AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Thorin : Cherche naine pour se perdre dans sa chevelure durant un siècle a venir.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Meruva : Cherche complice pour rencontre fortuite.
Loìn : Cherche bébé dragon pour brûler les fesses d'un méchant nain.
Smaug est le bienvenue aussi, si il nous rend Erebor !
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
The things you love always come back to you - Page 2

Partagez|

The things you love always come back to you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 477
♦ RÉPUTATION : 3605
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : fiancée à Leoden

MessageSujet: Re: The things you love always come back to you Dim 14 Aoû 2016 - 13:42

☙  
The Things You Love Always Come Back To You

feat. Leoden & Cármen



La gitane entendit Leoden revenir, en ouvrant les yeux lorsqu’il passa la porte de la chambre elle remarqua son visage décousu. Comment aurait il pu en être autrement ? Il venait d’enterrer leur fils. Son cœur se serra, elle aurait voulu être là pour le soutenir mais c’était à peine si elle pouvait bouger sans que cela ne soit une torture pour elle. Elle l’accueilli près d’elle se laissant prendre dans ses bras et l’écouta la rassurer sur le fait qu’il avait prié les dieux. C’était un geste qui la touchait profondément, mais le petit n’aurait sans doute pas sa place parmi les dieux puisqu’il n’était pas complètement formé. Elle se réserva de le lui dire, se contentant de lui souffler un merci à l’oreille en réprimant un sanglot. Puis il lui dévoila qu’il ferait les mêmes pour elle, refusant qu’elle s’en aille. Ses mots d’amour lui serraient davantage le cœur alors qu’elle aurait l’impression de le trahir si elle s’en allait. Elle ne le voulait pas mais hélas elle sentait que c’était déjà trop tard.
Le guérisseur toqua à la porte et entra dans la chambre. Il portait ce dernier et ultime remède pour la gitane. Il la fit redresser, la manipulant avec douceur pour ne pas trop la faire souffrir. Réprimant des plaintes, Cármen parvint à se redresser et dû faire un effort considérable pour boire tout le contenu du bol. Le guérisseur l’encouragea jusqu’à la dernière goute, puis il les laissa tous les deux, le visage toujours aussi inquiet. La bohémienne revint s’allonger, profitant de la présence de Leoden avec elle. Elle ne pouvait pas lui promettre d’être encore là au lendemain alors qu’elle sentait qu’elle était en train de mourir. Elle se pinça les lèvres à ses derniers mots, retenant ses larmes pour ne pas lui arracher les siennes alors que c’était déjà assez difficile comme ça.

« Bonne nuit mon amour. » Fit-elle doucement.

Epuisée, à bout de souffle, la gitane ferma les yeux et se laissa emporter. Elle sombra dans un lourd sommeil, blottie entre les bras de son amour. Sa respiration était lente et silencieuse. Sa peau demeurait froide et pâle jusqu’à ce que le remède que lui avait donné le guérisseur commence à lui porter ses bienfaits. Alors son sommeil devint moins profond, plus agréable, elle rêvait de Leoden, de leurs fils qui lui ressemblait beaucoup. Des images de bonheur irréel a priori jusqu’à ce qu’elle entende le nom du garçon…Il ne s’appelait pas Dírhael alors ce n’était pas celui qu’ils avaient enterré mais bien un autre qu’elle voyait vivant. Se pourrait il que cette vision soit celle d’un avenir ? La jeune femme se laissa bercer par ces doux songes, glissant ses doigts dans la chevelure bouclée de son fils qui lui racontait ce qu’il avait fait avec son père. Il n’avait de Cármen que ses yeux d’un bleu perçant. Elle voulait y croire, que ce qu’avait dit cette voyante n’était pas une fatalité mais bien quelque chose qu’elle lui avait prophétisé pour la rassurer qu’elle n’aurait pas d’enfants avec le tyran qu’avait été son mari. Si c’était l’avenir, est ce que cela signifiait qu’elle n’était pas en train de mourir ?

Mais au matin, elle ouvrit doucement les yeux, se demandant si c’était un rêve, si elle était morte alors qu’elle avait l’impression d’avoir été complètement délivrée du mal qui la rongeait, il n’y avait plus de douleur, plus de souffrances – c’était impossible qu’elle se sente aussi bien après ce qu’elle avait traversé. La chambre baignait dans cette clarté d’un jour radieux, comme si jamais rien ne s’était passé. La gitane était dans les bras de Leoden, un sourire naquit sur son visage lorsqu’elle croisa le regard fatigué de Leoden et alors elle vint caresser sa joue et ses cheveux du bout de ses doigts. C’était trop parfait pour être réel et alors elle se faisait cette réflexion qu’elle ne devait plus être.

« Suis-je morte ? Si oui, c’est le plus beau cadeau que l’on aurait pu me faire de me laisser un instant avec toi. » Fit elle encore embrumée par le sommeil.

Cármen déposa un baiser sur les lèvres de Leoden avant de venir se blottir davantage contre lui. Elle le serra dans ses bras, comme elle aurait voulu le faire ces derniers jours et qu’elle n’avait pas pu à cause du poison. Elle ne savait pas quoi penser de cette situation, mais tout ce qu’elle voulait c’était profiter de Leoden, sentir son parfum, écouter les battements de son cœur comme une douce mélodie.

«S’il vous plait laissez-moi encore un  peu avec lui. » Murmura t-elle en haradrim comme une prière.






made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 493
♦ RÉPUTATION : 3060
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The things you love always come back to you Dim 14 Aoû 2016 - 22:54



The Things You Love
Always Come Back To You

Cármen & Leoden


« Cármen, ne dis pas de bêtises.. » commença Leoden, alors qu'il avait sentit la gitane se blottir contre lui, resserrer ses petits bras autour de son cou et passer ses mains dans ses boucles. Elle avait murmuré quelques mots qui lui laissaient penser qu'elle ne savait où elle était. Pourtant, il la voyait devant lui, bien vivante. Son regard fatigué se posa sur elle avec un large sourire, et alors, il l'attrapa pour la serrer contre lui, plus fort qu'il ne l'avait jamais fait. Elle était vivante.. Il remercia les dieux un nombre incalculable de fois en constatant qu'elle était bien là, réveillée, et qu'elle avait repris des couleurs. Une vision qui chassait tous les mauvais présages de sa nuit, et qui insufflait dans son corps l'aube d'un nouvel espoir. Elle ne l'avait pas abandonné..

Leoden sentait la fatigue infuser chacun de ses muscles alors qu'il partageait cette étreinte tant espérée avec la gitane. Il avait veillé toute la nuit, le regard posé sur la jeune femme pour guetter ses réactions, par peur de ne pouvoir intervenir au bon moment si elle avait besoin de lui. Il s'était souvent inquiété, au moindre tremblement, à la moindre quinte de toux, il avait sursauté et appelé le guérisseur, mais il n'y avait rien eu d'assez alertant. A vrai dire, le pronostic avait été particulièrement stable tout au long de la nuit. Leoden n'avait pas fermé l’œil pendant les premières heures ; il était tellement paniqué par l'état de la jeune femme qu'il ne l'aurait de toute façon pas pu. En revanche, sur les dernières heures de son sommeil, il s'était accidentellement laissé emmener quelques minutes dans un sommeil extrêmement léger. Il s'était rapidement réveillé, veillant à nouveau sur l'état de la jeune femme. Elle avait les joues plus rosies, la peau moins pâle et son cœur avait un rythme ni trop lent, ni trop rapide. Un signe tout à fait encourageant pour la suite.

Les yeux emprunts de fatigue de Leoden se posèrent sur l'objet de son amour, et alors, il sentit à nouveau cette flèche transpercer son cœur, comme s'il tombait amoureux d'elle à chaque instant où ses yeux se posaient sur elle. Une vision absolument magnifique, troublée par le manque de sommeil de l'homme, mais que rien ne saurait lui voler maintenant. Il ne voulait pas lâcher la jeune femme, mais il ne doutait absolument pas que cette scène soit autre chose que réelle. Elle était bien là, en vie et tout près de lui. L'homme déposa un baiser sur son front, et il eut du mal à se détacher de la perfection de sa peau.

« Tu as l'air d'aller drôlement mieux.. Je suis content.. » fit-il, sentant l'émotion qui traversait sa voix au même moment. Il n'y avait rien de plus beau pour lui, après la peur viscérale qu'il avait eue de ne risquer de la perdre. Un cadeau des dieux, chèrement payé mais qu'il allait chérir pour le restant de ses jours. Il s'écarta pour laisser le guérisseur faire son travail en auscultant la jeune femme, et lorsqu'il annonça qu'elle avait l'air guérie et qu'elle n'aurait plus besoin que de repos, il sentit son cœur se soulever. Ému, il prit Serena dans ses bras pour la remercier de son aide et de sa persévérance, puis descendit avertir Rambert que la gitane était saine et sauve.

Le reste de la journée, il le passa dans le divan du salon, bien au chaud sous une couette à récupérer son sommeil ; il n'avait pas dormi la nuit dernière, mais la nuit d'avant avait été aussi particulièrement difficile pour eux. Il songea un moment à son fils, mais la joie de la gitane qui lui était restée demeura le sentiment le plus fort qui envahissait son cœur. Dans son sommeil, il sentit un papier glisser de sa main, mais il était bien trop fatigué pour comprendre de quoi il s'agissait. Affalé sur le divan dans la grande salle, il lui fallut bien deux heures avant de n'ouvrir le premier œil.








made by roller coaster

_________________

“Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 477
♦ RÉPUTATION : 3605
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : fiancée à Leoden

MessageSujet: Re: The things you love always come back to you Dim 14 Aoû 2016 - 23:46

☙  
The Things You Love Always Come Back To You

feat. Leoden & Cármen



Cármen réussi à se lever et très vite ses petites habitudes reprenaient. Elle retira cette chemise qui l’avait gardée dans sa maladie sur ces dernières heures, découvrant sa silhouette au ventre très légèrement rond. La gitane eu un lourd pincement au cœur, passant ses mains sur son ventre et empoignant la peau comme si elle cherchait à se convaincre qu’il était encore là. Mais il n’y avait plus rien. Serena vint la consoler, lui déclarant qu’elle était encore jeune et qu’elle aurait sans aucun doute beaucoup d’enfants. Elle prit alors un bain pour se laver de toute cette torpeur et des quelques traces de sang qu’il pouvait rester. Serena lui avait porté de l’eau chaude et était restée avec elle pour lui laver soigneusement les cheveux. Elle l’aida également à s’habiller et elle était enfin prête à reprendre sa vie là où elle l’avait laissée. Elle descendit manger, affamée, ce fut à cet instant que le guérisseur et son assistant furent sur le départ et la jeune femme les remercia sincèrement. Puis elle se mit à la recherche de Leoden, elle voulait qu’il mange un peu mais il s’était déjà écroulé sur le divan.

Il avait dû veiller sur elle toute la nuit sur elle et devait être complètement épuisé. Cármen étira un sourire attendrit et le recouvrit d’une couverture en déposa un baiser sur son front. Puis elle entreprit d’aller prendre le petit déjeuner avec sa future belle-famille, tous heureux de voir qu’elle se portait bien. Cármen était encore marquée par la perte de son enfant et senti les larmes lui monter au nez lorsque Rambert l’invita à aller le voir dans le jardin quand elle serait prête. Heureusement qu’ils étaient là pour lui apporter son soutient, même Vaelis lui affirma avoir envoyé des prières pour son petit neveux. La jeune femme termina son repas sans plus de larmes et se proposa pour laver tout le linge tâché, histoire de s’occuper l’esprit pendant que Leoden dormait. Elle revint le voir et remarqua qu’il avait fait tomber un papier qu’elle ramassa et qu’elle laissa dans une de ses poches. Ce devait sans doute être un truc à jeter dont elle s’occuperait plus tard, en attendant elle ramassa les quelques linges et sorti dans le jardin pour aller s’en occuper.

Elle s’agenouilla pour récupérer les tissus et les frotter doucement avec de l’eau, du savon et quelques huiles pour faire partir le sang. La jeune femme s’y attela assez longtemps mais se sentait encore faible par moment. Alors elle vint à faire une pause, se laissant retomber dans l’herbe. Le papier qu’elle avait récupéré était sorti de l’une de ses poches. La jeune femme le récupéra et vit qu’il y avait quelques notes dessus. Par réflexe elle l’ouvrit, de peur de se méprendre et qu’au finale elle le jette alors que c’était quelque chose d’important. La jeune femme commença alors à lire, déglutissant dès les premiers mots. Au départ elle cru à une mauvaise blague ou que Leoden se faisait une autre femme en douce mais comprit très vite que c’était bien plus grave que cela. Constance, elle le menaçait directement et avait réussi à mettre ses menaces en marches en faisant empoisonner Cármen.

Posant sa main au niveau de son cœur, ayant l’impression de louper un battement, elle comprit que c’était de ça dont parait Leoden quand il disait craindre quelque chose. Elle ignorait si cela aurait changé les choses si elle l’avait su car quoi qu’il en soit elle aurait accompagné Serena au marché mais aurait bien évidemment préféré qu’il ne porte pas seul ce lourd fardeau. La gitane continua de laver les draps, puis prit soin de les étendre afin de s’occuper l’esprit et prendre du recul sur ce qu’elle savait. Elle avait aussi prit soin de se couvrir la tête dans le cas où elle soit observée. Alors une décision se fit rapide dans son esprit : ils devaient s’en aller. La gitane rentra puis alla trouver Rambert pour lui faire part de sa décision, justifiant cela par une crainte, de mauvais pressentiments et qu’elle ne souhaitait pas qu’ils en soient victimes eux à leur tour. Puisqu’elle ne portait plus d’enfant il était plus aisé pour eux de voyager. Rambert lui déclara qu’il comprenait et qu’il leur donnerait quelques vivres pour le voyage le temps qu’ils atteignent le port le plus proche qui se situait à une journée de cheval à bonne allure. Aussi il lui proposa d’aller voir sa famille afin de leur expliquer ce qu’il se passait et qu’ils s’éloignaient le temps de quelques semaines, en plus d’en avoir grandement besoin.

A présent il était temps d’en parler avec Leoden, ce qu’elle redoutait le plus car elle craignait une réaction démesurée de sa part. Elle inspira puis vint retrouver Leoden sur le divan encore endormi. Assise à ses côtés, la jeune femme glissa ses doigts dans ses cheveux pour lentement le ramener à elle. Elle ne pourrait pas attendre qu’il se réveille pour lui en parler. La jeune femme étira un sourire, quelque peu inquiet mais un sourire tout de même et attendit qu’il ait les yeux bien ouverts pour commencer à lui parler. Afin de ne pas tourner autour du pot et le stresser davantage, elle alla eu vif du sujet en lui tendant la lettre.

« Je ne serais pas toujours compréhensive si tu me caches des choses aussi importantes… » Commença t-elle en parlant doucement et en prenant sur elle.

« Nous allons partir, tous les deux cette nuit, nous ne mettrons plus personne en danger »

Cármen prit la main de Leoden et déposa un baiser sur celle-ci. Ils avaient déjà suffisamment traversé pour qu’en plus elle soit en colère après lui.

« Je ne t’en veux pas car je comprends tes motivations. Mais j’aurais voulu le savoir, j’espère que la prochaine fois tu m’en parleras pour qu’on puisse prendre une décision tous les deux. »






made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 493
♦ RÉPUTATION : 3060
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The things you love always come back to you Lun 15 Aoû 2016 - 11:41



The Things You Love
Always Come Back To You

Cármen & Leoden


Leoden passa une bonne partie de la journée à dormir sur le divan. Il en avait largement besoin, après les nuits qu'il avait passé récemment c'était plus que nécessaire s'il voulait continuer sans risquer sa santé. Il se souvenait qu'à une époque, il dormait tout aussi rarement, mais pour d'autres raisons. Le manque de sommeil avait déjà profondément éreinté son corps, et alors, il ne pouvait pas se permettre de l'en priver plus longtemps. Ce n'était ni la faim, ni la peur qui le réveilla, mais les mains douces de la gitane qui caressaient ses cheveux. L'homme mit un moment à émerger, profitant discrètement des gestes agréables de la jeune femme en ne montrant aucun signe de réveil. Puis il ouvrit finalement les yeux, et mit un certain temps à s'habituer à la luminosité du salon. Il découvrit devant lui le joli visage de Cármen, qui portait sur lui un sourire, quelque peu concerné mais un sourire tout de même. Elle devait sans doute souffrir amèrement la perte de leur enfant, mais Leoden admirait le courage qu'elle avait de se battre à ses côtés.

Lorsqu'elle vit qu'il avait totalement émergé, elle ne tarda pas à le confronter directement. Déjà, elle commença par lui tendre un papier que Leoden reconnut immédiatement. Dans un geste qui avait peu de précautions, il le lui reprit des mains et l'observa un moment, comme pour confirmer ce qu'il savait déjà. Son sang se glaça dans ses veines lorsqu'il reconnut avec certitude que c'était bien la lettre de Constance. Il entendit la gitane lui expliquer qu'elle ne serait pas toujours compréhensive avec lui s'il continuait de lui garder des secrets aussi importants, et qu'ils allaient quitter la maison sous peu ; même si elle semblait comprendre ses motivations, elle lui indiqua qu'elle aurait préféré savoir ce qu'il se tramait plutôt que de la façon dont s'était arrivé. Leoden se sentit déglutir, mais déjà elle avait réveillé cette rage au fond de ses entrailles rien qu'en lui tendant la lettre. Comment l'avait-elle eue ? Il avait forcément fallu qu'elle fouille dans ses affaires ou que.. Non, elle n'aurait de toute façon pas pu la lire toute seule. L'homme se mit assis sur le divan, regardant la jeune femme avec des yeux couverts par ce voile de noirceur qui habitait ses abysses.

« Où as-tu eu cela ? »
demanda-t-il, dans un ton qu'il maîtrisait à peine pour qu'il ne soit pas menaçant. L’homme replia furieusement la lettre entre ses mains, la froissant au passage. « Tu as fouillé dans mes affaires ? » Alors qu'il posait ses questions, il se stoppa net. Ce n'était clairement pas le moment pour se laisser emporter. Il prit une profonde respiration, calmant son énervement mais il avait peur car Cármen était assez proche de lui et un mauvais geste était vite mal parti, ils en avaient déjà fait les frais. « Je vais brûler cette foutue lettre » annonça-t-il, puis il se leva du divan pour se rendre à l’extérieur. Un prétexte pour se retrouver seul quelques minutes, et laisser sa colère retomber. Là, il attrapa une torche pour mettre le feu au bout de papier, et il ne songea plus à tout ce temps où il avait manqué de s'en débarrasser. Son regard se posa sur les tombes, un peu plus loin, et alors il ressentit cette douleur le prendre au ventre.. Elle avait pris son bébé. Elle avait réussi à anéantir une fois de plus sa vie, mais aussi celle de la gitane. Comment pouvait-il continuer à se battre avec un tel poids sur les épaules ? Après le meurtre qu'il avait commis, et que Cármen ignorait toujours, Constance serait certainement hors d'elle, et ne manquerait pas de le faire punir.

Alors il choisit de faire demi-tour, allant de lui-même à la rencontre de la gitane pour la confronter réellement sur cette lettre qu'elle lui avait volée. L'amenant dans un coin écarté de la maison, il la tint par les épaules en la fixant droit dans les yeux.

« J'ai pas envie de te miner le moral en ce moment, mais Cármen, je ne pouvais pas te parler de cette lettre. Je ne pouvais pas parce que cela aurait été dangereux pour.. »
Pour le bébé, manqua-t-il d'ajouter, les mots étant coincés dans sa gorge. « Si j'en reçois une autre, je ne te le dirais pas non plus. Tu n'as pas à vivre dans l'angoisse constante. Par contre, tu n'aurais jamais du savoir ce que disait ce papier. Quelqu'un te l'a lu ? Qui d'autre est au courant ? »








made by roller coaster

_________________

“Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 477
♦ RÉPUTATION : 3605
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : fiancée à Leoden

MessageSujet: Re: The things you love always come back to you Lun 15 Aoû 2016 - 12:43

☙  
The Things You Love Always Come Back To You

feat. Leoden & Cármen


Cármen fronça les sourcils, outrée qu’il pense d’elle  qu’elle puisse aller fouiller dans ses affaires comme un malpropre et sans le moindre respect et qu’il aille même jusqu’à la réprimander alors qu’elle n’avait rien fait de tel. La confiance avait toujours été de mise entre eux et s’il venait de briser la sienne, elle n’avait pas imaginé qu’il n’ait pas non plus confiance en elle. Un douloureux constat, surtout après ce qu’il venait de se passer. La gitane déglutit, elle qui avait fait preuve de douceur, voilà qu’elle se prenait sa violence en pleine figure. Elle le regarda s’en aller, lui ayant violemment repris la lettre des mains. C’était démesuré, mais elle savait qu’il ne pouvait en être autrement avec Leoden tant qu’il aurait Constance sur le dos. Il lui brisait le cœur en agissant comme cela, mais Cármen était encore beaucoup trop fatiguée pour poursuivre la confrontation et lui répondre quoi que ce soit.

Il l’avait laissée seule sur ce divan, la jeune femme senti les larmes lui picoter le nez mais elle inspira profondément pour ne pas se laisser aller. Alors elle se leva, entreprit d’aller aider Serena pour ranger un peu la maison.

« Mais si je n’ai pas à vivre dans l’angoisse je ne veux pas que cette femme finisse par creuser un fossé entre nous jusqu’à nous séparer ! Tu ne vois pas que c’est justement ce qu’elle fait ? Que tu la laisse te contrôler au point de me blesser ? A chaque fois que je te regarderais je n’aurais de cesse de me demander si tu ne me caches pas quelque chose ! Et là alors je vivrais dans l’angoisse qu’elle te manipule et madame aura eu ce qu’elle voulait! Cesse de me croire faible ! Tu vois je le sais, c'est très bien alors on s'en va et c'est tout je n'ai pas d'angoisse à avoir!»

Elle était suffisamment forte pour vivre avec cela, elle qui n’avait de cesse de s’imaginer que son mari puisse un jour la retrouver, finalement ils avaient bien plus de points communs qu’il ne pouvait le croire encore fallait il qu’il cesse de penser qu’elle n’avait rien vécu de suffisamment grave dans sa vie et de vouloir la protéger comme si elle était son enfant et non sa compagne. Cármen a toujours été une femme pleine de ressources, vivant constamment avec des gens mal intentionnés dans son paysage. Avant de le rencontrer elle avait vécu de semblables situations, mais il refusait de la voir autrement que comme une jeune femme en détresse alors qu’elle n’avait rien de ces femmes ayant besoin d’un preux chevalier pour survivre ni pour la cacher du mal du monde.

Quelques minutes après, elle fut surprise de revoir Leoden revenir à la charge, il l’emmena dans un coin afin de lui parler et encore une fois chacun de ses mots lui faisaient l’effet d’un couteau qu’il lui plantait dans le coeur

« Arrête Leoden, je n’ai pas fouillé dans tes affaires et personne d’autre ne l’a lu ! Comment peux-tu penser ça de moi ?! Moi contrairement à toi quand je dis que j’ai confiance en toi je ne fais pas semblant ! » Fit elle en se dégageant de son emprise, choquée.

Il avait l’air tellement obnubilé par cette angoisse qu’il ne reconnaissait même plus sa propre compagne. Elle s’était montrée patiente avec lui, elle aurait pu le frapper pour cette cachoterie qu’il lui avait faite, au lieu de ça elle avait tenté de lui parler doucement, certifiant qu’elle avait compris pourquoi il ne lui avait pas dit mais son comportement dépassait l’acceptable. Elle était vexée, blessée qu’il la croit capable d’aller jusqu’à fouiller dans ses affaires alors qu’elle avait sans doute plus important à penser comme à se remettre de la mort de son enfant et le fait qu’elle avait failli y passer. Elle déglutit, un nœud dans la gorge. Comment aurait elle pu savoir que ce papier refermait tel fardeau ? Comment aurait elle pu savoir qu’il l’avait tout ce temps gardée sur lui ? Il se laissait trop facilement emporter par la colère au lieu de réfléchir aux plus probables éventualités.

« Laisse moi tranquille à présent j’en ai assez entendu. Reviens me parler quand tu cesseras de me traiter comme une enfant et il te faut préparer les chevaux. »

La gitane se détourna de lui, elle avait encore l’impression d’avoir les poumons comprimés tant elle était bouleversée par son attitude. Elle ne voulait pas entendre un mot de plus venant de lui et préféra aller s’isoler un moment dans la chambre. Elle alla s’asseoir sur un fauteuil, frottant son visage pour essayer de calmer la douleur qu’elle ressentait. Son enfant et maintenant ça ? Non c’était beaucoup trop.






made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 493
♦ RÉPUTATION : 3060
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The things you love always come back to you Mar 16 Aoû 2016 - 11:00



The Things You Love
Always Come Back To You

Cármen & Leoden


« Laisse moi tranquille à présent j’en ai assez entendu. Reviens me parler quand tu cesseras de me traiter comme une enfant et il te faut préparer les chevaux. »

Il ne fallut pas un seul mot de plus. Pas un seul, le message était clair pour Leoden, et il se contenta de baisser le regard et de se détourner de la jeune femme. D'un pas visiblement énervé, il refit son chemin vers la porte qu'il claqua fort derrière lui. A son simple passage, c'était presque comme si l'on sentait sa rage craqueler dans l'air qui l'environnait. L'homme ne demanda pas son reste, passant devant les yeux ébahis de Serena qui ne comprenait pas vraiment ce qui venait de se passer. Elle s'approcha de la gitane pour placer délicatement une main sur son épaule et se montrer présente pour elle ; elle ne traversait pas des épreuves faciles, et si elle ne souhaitait pas se mêler de leurs affaires de couple, la moindre des choses pour elle restait de veiller sur Cármen. Elle lui proposa son aide pour quoi que ce soit dont elle aurait besoin, puis demeura à ses côtés sur un autre fauteuil à finir un ouvrage de broderie.

Dehors, Leoden laissa ses pas le guider instinctivement à la cabane du jardin ; il savait qu'il y trouverait un sanctuaire solitaire, là où personne ne viendrait le déranger et où il serait à l'abri de tout, lui semblait-il. Dans la terre asséchée par le soleil, ses pas émettaient un bruit mat, régulier et quelque peu pressé, mais il s'arrêta net lorsqu'il passa le côté de la maison et que son regard se posa sur la tombe trop petite de son enfant. Confronté directement à la perte de ce petit, il se sentit affaibli tout à coup, nauséeux, exténué. Il en avait tellement marre, de ce sort qui ne cessait de se retourner contre lui à chaque instant.. Depuis le début, il avait cherché à protéger Cármen, et depuis le début, ça n'avait été qu'un beau fiasco à chaque tentative. Était-il incapable de mettre sa famille en sécurité ? La terre dépourvue d'herbe sur quelques centimètres carrés devant lui le lui confirmait amèrement. L'homme se laissa tomber devant la minuscule sépulture, enfouissant ses mains dans la terre alors qu'il sentait déjà rouler les larmes sur ses joues.

Quel homme laisserait cette tortionnaire guider ses pas même après s'être extrait de son emprise ? Quel homme laisserait sa famille dans l'ombre pour la faire souffrir d'un mal qui le rongeait seul ? Il était le parfait exemple d'un imbécile de première, mari incapable d'assurer la survie de sa femme, père à demi sans savoir vraiment où se situer. Où allait donc sa vie ? Que faisait-il pour qu'elle reprenne le cours des choses sans se laisser porter par le bon vouloir de Constance ? Cármen avait raison, et c'était ce qui rendait ses paroles encore plus douloureuses. Il avait encore laissé cette garce pourrir sa vie au détriment de la femme dont il était amoureux. Et pour quoi ?

Réveiller la rage latente qui attendait toujours, tapie dans ses entrailles ; une colère viscérale qui menaçait chacun de ceux qui s'approchaient de lui. Leoden se laissa aller un moment, agenouillé devant son petit, père et mari déchu à la fois. Il devait rendre sa liberté à Cármen. Plus rien ne la retenait ici, ni dans ses bras. C'était terriblement douloureux de ne penser cela, mais l'homme sentait les mains de Constance sur lui à cette simple pensée, et il ne pouvait pas se permettre de faire sombrer la jeune femme avec lui. Il fallait à tout prix l'en épargner, et il ne l'avait déjà que trop blessée.








made by roller coaster

_________________

“Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 477
♦ RÉPUTATION : 3605
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : fiancée à Leoden

MessageSujet: Re: The things you love always come back to you Mar 16 Aoû 2016 - 11:59

☙  
The Things You Love Always Come Back To You

feat. Leoden & Cármen


Cármen s’attela à la préparation de leurs affaires, rangeant soigneusement les vêtements de Leoden dans un sac. Ils n’emporteraient pas grand-chose, parce qu’il leur faudrait acheter des vêtements haradrim une fois arrivés à Umbar afin de passer inaperçu. Pour sa part elle allait devoir se vêtir en homme et cacher son visage afin de ne pas attirer des regards qui pourraient la connaitre. Les nouvelles circulaient vite dans le sud, alors Cármen ne voulait pas alerter le tortionnaire qui avait été son époux ou alors il aurait vite fait de la faire retrouver pour la ramener chez lui. Elle s’occupa ainsi durant un moment, puis retrouva Rambert en bas. Elle lui demanda d’écrire une lettre pour elle, qu’il lirait à ses parents afin que les mots qu’il leur dise soient les siens. La jeune femme l’observa écrire, s’appliquer, elle aurait voulu apprendre mais c’était quelque chose qui n’était pas donné à tout le monde. Rambert lui faisait part de son soutien, l’aidant à bien choisir ses mots, il fut patient même si le parchemin en était presque totalement rempli, elle voulait qu’ils soient un maximum au courant.

Puis le soir commença à tomber, Cármen aida Serena dans la préparation du diner. Cette dernière tenta de savoir ce qu’il se passait mais elle ne lui avoua rien pour être certaine que le secret de Leoden soit bien gardé. Elle préféra lui dire qu’ils avaient besoin de prendre du recul et dans le cas où on ait de nouveau envie de s’en prendre à eux, leur famille serait épargnée. Cármen cependant était inquiète, son cœur était pris d’angoisse à l’idée de retourner dans le sud et que cela ne se passe pas comme prévu. Elle avait aussi fait envoyer une lettre à son cousin un peu plus tôt dans la journée afin qu’il soit au courant de leur arrivée chez lui très bientôt. Voilà des années qu’elle ne l’avait pas vu, il avait quitté le village en tant qu’apprenti d’un marchand a qui il avait sauvé la vie et avait entendu dire qu’l vivait bien désormais. Il pourrait leur apporter le confort et la protection ce qui n’était pas plus mal. Le temps que le repas mijote, elle s’était rendue compte qu’elle n’avait toujours pas croisé Leoden. Le connaissant ses mots avaient dû le toucher au point qu’il ne veuille plus être avec elle, comme cela était arrivé au début de leur relation. Elle n’avait pas voulu être méchante mais souhaitait que cela le fasse réagir et qu’il cesse de se croire un bouclier indestructible. Constance avait beau ne pas être là, Cármen avait l’impression qu’elle faisait parti de leur couple puisque Leoden faisait tout en fonction d’elle.

La gitane avait conscience qu’elle ne pouvait pas la lui faire oublier, mais il pouvait vivre avec et prendre les bonnes décisions, compter sur le soutien de la femme qui l’aimait. La bohémienne s’était toujours montrée forte face à lui, elle n’avait nul besoin d’être protégée. Elle demandait à avoir un mari, pas un sauveur. D’autant plus qu’ils venaient de perdre leur enfant, ils avaient besoin de rester unis face à cela et non s’éloigner. La bohémienne s’isola un moment pour verser quelques larmes, un trop plein d’émotions qu’elle avait soudainement besoin d’évacuer. Elle faisait tout son possible pour l’aider mais il ne mettait pas du sien. Elle avait envie d’aller le voir, de le prendre dans ses bras et lui dire que ça allait passer. Mais elle attendait une réaction de sa part, qu’il prenne des résolutions afin que ce qu’il s’était passé ne vienne plus à se produire. Hélas il y avait aussi le fait qu’ils devaient s’en aller et elle se demandait s’il avait fait ce qu’elle lui avait demandé.

La jeune femme resta un moment dans la chambre, tirant les cartes afin d’y lire les choix qu’elle devrait faire. Comment se passerait ce séjour dans le sud, est ce qu’ils auraient des problèmes et tant d’autres questions. Elle priait pour que Leoden prenne courage et revienne la voir, même s’il n’était pas d’accord avec ce qu’elle disait elle voulait qu’il lui prouve qu’il avait envie d’avancer. La gitane laissa de côté ses cartes, le repas serait bientôt prêt, alors elle descendit et Rambert annonça qu’il allait chercher Leoden pour qu’il les rejoigne. Cármen lui demanda d’insister pour qu’il le fasse car une longue route les attendait.






made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 493
♦ RÉPUTATION : 3060
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The things you love always come back to you Mer 24 Aoû 2016 - 22:19



The Things You Love
Always Come Back To You

Cármen & Leoden


Non, il ne pourrait jamais faire cela. Il ne pourrait jamais laisser la gitane loin de lui. Il lui était tout bonnement impossible de considérer sa vie sans elle, désormais, elle faisait partie de lui, de son cœur, et il ne serait jamais rien qu'une coquille vide si elle n'était pas à ses côtés. Comment pouvait-il seulement songer à lui rendre sa liberté ? Au delà d'un altruisme fulgurant pour rendre la vie de cette jeune femme meilleure, il y avait ce minuscule égoïsme qui lui soufflait qu'il devait la retenir à tout prix. Leoden savait que son instinct avait raison ; il avait toujours fait confiance à ce genre de sensations, et jusqu'à maintenant cela avait toujours payé. Là, plus qu'à n'importe quel autre moment, il songeait à sa vie avec la demoiselle. Une vie qu'ils avaient imaginée à deux, avec leur roulotte, leur groupe, les danses et les chants, et un peu plus tard, la jolie famille qu'ils auraient formé avec leurs enfants. Ce rêve-là s'était brisé après les récents événements, il avait péri sous l'accablement, sous la haine et l'incompréhension, sous tout un tas de choses qu'ils auraient voulu éviter l'un comme l'autre. Leoden savait qu'il était le fautif dans l'histoire de la lettre, qu'il aurait dû en parler à la jeune femme. Mais il savait aussi qu'il ne voulait pas lui faire de mal, et son omission relevait surtout de la protection. Pourtant, cela avait été une erreur, et il s'en rendait seulement compte.

L'homme finit par se relever, le cœur vide, anéanti. Mais il avait cette profonde envie de prouver à la jeune femme qu'il l'aimait plus que tout au monde. Son amour, il en était certain, serait plus fort que tout le reste. Il avait souvent dit à Cármen qu'il était capable de tout pour elle, et c'était le meilleur moment pour le lui prouver. Leoden laissa les tombes derrière lui en les congédiant d'un regard emprunt de tristesse, mais il avait lui aussi besoin d'aller de l'avant. C'était vital, songea-t-il, sinon il ne pourrait jamais sortir de cette torpeur, et il ne voulait pas être le lâche qui abandonne celle dont il est épris. Alors, il se dirigea vers les écuries, et s'il ne savait pas exactement où ils devaient se rendre, Cármen lui avait demandé de préparer les chevaux, alors il s'attela à la tâche. Il sortit les deux leurs, leur fit les soins puis plaça le tapis, puis la selle sur leurs dos avant de serrer les sangles. Ensuite, il leur passa les filets, ajusta la longueur des étriers pour que la jeune femme soit à l'aise. Alors qu'il préparait le troisième cheval qui servirait à porter leurs affaires, il entendit du bruit vers la porte ; c'était Rambert, qui venait probablement le chercher pour le repas, et sa supposition fut rapidement confirmée.

Leoden ne dit mot, il se contenta d'un sourire à demi forcé auquel répondit son père, puis il vérifia les attaches des chevaux avant de quitter l'écurie. Le départ était imminent, ils allaient sans doute ne prendre que le temps de manger avant de faire voile, et alors, il devrait dire au revoir à sa famille pour un long moment. Au fond, il le redoutait toujours, il n'avait jamais aimé les adieux, c'était pourquoi il avait toujours été un homme très solitaire avant de rencontrer Cármen. Mais elle avait tout changé. Et aujourd'hui, c'était à lui de changer les choses.

Lorsqu'il passa la porte de la maison, Leoden se dirigea vers la table où il retrouva la jeune femme. Un sourire fébrilement adressé, une main glissant dans son dos, et il lui témoignait sa présence en ravalant ses reproches. Ce n'était pas le moment. Elle souffrait aussi de la perte de leur enfant, il n'avait pas à se comporter comme un goujat avec elle, sous aucun prétexte. Il prit place à ses côtés à la table, lui proposant gentiment de la servir, surveillant ses besoins avec attention sans non plus se montrer trop présent. Bien entendu, cela ne réglait rien et ils auraient à parler, mais il faisait son possible pour prouver qu'il avait envie d'avancer, de se battre avec elle et pour leur famille. C'était un grand pas, le premier d'une longue série.

« J'ai préparé les chevaux comme tu me l'as demandé.. Nous pouvons partir dès que tu le souhaites, je pense que cela nous fera du bien à tous les deux.. »
Et un baiser succinctement glissé dans ses cheveux.








made by roller coaster

_________________

“Never forget what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: The things you love always come back to you

Revenir en haut Aller en bas
The things you love always come back to you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» What is life if you must lose things you love? -Paytah & Meika
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: partie rp du forum :: Southern Middle Earth :: Rohan-
hobbit rpg hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains Af Jarni Og Is hobbit nains thorin hobbit nains
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.