AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Thorin : Cherche naine pour se perdre dans sa chevelure durant un siècle a venir.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Meruva : Cherche complice pour rencontre fortuite.
Loìn : Cherche bébé dragon pour brûler les fesses d'un méchant nain.
Smaug est le bienvenue aussi, si il nous rend Erebor !
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan]

Partagez|

Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

THE FATHER OF EVERY THINGS ♦ PNJ
avatar
♦ MESSAGES : 323
♦ RÉPUTATION : 442


MessageSujet: Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan] Sam 3 Oct 2015 - 17:30




“ Affrontement à Osgiliath ”    
Quête

Entre les explosions et les cris apeurés, les attaques de pirates plongeaient toujours les villages dans un chaos. Bien qu’on essayait de contrôler de désordre, l’attaque avait pris de court les habitants et la garde du Gondor venue en renfort. Toujours dans la fourberie qui les caractérisaient, les pirates avaient débarqués là où on ne les avait pas attendus. L’œuvre de ce traître ayant informé ses congénères avait dès lors permis aux écumeurs des mers de semer la panique en une poignée de minutes. C’est les explosions assourdissantes des canons, faisant voler en éclat les vitres qui avaient témoigné de leur présence ailleurs. Très vite le trouble dans la ville en ruines avait provoqué un mouvement de foule, fuyant les côtes vers l’intérieur de la ville alors que ses assaillants y pénétraient.  Les prédateurs progressaient dans les campements de fortune, pillant les richesses qu'ils avaient emmenés dans un dernier espoir de survie, tuant la moindre personne se mettant en travers de leur route. On percevait leurs rires gras, moqueurs et assoiffés d’or. D’hors et déjà la cale du brick ayant mouillé sur la rive se remplissait.

Les pirates semblaient avoir été parfaitement informés et étaient venus en charogne, profitant que la garde du Gondor ne soit pas encore arrivée jusque là. Sur le front dans l’attente on les avait vite alertés, aussitôt une vague de soldat se dirigea vers l’intérieur de la ville jusqu’à rejoindre leurs ennemis. On découvrait alors les abris réduits en charpie, les coffres éventrés et les flammes ardentes dévorant tout matériel sur son passage. Les pirates ayant accosté par ici étaient malins et redoutables, malheureusement pour eux ils avaient déjà perdu bon nombre d’homme et il ne serait plus qu’une question de temps avant qu’ils ne soient en sous-nombre.

Ce qui semait encore le doute encore dans les esprits des Gondoriens était l’information qui avait fuité et qui causerait la perte d’un bon nombre des leurs. Qui était cet homme qui circulait librement en ville et qui avait eu le temps de prévenir les pirates ? Tandis que les officiers tentaient d’élucider le mystère pour faire en sorte que cette erreur ne se reproduise pas, les combattants se ruaient sur les pirates qui avaient lâché leurs trésors pour sortir leurs sabres aiguisés. On ne voyait sur leurs visages, qu’amusement, bien qu’ils n’étaient pas en position de force, ces fléaux des mers ne reculaient devant rien et se battraient avec acharnement. Quand à leur opposants, leurs visages étaient crispés par la colère, avec la ferme intention de mettre un terme à leurs assailles. Un contraste électrique qui embrasa la ville de plus belle ; les sabres qui s’entrechoquaient battaient le rythme des hostilités. Le combat serait rude et long, mais personne n’avait l’intention de laisser Osgiliath se faire prendre par les pirates.

Ainsi on tenta d’improviser l’organisation afin que garder un semblant de contrôle. On rassemblait les femmes, les enfants et les blessées dans un bâtiment abandonné sous protection tandis que chaque homme en capacité de se battre se voyait obtenir une arme et poussé au front. Les ruelles étaient barricadées pour éviter les fuites et les attaques surprises, on interrogea aussi les personnes venues en renfort, à propos de ce traitre, personne n’y échappait car la moindre information pouvait leur être utile.

Alors que le quartier s’organisait, un groupe d’assaillants pirate arriva. Certains s’étaient faits pirates sur le tas ; des mécréants, des mendiants ou des hommes endettés qui profitaient de l’attaque pour passer l’arme à gauche, corrompre leurs âmes et oublier leur vie misérable pour jouir de la liberté pirate. Quoi qu’il en soit même si leur nombre diminuait, certains ne se gênaient pas pour changer de camp. Le groupe était donc composé de pirates d’expérience et d’anciens villageois des ports attaqués avant Osgiliath, féroces, couverts de sangs, ils avaient soif de combat et venaient le réclamer. L’un d’entre eux se mit à hurler avant que le groupe ne se rue sur des soldats qui furent décimés sauvagement. Leurs têtes roulèrent, sous les cris victorieux des pirates.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Epée Sanglante ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : louha / Lucy
♦ MESSAGES : 179
♦ RÉPUTATION : 571
♦ AVATAR : Ben Barnes
♦ DC & co : Elina, Elrohir
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : C'est un Homme. On raconte qu'il y a, très, très loin dans ses ancêtres, un elfe, mais rien n'a jamais été prouvé
— ORIGINAIRE DE : Dol Amroth, un port fortifié du Gondor situé dans la baie de Belfalas dans le fief de Dor-en-Ernil. Cette cité a toujours été très importante et influente au sein du royaume du Gondor. Le prince de Dol Amroth est réputé avoir été virtuellement indépendant après la mort d'Eärnur, mais fidèle aux Intendants
— ÂGE DU PERSO : 24 ans
— RANG SOCIAL : Prince de Dol Amroth et héritier de la cité. La lignée des princes de Dol Amroth est issue d'un Numénoréen, Imrazôr, et d'une elfe sylvaine, Mithrellas2, suivante de Nimrodel. Perdue dans les montagnes de Gondor comme sa reine lors de la fuite de la Lórien, elle aurait été recueillie par Imrazor, habitant du Belfalas, qui l'aurait épousé. Ils auraient eu deux enfants, Galador et Gimlith (une fille), puis Mithrellas aurait disparu, une nuit
— MÉTIER PRATIQUÉ : Soldat, Dimplomate, Politicien, (...) tout ce qui se rapporte de près ou de loin à ce qu'un Prince peut faire dans la vie. Parfois, il aime enfiler des vêtements sales et se faire passer pour un forgeron ou un simple soldat
— ARMES DU PERSO : Il se bat à l'épée et avec des dagues principalement. On peut dire qu'il s'en sort aussi avec un baton de combat et avec un arc, mais pas qu'il aime ça
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : à son père, Angelimir〣 Hommes
— VOYAGE AVEC : Il voyage avec quatre gardes qui lui servent de protecteurs, car son père refuse qu'il sorte seul de la cité.
— AMOUREUSEMENT : Monsieur est célibataire, bien que son coeur tombe petit à petit pour les lettres enflammées d'une jolie demoiselle qu'il n'a pas vue depuis douze ans...

MessageSujet: Re: Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan] Lun 5 Oct 2015 - 18:42




“ Affrontement à Osgiliath ”    
Destan & Adrahil


Adrahil, vient ici. Je me retourne dans le couloir, inquiété par l’anxiété dans la voix de Père. Les pirates ? ma voix, elle, est ferme et calme. Ces combats récents m’ont donné un nouvel aplomb, une nouvelle façon de voir les choses. Mon épaule droite est encore bandée, souvenir d’un sabre pirate passé trop proche de ma chair pour en repartir sans emporter un petit souvenir. Cette blessure est, à mes yeux, le souvenir poignant et constant que je suis faillible et que la mort ne peut que trouver son chemin jusqu’à moi un jour ou l’autre. C’est une blessure qui a eu son importance, car si j’ai vu mes camarades tombés au combat durant les semaines où les pirates se sont acharnés sur Dol Amroth, seule cette blessure m’a permis de comprendre que moi aussi j’étais faillible. Trop souvent je me suis cru invincible, allant jusqu’à risquer ma vie trop en avant dans les lignes ennemies pour mon propre bien. Mais, cette blessure m’a appris à rentrer dans le rang, à rester proche de mes renforts et surtout à ne pas poursuivre ma proie au-delà des lignes ennemies. Les combats m’ont changé. D’un prince tout à fait innocent, issu du règne tout à fait banal de son père, j’ai appris à m’épanouir dans les combats et j’y ai atteint une maturité que je n’aurais pas su atteindre autrement.

C’est en repensant à toute cette histoire que je suis mon père à l’écart, après qu’il ait acquiescé à ma question. Cachés derrière un pilier, je l’écoute me raconter que les pirates se sont déplacés sur la côte, et qu’ils harcellent désormais Osgiliath. Sa requête de me voir prendre les rênes des renforts m’emplit d’une fierté qui gonfle un instant dans ma poitrine. Cependant, par égard pour ceux qui sont en train de mourir au loin, je me contente de hocher la tête et de retenir le sourire qui s’apprêtait à exploser sur mes lèvres pour moi. Les fois où je sors de ma cité sont rares et précieuses, et si Père m’envoie combattre, alors c’est qu’il pense que je suis prêt à prendre mon envol. Enfin !

Il ne me faut qu’une heure pour rassembler mes hommes, laissant tout de même une garnison assez importante pour défendre la cité au cas où Osgiliath ne serait qu’un leurre destiné à vider nos cités pour leur permettre de se remplir les poches à moindre frais. En une heures, nous sommes prêts et nous partons pour Osgiliath, n’hésitant pas à presser nos chevaux pour que le trajet dure le moins longtemps possible, et pour ne pas arriver trop tard, surtout. Si cette cité tombe, alors ce sera la porte ouverte à d’autres folies. Minas Thirit n’est qu’à une heure de chevauchée de la garnison, et je n’ose imaginer ce que feraient ces malfrats avec une porte ouverte sur le Gondor aussi importante !

Après des heures de chevauchées et un repas frugal, la nuit se passe encore et toujours à cheval. Et, lorsque nous arrivons, sur les coups de neuf heures, le combat fait rage. D’un geste, j’envoie mes hommes fatigués au front et tire ma propre épée pour les y suivre. Nous nous présenterons à ceux qui gèrent la ville plus tard. Ma lame chante en quittant son fourreau et je me jette dans le combat, oubliant la pitié et sans prendre une seconde de réflexion. Non. Il ne faut pas réfléchir. Il faut parer, trancher, couper, pointer… Mettre en place chacune des leçons qui m’ont été apprises depuis ma plus tendre enfance pour faire de moi un guerrier accompli. Oui, je suis là pour sauver des vies. Pour repousser ces hommes sans foi ni loi. Je ne prends pas une seconde pour penser en arrière, ni même pour lever les yeux vers la cité et ceux qui y vivent. Car, l’un des conseillers du maire est le père de Svéa, mon amie d’enfance. Et, je ne veux pas penser à ce qui aurait pu lui arriver dans cet endroit. Alors, ma lame devient une extension de mon bras et elle n’a d’autre choix que de continuer à se lever et à combattre, malgré la fatigue qui tire sur mes muscles.

Le temps passe. Les minutes se transforment en heures, et je finis par me retrouver dans une ruelle, seul. Je m’adosse au mur et ferme les yeux durant quelques secondes. Mon épaule droite me lance, et lorsque j’y porte la main, la sensation poisseuse du sang me fait tirer une grimace. J’ai rouvert mes points. Ce n’est pas handicapant, mais c’est surtout énervant. Un bruit sur le côté, et je reprends mon épée de la main gauche, ma main forte, pour la pointer vers celui qui vient d’émerger de l’ombre. Pirate ? Habitant ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1680-adrahil-21-prince-de- http://lonelymountain.forumactif.org/t1684-adrahil-jamais-les-pirates-n-auront-ma-cite-meme-si-je-dois-mourir-en-la-protegant http://lonelymountain.forumactif.org/t1685-adrahil-il-n-y-a-pas-besoin-de-partir-de-chez-soi-pour-vivre-des-aventures

LONELY CAPTAIN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 103
♦ RÉPUTATION : 458
♦ AVATAR : Iain Glen
♦ DC & co : Thorin Oakenshield
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Destan est un Homme, un simple Gondorien sans particularité aucune si ce n'est la fierté qu'il conserve, indéfectible, pour sa patrie.
— ORIGINAIRE DE : Il est originaire de Dol Amroth, ancienne cité elfique et port fortifié sous la gouvernance de Princes Dunédains et l'Intendance du Gondor.
— ÂGE DU PERSO : Il y a quarante-trois années que Destan foule la Terre du Milieu et il les supporte plutôt bien.
— RANG SOCIAL : Assez pauvre comparé à ce qu'il aurait pu être au vue du grade qui était le sien auparavant.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Il a été Capitaine des Garde de la Porte Noire avant que les orcs ne les mettent en déroute. Désormais, il offre ses services aux caravaniers qu'il escorte durant leur voyage.
— ARMES DU PERSO : Destan possède une épée dont il prend grand soin et qu'il chérit, Ascalon.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : L'allégeance de Destan va à Turgon ainsi qu' Angelimir, Prince de Dol Amroth.
— VOYAGE AVEC : Il voyage seul pour le moment, il a accompagné lors de son voyage de retour la dernière caravane qui était partie de la baie de Belfalas, désormais, avec la menace des Pirates, il est contraint à voyager en solitaire pour se trouver de nouvelles tâches.
— AMOUREUSEMENT : Il a cessé de croire que le Grand Amour était pour le commun des mortels mais réservé à certains privilégiés.

MessageSujet: Re: Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan] Sam 10 Oct 2015 - 23:48


Affrontement à Osgiliath
Two swordsmen, one task.



Les nuages roulaient au-dessus du Mordor et de Minas Tirith. Les Ombres se nourrissait des larmes et des cris. Sur la plaine devant la cité blanche les chevaux cavalaient en hâte vers l'ancienne citée au dôme étoilé.  Les troupes se pressaient pour arriver au plus vite mais les flammes envahiraient sous peu la cité détruite.

Il était arrivé avant les pirates, talonnant Girofle sous la pluie depuis le petit jour et pourtant au fur et à mesure qu'il s'approchait de la cité blanche qu'il avait quitté depuis longtemps, les nuages ne cessait de s'obscurcir, de gronder au-dessus de sa tête. Le ciel semblait vouloir s'écrouler et cela était un mauvais présage. Bientôt, à l'horizon, les premières voiles sombrent apparurent, tranchant la grisaille comme des lames une armure et bientôt les clameurs et les cris. Les fumerolles des villages incendiés du Lossarnach autour du fleuve rendait le jour plus funèbre qu'il ne l'était déjà. Il s'équipa alors dans les ruelles sombres d'Osgiliath que les pauvres hères jetés sur les routes avaient gagné. La garde des intendants les en délogea, les faisant rentrer pour la majorité de ceux qui avaient trouvés en hâte dans Minas Tirith, mais il en restait d'autres, tant d'autres que les compter était impossible. Les malheureux avaient fui, important ce qu'ils pouvaient' s'abritant sous des toiles de fortunes qui bientôt s’embraseraient. Il demeura caché. Qu'est-ce que penseraient de sa présence  les officiers suffisamment vieux pour le reconnaître ? Passerait-il pour un traitre ou un déserteur ? Il l'ignorait et pour la première fois depuis longtemps, il jugea bon de remettre l'armure frappée de l'arbre blanc du Gondor. Sa cottes de mailles et son plastron de cuir seuls ne le protégeraient pas, pas assez longtemps face à la férocité des pirates. Il vit les armes de sièges d'Osgiliath se tourner vers le fleuve, on lance des feux grégeois et des boulets de roches mais bientôt, les pirates furent sur eux, sur les soldats qui s'étaient rangés en faction mais qui semblaient perdu. Alors surgissant de la nuit, tête à découvert, épée au clair, il fondit à son tour avec ceux qui auraient pu être ses frères d'armes. Il retrouva ses réflexes de capitaine d'antan. Il donna quelques ordres qui dans les ténèbres du combat furent exécuté sans que nulle question ne soit posé et lorsque les réels officiers sonnèrent le rassemblement, dissimuler dans une bâtisse encore debout il s'éclipsa, ombre dans la noirceur, seule la blondeur de ses cheveux devenus gris par endroit semblait éclairer le chemin qu'il empruntait. L'espoir s'enfuyait des cours des jeunes fantassins, le Gondor avait trop d'ennemis pour tourner ses forces vers un seul. Heureusement pour les intendants de Minas Tirith des gens de Dol Amroth était venu leur prêter main forte, il avait reconnu les écus au cygne. Même certains
Rohirrims étaient là mais où était leur seigneur ? Les rumeurs disaient que Fengel n'avait agis, que seul son fils Thengel était venu porter de l'aide. Les feux d'alarme avaient-ils été allumés sans réponse ? Ou bien Fengel était-il trop sot pour agir ?  Il n'avait nulle réponse à ces questions pour le moment, tôt ce qu'il lui fallait, c'était agir.  Il sortit de sa cachette, il n'était pas lâche, s'il devait mourir aujourd'hui alors telle aurait été sa destinée il rencontra un pirate sur son chemin qui fouillait les décombres, sa tête sauta de ses épaules alors qu'il s'apprêtait tour juste à émettre un hoquet de surprise. Continuant d'avancer il manqua de se faire assommer par une pierre qui chutait, instable depuis longtemps d'un toit. Les pirates avaient-ils zut l'audace de passer par le haut pour mieux surprendre ? Il avait déjà éprouvé l'agilité d'une personne de cet acabit, il n'en doutait pas, s'avançant encore il vit au loin une silhouette se dessiner, un paysan qui n'avait pas là le pas chaloupé d'un marin, mais sa démarche était celle d'un charognard, Destan en aurait mis sa main à couper. Il avança plus rapidement dans cette ville aux allures de dédale. Il espérait que les combattant du Gondor se soient rassemblés et non pas divisé, sinon, ils auraient péris.  Un éboulis de pierre non loin le fit se raidir, il avança plus doucement. L'écho se répercutait autour de lui pour être brisé par des cris et des lames qui s'entrechoquent, il lui était impossible de savoir d'où cela venait. Il arriva ainsi dans une autre ruelle où se trouvait un homme


Il s’écarta rapidement de lui pour ne pas recevoir un coup de taille, se postant contre le mur en face de lui, restant en posture défensive, après tout, dans la pénombre des ruelle qui sentaient déjà la charogne et la mort, sombre était le jour. Mais l’homme, le jeune homme semblait reprendre son souffle Il avait son épée dans la main gauche et l’armoire du Cygne sur sa poitrine était poisseuses de sang, tout comme l'une de ses épaule. Les blessures arrivaient bien vite sur les champs de bataille. Son inspection pris fin bien vite en reconnaissant dans les traits du jeune homme épuisé Adrahil, fils d’Angelimir Intendant de Dol Amroth. Il l’avait déjà vu, dans les rues de la cité portuaire et il n’oubliait pas le visage de son Seigneur.

Destan posa un doigt sur ses lèvres pour intimer le silence au Prince, se collant un peu plus au mur contre lequel il était adossé, il attendit une fraction de seconde avant de resserrer sa prise sur le pommeau de son épée et d'agir. Il attrapa le pirate qui s'engouffrait dans le passage, l'envoyant frapper le mur avant de lui planter son épée dans le centre. Le combat n'avait duré qu'une seconde, le pirate n'avait pas eu la moindre chance de s'en sortir. Laissant de côté le cadavre de leur ennemi il mit un genou à terre, profitant du répit qui leur était accordée, sa voix s'éleva doucement t pour ne m'as attirer trop l'attention et il dit :

« Permettez-moi seigneur et prince de Dol Amroth de combattre à vos côtés »




L’ancienne capitaine de la Porte Noire attendit une réponse de la part du prince de Dol Amroth, mais bien vite il se releva, un cor du Gondor résonnait dans une rue adjacente, quelqu'un avait besoin de leur aide et ils se devaient d’y aller, maintenant.


made by LUMOS MAXIMA

_________________
Until my last breath, I will remember...
Ce sera l’heure des loups et des boucliers fracassés lorsque l’age des hommes s’effondrera. Mais ce jour n’est pas arrivé.


Dernière édition par Destan le Dim 31 Jan 2016 - 22:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1414-destan-l-ombre-du-mor http://lonelymountain.forumactif.org/t1420-destan-hello-darkness-my-old-friend http://lonelymountain.forumactif.org/t1452-destan-mist-shadow-and-wheat

Epée Sanglante ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : louha / Lucy
♦ MESSAGES : 179
♦ RÉPUTATION : 571
♦ AVATAR : Ben Barnes
♦ DC & co : Elina, Elrohir
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : C'est un Homme. On raconte qu'il y a, très, très loin dans ses ancêtres, un elfe, mais rien n'a jamais été prouvé
— ORIGINAIRE DE : Dol Amroth, un port fortifié du Gondor situé dans la baie de Belfalas dans le fief de Dor-en-Ernil. Cette cité a toujours été très importante et influente au sein du royaume du Gondor. Le prince de Dol Amroth est réputé avoir été virtuellement indépendant après la mort d'Eärnur, mais fidèle aux Intendants
— ÂGE DU PERSO : 24 ans
— RANG SOCIAL : Prince de Dol Amroth et héritier de la cité. La lignée des princes de Dol Amroth est issue d'un Numénoréen, Imrazôr, et d'une elfe sylvaine, Mithrellas2, suivante de Nimrodel. Perdue dans les montagnes de Gondor comme sa reine lors de la fuite de la Lórien, elle aurait été recueillie par Imrazor, habitant du Belfalas, qui l'aurait épousé. Ils auraient eu deux enfants, Galador et Gimlith (une fille), puis Mithrellas aurait disparu, une nuit
— MÉTIER PRATIQUÉ : Soldat, Dimplomate, Politicien, (...) tout ce qui se rapporte de près ou de loin à ce qu'un Prince peut faire dans la vie. Parfois, il aime enfiler des vêtements sales et se faire passer pour un forgeron ou un simple soldat
— ARMES DU PERSO : Il se bat à l'épée et avec des dagues principalement. On peut dire qu'il s'en sort aussi avec un baton de combat et avec un arc, mais pas qu'il aime ça
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : à son père, Angelimir〣 Hommes
— VOYAGE AVEC : Il voyage avec quatre gardes qui lui servent de protecteurs, car son père refuse qu'il sorte seul de la cité.
— AMOUREUSEMENT : Monsieur est célibataire, bien que son coeur tombe petit à petit pour les lettres enflammées d'une jolie demoiselle qu'il n'a pas vue depuis douze ans...

MessageSujet: Re: Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan] Mer 21 Oct 2015 - 14:02




“ Affrontement à Osgiliath ”    
Destan & Adrahil

Epuisé. C’était le mot juste pour définir l’état dans lequel j’étais. La longue chevauchée au travers des montagnes et le manque de sommeil se faisaient ressentir dans chacun de mes muscles. Mes yeux me brûlaient, mes bras … Oh, mes bras me donnaient l’impression que je n’allais plus jamais pouvoir porter quoi que ce soit de ma vie. Ils étaient lourds, douloureux, les muscles me hurlaient qu’il me fallait du repos. Mais, je ne pouvais pas m’arrêter. Pas avant qu’Osgiliath soit enfin libéré de ces pirates, tout comme Dol Amroth l’a été. Ma tunique était poisseuse de sang, et pour une fois je regrettais de ne pas avoir mis une tenue noire et unie, de cuir, avec une cotte de maille légère. Non, en tant que prince, je me devais pour ce genre de combat de sortir une tenue bien moins pratique, du bleu royal de ma lignée. Mais, sur cette couleur, le sang ne pouvait que se voir, d’autant plus que le rouge jure avec le bleu. Mais, je ne devais pas me préoccuper de ce genre de « mode », non. Ici, je dois combattre pour sauver ma peau et celle des habitants d’Osgiliath. Dans cette ruelle, enfin seul, je tente de reprendre mes esprits, de chasser ma fatigue, sans grand succès cependant. Je n’arrive pas à me concentrer : ma tête bourdonne, et j’ai bien l’impression que ce combat sera mon dernier.

Quelque part, dans ce petit coin de ma tête qui restait tout à fait conscient de tout ce qu’il se passait et des dures réalités de la vie, je savais que je me trompais. Je savais que ce n’était que la fatigue qui me rendait dépressif et pessimiste. Mais, au vu des morts, du sang et de ma blessure, il y avait peu de chances que j’en sorte intact. Pas sans un miracle, du moins. Et, ce miracle fut un homme que je manquais de trancher en deux. Non seulement il ne m’attaqua pas, mais en plus de ça, il tua un pirate qui arrivait dans la ruelle face à moi. Je fermais les yeux une seconde, avant de hocher la tête pour remercier l’homme. Oui, j’étais heureux qu’il soit là. Mon Père est le Seigneur, je ne suis que son fils, je répondis à l’homme avec un sourire crispé. J’attrapais ma gourde, pendue à mon côté et la portais à ma bouche désséchée avant de la tendre à l’inconnu. Appellez moi Adrahil, ce sera plus simple. En effet, nous n’avons pas vraiment le temps de faire des ronds de jambe au milieu d’un combat. Mes hommes m’appelaient ainsi sur le champ de bataille, et revenaient aux seigneurs et autres princes une fois le dernier assaillant mis en déroute. Dans tous les cas, j’accepte votre épée avec plaisir. Je crains de m’être un peu éloigné de mes troupes.

Pas le temps d’aller plus en avant dans les présentations. Je refermais ma gourde et la rattachais à mon côté. Le cor qui retentit dans la ruelle adjacente me força à reprendre mon épée de mon bras toujours aussi fatigué. L’adrénaline dans mes veines me donna un coup de fouet et je suivis Destan dans l’autre ruelle. Là nous attendaient une dizaine de pirates face à deux gardes qui étaient dans le même état de fatigue que moi, visiblement. Et, le ballet des épées recommença. Foncer, parer, esquiver… J’avais l’impression que mon corps ne faisait plus qu’un avec mon épée, et que je ne ressentais plus rien d’autre que l’instant présent. Mon pessimisme était mis aux oubliettes, tout comme cette impression que jamais ça ne finirait. Attention Mon bras se tendit pour tenter de parer un coup d’épée qui allait toucher l’un des gardes de la cité blanche dans le dos, mais je n’y arrivais pas. J’observais l’homme tomber à genoux sur le sol, transpercé de part en part par l’épée. Merd. On se regroupe. Nous n’étions plus que trois. Trois contre dix. Si j’avais été un elfe, ça aurait été du gâteau. Mais, je ne suis qu’un humain fatigué par deux jours de voyage et des heures de combat. Cela n’aura-t-il donc jamais de fin ?

Mon dos se colle contre celui de Destan. À notre droite, le mur effondré d’une maison. A notre gauche, le garde, qui souffle une nouvelle fois dans son cor pour appeler de l’aide. La véritable question est : saurons nous tenir assez longtemps pour qu’elle arrive ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1680-adrahil-21-prince-de- http://lonelymountain.forumactif.org/t1684-adrahil-jamais-les-pirates-n-auront-ma-cite-meme-si-je-dois-mourir-en-la-protegant http://lonelymountain.forumactif.org/t1685-adrahil-il-n-y-a-pas-besoin-de-partir-de-chez-soi-pour-vivre-des-aventures

LONELY CAPTAIN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 103
♦ RÉPUTATION : 458
♦ AVATAR : Iain Glen
♦ DC & co : Thorin Oakenshield
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Destan est un Homme, un simple Gondorien sans particularité aucune si ce n'est la fierté qu'il conserve, indéfectible, pour sa patrie.
— ORIGINAIRE DE : Il est originaire de Dol Amroth, ancienne cité elfique et port fortifié sous la gouvernance de Princes Dunédains et l'Intendance du Gondor.
— ÂGE DU PERSO : Il y a quarante-trois années que Destan foule la Terre du Milieu et il les supporte plutôt bien.
— RANG SOCIAL : Assez pauvre comparé à ce qu'il aurait pu être au vue du grade qui était le sien auparavant.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Il a été Capitaine des Garde de la Porte Noire avant que les orcs ne les mettent en déroute. Désormais, il offre ses services aux caravaniers qu'il escorte durant leur voyage.
— ARMES DU PERSO : Destan possède une épée dont il prend grand soin et qu'il chérit, Ascalon.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : L'allégeance de Destan va à Turgon ainsi qu' Angelimir, Prince de Dol Amroth.
— VOYAGE AVEC : Il voyage seul pour le moment, il a accompagné lors de son voyage de retour la dernière caravane qui était partie de la baie de Belfalas, désormais, avec la menace des Pirates, il est contraint à voyager en solitaire pour se trouver de nouvelles tâches.
— AMOUREUSEMENT : Il a cessé de croire que le Grand Amour était pour le commun des mortels mais réservé à certains privilégiés.

MessageSujet: Re: Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan] Sam 28 Nov 2015 - 10:53


Affrontement à Osgiliath
Two swordsmen, one task.


L’homme, le Prince à qui il venait de sauver la mise était épuisé. Comme n’importe quel combattant qui se trouvait là, au beau milieu des combats, aux portes de la mort et de la vilénie. Destan ne savait depuis combien de temps le Seigneur de la cité portuaire était là, il ignorait la longue chevauchée qui l’avait fait venir jusqu’à Minas Tirith.
Ils étaient tous éreintés, la pluie fatiguait leur cœur, leur corps et leur esprit
La tunique du Seigneur de Dol Amroth était maculée de sang. Le cygne blanc, innocent et libre de la cité portuaire saignait. Il était souillé par les affres de la guerre qui faisait rage en Osgiliath. Cela n’avait rien d’une bataille rangée, c’était un affrontement sanguinaire et sans merci. Il était cependant rassurant de voir le bleu de la lignée royale de la cité qui avait vu Destan naître se battre à côté de l’arbre blanc du Gondor de certains soldats. . Les soldats se rallieraient à cette bannière mouvante et courageuse qui combattait à leur côté avec ferveur. Cela permettait de reconnaître ceux qui se battaient contre les pirates et qui conservaient leur honneur quand trop d’autres avait retourné leur veste pour s’en aller combattre avec l’ennemi. Qu’espéraient-iles ces sombres idiots ? Des remerciements ?
L’homme qu’il croisa dans la ruelle manqua de le trancher en deux, Destan réagit prestement et s’écarta pour mieux parer et contre attaquer avant de remarquer l’armoirie qu’il portait sur son torse. Un Seigneur de Dol Amroth, le Prince Adrahil sans doute, blessé. Sans avoir le temps de réagir outre mesure à ces premières informations il trucida le pirate qui le suivait, ne lui laissant absolument aucune chance de s’en sortir avant de s’adresser au seigneur de Dol Amroth adossé contre le mur, la fatigue se lisant sur ses traits comme elle se lisait sans doute sur les sien. Lui n’avait plus la fougue de la jeunesse. La révérence qu’il s’empressa d’effectuer pour se mettre au service de l’héritier de l’intendant de la citadelle de son enfance fût interrompue par les paroles du Prince qui lui révéla ne point mériter encore le titre de seigneur.
L’ancien capitaine de la garde attrapa la gourde qu’on lui tendait avec joie une fois qu’il se fût redressé, remerciant dans un signe de tête le Prince de Dol Amroth. Le Seigneur de la cité était peut-être son père mais il n’en était pas moins seigneur pour autant. De plus, sa venue à Osgiliath pour prêter main forte aux troupes combattantes renforçait cette idée. Il était des Roi qui ne bougeaient pas le moindre doigt pour venir en aide aux autres. Alors qu’Adrahil lui signifiait avec sagesse qu’il n’était sans doute guère le moment d’user de la diplomatie et qu’il acceptait néanmoins son épée. Destan lui répondit en se redressant rapidement, nettoyer le fil de son épée avec une manche déchirée de sa chemise, il dit :

« Qu’il en soit ainsi. »


Et tandis que le Prince lui faisait savoir qu’il s’était éloigné de ses troupes, il ajouta :« Alors rejoignons-les. »
Un cor retentit dans une ruelle proche. C’était un souffle puissant du Gondor, la sonorité ne laissait pas de place au doute et les pirates n’usaient pas de ce genre d’instrument. Alors qu’il avait rendu la gourde à Adrahil il vit ce dernier la ranger rapidement avant de reprendre son épée. Destan s’aventura le premier dans la ruelle qui les jouxtait pour trouver là, quelques croisements plus loin deux gardes qui croisaient le fer avec une dizaine de pirates malodorants.
La danse mortelle qu’ils ne cessaient tous de répéter repris ses droits sur leurs mouvements mais ces derniers se faisaient plus lourds, moins précis. L’un des deux gardes succomba à un coup traître et misérable, frappé dans le dos. Ils n’étaient pas assez nombreux. Destan para un coup qui fusait vers sa gorge avant de de décocher un coup de pied pour mieux trancher dans la chair, traçant un large sillon sur le poitrail de son adversaire. Il se rapprocha encore de son ennemi direct, manquant de peu de perdre une jambe par un retour mauvais d’un des autres pirates. Il finit par en occire un avant de reculer espérant pouvoir mieux couvrir ses arrières mais cela devenait de plus en plus difficile. Il recula encore pour mieux frapper. Les pirates espéraient-ils les acculer ?
Le mur effondré de la maison leur permettrait de fuir en escaladant les gravats. Mais fuir devant des pirates, il en était hors de question. Mais si eux fuyaient, que resterait-il de l’honneur de leur région ? Que resterait-il de la grandeur du Gondor si tous baissaient les bras ? Le dos de l’ancien soldat se cogna contre celui d’Adrahil . Ancien soldat ? Avait-il jamais cessé de l’être ? Son armure cachée, ses cheveux blanchis ne l’avaient jamais fait oublier le code ni les serments qu’il avait prêté.
Il n’avait jamais oublié ce qu’on lui avait appris et quand bien même avait-il songé qu’il ne pouvait mériter de porter l’armure du Gondor en conséquence de la débâcle de la Porte Noire, il n’avait jamais cessé d’être un soldat. Aujourd’hui non plus, il ne cesserait pas d’être un soldat et jusqu’au bout, il tiendrait au Ascalon, son épée s’émousserait contre ses ennemis, se briserait s’il le fallait, mais il ne les laisserait pas s’en sortir indemne.
Alors que ces pensées venaient se rompre contre la faiblesse qui aurait souhaité lui faire ranger son épée et tourner le dos, les vagues de ce destin qui avait toujours été le sien rompirent les derniers remparts de désolation qui voulaient s’emparer de lui.

Ils étaient certes trop peu nombreux et bien trop fatigués pour espérer sans sortir sans la moindre égratignure mais cela ne serait pas leur fin. Le Garde du Gondor souffla une dernière fois dans son cor avant de lever son épée au clair. Leur appel aurait été entendu, ce n’était qu’une question de temps avant que des renforts arrivent et jusque-là, ils tiendraient, coûte que coûte, et s’ils devaient battre en retraite, alors il couvrirait les arrières du Prince de Dol Amroth, car il devait en être ainsi.


made by LUMOS MAXIMA

_________________
Until my last breath, I will remember...
Ce sera l’heure des loups et des boucliers fracassés lorsque l’age des hommes s’effondrera. Mais ce jour n’est pas arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1414-destan-l-ombre-du-mor http://lonelymountain.forumactif.org/t1420-destan-hello-darkness-my-old-friend http://lonelymountain.forumactif.org/t1452-destan-mist-shadow-and-wheat
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan] Dim 29 Nov 2015 - 13:24

[ HRP : Merci pour la proposition Destan, et je poste avec l'accord de Adrahil ]

Combattre les pirates. Eoden s’était préparé à cette éventualité en quittant le Rohan pour répondre à l’appel du Gondor. Le rohirrim savait que ce geste de Fengel n’était pas dû à son altruisme, mais à des pensées malhonnêtes en vue de récompense qu’il n’hésiterait pas à réclamer après les batailles. Malgré tout le cavalier était heureux de rejoindre Minas Tirith, il y retrouverait le prince et pourrait quitter la monotonie des patrouilles autour d’Edoras. Et puis l’homme continuerait ainsi de veiller sur sa sœur. La plupart des hommes étaient des volontaires, ainsi que la moitié de l’éored sous les ordres d’Eoden depuis trois années ; le reste avait été confié à son père pour la protection de la cité. Tous auraient bien suivi leur capitaine sur le front, mais la prudence s’imposait du point de vue du concerné. La chevauchée les avait mené sur les plaines du Gondor, avant de rejoindre les forces de la cité blanche. Et pourtant, aussi préparé qu’il soit, Eoden fut surpris du déroulement des batailles. Le rohirrim était habitué à combattre à dos de cheval, parcourant les pleines dans des manœuvres aussi dangereuses qu’esthétiques. Cette fois ils devaient combattre au milieu des ruelles, dans des espaces contraints annihilant l’avantage de leur monture. Mais cela n’arrêta pas les guerriers du Rohan, qui sous le commandement d’Eoden menaient des affrontements farouches aux côtés des hommes marqués de l’arbre blanc principalement. Quelques cygnes étaient visibles. Mais cela n’avait guère d’importance puisqu’ils étaient simplement des hommes luttant contre des envahisseurs.

Les combats avaient été rudes. Des hommes étaient morts, et le plus difficile était de gérer des hommes qu’il connaissait à peine. Un message de Thengel lui parvint depuis la position qu’il gardait aux côtés d’homme du Gondor. Il souhaitait voir Eoden rejoindre Osgiliath qui était attaquée et avait besoin de renfort. Pour ce genre d’exercice, le capitaine choisit des hommes de confiances, les membres de son éored. Les rohirrim chevauchèrent à bride abattue jusqu’à la ville portuaire. Des volutes de fumées s’échappaient déjà des bâtiments, et le bruit des lames s’entrechoquant résonnaient déjà à bonne distance des limites de la cité. Les cavaliers se ruèrent à l’intérieur, mais furent vite contraint de se séparer en groupe éparse à cause des bâtiments effondrés et des ruelles étroites. Eoden combattit des pirates, et quelques malandrins se prenant pour des pirates aux côtés de quelques hommes. Un cor du Gondor retentit dans une ruelle à proximité. Pour l’avoir entendu régulièrement ces derniers temps, Eoden comprit qu’il s’agissait d’un appel à l’aide. Laissant ses hommes combattre le groupe de pirate, le capitaine s’élança en direction de l’appel. Le bruit des sabots de sa monture résonnait sur les pavés, au milieu du tumulte de la bataille. Le rohirrim tomba sur une troupe de pirates menaçant trois guerriers déjà épuisés. Lui-même n’était pas très frais, mais il comptait venir en aide à ses hommes.

Tirant sur les rênes, tout en battant les flancs de sa monture, Eoden s’élança aux devant des pirates attirant leur attention avec le bruit des sabots de sa monture. Il stoppa la course de son cheval à proximité des pirates, et envoya valser le premier contre un mur grâce un coup de sabot sur le crâne. Le rohirrim descendit de Féolin, s’interposant entre l’animal et les pirates. Avec un air farouche, épée à la main, Eoden lança.

_ « Besoin d’un coup de main mes amis. »

Le capitaine du Rohan sourit tout simplement à l’attention des trois guerriers. A quatre contre sept ou huit, le combat était déjà bien plus équitable. D’autant plus que le capitaine ne resterait probablement pas seul très longtemps. Une corne du Rohan trônait à sa taille, au cas où. Son visage était couvert de terre, et de sang séché tout comme son armure. Le cavalier et sa monture était prêt à en découdre, quel qu’en soit les conséquences. Passé la surprise, les premières attaques commencèrent. Le rohirrim para un coup d’épée, et envoya son poing frappé le bas ventre de son agresseur pour lui permettre de faire face à un second adversaire.
Revenir en haut Aller en bas

THE FATHER OF EVERY THINGS ♦ PNJ
avatar
♦ MESSAGES : 323
♦ RÉPUTATION : 442


MessageSujet: Re: Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan] Mer 2 Déc 2015 - 16:54




“ Affrontement à Osgiliath ”    
Quête

Sans doute étaient ils légèrement imbibés de rhum, ces pirates, ils n’étaient pas non plus abrutis et croire qu’il s’agissait là d’un innocent coup de trompette. Les pirates serrèrent donc les rangs et se firent plus menaçant suite à cet appel à l’aide, il leur fallait agir vite s’ils souhaitaient conserver l’avantage du nombre. La bataille était bien trop rude pour négliger un tel détail, les pirates se savaient en sous nombre et se montraient forcément plus féroces. L’arrivée d’une nouvelle personne les surprirent donc et attisèrent leur soif de sang, non pas par colère d’avoir perdu l’un des leurs – stupide détail. Mais bien de constater que quelqu’un avait vite fait de répondre à l’appel lancé. Ainsi le combat débutait sous de violents coups de sabres tranchant l’air. Les pirates combattirent tels des chiens enragés, leurs mouvements n’avaient parfois pas la moindre logiques car leur but premier était de tuer le plus rapidement possible.

Les vestiges d’un combat acharné s’étendait au-delà des ruines, le fer battant résonnait au-delà des vieilles ruelles et ne tarda pas à ameuter d’autres personnes. Des soldats vinrent, des pirates aussi, attirés comme des mouches dans des éclats de rire gras dès que l’on voyait un soldat à terre. Alors la scène de combat prit bien plus d’ampleur, un pirate planta sa longue lame dans la gorge du garde responsable de l’attroupement après un duel sauvage. Ce dernier courba l’échine avant de tomber au sol et avait donc rejoint la liste des victimes de cette attaque. Plusieurs d’entre ces écumeurs des mers périrent sous les coups des représentants du Gondor. Bien d’entre eux avaient tenté de s’attaquer à Adrahil étant donné sa position mais il bénéficiait d’une protection supplémentaire, de soldats prêts à mourir.

Alors que le nombre d’assaillants allait en diminuant, d’autres arrivèrent, un groupe d’environ 6 pirates qui comptait une poignée de ses fidèles officiers du capitaine pirate dont une femme qui se rua sur Destan. Les compagnons furent séparés par cette nouvelle vague plus meurtrière, ayant à faire aux cerveaux des attaques qui ne se laisseraient pas facilement dominer. Ainsi, quelques coups d’épées tuèrent les derniers soldats d’Adrahil qui se retrouva face à un officier qui se montra moqueur et sadique dans ses coups portés, Eoden fut aussi pris à parti avec deux pirates sanguinaires dont les blessures ne semblait pas avoir stoppé et frappèrent avec une force troublante. Quand à Destan, la femme pirate réussi à l’éloigner de l’endroit, la danse mortelle qu’ils avaient entreprit était donc menée par son agresseuse qui avait réussi son coup et lui réservait visiblement un funeste sort.


HRP: votre groupe est scindé, Destan et Selen ouvriront un rp à côté pour raconter ce qu'il se passe. Adrahil et Eoden le combat continue pour vous, les prochaines actions décrites par Iluvatar ne concerneront que vous jusqu'à ce qu'il réintègre Destan.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Epée Sanglante ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : louha / Lucy
♦ MESSAGES : 179
♦ RÉPUTATION : 571
♦ AVATAR : Ben Barnes
♦ DC & co : Elina, Elrohir
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : C'est un Homme. On raconte qu'il y a, très, très loin dans ses ancêtres, un elfe, mais rien n'a jamais été prouvé
— ORIGINAIRE DE : Dol Amroth, un port fortifié du Gondor situé dans la baie de Belfalas dans le fief de Dor-en-Ernil. Cette cité a toujours été très importante et influente au sein du royaume du Gondor. Le prince de Dol Amroth est réputé avoir été virtuellement indépendant après la mort d'Eärnur, mais fidèle aux Intendants
— ÂGE DU PERSO : 24 ans
— RANG SOCIAL : Prince de Dol Amroth et héritier de la cité. La lignée des princes de Dol Amroth est issue d'un Numénoréen, Imrazôr, et d'une elfe sylvaine, Mithrellas2, suivante de Nimrodel. Perdue dans les montagnes de Gondor comme sa reine lors de la fuite de la Lórien, elle aurait été recueillie par Imrazor, habitant du Belfalas, qui l'aurait épousé. Ils auraient eu deux enfants, Galador et Gimlith (une fille), puis Mithrellas aurait disparu, une nuit
— MÉTIER PRATIQUÉ : Soldat, Dimplomate, Politicien, (...) tout ce qui se rapporte de près ou de loin à ce qu'un Prince peut faire dans la vie. Parfois, il aime enfiler des vêtements sales et se faire passer pour un forgeron ou un simple soldat
— ARMES DU PERSO : Il se bat à l'épée et avec des dagues principalement. On peut dire qu'il s'en sort aussi avec un baton de combat et avec un arc, mais pas qu'il aime ça
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : à son père, Angelimir〣 Hommes
— VOYAGE AVEC : Il voyage avec quatre gardes qui lui servent de protecteurs, car son père refuse qu'il sorte seul de la cité.
— AMOUREUSEMENT : Monsieur est célibataire, bien que son coeur tombe petit à petit pour les lettres enflammées d'une jolie demoiselle qu'il n'a pas vue depuis douze ans...

MessageSujet: Re: Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan] Sam 2 Jan 2016 - 14:57

Le combat semblait n’avoir aucune fin. J’étais le seul capable de défendre ma propre vie face aux sabres acérés de mes adversaires. Pour être franc, pris comme je l’étais dans l’adrénaline du combat, je n’avais aucune idée de ce que mon épée tranchait. Son chant de mort était la seule musique que j’acceptais pour le moment. Chaque pirouette était douloureuse. Mon épaule blessée me faisait souffrir et je n’avais aucune idée de combien de temps je tiendrais avant que je ne puisse plus lever le bras pour me défendre. Au fond, ce qui comptait, c’était l’instant présent. Chaque seconde qui passe et qui m’emmène un peu plus loin dans le combat. Le son du cors du Rohan retentit encore dans mon dos, un ultime appel qui attire aussi bien pirates qu’alliés. Nous sommes clairement submergés, et je ne suis pas certain de ce qu’il va se passer. J’aimerais avoir les pouvoirs des elfes pour pouvoir prédire l’avenir, malheureusement je ne suis qu’un homme, avec ses nombreuses faiblesses.

Mon épée tranche un bras et le sang me gicle au visage. Je tourbillonne sur moi-même et échappe de peu à une lame qui me laisse une fine trace sur la joue. Le liquide vermeil coule lentement et je ne prends pas le temps de l’essuyer. L’écusson de ma tenue est tâché de tant de sang qu’on ne le distingue plus réellement. Je me baisse, saute au nez d’un ennemi pour lui envoyer un coup de boule puis plonge mon épée dans une faille dans sa garde. Il s’écroule sur le sol.

Mon souffle est court, j’ai du mal à respirer. Est-ce la fumée des incendies ou bien cette impression que le temps va tellement vite autour de moi que je ne peux le contrôler ? Je n’en sais rien. Devant mes yeux, pirates et combattants du Gondor se mélangent en un camaïeu de couleurs. Du rouge, du sang bien sûr, est la couleur dominante. Je me retrouve perdu face à un pirate qui me semble bien trop imbu de sa propre personne pour pouvoir combattre à la loyale. Le pirate attaque encore et encore, et si j’étais moins fatigué j’aurais su bloquer ses coups avec un peu plus de brio. Cependant, ma chevauchée et les heures de combat qui sont derrière moi ne sont pas un bénéfice, loin de là. Mes bras fatigués peinent à faire face à cette créature du malin, sortie des enfers cauchemardesques. Comment peut-on en arriver là ? Comment peut-on devenir un homme prêt à tout pour simplement tuer ? Le visage de Nalf flotte à la surface de mon esprit et je serre les dents. Je ne peux pas mourir ici. Je ne peux pas rester là sur le sol, sans vie, sans que les promesses que j’ai faites à sa tombe ne soient tenues. Je dois faire de ce monde un meilleur endroit, pour pas que d’autres Nalfs existent. Pour que personne ne perde la vie sans raison.

La fureur m’envahit et semble soudainement me réveiller. Je pars un coup qui aurait dû me blesser à l’autre épaule et assène un coup de pied bien placé au pirate. S’il n’y a pas de règles ni d’honneur pour lui, alors il n’y en aura pas pour moi non plus. La douleur s’éloigne et soudainement je me moque de rester dans un sale état quelques jours ou semaines de plus. Le temps de préserver mon bras blessé n’est pas venu. En cet instant, c’est ma vie que je joue.

La danse des lames continue. Nos bras volent dans l’air, encore et encore, se cherchant et de trouvant. Les coups bas pleuvent. Mon poing, armé d’une dague, trouve le chemin de son bas-ventre. Mon épée tranche la chair de son biceps. Mon pied le fait tomber et il m’entraine dans sa chute. Nous roulons sur le sol. Mon épée et son sabre disparaissent et nous luttons comme nous le pouvons, avec nos poings. Ses dents jaunes et noires trouvent le chemin de mon cou et il me mord avec violence. Un de mes bras tente de le repousser et l’autre cherche désespérément une arme sur le sol autour de moi. Et puis, soudainement, il semble peser de tout son poids sur moi. Sa mâchoire se relâche et je repousse son cadavre. Dans son cœur, la dague que je pensais avoir perdue et qui a roulé entre nous. Je n’ai aucune idée de comment elle est arrivée là, mais elle m’a sauvé la vie.

Epuisé, je la récupère et ramasse mon épée. D’autres pirates. D’autres combats m’attendent. Pour Nalf. Pour Dol Amroth.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1680-adrahil-21-prince-de- http://lonelymountain.forumactif.org/t1684-adrahil-jamais-les-pirates-n-auront-ma-cite-meme-si-je-dois-mourir-en-la-protegant http://lonelymountain.forumactif.org/t1685-adrahil-il-n-y-a-pas-besoin-de-partir-de-chez-soi-pour-vivre-des-aventures
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan]

Revenir en haut Aller en bas
Affrontement à Osgiliath | Quête [Adrahil & Destan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (Galerie Amon Barad) Osgiliath // Mordor
» Arrivée du homme du harad à Osgiliath
» Les égouts d'Osgiliath
» Visite d'Osgiliath
» Destan Sil'Alfian [En construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: partie rp du forum :: Southern Middle Earth :: Gondor-
hobbit rpg hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains Af Jarni Og Is hobbit nains thorin hobbit nains
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.