame glaciale logée à son cou. Celle-ci avait l’air suffisamment bien aiguisée pour lui déchirer l’épiderme et lui provoquer une mort lente dans la plus belle des agonies. Selen relava les yeux vers lui, pas le moindre remord à l’horizon de  ses orbes bleutées et toujours cet air moqueur sur le visage tel un masque de fer.

Il ne l’avait pas oubliée et l’avait sans nul doute poursuivie pour l’empêcher d’aller au bout de ses plans. Qu’avait elle volé ? C’était demandé si gentiment qu’elle ne pouvait qu’accéder à sa requête et voir son visage se décomposer en le décevant.

« Une pomme, j’avais faim. » Fit-elle avec une moue faussement innocente.

En vérité il serait surement déçu par cette réponse, aussi véridique soit elle, s’étant sans doute attendu à ce qu’elle ait dérobé des coffres et des bijoux. Mais elle s’était contentée d’un fruit et d’une bourse en plus de l’argent qu’on lui avait donné pour ses prestations. Ses projets étaient en réalité bien plus grands mais il ne s’en doutait certainement pas. A ses yeux comme pour beaucoup d’autres, elle n’était qu’une simple voleuse, une délinquante, une vermine dont il était fAacile de se débarrasser.

Selen savait que même si cela était vrai il n’allait pas se montrer plus clément ni même desserrer son étreinte. Parfois juste le fait d’être une femme lui permet d’attirer la pitié des hommes, mais visiblement celui-ci serait loin du genre à entendre raison avec la tronche qu’elle lui tirait. Ces hommes qui réfléchissaient avec ce qu’ils possèdent entre les jambes étaient les plus faciles à berner, ce qui rendait leur entrevue plus intéressante puisque ce n’était pas son cas ; Il avait l’air suffisamment expérimenté pour ne pas se laisser impressionner et charmer par ses battements de cils. Cela rendrait la chose plus compliqué mais pas insurmontable, la première chose qu’elle devait faire là tout de suite c’était trouver un moyen de se débarrasser de lui.

Sa voix sévère s’éleva à nouveau à son attention, aussitôt les airs de petite fille innocente de Selen laissèrent à nouveau place à ce qu’elle était réellement. Elle respirait la fourberie, la malice et les mauvaises intentions. Tout ceci n’était pour elle qu’une farce, ce genre de menace n’était plus suffisantes pour l’effrayer et alors elle s’autorisa quelques étouffements de rire par la simple vision de colère. Oh s’il savait a quel point il était attirant ainsi,  il lui planterait sans doute son couteau dans sa gorge si elle se permettait de tels commentaires. Selen observa brièvement les alentours avant de reporter son regard sur l’homme qui la menaçait. Il avait fait l’erreur de ne pas l’avoir désarmée, ayant sans doute agi sur une pulsion de colère plutôt que de réfléchir à ce qu’il pouvait éventuellement se passer. Soit il était complètement fou, soit il la prenait pour une débutante et pour quelqu’un qui avait réussi à lui échapper une fois en dérobant son bien. Et quel bien d’ailleurs ! Une belle broche incrustée de pierreries, avec laquelle elle aurait pu ramasser pas mal de pièces d’or si elle ne l’avait pas perdue. Etait-ce là la raison de sa colère noire ? Elle n’avait jamais vu quelqu’un s’emporter pour si peu…

« Oh je te présente mes excuses ! Si tu es aussi coquette que ça, je peux t’en donner d’autres des broches !» Fit-elle en ricanant.

Selen ne perdit pas plus de temps dans les bavardages pour lui cracher au visage, en plein milieu de la figure afin de provoquer ses réflexes et le faire fermer les yeux et entrainer l’abaissement de sa garde. Ce détournement lui donnait alors tout juste le temps de lui donner un coup de pied dans le ventre et gesticuler le plus possible afin de se dégager de son emprise et le forcer à la libérer. La pirate retomba dès lors lourdement sur le sol, dans une grimace de douleur imprimée dans ses reins, elle ne perdit pas de temps pour se relever et dégainer son sabre. Elle toussota, la poussière avait volé jusque dans ses poumons par un trop plein d’agitation. Lorsqu’elle capta à nouveau le regard de l’homme, la jeune femme étira un large sourire empli d’ironie et de mauvaise foi. D’un mouvement souple de poignet, elle fit tournoyer sa lame, fléchissant légèrement ses genoux et prête à engager le combat.

« Allez montre moi que tu n’as pas vieilli ma jolie ! »


love.disaster

_________________
 
Voveso In Mori
In the ocean of my tears I drown. Howling winds are bending my mast and my longing deepens with every dram. Welcome, my shore. Welcome, silent wave. In the ocean of my tears I drown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1653-selen-pyrates-beware http://lonelymountain.forumactif.org/t1654-selen-do-you-love-the-way-i-murdered-your-heart

LONELY CAPTAIN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 91
♦ RÉPUTATION : 414
♦ AVATAR : Iain Glen
♦ DC & co : Thorin Oakenshield
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Destan est un Homme, un simple Gondorien sans particularité aucune si ce n'est la fierté qu'il conserve, indéfectible, pour sa patrie.
— ORIGINAIRE DE : Il est originaire de Dol Amroth, ancienne cité elfique et port fortifié sous la gouvernance de Princes Dunédains et l'Intendance du Gondor.
— ÂGE DU PERSO : Il y a quarante-trois années que Destan foule la Terre du Milieu et il les supporte plutôt bien.
— RANG SOCIAL : Assez pauvre comparé à ce qu'il aurait pu être au vue du grade qui était le sien auparavant.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Il a été Capitaine des Garde de la Porte Noire avant que les orcs ne les mettent en déroute. Désormais, il offre ses services aux caravaniers qu'il escorte durant leur voyage.
— ARMES DU PERSO : Destan possède une épée dont il prend grand soin et qu'il chérit, Ascalon.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : L'allégeance de Destan va à Turgon ainsi qu' Angelimir, Prince de Dol Amroth.
— VOYAGE AVEC : Il voyage seul pour le moment, il a accompagné lors de son voyage de retour la dernière caravane qui était partie de la baie de Belfalas, désormais, avec la menace des Pirates, il est contraint à voyager en solitaire pour se trouver de nouvelles tâches.
— AMOUREUSEMENT : Il a cessé de croire que le Grand Amour était pour le commun des mortels mais réservé à certains privilégiés.

MessageSujet: Re: Trouble in town ~ feat. Destan Ven 11 Sep 2015 - 15:36


Trouble in town
Serpent et Renard..


Il surgit, comme une averse dans un ciel orageux d'été. Il la souleva de terre, la tenant par le col pour la plaquer contre le bois de la masure, elle étouffa un rire moqueur en le reconnaissant et cela ne fit qu'ourdir un peu plus le ressentiment qu'il éprouvait à son encontre. Il ne l'avait pas laissée s'échapper et il ne la laisserait pas, Elle planta son regard dans celui de l'homme à la chevelure dorée, il pouvait y voir l'absence de remords et la moqueries dans ses iris céruléennes.  Il lui demanda alors quel larcin avait-elle accomplis en ce jour et elle lui répondit.
Il garda une façade neutre face à cet révélation. Elle mentait. Elle ne pouvait avoir volé simplement un fruit et il en était certains. Elle menaçait de le mettre hors de lui, ainsi ternir l'image des gens du Gondor et s'en prendre à ceux qui essayait de la rehausser était une honte. Il n'en desserra pourtant pas l'ascendant qu'il avait sur elle, la lame toujours appuyée contre son cou. Ce n'était pas avec son regard implorant qu'il la laisserait s'en tirer, il n'était pas de ceux à qui les œillades faisaient tourner la tête et tendre les corps.
Ainsi le masque d'innocence qu'elle avait cru pouvoir arborer longtemps se fendit, se fissura avant de tomber pour révéler la noirceur qui la composait et qui mordait son âme.  Il n'y avait nulle trace de lumière en elle, tout n'était que ténèbres, malice et pestilence. Comment pouvait-elle supporter de vivre ainsi ? De savoir sa vie emplie seulement de larcin et de mauvaises actions ? Comment pouvait-elle trouver le sommeil et se regarder lorsqu'elle se penchait au dessus de l'eau ou d'un miroir ? Avait-elle au moins une âme, une raison, une conscience ou en était-elle dénuée ? Sa tête de poupon, ne l'aiderait en rien, ses yeux trahissait que trop ce qui régnait dans son cœur à cet instant. Peut-être pouvait-elle se conduire autrement, Destan l’espérait pour son salut, pour que les dieux et le Grand Iluvatar n'est pas honte de l’accueillir lorsqu'elle périrait, mais alors qu'elle rirait de lui, il en doutât.
Il irradiait de colère et il ne l’avait même pas désarmée, il aurait pu pâtir de cette erreur mais il savait que sur ce genre de duel impromptu, il  aurait le dessus sur elle avant que les choses tournent court. Il continua, mentionnant le vol où elle lui avait dérobé une broche chère à son cœur et elle ne manqua de se moquer de lui, ricanant. La mâchoire de l'ancien capitaine de la porte noire se serra un peu plus. Il aurait pu la gifler pour ses moquerie mais il resserra seulement sa prise autour de son col et appuya un peu plus sa lame, laissant cette dernière entamer légèrement la chère. La réponse ne se fit pas attendre.
Elle lui cracha au visage, simplement, avec l'insolence de la jeunesse et de la sournoiserie. Certains aurait choisis la poussière, elle avait choisis le crachat, celui qui souillait les ego et les cœurs. C'était bien là un geste méprisable, méprisant. Elle en profita pour se libérer de son étreinte, frappant son ventre d'un coup de pied et heureusement pour lui, ses réflexes lui permirent d’amortir la douleur qui aurait pu le saisir. Il la lâcha et elle échu au sol lourdement, se relevant prestement pour tirer son sabre au clair, un sourire puant l'ironie se carrant sur son visage tandis qu'elle faisait tourner sa lame  dans sa main, fléchissant ses appuis pour s'assurer un maintien et un équilibre acceptable.  Il en fit de même, puisqu'ils en étaient là.

Il ne se montrerait en aucun cas académique avec elle. Elle se permettait de l'insulter. Elle était comme un orc, pleine de fourberie et de vilenie, il agirait ainsi comme si elle avait été l’un de ses immondices. Qu’elle croît qu’il n’était qu’un vieillard affaiblit, son courroux serait mortel. Sa lame vint s’entrechoquer contre celle de  la félonne, il espérait qu’elle contre ce coup rapidement, ce qu’il fit avec dextérité. il en profita pour transférer son poids sur cet appuis précaire, ce fil sur lequel un équilibriste ne voudrait marcher tant il était coupant. Il fit glisser ensuite sa lame pour essayer de la désarmer, prenant grand soin de laisser ses jambes loin d'elle, s'imaginant bien des ruses qu'elle pourrait usitée pour le faire tomber, mais il en avait affronté des plus coriaces et ces derniers n'en était pas sortis vivant.
Elle essaya d'ailleurs un coup de pied, laissant glisser leur arme l'une contre l'autre mais il l'empêcha d'aller plus avant, faisant tournoyer leur épées avant qu'elles ne se libèrent. Il avait commencé a apprendre a se battre alors qu'elle n'était qu'a l'État de rêve, le vieil homme qu'il était pour elle était pourtant loin de démériter. Il était vrai cependant qu'il n'avait alors ni le même âge, ni la même condition physique, cette douleur lancinante mal soignée à son épaule après une flèche d'orc serait sans doute un handicap, mais en aucun cas dans ce combat ci. Il ne flancherait, il ne faillerait pas. Il ignorait où elle pouvait avoir appris à se battre mais sa hardiesse prendrait fin. Il était question d'honneur. Elle l'avait jugé vieux et ce n'était pas un vieux renard qu'elle duper. Elle pouvait agir avec insolence et la fourberie de ces forbans, pirates qui espéraient pouvoir écumer les mers sans se soucier de ce qu'ils semaient. Fichant son regard flamboyant de détermination dans celui de la dame, il s'était remis en garde, fléchis sur ses appuis en position défensive.  Il laissa ses yeux grisés par le temps rencontrer ceux de la demoiselle, reprenant un peu plus de constance à chaque seconde qui s'écoulait, la fureur ne prendrait pas sa part sur sa concentration et ses actions, mais peut-être que cela pourrait fonctionner avec elle.

« Où as-tu appris à te battre ? En Mordor ? Car ce sont là des comportements d'orcs et de gobelins. Je comprend mieux pourquoi tu as fuis, lâche que tu es, la première fois... »

Il attendait de voir sa prochaine attaque, il y aurait forcément une faille dans la garde de la demoiselle et il a découvrirait très bientôt, il s'y infiltrerait, comme un poison et gangrènerait chacun de ses coups.


made by LUMOS MAXIMA

_________________
Until my last breath, I will remember...
Ce sera l’heure des loups et des boucliers fracassés lorsque l’age des hommes s’effondrera. Mais ce jour n’est pas arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1414-destan-l-ombre-du-mor http://lonelymountain.forumactif.org/t1420-destan-hello-darkness-my-old-friend http://lonelymountain.forumactif.org/t1452-destan-mist-shadow-and-wheat

The Mermaid ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 755
♦ RÉPUTATION : 4438
♦ AVATAR : emilie de ravin
♦ DC & co : Raeryan, cármen, farshad, elladan
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 28 ans
— RANG SOCIAL : Riche
— MÉTIER PRATIQUÉ : Second à bord d'une frégate appelée le Crépusculaire
— ARMES DU PERSO : Epées, dagues, couteaux
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : aux pirates du navire et surtout son capitaine; Aaren
— VOYAGE AVEC : les pirates du Crépusculaire
— AMOUREUSEMENT : s'y aventure dangereusement

MessageSujet: Re: Trouble in town ~ feat. Destan Lun 14 Sep 2015 - 21:10




Trouble in town

I'm miss fortune, miss so soon. I'm like a bottle of pain. Miss matter, you had her. Now she's goin' away..




Aussitôt le combat engagé, le calme de cet endroit reculé fut perturbé par le son du fer s’entrechoquant. Motivés par leurs propres intérêts, les adversaires entamèrent une longue danse qu’elle ne connaissait que trop bien. Selen se nourrissait de désordres, de conflits, un duel en plus ou en moins n’était jamais plus qu’une opportunité pour elle de faire une nouvelle victime. Celui qu’elle avait défié ce jour là lui ferait un beau trophée de chasse, elle avait dans les yeux ce même éclat, ce même appétit de sang que lorsque la frégate abordait un galion. Un gros morceau, qui la changeait de petits guerriers amateurs, Selen redoublait d’attention dans chacun de ses coups malgré cette constante nonchalance. D’un large sourire sur les lèvres on aurait pu croire qu’elle sous-estimait son adversaire et même s’il la divertissait elle était à des lieues de le considérer comme un vulgaire débutant. Aussitôt les premiers échanges on pouvait constater le niveau de l’un et de l’autre. Concernant cet homme, Selen n’était pas surprise de voir son talent à l’épée, elle avait déjà eu un avant gout et s’avouait admirative dans son aisance à se déplacer. Le concernant il serait sans doute surpris de constater son agilité et sa facilité à rendre les coups. Selen avait été façonnée par un grand pirate, un homme redoutable qui faisait des ravages avec une épée en main. La jeune femme avait tout appris de lui, et s’était forgé ses capacités à force de pillages et de combats menés par le Crépusculaire. Désormais Selen nettoyait les ponts ennemis de son équipage avec une aisance déstabilisante, les navires saignaient de leurs morts, teintant la mer de rouge à chaque fois qu’on les envoyait par le fond.  Une chose peu commune chez une femme et pourtant ce fait là la motivait à être encore plus impitoyable face à ses adversaires. Concernant son adversaire à ce moment là, elle fut alors bien vite mise au courant du fond de ses pensées à son sujet alors qu’il se demandait si elle n’avait pas été formée par des orcs au combat.

La jeune femme écarquilla des yeux, n’en croyant pas ses oreilles et ne s’était pas attendue à ce qu’un homme comme lui, lui fasse une telle remarque. Était-il naïf à ce point pour la croire alliée d’orcs et de gobelins ? Quel intérêt aurait-elle à passer les rues avec de petits chapardages si tel était le cas alors que ces créatures se pavanaient en hordes furieuses et terrassaient tout sur leur chemin de cette façon ? Sa manière de se battre était loin de ressembler à celle des orcs. Les orcs  tapent dans le tas et sont bien plus efficaces étant armés de ce qu’elle avait pu observer. Concernant Selen, elle avait bien plus de techniques élaborées en matière de duel qu’un orc ou qu’un gobelin. Fronçant les sourcils et para l’une de ses attaques avant de s’éloigner de quelques pas.

« T’espère quoi en me disant ça ? Me fâcher ? Me vexer ? » Ricana t-elle.

Elle n’en avait que faire qu’il la compare à des orcs et des gobelins même si elle ne portait pas ces créatures dans son cœur. Elle avait entendu bien trop de provocations dans sa vie pour s’énerver en entendant de telles remarques. Elle ignorait si cela avait été son but premier, quoi qu’il en soit ce genre de tentative était vaine et futile. Selen n’était plus une débutante, et malgré que son jeune âge aurait pu penser qu’elle soit du genre susceptible, ça l’amusait plus qu’autre chose, en réalité. La jeune femme trancha l’air d’un violent mouvement de bras tandis qu’il avait esquivé son attaque après qu’ils aient repris les hostilités. Elle tournoya pour libérer sa lame et tenta une nouvelle fois de percer sa garde, utilisant un des larges poteaux porteur du préau pour troubler sa vision en passant derrière celui-ci, allant d’un côté puis de l’autre pour se jouer de lui avant de croiser à nouveau le fer, d’un coup de bluff, elle sorti de sa cachette et se retrouva en obstacle lorsqu’il se retrouva entre elle et le mur de bois de la cabane. Selen se stoppa un instant, un sourire aux lèvres. Concernant sa fuite elle avait une raison bien plus honnête que la lâcheté, au risque de le décevoir ~

« J’imagine te faire plaisir en te disant que j’ai fuit par réalisme, non par lâcheté, je ne faisais pas le poids contre toi. »

Envoyant une nouvelle attaque, bloquant leurs deux épées, la jeune femme s’empara du poignet de l’homme et l’envoya valser contre le mur avec violence d’un coup de pied dans le ventre. C’était suffisant pour percer sa garde et reprendre l’avantage. Elle se stoppa net, la lame de la jeune femme pointée sur l’homme qui menaçait de lui transpercer la gorge au moindre mouvement qui la pousserait à le faire. Un large sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme, alors qu’elle termina ses précédents aveux

« Mais les choses ont bien changé depuis… »

Voilà quelques années que cette histoire avait eu lieue, même si aujourd’hui encore elle n’était pas sure de pouvoir être de taille à son expérience elle avait bien plus confiance en elle et d’acquis de son côté pour prétendre pouvoir le neutraliser. C’était chose faite, la jeune femme le désarma d’un dernier geste et envoya l’épée gire dans un buisson plus loin.

« Pourquoi tant d’acharnement pour une si petite chose ? »

love.disaster

_________________
 
Voveso In Mori
In the ocean of my tears I drown. Howling winds are bending my mast and my longing deepens with every dram. Welcome, my shore. Welcome, silent wave. In the ocean of my tears I drown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1653-selen-pyrates-beware http://lonelymountain.forumactif.org/t1654-selen-do-you-love-the-way-i-murdered-your-heart

LONELY CAPTAIN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 91
♦ RÉPUTATION : 414
♦ AVATAR : Iain Glen
♦ DC & co : Thorin Oakenshield
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Destan est un Homme, un simple Gondorien sans particularité aucune si ce n'est la fierté qu'il conserve, indéfectible, pour sa patrie.
— ORIGINAIRE DE : Il est originaire de Dol Amroth, ancienne cité elfique et port fortifié sous la gouvernance de Princes Dunédains et l'Intendance du Gondor.
— ÂGE DU PERSO : Il y a quarante-trois années que Destan foule la Terre du Milieu et il les supporte plutôt bien.
— RANG SOCIAL : Assez pauvre comparé à ce qu'il aurait pu être au vue du grade qui était le sien auparavant.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Il a été Capitaine des Garde de la Porte Noire avant que les orcs ne les mettent en déroute. Désormais, il offre ses services aux caravaniers qu'il escorte durant leur voyage.
— ARMES DU PERSO : Destan possède une épée dont il prend grand soin et qu'il chérit, Ascalon.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : L'allégeance de Destan va à Turgon ainsi qu' Angelimir, Prince de Dol Amroth.
— VOYAGE AVEC : Il voyage seul pour le moment, il a accompagné lors de son voyage de retour la dernière caravane qui était partie de la baie de Belfalas, désormais, avec la menace des Pirates, il est contraint à voyager en solitaire pour se trouver de nouvelles tâches.
— AMOUREUSEMENT : Il a cessé de croire que le Grand Amour était pour le commun des mortels mais réservé à certains privilégiés.

MessageSujet: Re: Trouble in town ~ feat. Destan Ven 2 Oct 2015 - 23:30


Trouble in town
Serpent et Renard..


Le calme avait cédé sa place au bruit aigu des lames qui cognent, qui frappent et qui crissent d’un duel. Cette danse létale qu’ils performaient n’avait rien de sublime ni d’audacieux. Ils étaient déterminés, prêt à en découdre et à mettre fin à ce conflit au plus vite, et dans le sang. Il n’y aurait nulle fuite cette fois-ci. Il avait bien essayé de la provoquer pour la pousser à la faute, mais cela ne fonctionnait guère, elle n’était pas femme à se faire avoir de la sorte et alors qu’elle se raillait de sa naïveté, disparaissant, jouant avec les poteaux de l’appentis pour mieux éviter les coups de l’ancien Capitaine de la Porte Noire, elle ne faisait que renforcer la détermination de ce dernier à la faire cesser de nuire. Elle para ses attaques, il en fit de même avec les siennes, elle libéra sa lame coincée par celle du vétéran auréolé de blés. Elle sourit encore alors qu’elle essayait de le surprendre pour mieux lui planter un coup dans le dos, mais il lui faisait face, le plus souvent possible, sans qu’elle n’ait encore pu verser la moindre goutte de son sang. Elle était le chat, il était la souris, à moins que ce ne fût le contraire ?
Elle attaqua, une fois de plus, faisant s’entrechoquer leur lame avant de les bloquer. Preste, elle saisit son poignet, profitant de son déséquilibre pour lui asséner un coup de pied dans le ventre, le faisant se cogner contre la palissade en un grognement sourd. Il bénissait ses réflexes et sa musculature. La violence du coup lui sans doute le loisir d’une ecchymose mais au moins ne se tiendrait-il pas prostré tandis qu’elle le menaçait de son épée. Elle lui sourit, trop heureuse de l’avoir à sa merci, se gaussant déjà de sa victoire.
Elle le désarma, personne ne l'avait désarmé de la sorte depuis bien longtemps. Avait-il perdu de ses réflexes et de ses talents ? Sa vie recluse l'avait empêché de prendre part à des combats de la sorte, il avait jugé cela comme une bonne chose mais alors que sa lame gisait dans un buisson à quelques pas de lui. Il dû revenir sur ses pensées. Elle le questionna sur son acharnement pour cette broche qu'elle jugeait minuscule et sûrement indigne d'une telle détermination. Mais la broche ne valait rien aux yeux de ceux qui n'avaient aucune idée des souvenir qu'elle charriait, elle ne méritait pas de connaître les raisons de l’attachement qu’il lui portait, après tout, que pouvait-elle comprendre à cela ? Elle n’avait rien de ces femmes délicates sujettes à prêter leurs couleurs ou un quelconque gage à leurs favoris pour témoigner de leur amour ou de leur amitié. Peut-être dans son ignorance avait-elle raison, pourquoi accorder de l’importance à un objet qui faisait de lui, à jamais, un éternel second ? Il ne s’épancha pas plus sur ces considérations. Il avait une joute non terminée et il ne désirait pas mourir aujourd’hui.
Il était bon à l'épée. Il le savait. Mais il était une chose dans laquelle il excellait également, c'était le combat à mains nus. Il était un lutteur. Un pugiliste accomplis et de ceci, il n'avait rien laissé se perdre. Il était par ailleurs dommageable pour elle qu'elle ne fut former aux contacts des orcs, elle aurait alors su reconnaître la ruse éculée de la fausse faiblesse. Combien de fois n'avait-il pas offert une partie de son corps en faisant croire que cela était un défaut dans sa garde ? Sa garde était parfaite, elle l'avait toujours été et elle lui avait sauvé la vie. Il avait sacrifié son épée pour le gain du combat, il la récupérerait bientôt. Un Il avala les quelques pouces qui les séparait, si proches qu'ils étaient qu'on aurait pu croire voir deux amants transis si l'on ne pouvait percevoir l'intensité des regards qu'ils se lançaient. Il s'approcha encore, aussi près que l'exigeait son audace en garantissant sa réussite et il s'abaissa soudainement et 'un coup de pied vicieux et rotateur, il faucha les jambes de la demoiselle avant d'aller lui écraser sa main d'épée de sa botte, prenant sa lame pour l'envoyer rejoindre un buisson elle aussi. Ils étaient désormais tout deux désarmés et alors qu'il aurait pu se reculer souplement et la toiser du regard, dans le même temps, il retira le poids de son corps de l'écrasement vicelard qu'il lui avait prodigué pour mieux venir lui étreindre dans une poigne équivoque, à lui en craquer ses phalanges et tordre son poignet. Pivotant sur ses appuis il se retrouva derrière elle et lui brisa le bras d'un craquement sec en usant d'une clé de bras qui interdisait même la pensée de pouvoir en réchapper.. Son action n'avait duré que le temps d'un soupir, la raideur de l'âge avait été oubliée dans cette vive punition. Elle avait cru pouvoir lui faire perdre ses moyens, elle avait eu tort, il avait encore suffisamment de ressources pour pouvoir la surprendre, il était temps qu'elle apprenne la modestie, l'humilité. Il n'était en aucun cas un surhomme qui aurait pu prétendre à gagner tout ses duels, mais i' était meilleur qu'elle. Il était un vétéran capable d'exploiter ses failles, de faire tourner le rapport de force en sa faveur, elle avait tenté de le déséquilibrer, il avait usé de ses propres techniques. Là où elle ne faisait que reproduire ce qu'on lui avait enseigné, il créait, il percevait, il était entré dans son temps pour mieux la perdre et la feinter.
Cela n'avait rien de loyal, d'honorable, mais ce combat avait cessé de l'être depuis l'instant où il avait commencé, des années plus tôt. Il prendrait fin ici-même, alors qu'elle devrait trouver de quoi soutenir son membre douloureux. Il plongea son regard acier dans celui de la maraude avant de lui asséner durement :

"Tu as encore beaucoup à apprendre avant de pouvoir prétendre me battre. Si je te laisse en vie."



made by LUMOS MAXIMA

_________________
Until my last breath, I will remember...
Ce sera l’heure des loups et des boucliers fracassés lorsque l’age des hommes s’effondrera. Mais ce jour n’est pas arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1414-destan-l-ombre-du-mor http://lonelymountain.forumactif.org/t1420-destan-hello-darkness-my-old-friend http://lonelymountain.forumactif.org/t1452-destan-mist-shadow-and-wheat

The Mermaid ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 755
♦ RÉPUTATION : 4438
♦ AVATAR : emilie de ravin
♦ DC & co : Raeryan, cármen, farshad, elladan
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 28 ans
— RANG SOCIAL : Riche
— MÉTIER PRATIQUÉ : Second à bord d'une frégate appelée le Crépusculaire
— ARMES DU PERSO : Epées, dagues, couteaux
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : aux pirates du navire et surtout son capitaine; Aaren
— VOYAGE AVEC : les pirates du Crépusculaire
— AMOUREUSEMENT : s'y aventure dangereusement

MessageSujet: Re: Trouble in town ~ feat. Destan Sam 3 Oct 2015 - 13:43




Trouble in town

I'm miss fortune, miss so soon. I'm like a bottle of pain. Miss matter, you had her. Now she's goin' away..




Une nuée de poussière enveloppait les deux adversaires, due à leur danse effrénée et sanglante. Les gestes allaient et venaient dans l’unique but de se stopper. Le duel durait déjà depuis un moment, l’un comme l’autre ayant du mal à trouver l’issu de celui-ci. Les cœurs cognant pulsaient l’adrénaline, Selen souriait malgré tout, trouvant toujours un réel plaisir de devoir livrer bataille et s’imposer. C’était là son quotidien, mais il y avait toujours quelque chose de plus amusant lorsque son adversaire se trouvait être une personne qui venait se venger d’elle. Aaren lui reprocherait sans doute d’être trop arrogante mais ne manquait pas moins de concentration, bien au contraire. Elle savait à qui elle avait à faire et que même si elle avait beaucoup progressé ces derniers mois, Selen concevait le fait qu’il ne serait pas chose aisé de mettre la bête à genoux.

Son adversaire même désarmé, elle ne baissait pas de vigilance et ne fut pas surprise de le voir foncer vers elle. La pirate brandissant son sabre trancha l’air, Destan en profita pour la déstabiliser en la faisant tomber à terre. Selen grimaça lorsqu’elle tomba lourdement, alors que le choc électrisa ses reins. Mais ne se laissa pas le temps de geindre que le pied de son adversaire contre le poignet la privant de se dégager l’interpella. Par reflexe elle porta son autre main sur le pied de l’homme, tentant tant bien que mal de s’extraire mais fut tout aussi vite désarmée. Ce n’était pas le plus gros problème, aussi tôt dégagée elle ne pu se relever pour répliquer que son ennemi s’était emparé de son bras. La panique envahissant son esprit alors qu’elle cru comprendre ce qu’il s’apprêtait à faire, la poussa à se débattre comme si sa vie en dépendait. Mais il avait agi bien trop vite pour qu’elle ne puisse s’en défaire. Aussitôt une vive douleur la paralysa. Un crac sonore avait dès lors trahi qu'elle venait de se faire casser le bras. Mais noyée de souffrance, la pirate ne s'abandonna pas a de tels questionnements. Elle hurla et dans un réflexe défensif pour qu'il ne l'a brise pas davantage porta son poing dans le visage de Destan pour l'éloigner d'elle. Le souffle court tandis qu’elle se releva, vacillante sur ses jambes tremblante, elle ne maîtrisait plus son corps. Selen maintenant son bras alla s'écraser contre le mur du cabanon. Grimaçant de douleur, ses plaintes lui arrachèrent quelques larmes aux yeux. Elle se laissa glisser contre le mur, assise a même le sol sans lâcher son agresseur des yeux. Il y vivait dans ses prunelles autant de désarroi que de haine, elle souffrait et tentait de garder un cycle respiratoire normal pour ne pas succomber totalement. Blessé, le prédateur ne montrait pas moins d'agressivité. Le quartier maître serra les dents, attrapant une pierre qu'elle avait sous la main pour la jeter sur Destan.    
                                 
« Ne t'approche pas de moi! » Hurla t-elle.    

L'hésitation de lui laisser la vie ou non planait sans doute encore. Aussi loin qu'elle se souvienne, jamais on ne lui avait montré autant d'intérêt et de violence pour une vulgaire broche. Du moins pour une personne qui n’était pas pirate, c’était chose étonnante de le voir à ce point là radical. Elle n’essayait pas d’en savoir plus, bien trop occupée à faire en sorte de le maintenir à distance. Au moindre pas vers elle, elle omettrait surement sa douleur pour lui sauter à la gorge.

« T'es complètement malade !! » Continua t-elle en jetant une nouvelle pierre dans sa direction.

Son bras meurtri logé contre elle, selen n'arrivait plus à maîtriser la vive douleur provenant de son bras. Ainsi le souffle saccadé et prise de spasmes, la jeune femme ramena ses genoux vers elle, se recroquevillant comme s'il pouvait ainsi l'oublier et s’en aller sans demander son reste. Mais visiblement il ne semblait pas prêt à partir, la haine qu’il avait à son égard le gardait encore planté là. Selen lui adressa un regard noir, ayant trouvé un juste équilibre entre la douleur et la maitrise de celle-ci grâce à sa respiration. Elle se releva, refusant d’abandonner le combat et de se laisser gire en attendant que la mort ne l’emporte. Oh elle ne souhaitait pas mourir ici, pas aussi loin de la mer. Mais si son heure était arrivée, elle refusait de ne pas être en train de se battre. Selen sorti un couteau de son ceinturon. Maigre arme, mais qui lui permettrai sans doute de compenser le manque de mouvement. Et puisqu’il lui avait cassé le bras droit, elle devrait faire en sorte de pouvoir user de l’autre et se rééduquer sur la minute. S’aidant du mur jusqu’à être complètement debout, les sueurs froides inondant son front n’étaient plus qu’un détail. Elle coinça son bras dans sa veste, grimaçant au moindre toucher mais au moins ça lui éviterait de forcer dessus et qu’il la gêne dans ses dernières attaques.

L’incendie dans son regard témoignait de la rage œuvrant en elle. Elle se levait avec la ferme intention de lui découper le ventre et lui faire manger ses entrailles. Selen serrait les dents pour ne plus être prise de tremblements, l’audace et le culot faisant paire, elle gardait confiance en elle malgré la position délicate dans laquelle elle était désormais. Il l’avait bien énervée, il allait en payer le prix. Selen fit quelques pas dans la direction de l’homme, tout en conservant cette distance qui lui permettait encore de jauger et de calculer ses attaques. Elle était en pleine réflexion car la moindre erreur lui serait sans doute fatale. Elle avait horriblement mal mais luttait contre les grimaces crispant les traits de son visage. Non pas qu’elle s’habituait à la douleur - c’était impossible de passer outre - mais elle avait connu bien pire situation et elle avait bien trop de fierté pour abandonner aussi facilement. De fait qu’elle était une femme et qu’elle luttait contre les préjugés mais aussi en tant que pirate. Il n’y pas combattant plus acharné qu’un pirate, elle l’avait maintes fois prouvé et dans un élan de folie, la voilà qui était prête à attaquer de nouveau. Selen ajusta sa prise sur le couteau, se concentrant sur sa cible, elle fit quelques pas autour de sa proie.

Elle ne lui adressait pas un mot, elle n’avait rien à lui dire, pour elle il n’était plus qu’un obstacle, un cafard dont elle se devait de se débarrasser. Elle se rua sur lui, sauvage et avec la ferme intention de faire couler le sang. Si au début elle avait réussi à esquiver ses coups et à lui donner quelques uns, la suite de la lutte fut moins évidente pour elle et démontra très vite des signes d’épuisement qui l'obligea souvent à se rétracter et à le pousser à entrer dans l'écurie afin de restreindre l'espace. Elle réussi néanmoins à lui porter un coup meurtrier, sa lame alla entailler la joue de l’homme alors qu’il s’était dérobé à temps.  Une vive douleur vint la prendre, lui arrachant un cri en n’ayant pas pu immobiliser son bras. Tout mouvement lui était donc difficile et pas sans conséquences. La jeune femme fit quelques pas de recul, le maintenant à distance, le temps de réfléchir à une échappatoire. Elle se sentait dès lors prise au piège

love.disaster

_________________
 
Voveso In Mori
In the ocean of my tears I drown. Howling winds are bending my mast and my longing deepens with every dram. Welcome, my shore. Welcome, silent wave. In the ocean of my tears I drown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1653-selen-pyrates-beware http://lonelymountain.forumactif.org/t1654-selen-do-you-love-the-way-i-murdered-your-heart
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Trouble in town ~ feat. Destan Jeu 8 Oct 2015 - 17:47



Destan, Selen & TharabasTrouble in town

L’ambiance d’une taverne, chaleureuse et revigorante si l’on savait faire abstraction de tout le florilège de relents qui la compose. Parfois, par la seule analyse olfactive, on pouvait déterminer bien des choses au sujet d’un individu comme son désintérêt pour l’hygiène au profit d’une place dans le carré d’or du bar. On les reconnaissait les habitués, amassés les uns à côtés des autres comme une nuée de corbeaux qui se partagent une charogne, chaloupant et brayant des sons intelligibles que par leur seul état d’ébriété. Pas que se prendre des bitures pour enterrer un chagrin ou fêter un évènement ou tout simplement pour le seul plaisir de se bourrer la gueule soit un mal en soit, non, ça permettait d’extérioriser tout le négatif en ne profitant que du positif, du moins avant que votre estomac ne se venge de vous être oublier au détriment de son propre bien être. De ce côté-là Tharabas avait comme qui dirait la mécanique bien rodée et les tripes suffisamment accrochées pour résister aux assauts violents des litres d’alcool qu’il ingurgitait. Avec du temps et de l’entraînement, vous finissez par avoir le coude qui se lève de plus en plus haut et la rate aussi imperméable que la coque d’un navire sans craindre les remous des vagues à la surface. Il en avait aligné plus d’un. Ces petits prétentieux généreux en vantardises et avares en démonstrations quand ils se pointaient, gonflés d’orgueils et qui prenaient le mercenaire au défit de s’incliner à un concours de boisson. C’était toujours un moment plaisant et risible mais aussi un bon moyen de se faire de l’argent facile quand cela ne se terminait pas en baston générale avec une lame « perdue » dans l’abdomen du mauvais joueur. Au fil du temps, accoutumés à ses victoires et au maintient scrupuleux de son titre de « trou sans soif », les tempérament les plus hardies perdaient toutes volontés de se (re)mesurer à lui, l’observant quelque fois d’un œil acide quand ils songeait à tous l’argent qu’ils avaient bêtement perdu contre lui ou aux parties d’eux-mêmes sacrifiées quand leur état ne leur permettait plus de raisonner ou d’assumer leurs responsabilités. C’était toujours la même rengaine redondante ; fierté arrogante, fou rire collectif, accolades. Quand il était un peu chanceux, Tharabas tombait sur des adversaires suffisamment aimables pour lui confier quelques confidences et vérités intéressantes. Puis comme à chaque fois, il remportait le duel, prenait ce qu’il lui revenait, assister aux lamentations et/ou aux contrariétés des perdants qu’il devait menacer, parfois même, châtier pour garantir et sauvegarder la bonne foi de tous les participants. Néanmoins, il demeurait toujours disponible et opérationnel pour les petits fanfarons qui ne craignaient pas les déculottés.

Attablé en retrait du reste de la populace qui séjournait dans la taverne, Tharabas contemplait d’un air détaché, une bière à la main, le quotidien misérable de ces roublards, apprentis musiciens sur le clavier du bar qui ne jouait que des morceaux à faire saigner les oreilles de ceux qui n’avaient pas payé pour les entendre. Lui-même subissait leur bruitage et leur rire vomit de leur grande gamelle de baryton mais c’était le fond sonore habituel des tavernes et il y avait bien longtemps que cela ne le dérangeait plus. Dans ce brouhaha, le son carillonnant de la cloche de l’église chanta 10h et quelques instants après, une femme pénétra dans l’établissement. Bien portante et à l’allure aussi grossière que hideuse, la paysanne sembla détailler la pièce d’un regard circulaire. Tout indiquait qu’elle était à la recherche de quelqu’un. Tharabas l’observa comme l’on observe les réactions d’un animal sauvage dans son environnement, à l’affût, dans les broussailles. Quand son cou, épais comme celui d’un bovidé, cessa de tourner et que son regard se focalisa sur sa cible, la bête humaine fonça vers le minuscule bonhomme qui lui faisait, visiblement, office de mari. L’espèce de serpillière délavée et chétive qui regardait ses nombreux reflets au travers des bulles de sa bière renversa le contenue de celle-ci sur lui en apercevant l’imposante ombre de sa femme l’engloutir. Tharabas était départagé entre la curiosité et l’amusement et les deux se complétaient bien. Il continua de les regarder, saisi par cette animation inédite. Entre ses phalanges, une pièce glissait avec fluidité et acrobatie offrant à ceux qui s’attardaient sur ses figures, un joli effet optique. Ils avait saisi son attention bleue perçante, chose rare. Une voix forte et puissante, pleine de reproche s’échappa de ses poumons volumineux à l’attention de son mari qui subissait dès lors l’humiliation de sa vie. Les compositeurs ratés du comptoir arrêtèrent de pianoter sur le bar, subitement captivés par autre chose que les vapeurs alcoolisées de leurs pintes. Tous les regards convergèrent vers le duo où cette femme à la carrure imposante et à la forte répartie assassiner verbalement cette lamentable excroissance humaine qu’elle se trimbalait. Elle l’affubla de tous les noms d’oiseaux possibles, enchaînant sur une appellation bien cinglante qui eut effet de faire éclater la sale d’un rire esclaffant. Certains des clients sifflèrent la hardiesse de l’ogresse tan dis que Tharas demeurait impassible et attentif devant tant de rage.

- Putain de nom de Dieu ! Qu’est-ce que j’ai fais au ciel pour toucher une cloche pareil ?

Il chercha à se défendre avec ses seules armes : son amour inconditionnel et irrationnel pour elle. Il riposta avec un « mais moi je t’aime » ringard qui sonnait comme une supplication. Sans doute cherchait-il un moyen de se faire pardonner de sa conduite sans réellement avoir d’excuses valables pour justifier son énième présence dans ce lieu de débauche pendant qu’elle l’attendait comme une courge à leur domicile. Avec une cruauté qui lui sied bien, elle lui balança d’un ton las qu’elle était au courant de ses sentiments à son égard mais qu’elle n’en avait cure pour le moment. Puis elle l’assassina en rebondissant sur leur situation sociale critique comme si elle avait atteint un point de fatigue mentale extrême qui la poussait à lui vider son sac en pleine figure. Il n’était pas difficile de constater qu’entre eux, c’était elle qui subsistait à leurs besoins. Peut-être était-elle commerçante ou rôtisseuse. Une bonne fille de la campagne élevée à la dure avec un héritage agricole extrêmement ancrée dans ses racines. Le bétail, ça devait la connaître et au vu de la manière dont elle sermonnait son mari, diriger et héler un troupeau de bovins ça devait être dans ses cordes. Elle ne pouvait sans doute pas compter sur ses capacités de siffleur de bière pour labourer les champs…Ainsi quand il osa répondre un « Mais je te trouve très belle comme ça » à son vœu de pouvoir acquérir un jour une nouvelle toilette, elle lui répliqua acerbement : « Ta gueule, tu me fais chier à tous le temps me trouver belle ! On dirait que plus je pue et plus tu m’aimes et plus je sens la merde et plus tu deviens romantique. ». La taverne s’était transformée en règlement de compte où se tenait une joute verbale entre eux. L’un lui balançait des fleurs et l’autre des lances, toujours sous le regard exacerbé de Tharabas qui vit les alcoolos autour d’eux se convertir en supporters. Ce qui était drôle au début commençait à devenir épuisant pour le mercenaire qui voyait sa tranquillité matinale perturbée par les vocalises affligeantes de cette bonne femme. Tharabas eut la soudaine envie de secouer ce maigrelet, de lui assener deux baffes pour qu’il s’impose et réagisse enfin puisque c’est tout ce qu’attendait sa femme : une réaction. Mais non, il demeurait, là, interdit, inexistant à la bouffer du regard avec ses yeux de cockers martyrisés. « Ca ne te viendrait pas à l’idée de te casser le cul pour nous sortir de notre mouscaille ?! » La saveur aromatique de sa bière caressa les lèvres de Tharabas qui commençait à bouillir dans son coin, un coin encore trop imprégné et proche de leurs échanges. « J’en ai raz le bol de te traîner dans mon sillage comme une malédiction ambulante ! J’ai pas envie de terminer clodo à patauger dans le fumier avec une bouteille de rhum, à lutter contre le froid. Et toi tu trouvais encore le moyen de me dire que je suis belle ?! Mais casse toi ! Tire toi puisque tu ne sers à rien et… » Il y eut du mouvement, une ombre en avala une autre puis enfin, une main puissante, lourde d’irritation et d’agacement, s’écrasa sur la joue de la mégère qui se vautra sur le planché peinturé d’alcool et de boue.

- Tu vas la fermer ou bien je t’en mets une autre ?! Combien il faut casquer pour que tu la boucles ?

La symphonie cristalline d’une pluie diluvienne de pièce de monnaie tinta au sol à intervalle irrégulier, recouvrant la bonne femme de l’or qu’elle n’avait su, jusqu’alors, que rêver et dans laquelle elle nageait ce matin. Tharabas venait de s’insurger avec une rage trop longtemps contenue. Il n’était pas de nature machiste mais puisque son bonhomme se complaisait dans sa léthargie, il fallait bien agir pour que cette comédie s’achève. Quand le public comprit qui venait d’intervenir, ils firent profil bas et pivotèrent sur leurs sièges en reprenant leurs anciennes occupations.

- Tu sais à qui tu viens de t’en prendre là, mon gars ?

- J’ai pas envie de faire sa connaissance, elle a une trop grande gueule.

Contre toute attente, comme victime d’un électrochoc, le soumis se réveilla suite à l’attitude belliqueuse de Tharabas et pointa un canif dans sa direction. Il le tenait fermement, bien que toute sa nature faillible brillait dans ses yeux hésitants. La situation redevenait comique et bien que Tharabas ne voulait pas empirer le cas de ce misérable bonhomme, s’il voulait jouer aux héros avec lui, il n’allait pas être déçu de s’être réveillé. L’esclavagiste, amusé, adressa un regard attendri devant la minuscule lame comme un enfant qui nous tend un jouet.

- C’est un couteau qui n’a jamais servi ça.

- J’pourrais facilement l’inaugurer !

- Bouge pas je vais te faciliter le travail. Ca évitera de saloper mes fringues avec du sang de voyou.

Tharabas entra dans son jeu et se leva prestement. Il le dépassait d’au moins trois têtes. Il ouvrit les pans de son manteau, déboutonna sa chemise sans la moindre hésitation et lui exposa son torse, beau et musclé, mais vulnérablement humain, même par un couteau. Son regard plaisantin déstabilisait le paysan qui s’effondra encore plus d'incertitude. Il ne s’était certainement pas attendu à ce genre de réaction. Devant son inaction, Tharabas désarma le paysan et l’assomma d’un coup de coude. Sans surprise et sans qu’il n’ait eu besoin d’y aller fort, l’homme s’effondra au sol avec à ses côtés sa bonne femme qui lui trouva tout à coup un soudain intérêt autre que celui de l’insulter et de le dénigrer (même s’il y avait sans doute beaucoup de vérité). A demi conscient, entre ici et ailleurs, le paysan essaya de se situer luttant contre les vertiges du coup et de l’alcool mais en vain. Tharabas l’enjamba tout en reboutonnant sa chemise. Ses yeux de glace glissèrent sur la bonne femme qui portait encore sur sa joue la marque de son égarement. Elle le regardait d’un air pathétique.

- Allons, ne fais pas cette tête ! Je nous aie tous les deux rendus service. Je t’ai enseigné les vertus du silence pour avoir la paix et j’ai peut-être sauvé ton mariage. Sa vie aussi d’ailleurs.

Le mercenaire paya le tavernier avec la pièce qui s’était trémoussait entre ses doigts tous le long et poussa la porte battante. Afin d’en finir sur une note plus joyeuse, il rejeta une dernière fois son regard par-dessus la porte, en direction de la bonne femme, un sourire aux lèvres.

- Oh et pour l’argent, il faut le prendre où il est, il y en a partout. Ça ruisselle dans les caniveaux. Si t’es pas fragile des lombaires, t’as qu’à faire comme moi et te baisser.  

Tharabas tourna le dos à la taverne et fit face à la place animée par le marché. Il flottait dans l’air un mélange de fragrances des divers étalages qui n’ouvrait en aucun cas l’appétit. Il en profita pour détailler les villageois qui débouchaient aussi bien sur sa droite que sur sa gauche, les mains dans les poches et le bassin légèrement poussé vers l’avant. Certains le toisèrent, sous l’ébauche de différents regards. Le mercenaire les sollicitait tous par le sien ; sournois et séducteur que deux sourcils épais surplombés. Il avait le profil de l’homme charismatique, mafieux, aux yeux vifs et à la mâchoire de loup mais dont l’insolence qui l’habillait inspiré volontiers le désir de lui administrer quelques claques pour lui faire ravaler cet air méprisable et supérieur qui trônait sur ses traits. Un tapage attira l’attention de l’esclavagiste et créa un mouvement de panique dans la foule. Ses yeux, dissimulés par l’ombre que lui procurait le porche de l’établissement, s’attardèrent sur le marchant d’orange qui venait de voir sa charrue vandaliser. Ses fruits s’éparpillèrent au sol, roulant et cavalant dans les jambes des passants en les entraînants dans une chute inévitable. Une fille s’enfonça dans une rue poursuivie hâtivement par un homme fort désireux de mettre lui mettre le grappin dessus.

- Bon courage mon brave.

Adressa t-il à son encontre sans savoir qu’il s’agissait de Destan en pleine traque de sa belle pirate manifestement dans le but de lui soutirer la broche qu’elle lui avait volée puis égarée avant que Tharabas n’en devienne l’heureux hériter. Quelle ironie…Puisqu’il s’était directement rendu à la taverne, il prit cette fois-ci le temps de se réapprovisionner en faisant le tour du marché. Des femmes à la peau brune que le soleil habillait de reflets dorés semblables aux femmes d’Umbar tournaient autour de lui, chuchotant des mots dans une langue étrangère. Sans lui barrer la route, elles l’accompagnèrent un court moment, apposant la marque brûlante de leurs mains sur son corps plaisant alors que les plus hardies de ces vipères du désert avaient déjà goutté de leurs lèvres audacieuses sa peau masculine. A ses cicatrices vaillamment méritées, s’ajoutèrent les griffures de ces créatures mystiques. Il n’envisagea pas de se débattre et laissa le charme de ces sorcières opérer pour le plaisir de ses beaux yeux tandis que dans les iris noirs de l’une d’entre elles, brûlait un profond désir aussi évident que grandissant. Pas aujourd’hui. Aussi délicieuse soit-elle. Elle dansait, elle tournait, elle tourbillonnait sur un vieux tapis, jeté négligemment sous ses pieds ; et chaque fois qu'en tournoyant sa rayonnante figure passait devant vous, ses grands yeux noirs vous jetaient un éclair. Autour d'elle tous les regards étaient fixes, toutes les bouches ouvertes et en effet, elle dansait ainsi, au bourdonnement de son tambour que ses deux bras ronds et purs élevaient au-dessus de sa tête, persuadée de ses charmes et du pouvoir qu’elle croyait exercer sur Tharabas. Elle était mince, frêle et vive comme une guêpe, avec son corsage d'or sans pli, sa robe bariolée qui se gonflait au rythme de ses mouvements séduisant et qui laissait apercevoir la beauté de ses jambes dénudées. C’était sans nul doute, une créature surnaturelle. Leurs fronts se touchèrent, ses boucles brunes flirtèrent avec le visage de l’homme sous les couleurs enivrantes des foulards qu’elle agitait autour de lui. Elle était certaine de l’avoir ensorcelé mais entre ses mains, elle était la seule à frémir, miroitante, se figurant déjà des instants infinis de plaisirs à ses côtés. Il pinça son menton cuivré entre son index et son pouce, viola son univers au travers de la fenêtre de son regard, lui déroba ses plus belles richesses puis la dénigra aussitôt. Il la chassa comme l’on se débarrasse d’un objet ayant perdu tout intérêt. Son âme n’était pas à vendre et quand bien même, il ne la monnaierait certainement pas aux charmes d’une diseuse de bonnes aventures aussi tentatrice soit-elle.

Les gitanes s’évaporèrent dans la foule comme des nymphes effarouchées en plein cœur d’une forêt, regagnant leur repaire interdit et secret alors que Tharabas, fin prêt pour le départ, se dirigeait vers les étables où l’attendait sa monture ; Aegon. Tharabas avait fait de nombreux achats et s’était réapprovisionner en victuaille comme en équipements. Il était par la même occasion revenu chercher tout ses cuirs qu’il avait fait restaurer ainsi que sa selle qui avait reprit un coup de jeune. Chargé, il continua sa route en s’éloignant de la ville, gagnant la petite ferme sympathique qui s’était engagée à prendre soin de son équidé. Il avait réglé le fermier qu’il avait croisé sur le marché, dès lors, il pouvait donc harnacher son animal et reprendre librement sa route. A proximité du lieudit, son regard ne manqua pas d’examiner des empruntes suspectes au sol. Les foulées étaient espacées comme lorsque l’on court. Interloqué, Tharabas fronça les sourcils et fit le lien avec la bouscula au marché. Si leur échauffourée avait conduis les deux malandrins dans l’écurie, Tharabas se sentait soudainement et personnellement concerné. Il tuerait le premier à s’approcher de son cheval. Pressant le pas, il comprit que sa réflexion était juste quand des hennissements successifs des chevaux lui parvinrent. Un stresse devait forcément avoir générer une telle excitation de leur part. Afin de les surprendre, il passa par la porte arrière, s’introduisant discrètement. Il déposa dans un coin ses affaires et s’approcha à pas de loup. Leur règlement de compte devait déjà en être à un stade avancé vu le désordre des locaux et la poussière de foin qui virevoltait dans l’air. Filtrant au travers des rideaux de poussière, ses yeux discernèrent des silhouettes mais ce qui l’interpella avant tout ce fut la voix de la femme. Elle poussa un hurlement de douleur qui, avant même qu’il ne fasse le lien avec l’identité de l’individu, arracha un déchirement profond dans le cœur de Tharabas. Cette voix, ce cri, il n’aurait jamais voulu l’entendre de sa vie et pourtant, il en était le triste témoin. Si ses yeux manquait de perspicacité, son cœur lui, ne pouvait le tromper. Il était persuadé d’avoir reconnu Selen et pour s’en assurer, il se rapprocha encore jusqu’à atteindre un point de vue qui lui permettait de discerner les deux protagonistes. Si la voix de la jeune femme appartenait belle et bien à Selen, il n’eut aucun mal à reconnaître cet homme avec qui il avait déjà croisé le fer avant qu’une escouade de corsaire ne vienne écourter leur duel, toujours pour le même motif : la broche. Si seulement il savait…Tharabas l’avait depuis longtemps revendue à une elfe pour un très bon prix. Une occasion aussi inattendue que rare. Cependant, après ce qu’il venait de faire à Selen, il ne méritait même pas la vérité. Il n’était plus question de réfléchir mais d’agir. En effet, Destan venait de passer à l’offensive et s’apprêtait à faire regretter à la jeune malandrin son coup sournois mais avant qu’il ne puisse atteindre sa cible, Tharabas s’interposa, son sabre arrêtant la trajectoire latérale de l’épée de Destan. Leurs puissants regards, vifs et déterminés s’entrechoquèrent avec une férocité plus caractéristique encore que la résonance de leurs lames. Le temps demeura en suspend, sur la note émise par leurs épées qui doucement dépérissait. Puis l’action reprit de plus belle, et dans une rotation puissante du poignet, Tharabas fit crisser leurs lames et éloigna brutalement Destan sur quelques mètres. Sans tourner le dos à son adversaire épuisé, Tharabas recula vers Selen, le visage toujours fermé et le regard acéré comme les angles taillés d’un diamant.

- Dans quel guêpier tu t’es encore mise, Selen. Il ne faudrait pas en prendre l’habitude, je ne serais pas toujours là pour toi.

S’autorisa t-il à lui dire en plaisantant bien que cela n’apaise en rien la douleur qui semblait incendier son bras. Il observa de nouveau son adversaire, menaçant et protecteur comme un lion sur son harem.

- Quant à toi…J’aurai pu oublier l’affront que tu m’as fais en refusant ma si généreuse offre et en osant me provoquer en duel mais il semblerait que tu sois de ces hommes qui n’ont qu’une parole. Eh bien soit ! Tu as prophétisé que nous nous rencontrerions de nouveau et je suis là. Il n’y a plus personne pour venir interférer entre nous. Il n’y a que toi, moi et nos vengeances mutuelles.

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas

LONELY CAPTAIN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 91
♦ RÉPUTATION : 414
♦ AVATAR : Iain Glen
♦ DC & co : Thorin Oakenshield
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Destan est un Homme, un simple Gondorien sans particularité aucune si ce n'est la fierté qu'il conserve, indéfectible, pour sa patrie.
— ORIGINAIRE DE : Il est originaire de Dol Amroth, ancienne cité elfique et port fortifié sous la gouvernance de Princes Dunédains et l'Intendance du Gondor.
— ÂGE DU PERSO : Il y a quarante-trois années que Destan foule la Terre du Milieu et il les supporte plutôt bien.
— RANG SOCIAL : Assez pauvre comparé à ce qu'il aurait pu être au vue du grade qui était le sien auparavant.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Il a été Capitaine des Garde de la Porte Noire avant que les orcs ne les mettent en déroute. Désormais, il offre ses services aux caravaniers qu'il escorte durant leur voyage.
— ARMES DU PERSO : Destan possède une épée dont il prend grand soin et qu'il chérit, Ascalon.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : L'allégeance de Destan va à Turgon ainsi qu' Angelimir, Prince de Dol Amroth.
— VOYAGE AVEC : Il voyage seul pour le moment, il a accompagné lors de son voyage de retour la dernière caravane qui était partie de la baie de Belfalas, désormais, avec la menace des Pirates, il est contraint à voyager en solitaire pour se trouver de nouvelles tâches.
— AMOUREUSEMENT : Il a cessé de croire que le Grand Amour était pour le commun des mortels mais réservé à certains privilégiés.

MessageSujet: Re: Trouble in town ~ feat. Destan Dim 22 Nov 2015 - 20:45


Trouble in town
Serpent et Renard..


La poussière s'élevait et le vent était incapable de la balayer. Seul l'arrêt de leur joute avait permis a l'épais nuages de redescendre doucement, avant que Selen, car tel était son nom ne pousse un cri strident que l'ancien capitaine de la porte noire ne pu faire taire. Il lui avait brisé le bras et sans doute luxé l'épaule, exactement comme il l'aurait fait avec un orc dans des temps pas si reculés qu'ils ne le semblaient. Son hurlement pouvait avoir alerté nombre de ses amis et Destan ne comptait pas rester là à la regarder gémir. Il s'empressa d'aller ramasser son épée et celle de la félone, il la garderait en souvenir, elle n'en aurait pas besoin dans les semaines à venir. Il espérait néanmoins que son bras se soigne du mieux que la nature lui permettrait. Elle aurait toujours une faiblesse à ce niveau là et chacun des jours pluvieux, des temps humides et de mouvements trop brusques sauraient lui rappeler le jour de cette correction qu'elle avait amplement mérité.
Nul larcins désormais se feraient sans quel doute de l'efficacité de ce bras qui gisait, inerte. Cela ne le faisait sourire ni trépigner de sadisme, c'était un fait et la Justice du Gondor aurait été plus sévère qu'il ne l’avait été avec elle. Il s'approcha d'elle pour lui faire comprendre que lui jeter des pierres ne rimait à rien lorsqu'une épée, un sabre vint crisser contre la lame Ascalon qui était la sienne.

Les craintes qui avaient saisi l'homme au cheveux de blés se révélèrent fondées et le visage qui apparu au jours, la poussière retombée lui sembla atrocement familier. Il était celui contre lequel il s'était battu pour se voir redonner la broche qu'on lui avait volé. Il avait échoué à ce moment là et il n’avait plus jamais pu poser ses yeux sur le bijou cher à son cœur depuis lors. Un seul échange de regard, l'attitude de l'homme envers la maraude, cette posture, cette tension, lui avait permis de percevoir, du moins le croyait-il, un lien les unissant. Oeuvraient-ils de concert ? Le Mal savait se trouver des alliés n'importe où et Destan savait qu'il n'était pas en passe de pouvoir mener une conversation diplomatique et polie avec l'homme qui désormais lui faisait face.

Les regards qu'ils s'échangeaient, la profondeur de la férocité sauvage qui se lisait dans leur yeux ne pouvait laisser planer le doute que l'un d'eux s'en sorte indemne. Ils étaient fauves, ils étaient loups et renards , l'ancien soldat était aussi fatigué que Tharabas, l'homme qu'il avait affronté par le passé serait fourbe. Mais jouer le jeu de la faiblesse lui sauverait la mise sans doute, cela avait fonctionné avec la voleuse. Leurs lames liées se séparent par un mouvement souple du poignet du mercenaire, les faisant prendre de la distance. Ce dernier ne lui tournait pas le dos mais se reculait sans doute pour mieux le jauger, c'était ce que faisait en cet instant Destan, essayant de percevoir une fêlure chez un homme qui devait en posséder bon nombres.
Le mercenaire avait le visage fermé lorsqu'il s'adressa à Selen, se moquant presque de la situation dans laquelle elle s'était retrouvée. Il ignorait quelle relation liait ces deux êtres vils, mais Destan pouvait percevoir une dette de vie, si du moins avaient-ils assez d'honneur pour respecter ces anciens engagements.
L'homme mur posa, observa le ressortissant de Dol Amroth comme un chien protégeant une brebis de son troupeau. Etait-il touché par le sort de la jeune femme ? Si tel était le cas il n'en serait que plus dangereux. Certains penseurs avaient argués qu'une armée entière de soldats épris les uns des autres les rendaient plus violents et féroces que n'importe quelles atrocités, Destan espérait donc qu'il tenait moins à Selen que sa posture ne le laissait songer.

Tharabas s'adressa à lui, sifflant. Lui révélant combien il n'avait pu oublier l'affront que Destan lui avait fait en refusant l'offre insoutenable et exorbitante qu'il lui avait fait concernant la broche offerte par celle qui lui avait fait aimer les étoiles. Il ne lui pardonnait pas le duel qui les avaient opposés. Destan lui avait affirmé qu'ils se reverraient et qu'il lui ferait payer sa fuite, il n'avait effectivement qu'une parole. S'ils devaient tout deux se venger l'un de l'autre en ce jour innocent, tel serait leur destin.

L'ancien capitaine de la porte noire ne se permit même pas d'user de sa salive pour lui répondre,e un rictus de mépris suffisait à témoigner de la rancœur qu'il éprouvait à l'encontre du bretteur. Il se mit en garde, ancrant ses appuis dans le sol en se baissant sur ses jambes pour mieux se déplacer. Autrefois Destan avait été un oiseau léger et insouciant, désormais il était un rapace et sa lame serait aussi acérée et aiguisée que des serres.
Les deux hommes laissèrent l'extension en fer de leur bras se rencontrer, les laissant emplir l'air d'une mélodie aux notes dont le timbre semblait mortel. Il n'y aurait qu'un seul vainqueur dans ce duel et Destan ne permettrait pas que ce fût celui qu'il affrontait. Il était épuisé, éreinté et il avait un travail à accomplir qui lui demanderait encore d'éloigner la fatigue qui saisissait déjà son corps. Mais s'ils devaient jouer sur leur nerf, qu'il en soit ainsi.
Ils frappèrent, chacun de leur côté, de taille et d'estoc, la danse létale était ponctuée de parade. Ils donnaient des coups pour en recevoir d'autres, les estafilades se faisaient rougeoyante sur leur corps et leur souffle caverneux. Les poumons de Destan voulait implosé tant l'intensité, la férocité du combat était grande, son cœur battait contre ses tempes a vive allure et pourtant il ne laisser percer de son corps qu'un mince filet d'air, continue. Il était concentré, son regard acier tiquait seulement lorsque des gouttes de transpiration se mettait à perler non loin de ces cils. Un coup de son adversaire manqua de l'éborgner, le suivant de l’envoyer au tapis. Alors que son cœur battait de plus en plus vite, il se rua sur Tharabas, poussant l'unique cris de leur conversation avant de le désarmer d'un geste ample et de l'assommer, laissant sa tête rencontre le genou que l'ancien soldat avait remonté après avoir agrippé le col du mercenaire. Il laissa son corps inerte rouler dans la poussière avant de s'avancer, écumant encore de colère, irradiant de rage vers Selen, comme s'il s'était apprêté à en finir avec elle. Il ne lui laissa pas le temps de lui échapper où de se reculer, il agrippa son épaule blessée avant d'un coup sec la remettre à sa place. Tharabas avait payé le prix de l'humiliation, elle avait payé le prix de la douleur et contrairement à eux, il avait assez d'honneur pour agir avec sagesse. Les rebouteux du coin ne l'auraient jamais soigné comme il se devait et il n'était pas dupe, les Ténèbres continueraient de marcher sur eux et même ces deux individus fourbes en pâtiraient, alors qu'il hâte le jour de leur mort ou de leur souffrance n'y changerait rien.

Sans quitter du regard la jeune femme, il s'en retourna de là où il était venu, emportant les épées des deux blessés avant de regagner la ville, accostant les premiers gardes venus de la présence de voleurs à la sortie de la cité et leur remettant les lames qu'il avait prises. Il espérait pour Selen et Tharabas qu'ils aient pris la fuite, sinon, il n'était pas certain de leur sort. Les villageois avaient envie de punir les coupables des misères qui s’abattaient autour d'eux et le plus petit coupable était suffisant à leur soif de vengeance.

made by LUMOS MAXIMA


_________________
Until my last breath, I will remember...
Ce sera l’heure des loups et des boucliers fracassés lorsque l’age des hommes s’effondrera. Mais ce jour n’est pas arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1414-destan-l-ombre-du-mor http://lonelymountain.forumactif.org/t1420-destan-hello-darkness-my-old-friend http://lonelymountain.forumactif.org/t1452-destan-mist-shadow-and-wheat

The Mermaid ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 755
♦ RÉPUTATION : 4438
♦ AVATAR : emilie de ravin
♦ DC & co : Raeryan, cármen, farshad, elladan
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 28 ans
— RANG SOCIAL : Riche
— MÉTIER PRATIQUÉ : Second à bord d'une frégate appelée le Crépusculaire
— ARMES DU PERSO : Epées, dagues, couteaux
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : aux pirates du navire et surtout son capitaine; Aaren
— VOYAGE AVEC : les pirates du Crépusculaire
— AMOUREUSEMENT : s'y aventure dangereusement

MessageSujet: Re: Trouble in town ~ feat. Destan Lun 23 Nov 2015 - 12:02




Trouble in town

I'm miss fortune, miss so soon. I'm like a bottle of pain. Miss matter, you had her. Now she's goin' away..




L’adrénaline était à son comble alors que son cœur cognait contre sa poitrine dans un rythme effréné. Selen s’était éloignée, reculant à mesure que Destan s’approchait d’elle, le regard noir et visiblement dans le but de lui faire payer ce nouvel affront qu’elle lui avait fait malgré la douleur électrisant tout son bras. Puis une présence vint s’interposer entre eux, surprenant Selen au passage alors qu’elle n’eut pas besoin de plus de quelques secondes pour reconnaitre Tharabas. La pirate fronça les sourcils, se demandant un court instant si son esprit n’était pas en train de lui jouer des tours, jusqu’à ce qu’il se tourne vers elle et la sermonne d’une boutade. Encore en état de choc, Selen ne répondit rien à sa remarque, se contentant de se questionner sur le fait qu’elle soit encore vraiment vivante ou pas. C’est le bruit du fer se croisant et les gestes vif d’un combat maintenant engagé qui sonna la réalité alors que Selen restait en retrait, tenant son bras meurtri. Elle ne pouvait pas intervenir, déjà le moindre pas lui donnait la nausée tant la douleur était constante. Essouflée, elle était attentive aux moindres gestes des deux hommes. C’est alors que Destan assomma Tharabas de mouvements fluides où il s’était dérobé sous ses attaques pour le mettre hors d’état de nuire. Selen écarquilla les yeux, choquée.

« Espèce d’enfoiré ! » Fit-elle en serrant les dents tandis qu’elle lui lançait un regard noir.

Elle ne pouvait pas faire grand-chose, mais se cramponna à son couteau tandis que Destan revenait vers elle. Il allait surement achever son travail, elle devait dès lors se tenir prête à se défendre malgré l’appréhension qui la paralysait. Elle tenta alors de lui asséner un coup mais il fut bien plus rapide et immobilisa ses gestes en la saisissant avec fermeté. Elle se débattit du mieux qu’elle pu, entre la douleur et son bras hors d’usage il était difficile pour elle se résister lorsqu’il l’empoigna. Prise d’angoisse, elle s’était attendue à ce qu’il finisse le travail comme il n’avait pas pu le faire à l’arrivée de Tharabas mais elle fut surprise du contraire alors que d’un coup sec et précis il aida à le lui remettre ne place avant de la laisser retomber sur le sol. Selen fronça les sourcils, le suivant du regard alors qu’elle se demandait pourquoi il faisait ça. Les hommes de principes font souvent des choses insensées, quoi qu’il en soit, ça ne changeait rien au fait que son bras soit cassé et qu’elle paye cher les séquelles. Son épaule aurait fini par être remise en place, maintenant ou plus tard, quelle était la différence. Elle ne voyait pas cela comme un acte de générosité et d’humilité de la part de Destan, il était vain de tenter de faire culpabiliser une personne comme Selen dont le cœur était déjà noirci depuis bien longtemps. Alors ce fait là bientôt rejoindrait les oubliettes, gardant tout de même cette rancœur à son égard intacte.

Lorsque Destan disparu, Selen se précipita vers Tharabas dont le visage reposait à même la poussière. Inquiète, la jeune femme le fit basculer sur le dos et entreprit d’aller vérifier qu’il était bien vivant. Son cœur battait toujours, il respirait bien, il était simplement assommé et ce n’était alors qu’une question de minutes avant qu’il ne se réveille. Selen demeura assise à ses côtés, sa main encore en état d’usage alla se poser sur le visage du mercenaire, caressant doucement sa peau sans pour autant chercher à le brusquer d’un réveil. Mais voir Tharabas ainsi vaincu ne lui apportait que plus de colère envers Destan. Autant perdre l’usage de son bras l’avait réellement agacée, autant toucher à Tharabas revenait  à la menacer directement, aussi étonnant que cela puisse paraitre venant de Selen. Elle jurait alors de se venger de cet homme, quoi qu’il en coute, elle apprendrait à se battre de sa main gauche et rendrait justice la prochaine fois qu’elle le croiserait.

D’abord elle allait devoir entamer un long travail de rééducation, après avoir été guérie, elle envisageait de demander à Aaren quelques conseils puisqu’il a toujours été un homme ambidextre au combat. Ce n’était qu’une question de temps avant que tout puisse se mettre en place, elle allait le traquer, il ne perdait rien pour attendre. Mais pour le moment toute son attention était concentrée sur Tharabas, qui au bout de quelques instants avait fini par montrer des signes de réveil. Le retour à la réalité allait être difficile pour lui, ainsi en se montrant avec lui elle limiterait l’angoisse classique du « que s’est il passé ? »

« Tharabas ? » Fit-elle d’abord en voyant qu’il fronçait les sourcils et commençait à se mouvoir

Il aurait sans doute une belle gueule de bois le temps que son esprit se remette en place. Selen se pinça les lèvres, espérant qu’il n’aurait pas de séquelles par sa faute. Mais quelle idée de venir s’interposer ! Selen est une grande fille, elle avait connu pire et aurait de toute manière trouvé une échappatoire avant que Destan ne l’achève ainsi qu’elle le faisait tout le temps. Mais alors qu’elle pensait pouvoir lui laisser le temps de s’en remettre, elle entendit des hommes arriver, manifestement des gardes à en juger le son de leurs armures claquant à mesure qu’ils chevauchaient. Selen poussa un juron et se leva avant de passer son bras non blesser sous les bras de Tharabas pour le tirer hors de là. Dans la panique, elle le tira le plus possible jusqu’à se laisser tomber au sol alors qu’elle avait trouvé cachette dans un coin de la grange en priant pour qu’ils ne viennent pas fouiller là.  Tenant Tharabas entre ses bras le temps qu’il se réveille, elle tenta de reprendre sa respiration encore perturbée par la douleur alors qu'elle grimaçait de plus belle. La pirate prit néanmoins sur elle pour rester attentive au bruit des pas des gardes dans l'éventualité où ils s'approchent trop près.


love.disaster

_________________
 
Voveso In Mori
In the ocean of my tears I drown. Howling winds are bending my mast and my longing deepens with every dram. Welcome, my shore. Welcome, silent wave. In the ocean of my tears I drown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1653-selen-pyrates-beware http://lonelymountain.forumactif.org/t1654-selen-do-you-love-the-way-i-murdered-your-heart
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Trouble in town ~ feat. Destan

Revenir en haut Aller en bas
Trouble in town ~ feat. Destan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Libre]Nobunaga est mort! [Big Town, Rang B, Chasseurs de Prime, Assassinat]
» [Fiche d'île] Logue Town
» Un Voleur Sachant Voler. [Orange Town, Rang D, Solo, Interception de voyous]
» [Annulée] Contre le maître du rock [Logue Town, Rang C, Pour tous, Baston]
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: partie rp du forum :: Southern Middle Earth :: Gondor-
hobbit rpg hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains Af Jarni Og Is hobbit nains thorin hobbit nains
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.