AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Thorin : Cherche naine pour se perdre dans sa chevelure durant un siècle a venir.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Meruva : Cherche complice pour rencontre fortuite.
Loìn : Cherche bébé dragon pour brûler les fesses d'un méchant nain.
Smaug est le bienvenue aussi, si il nous rend Erebor !
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
The man under the bridge

Partagez | 
 

 The man under the bridge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: The man under the bridge   Mer 11 Jan 2017 - 1:22



The man under the bridge

Cármen & Leoden





Il avait ce regard, qui la première fois vous donne l’impression qu’il pouvait capturer l’univers entier dans ses yeux. Un regard puissant, des yeux aux teintes pâles qui en avaient pourtant vu beaucoup trop, beaucoup plus que ce qu’il n’était capable de supporter. Le genre de regard qui ne vous laisse pas indifférent, que ce soit parce qu’il vous fait pitié ou parce que vous avez seulement de la sympathie pour lui ; c’est le genre de regard que vous admirez, simplement parce que cet homme-là n’a pas encore lâché prise. Un regard que vous ne pourriez comprendre sans le voir. Un regard qui avait vu la guerre, la mort et plus encore, et qui pourtant, se posait toujours sur le monde avec douceur. Il avait vu des choses que personne n’aurait osé imaginer, des horreurs sans nom, et dans ces yeux aussi pâles que le ciel, l’on pouvait voir chaque infime fragment de son âme.

Et pourtant, il laissait toujours un sourire à celui qui lui donnait une pièce, un peu pressé par la lourde journée qui l’attend. Mais lui, il est là, un livre corné entre ses mains abîmées, et il lit, parce qu’il n’a rien d’autre à faire. Cela faisait un moment qu’il était arrivé sous ce pont qui traverse la East River pour rejoindre Manhattan. Il ne s’était pas approché des autres, et à bien y penser, cela laissait sans aucun doute supposer qu’il était nouveau dans le coin. Plusieurs fois, certains des hommes qui vivaient aussi dehors étaient venus lui donner des conseils, qu’il avait pris avec un sourire amical, malgré ce que ses yeux disaient. Mais il ne parlait pas, laissant ses mots à on ne sait quel démon silencieux. Il ne parlait pas, les yeux rivés sur son livre dont on pouvait lire le titre en lettres dorées sur la couverture.

Et pourtant, au fur et à mesure des semaines qui s’écoulaient, son visage avait changé. Chaque matin, sous les flocons qui perlaient autour de lui, l’on voyait une fine brume s’échapper de sa respiration. Il avait sans doute froid, peut-être qu’il ne passerait pas l’hiver si personne ne lui tendait la main. Et malgré tout, c’était l’un de ceux qui avaient le plus de courage ici, à dormir sous la pluie, sous la grêle et sous la neige. Mais le temps semblait user de sa santé, et ses joues commencèrent à se creuser, ce qui n’était que peu visible avec la barbe qu’il avait, mais avec l’œil habitué, on le voyait. Il avait quelques contacts, çà et là, et son maigre pécule se dépensait en drogues qui, certainement, l’aidaient à combler le vide, la haine et la terreur de se retrouver ainsi. Si personne n’avait su ce qui se passait dans son esprit, tous l’avaient vu se détruire à petit feu sous ce pont. Il était pâle, peut-être même qu’il était ailleurs, parce que son regard bleuté ne semblait même plus répondre. Ce n’était certainement qu’une question de temps avant qu’il ne s’endorme pour la dernière fois. Un déchet, un homme qui ne serait sans doute plus capable de faire marche arrière, de rentrer dans ce moule qui façonne tous les individus bien faits de cette société. Alors, il commençait à faire des dettes, de sérieuses dettes à ses mécènes, et bientôt, il fut contraint de faire quelques coups bas pour eux, sous peine de se voir privé de la seule chose qui semblait encore le retenir ici.

Mais ce jour-là, où il n’eut plus de quoi payer alors qu’il se levait à peine pour marcher, le froid ayant gelé son corps jusqu’à l’os, il se fit recevoir par l’homme en question qui lui fournissait ses biens. Pourtant, il sembla que personne, pas un seul des passants ne soit choqué de voir un homme avec un œil aussi gonflé, et la moitié de la mâchoire bleue. Pour lui, c’était le prix faiblement payé pour encore un peu de temps ailleurs, encore un peu de rêve alors qu’il s’éloignait de ce pont, et de cette misère.








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Mer 11 Jan 2017 - 12:28

☙ The man under the bridge

feat. Leoden & Cármen


Les couches, les lingettes, le talc, un nouveau bavoir, un nouveau pyjama, Cármen se repassait la liste de ses courses en tête, ayant toujours aussi peur d’oublier quelque chose pour le petit. A priori tout était dans les sacs, du moins tout ce qui concernait le gamin parce qu’elle avait quand même oublié de passer à la pharmacie pour récupérer ses médicaments à elle. La jeune femme s’en rendit compte alors qu’elle avait déjà fait plus de la moitié du chemin…C’était la troisième fois qu’elle oubliait de les récupérer alors qu’elle en avait vraiment besoin. Tant pis, ce ne sera pas non plus pour cette fois là et puis de toute façon le temps de faire le chemin, ce serait probablement fermé. La jeune femme soupira, exaspérée mais continua son chemin, chargée comme un mulet, en direction de chez elle. La journée avait été calme dans sa petite boutique d’épices et en fin de journée elle avait donné son cours de danse orientale à un groupe d’avancées, la jeune femme était plutôt fatiguée tout de même mais pressait le pas. C’est sur le chemin au hasard qu’elle croisa une silhouette familière qui lui arracha un lourd frisson d’horreur dans le dos.

« Leoden ? »

Oui c’était bien lui. Finalement elle l’avait retrouvé. La jeune femme se précipita vers lui, lui attrapa le bras et observa son visage blessé à la lumière artificielle. Un pincement vint la saisir au cœur, que lui était il arrivé ? Pourquoi était-il dans cet état ? Se mordant les lèvres, la danseuse prit sans hésiter la décision de le ramener chez elle.

« Viens avec moi. »

Ce n’était pas négociable, il était hors de question qu’elle le laisse dans la rue, dans le froid et blessé. Alors elle tira sur son bras sans chercher à savoir s’il était d’accord ou pas après avoir pris ses sacs de course d’une main et l’entraina de force avec elle dans les rues de la ville. Il fallait marcher quelques vingtaines de minutes pour arriver devant chez elle, c’était un immeuble assez vieux dans un quartier reculé. Habitant au dernier étage, il n’y avait pourtant pas d’ascenseur. Il n’était jamais venu là, elle y vivait que depuis quelques semaines ; ce n’était pas le luxe mais avoir un toit était le plus important pour elle et surtout pour son enfant – après les histoires qu’il y avait eu, Cármen avait cherché à s’isoler dans un besoin d’être seule. Une fois arrivés en haut, Cármen ouvrit la porte et s’empressa d’aller poser ses sacs de courses qui commençaient à lui couper la circulation. L’appartement n’était pas très grand, il n’y avait qu’une chambre et il y avait surtout plus de jouets pour enfant qu’autre chose

« Je vais chercher Samhael, la nounou habite deux étages en dessous je ne serai pas longue » Déclara la jeune femme en retirant son manteau et son écharpe.

Un dernier fin sourire glissé sur ses lèvres et la jeune femme s’empressa de sortir. C’était toujours le meilleur moment de la journée pour elle de retrouver son petit garçon, alors elle dévala les escaliers jusqu’à trouver la porte de la nounou qui lui ouvrit la porte. Les deux femmes se saluèrent, Cármen entra et à la seconde où elle aperçu son fils, l’un comme l’autre étira un large sourire.

« Bonjour mon chéri !! » Fit Cármen tout en venant le prendre dans ses bras pour le couvrir de bisous.

La nounou lui résuma sa journée, comme d’habitude il avait été très sage et il se portait toujours aussi bien malgré les basses températures. Il tenait de Leoden pour ça, il n’avait pas encore le caractère de cochon de sa mère et c’était tant mieux. Elle récupéra le sac du garçon contenant des vêtements et plein d’autres choses importantes, remercia la nounou et remonta avec le petit qui gazouillait jusqu’à son appartement. Elle entra de nouveau et Leoden fut de nouveau dans son champ de vision. L’enfant cessa de pousser des petits cris communicatifs, il observa Leoden dans le silence, intrigué.

« C’est qui Samhael ? C’est papa ! Papa ! »

Samhael étira un sourire, avant de se mettre à rire et se cacher dans les cheveux de Cármen. Oh il l’avait reconnu, mais il ne l’avait pas vu depuis un moment alors il était sans doute intimidé. La jeune femme était gênée de se retrouver ainsi avec Leoden après ce qu’il s’était passé, mais elle l’aimait toujours et ne pouvait définitivement pas l’abandonner. Elle déposa le petit dans son parc avec ses jouets pour aller récupérer de quoi soigner Leoden après lui avoir demandé de s’asseoir sur l’unique fauteuil de son salon.








made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Mer 11 Jan 2017 - 13:35



The man under the bridge

Cármen & Leoden


S'il était l'homme qui avait perdu tout espoir, ne laissant paraître sur son visage que les dégâts du froid et de l'héroïne, il y avait une chose, une seule, qui serait capable de le tirer de là. Cet homme y songeait souvent, à ce que la vie avait fait de lui, à ce chemin qu'il avait parcouru. Mais dans ses sombres pensées, il n'y avait qu'un visage qui était capable de le garder en vie. C'était à la fois un souvenir purement heureux, mais aussi un souvenir qui lui faisait un mal de chien. Ce visage-là, c'était celui d'une femme qu'il avait aimée comme jamais il n'aurait pu concevoir d'aimer, une femme qui avait été tout ce qui comptait pour lui, et qui, au fond, l'était encore. Mais dans les nuits sombres, dans le froid et dans la misère, il se raccrochait à ce si beau visage dont il avait mémorisé chaque parcelle. C'était son truc, de se souvenir de ça quand le mal était trop grand. Et là, sous sa vieille couverture rouge partiellement trouée, il entendit une voix.

Il avait cru rêver, non, ce n'était pas possible qu'elle soit là. Elle ne lui aurait pas parlé, après ce qui s'était passé. Elle aurait oublié son nom comme il l'avait lui-même oublié, elle aurait oublié son existence pour vivre heureuse, pour prendre un nouveau départ. Ce genre de choses, ça ne marche pas pour tout le monde. Et force était de constater que, pour lui, c'était tout à fait raté. Il était ce pauvre homme à vivre dehors, accro à des trucs qu'il ne pouvait même pas se permettre de payer, et il ne serait jamais rien de plus avant que finalement, son cœur ne lâche dans le froid de décembre. Mais il avait pourtant entendu cette voix, lointaine au départ. Relevant le regard, il posa ses yeux clairs sur une silhouette qui lui sembla tellement familière.. Mais il ne pouvait y croire.

« Vas t'en » avait-il tenté de murmurer, mais les mots ne passaient plus ses lèvres gelées. Alors, elle l'avait saisi par le bras pour le relever et le tirer avec elle, mais l'homme n'eut même pas la force de s'en dégager. Il suivit, marchant lentement, difficilement pendant une vingtaine de minutes. Marcher lui ferait sans aucun doute un peu de bien, même si c'était encore un labeur après l'état dans lequel il était. Elle le mena jusque dans un bloc d'immeubles où elle habitait, le laissant sur le pas de la porte avant de disparaître. L'homme eut un pincement au ventre, comme un mauvais pressentiment, il n'était pas très à l'aise dans sa peau mais encore moins devant elle. Il laissa son regard se perdre sur les murs, sur les meubles ; elle vivait là, toute seule. Il sentit sa gorge se nouer, à se souvenir de cet homme là qu'il avait vu bien trop près d'elle. Ça lui foutait encore les nerfs. Il observa rapidement les quelques photographies qui étaient affichées dans le couloir ; un enfant, sur chacune d'entre elles. Tout à coup, il se sentit vraiment mal à regarder ces photos, à être dans ce couloir et à savoir qu'elle allait revenir. Mais elle poussa la porte au même moment, effaçant toute tentative de s'en aller de son esprit. Il posa son regard bleuté, ses yeux cernés de rouge sur le visage de cet enfant qu'elle tenait dans ses bras. Il était bien là..

L'homme esquissa un sourire affreusement triste, réprimant quelques larmes alors que ses yeux étaient humides. Il n'avait pas voulu laisser tout ça. C'était sa vie, c'était lui. Et pourtant il était terriblement loin de tout cela. Il ne quittait pas l'enfant des yeux, ne souhaitant pas s'en approcher. A vrai dire, il aurait préféré que cet enfant ne le voit jamais. Il avait honte d'être un tel père. Cármen coupa court à ses pensées en lui demandant de s'installer dans un fauteuil pour qu'elle soigne ses blessures ; il en avait bien besoin. Sous son épaisse barbe, il avait la mâchoire en miettes, et son œil si gonflé qu'il pouvait à peine le garder ouvert. Les aléas de la vie qu'il menait. Il tira une légère grimace lorsque la jeune femme commença ses soins ; c'était encore sensible, douloureux. Mais le froid n'avait clairement pas arrangé les choses. Il ne disait toujours pas un mot, silencieux comme la mort. Son visage ne montrait rien de plus qu'une tristesse latente, la constatation de cette vie qu'il avait loupé pour des conneries. Et il s'en bouffait le cœur à chaque seconde.

Lorsqu'elle eut fini les soins, l'homme ne bougea pas. Il laissait ses yeux rivés sur l'enfant, qui parfois, le regardait en retour. Mais il ne s'approcha pas, ne lui parla pas non plus. Que pouvait-il bien lui dire ? Il ne voulait pas que Samhael se souvienne d'un père pareil. Finalement, au bout de quelques minutes, il quitta le fauteuil pour se diriger vers la porte d'entrée.

« Cármen.. Merci.. Pour tout. » fit-il, la main sur la clenche, bien décidé à repartir d'où il venait. « Je n'ai rien à faire là, je ne te dérange pas plus. Au revoir »








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Mer 11 Jan 2017 - 14:36

☙ The man under the bridge

feat. Leoden & Cármen


Commençant à le soigner, la jeune femme se rendit compte à quel point il avait reçu. Elle serra les dents, essayant de ne pas lui demander de comptes alors que pour le moment elle voulait juste prendre soin de lui. C’était douloureux de le voir dans cet état, lui qui était si beau, lui qui avait un si joli sourire. Elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même, mais elle lui avait pourtant demandé de ne pas se laisser aller le temps qu’elle trouve une solution. Taavi n’était pas revenu, il avait appris sa relation avec Leoden et s’en était allé, laissant Cármen sans savoir ce qu’il se passait alors qu’elle aurait voulu arranger les choses. Et du coup, elle se retrouvait toute seule avec son jeune enfant. Cármen souffrait aussi de la situation mais ne voulait pas que son enfant grandisse avec une mère broyant du noir alors elle prenait sur elle a chaque fois qu’elle était avec lui.

Concernant Leoden, maintenant qu’il était là, elle ne pourrait pas le laisser s’en aller, elle avait mis tant de temps à le retrouver. Et pourtant c’est ce qu’il tenta de faire, remerciant la jeune femme et déclarant qu’il n’avait rien à faire là. Cármen se leva précipitamment avant qu’il n’aille chercher à ouvrir la porte qui était de toute façon fermée à clef. Elle posa sa main sur son bras afin qu’il se tourne vers elle.

« Tu restes là, je te laisse pas retourner dehors. Viens m’aider on va manger !»

La jeune femme l’entraina de nouveau à l’intérieur de l’appartement sans lui donner le choix, tirant doucement sur son manteau pour qu’il le quitte enfin. Elle ne pouvait pas encore lui demander ce qu’il lui était arrivé, c’était encore trop tôt, mais comptait bien amener ce sujet là au bout d’un moment. En attendant, elle avait faim et lui aussi sans doute alors elle lui mit entre les mains un paquet de riz qu’elle lui demanda de faire chauffer pendant qu’elle s’occupait de préparer les légumes. Le bébé qui arrivait tout juste à redresser sa tête observait ses deux parents en cuisine avec de grands yeux curieux. N’aimant visiblement pas être mis à l’écart alors qu’il y avait des choses bien plus intéressantes vers eux, il commença à grommeler et à pleurnicher.

« Samhael…. » Fit elle pour essayer de le calmer alors qu’elle était en train de couper les légumes.

Mais aussi têtu que son père, il se mit à pleurer, forçant la jeune femme à arrêter ce qu’elle était en train de faire pour venir le chercher et le placer sur une petite chaise balançoire avec des jouets qui pendaient au dessus de lui pour l’occuper. Elle mit la chaise un peu en hauteur après l’avoir attaché et qu’il puisse les regarder faire sans se remettre à pleurer.

Il gazouillait alors tranquillement, observant surtout son père et avait visiblement envie d’attirer son attention en poussant des petits cris et des petits rires. Il était bien plus bavard qu’à l’accoutumée et Cármen espérait que la vue de son fils lui donnerait envie de se ressaisir parce qu’il n’avait pas à souffrir d’un père absent pour les histoires qui ne le regardaient pas.

« Il en a des choses à te raconter dis donc ! »

C’était peut être osé de lui adresser la parole comme si de rien était, mais elle voulait le ramener à la raison et elle savait que l’amour qu’il portait à son fils serait plus fort que tout, il avait juste besoin de se souvenir de ces moments qu’il avait partagé avec lui de sa naissance jusqu’à cette terrible histoire qui les avait séparés. Cármen s’approcha de Leoden pour partager la cuisinière et faire cuire les légumes avec des épices. Il y avait ce silence pesant entre eux, mais la jeune femme avait tant de choses à lui dire, elle espérait juste qu’il se montre un peu moins renfermé pour que tout se passe bien et qu’ils puissent discuter après le repas











made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Sam 14 Jan 2017 - 15:37



The man under the bridge

Cármen & Leoden


Alors qu'il avait la main sur la clenche, il entendit Cármen le retenir, lui demander de rester. Mais il savait pertinemment que ce n'était pas sa place, qu'il n'avait plus rien à faire dans cet appartement, ni dans la vie de cette femme et encore moins dans celle de son fils. Alors qu'elle le prenait par le bras pour le ramener vers le centre de l'étroit couloir, l'homme serra les dents. Non, il ne pouvait pas rester. Un repas, peut-être.. Histoire de l'aider avec les tâches ménagères et de lui laisser un peu le temps de souffler. Mais il décida directement qu'il allait s'en aller une fois qu'il lui aurait fait la vaisselle, et qu'il ne remettrait jamais, non jamais les pieds ici. Il hésita un moment avant d'ôter son manteau, mais se crispa davantage lorsque Cármen vint l'y aider. Il ne fallait pas qu'elle sache, il aurait honte qu'elle découvre ce qu'il était devenu, l'enfer qui se renfermait dans les deux poches de son blouson. Elle ne devait pas savoir. Il n'était déjà que trop honteux devant elle à ce moment précis, à se sentir misérable et moins que rien, les yeux éclatés et rougis, le sourire terne. Il n'avait décemment pas une allure fière.

Cependant, il n'eut pas le temps d'émettre une quelconque objection que la jeune femme lui mit un paquet de riz entre les mains. Leoden se dirigea machinalement vers la cuisinière, y déposant une casserole d'eau à chauffer avant d'allumer le gaz. Il attendit devant, vide et inexpressif alors que les gazouillement de son bébé se faisaient entendre dans la pièce. Et ça lui faisait mal, ça lui faisait tellement mal de voir tout ça sans en faire partie ; il tenta de rester de marbre, mais il avait un nœud dans la gorge et les yeux humides. Cela n'arrangeait franchement pas le tableau qui était déjà pitoyable. L'homme fit cuire le riz, concentrant toute son attention à le remuer dans l'eau, comme pour ne pas entendre les bruits de son enfant derrière. Mais c'était d'autant plus difficile que le bambin semblait particulièrement déterminé à attirer son attention, et Leoden ne voulait pas tourner le regard.

Finalement, le riz arriva au terme de sa cuisson et il l'égoutta en silence, ne sachant que répondre à Cármen. Que pouvait-il bien lui dire ? Il aurait voulu être le père parfait pour cet enfant, et il l'aurait sans nul doute été. Mais il était de ces rêves qui connaissent un déclin bien trop rapide. Il se gratta discrètement les yeux, qui étaient d'autant plus dans un sale état ; la drogue n'aidant absolument pas, sa tristesse, sa fatigue complétaient le tableau pour en tirer un affreux portrait. Leoden aida la jeune femme à finir les légumes puis il mit la table, et finalement, il se concentra à remplir les assiettes avec soin. Il n'était pas si maladroit, malgré ses mains qui tremblaient tant il était au bord de la crise. En redéposant la casserole vide dans l'évier, l'homme passa une main sur son front le temps de se ressaisir. C'était difficile, tellement difficile de se retrouver face à elle, face à leur enfant après tout ce qui s'était passé, après ce qu'il était devenu. Et le manque, le manque terrible qui commençait à survenir, encore, bien trop rapidement. Il aurait du mal, ce soir, à rester totalement impassible.

Alors, il vint prendre place sur l'une des chaises, n'osant pas lever le regard ni vers l'un ni vers l'autre. Il était enfermé dans son mutisme, ne sachant de toute façon pas quoi leur dire. Il ne voulait pas adresser la parole à Samhael, ne pas lui donner le moindre souvenir d'un père qui n'était rien d'autre qu'un fantôme ou qu'une coquille vide. Et il avait tellement mal, à la seule idée d'avoir une discussion avec Cármen, qu'il en avait rapidement écarté l'idée pour le moment. Mais là, assis devant son assiette, alors qu'il s'était contenté d'un vieux quignon de pain rassis tous les deux jours depuis des mois, l'appétit ne venait pas. Il fixa le riz un long moment, tout ça avait l'air très bon et il savait avec certitude que la cuisine de Cármen était toujours parfaite. Mais la faim ayant rongé son ventre pendant déjà de trop longues heures, il n'était plus capable de savoir. Alors il ne dit rien, fixant son plat en attendant que tout le monde ait fini.








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Sam 14 Jan 2017 - 17:53

☙ The man under the bridge

feat. Leoden & Cármen


Cármen était face au silence de Leoden qui ne souhaitait pas non plus porter d’attention sur son fils qui faisait pourtant tout pour attirer son attention. Etant têtus l’un comme l’autre, cette scène aurait pu durer des années et si le contexte aurait été autre, elle en aurait probablement ri. Samhael continuait de gazouiller, la présence de sa mère qui essayait de le distraire ne lui suffisait visiblement pas mais elle ne pouvait pas forcer son père à aller le voir. C’était triste à voir, eux qui avaient été si complices. Ils furent vite à table et la jeune femme commença à manger sa nourriture. Elle avait faim, la danse lui avait ouvert l’appétit et les effluves d’épices lui avaient vite mis l’eau à la bouche. Elle mangea quelques bouchées, et remarqua en même temps que son fils était aussi intéressé par manger. Il se fit un peu plus bruyant, grognant doucement, Cármen essayait de manger le plus possible avant qu’il ne se mette à pleurer et finalement laissa tout en plan. Elle se leva pour aller prendre le petit dans ses bras et l’allaiter, elle irait ensuite le changer et le mettre au lit. La jeune femme tenta de manger quelques bouchées en même temps, alors que le bébé se nourrissait correctement, ce n’était pas le cas de tout le monde et encore moins de Leoden. Levant les yeux vers lui, elle remarqua qu’il n’avait pas touché son assiette. Elle n’aimait vraiment pas le voir dans cet état là, cela lui ramenait des souvenirs troublants de leur rencontre – à la différence près qu’il était dans un état plus pitoyable.

« Mange Leoden, s’il te plait…. »

La jeune femme insista plusieurs fois avant qu’il ne se décide à prendre sa fourchette. Le silence revint alors de longues minutes durant. A la fin du repas, une fois que Samhael eu fini de mangé et fait son rot, la jeune femme déposa son fils dans son parc et rejoignit Leoden qui s’était déjà mis à faire la vaisselle. Le cœur brisé par cette situation alors qu’ils avaient été tellement heureux tous les deux, Cármen souhaita lui redonner un brin d’espoir et lui rappeler pourquoi elle lui avait demandé de partir. Se glissa à ses côtés, elle ferma le robinet, lui prit l’éponge des mains pour la laisser dans l’évier et passa ses bras à ses épaules, l’enlaçant doucement contre elle. Glissant une main dans sa nuque, elle se délecta de cet instant de tendresse dont elle avait rêvé depuis longtemps. Elle fit en sorte qu’il ne résiste pas trop, haussant la voix assez vite afin d’attirer son attention.

« Tu me manques Leoden, je voudrais que tout redevienne comme avant… » Commença t-elle la voix tremblante.

Avec ce qu’il s’était passé avec Taavi, la jeune femme n’avait eu d’autre choix que de mettre leur relation en pause pour éviter d’attirer des problèmes à Leoden. Mais dès le départ, elle s’était juré que cette situation était provisoire et qu’une fois Taavi revenu, elle ferait en sorte de lui parler pour calmer le jeu et récupérer Leoden. Elle n’avait cependant pas prévu qu’il disparaisse, et qu’il dépérisse ainsi.

« J’ai encore besoin de temps pour arranger cette histoire et que tu puisses revenir avec moi. » Poursuivit-elle.

Elle l’aimait toujours, même si elle avait pensé que sa disparition avait été un signe qu’il ne voulait plus d’elle. Elle regrettait d’avoir pensé cela trop vite, comment pouvait elle douter de l’amour qu’il lui portait, et à le voir là, de quelle manière il s’en rendait malade. La jeune femme se détacha de lui, regardant son visage pâli et meurtri par la tristesse. L’un sans l’autre ça avait été vraiment très compliqué, mais Cármen avait espoir que tout vienne à s’arranger et qu’ils puissent enfin vivre comme ils l’avaient toujours souhaité. Glissant ses doigts sur les contours de son visage, elle espérait avoir toute son attention et que la douceur dont elle faisait preuve lui apportait un peu de réconfort. Si de son côté elle tentait de recoller ce qui avait été brisé, elle avait besoin que Leoden prenne sur lui et se reprenne en main afin de leur assurer un avenir.

« Il faut que tu restes fort en attendant, je t’avais demandé d’aller chez ton père, pourquoi tu n’y es pas resté ? Je t’ai cherché partout.»

Avec cela elle aurait été le voir régulièrement et il aurait aussi pu s’occuper de leur fils.









made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Sam 14 Jan 2017 - 18:57



The man under the bridge

Cármen & Leoden


Il avait le regard vide, devant son assiette. La nourriture ne lui faisait même plus envie, comme quelque chose qu'on lui avait agité sous le nez pendant trop longtemps au point qu'il s'en lasse presque totalement. Elle avait pourtant une bonne odeur, le genre d'effluves qu'il connaissait à la cuisine de Cármen et qui lui rappelait bien trop de souvenirs. L'homme hésita, les mains posées sur le bord de la table sans toucher ses couverts. Il n'avait même pas faim, même pas soif ; la seule chose dont il avait l'impression d'avoir besoin après Cármen, c'était aussi la seule qu'il voulait lui cacher. Elle insista, lui demandant de se nourrir, et elle avait sans doute raison. Mais elle dû s'y reprendre à plusieurs reprises avant qu'il ne se résigne à attraper sa fourchette, et à la planter machinalement dans le riz. Leoden porta la nourriture à ses lèvres, sentant le goût avec difficulté, et l'impression que la nausée le prenait. Il ne dit rien, se contenta de continuer lentement, pour lui faire plaisir. Après autant de temps, il aurait encore déplacé des montagnes pour elle.

Il relâcha sa fourchette après trop de bouchées, même si son assiette était encore loin d'être vide. L'homme n'ajouta toujours rien, il se contenta de se lever puis de ramasser les couverts, les plats et de tout ranger avant de se placer devant l'évier, ouvrant le robinet et attrapant l'éponge. Du coin de l’œil, il guettait Cármen, la gorge nouée. Il entendait toujours les gazouillis de leur enfant, cet enfant qu'il avait tant voulu avec elle, et ça le bouffait complètement de voir ce que ce rêve était devenu. Il ne lui restait qu'une toute petite photographie polaroid de Samhael, qu'il gardait secrètement dans son blouson, pour les jours où il ne pouvait vraiment plus supporter cette vie.

Il sentit la présence de la jeune femme s'insinuer près de lui, ses mains lui prenant l'éponge des doigts avant qu'elle ne le tourne vers elle, qu'elle ne laisse ses bras s'enrouler autour de ses larges épaules. Leoden serra les dents, il ne comprenait plus ce que tout cela signifiait, ce qu'elle faisait à lui faire d'autant plus de mal dans des espoirs qu'il savait vains. Il eut un frisson comme il n'en avait pas eu depuis longtemps, sous la douceur de sa main qui se faufilait dans sa nuque. L'homme se mordit les lèvres, n'osant pas refermer ses bras autour de celle qu'il avait toujours aimé. C'était si difficile, de seulement la confronter après ce qui s'était passé, après qu'elle lui ait demandé de partir.. Et il ne comprenait toujours pas. Les quelques mots qu'elle lui glissa lui firent l'effet d'une fèche en plein cœur ; il réprima une larme, les yeux humides.

« Ne dis pas ça »
fit-il, les dents serrées, le regard assombri par tous ces souvenirs qui revenaient, et la rage qu'ils avaient soulevé en lui à ces moments-là. « Ne dis pas que je te manque, ne dis pas que tu veux que ça redevienne comme avant.. Ce ne sera jamais comme avant. » Il s'écarta d'elle, ses yeux ne montrant que la panique face à ces émotions qui affluaient, la haine et l'amour si terrible soit-il dans son cœur. Il ne put contrôler cette larme qui coula finalement sur sa joue dans la colère, les sourcils froncés alors qu'il soutenait le regard de Cármen. « Quant à mon père, je ne veux pas le mêler à tout ça. Et j'ai pas envie de voir du monde, je suis mieux en solitaire, je.. » Il hésita, ne trouvant pas comment lui dire qu'il n'était plus capable de vivre sans elle. Sans ce qu'elle lui avait pris. « Maintenant je vais finir la vaisselle et après je disparais. Je voudrais que tu ne me cherches pas, Samhael n'a pas besoin d'un père comme ça, ne lui parle pas de moi. »

Alors, Leoden se retourna vers l'évier, ouvrant de nouveau le robinet, ramassant l'éponge, et il retomba dans son silence, à frotter les assiettes avec frénésie, quand tout à coup, il fut pris au ventre, sentant sa mâchoire trembler. Il lâcha l'assiette dans un bruit sec, jetant son éponge pour se précipiter dans la salle de bain où son corps se débarrassa de tout ce qu'il avait ingéré ce soir-là.








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Sam 14 Jan 2017 - 20:05

☙ The man under the bridge

feat. Leoden & Cármen


Elle avait senti dans son étreinte, et s’était aussi attendue à ce qu’il n’apprécie pas. Mais Cármen n’avait pas pu s’en empêcher, elle avait espéré qu’il puisse comprendre ce qu’elle était en train de lui dire mais aussitôt qu’elle avait cessé de parler, il s’était alors exprimé. Chaque mot fut comme un coup de couteau en plein cœur, alors pour lui elle avait abandonné toute idée d’être heureuse avec lui. Mais pour qui la prenait-elle ? Elle n’était pas aussi malhonnête du triste portrait qu’il avait d’elle, elle avait toujours envie de se marier avec lui, et qu’ils se retrouvent. La période était certes très difficile, et très compliquée mais elle ne voulait de problèmes nulle part parce qu’elle tenait énormément à Taavi mais à Leoden aussi.

Quand il eu terminé son discours, elle resta idiote, n’arrivant pas à ouvrir la bouche pour lui dire qu’il avait faux sur toute la ligne. C’est les pleurs de son fils qui l’arrachèrent à la réalité et elle retourna vers lui pour aller le laver, changer sa couche et le mettre en pyjama. Elle revint avec lui dans le salon, ayant l’espoir qu’il lui dise bonne nuit. Mais Leoden présenta un mal être qui la fit reposer le petit en devinant ce qu’il était en train de se passer. La jeune femme se précipita alors après lui, prenant soudainement peur et le laissa finalement dans l’intimité alors qu’elle l’entendait vomir. Il ne devait pas avoir mangé quelque chose don consistant depuis tellement longtemps que son ventre ne supportait pas le repas qu’elle lui avait fait. Se pinçant les lèvres, une fois le silence revenu, elle osa entrer dans la salle de bain pour le trouver replié au dessus de la cuvette. Elle posa ses mains sur son dos, que pouvait-elle faire pour qu’il lui fasse confiance, pour qu’il la croit quand elle disait qu’elle essayait d’arranger cette histoire et qu’ils puissent de nouveau redevenir ce beau couple amoureux ? Elle se baissa vers lui, puis l’aida à se relever, lui tenant le bras afin de le mener de nouveau dans le petit salon où elle l’installa sur le fauteuil près du parc du bébé. Samhael les observait, redressant doucement la tête et les yeux grands ouverts. La jeune femme passa ses mains dans les cheveux de Leoden pour lui dégager le visage.

« Reste là je reviens. »

Elle se leva afin d’aller mettre de l’eau à chauffer dans la bouilloire et lui prépara une tisane qui irait le détoxifier un peu et l’aider à mieux digérer ce qu’il mangerait à présent. Elle n’osait pas lui demander quel genre de nourriture il avait ingurgité pour que des légumes sains viennent à le rendre malade à ce point. Elle revint près de lui avec une tasse fumante dans les mains et entreprit de prendre son fils dans les bras avant de s’agenouiller près de Leoden. Samhael commençait à fatiguer, il était bien moins agité et restait tranquillement dans les bras de sa mère. Elle profitait qu’il se tienne tranquille pour poser sa main sur le genou de Leoden et attirer une nouvelle fois son attention

« Je voudrais que tu puisses me croire quand je dis que c’est provisoire. Je te promets que j’essaye de tout faire pour que tu n’aies pas de problème avec Taavi, je t’ai dit qu’il était dangereux et je veux pas qu’il t’arrive quelque chose…» Fit-elle, les yeux larmoyants de tristesse.

Donnait-elle l’impression d’aimer la vie qu’elle menait ? C’était loin d’être le cas, bien que grâce à dieu son enfant était en bonne santé, c’était loin d’être le genre de vie qu’elle leur avait souhaité. Combien de fois lui avait elle évoqué ses rêves qu’ils aillent s’acheter une maison de campagne, et qu’ils soient tous les trois heureux ? Le jour avant le drame qui avait tout brisé, elle lui avait même évoqué le souhait d’avoir un autre enfant une fois que leur premier serait assez grand.

« Mais comment peux tu penser que je ne veuilles pas être avec toi ? Après tout ce qu’on a vécu, on a un enfant et tu penses vraiment que je vais laisser ça comme ça ? »

C’était douloureux pour elle de voir qu’il était d’emblée défaitiste même si elle l’avait toujours connu comme ça. Elle avait l’impression de se battre toute seule. Les larmes se mirent à couler quand elle réprima un sanglot, essuyant ses yeux d’un revers de main. Elle portait toujours la bague de fiançailles, pour elle cela ne pouvait se terminer de cette façon.

« Ne m’abandonne pas s’il te plait, tu ne m'as jamais fait confiance, alors pour une fois je t'en prie, crois moi. »











made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Sam 14 Jan 2017 - 21:32



The man under the bridge

Cármen & Leoden


Si cela avait été prévisible, Leoden avait quand même essayé de manger pour faire plaisir à Cármen. Il s'était forcé, sachant pertinemment de quelle façon cela allait finir. Cela faisait des semaines, voire des mois qu'il n'avait pas eu un repas décent. La dernière fois, c'était sans doute quand il avait fait la queue devant cette espèce de chapelle où une association distribuait de la soupe et des lentilles, et qu'il avait plié et y était allé, tant il avait eu faim ce jour-là. Depuis, il n'avait plus franchement quitté son coin sous le pont, et il n'avait pas non plus eu droit à grand chose. Il ramassait les quignons de pain jetés aux oiseaux, il se débrouillait pour trouver les restes de ce que les touristes achetaient pour goûter et qu'ils jetaient sans même se soucier de ne l'avoir fini qu'à moitié. Ce n'était rien de très bon, de la nourriture souvent pourrie où au goût affreux, mais ça le maintenait en vie, et c'était sans doute le principal. Quoi que.. Au stade où il en était, Leoden était presque à attendre sa mort le jour où il irait un peu trop loin avec la drogue.

C'était sans doute ça aussi, qui n'arrangeait pas le tableau. Il sursauta en sentant les mains de Cármen dans son dos, ne l'ayant pas entendue entrer. Cela lui faisait vraiment bizarre, l'impression d'être revenu à la case départ, mais en cent fois pire. Il n'avait pas eu une très belle vie, au moment où ils s'étaient rencontrés. Et pourtant, s'il avait cru à ce moment-là que les choses ne pourraient pas être pires, il s'était bien trompé. Il avait l'impression que tout ce beau rêve, cette magnifique histoire d'amour entre eux était morte à tout jamais, que tout s'était brisé en un millier de fragments qui avaient transpercé son cœur. Leoden s'essuya le visage, le rinçant rapidement à l'eau avant de se faire guider jusqu'au salon par la jeune femme, où elle lui prépara une tisane.

Il avait affreusement mal au ventre, comme s'il criait famine mais que rien ne pourrait lui suffire ; il avait aussi mal à la tête, le cœur cognant dans ses tempes. Il avait les mains qui tremblaient, et inévitablement, c'est ce dernier signe qui lui confirma ce qui était en train de se passer. Il n’eut pas le temps de réagir que la jeune femme revenait avec leur fils dans les bras, le petit déposant sa main sur un des genoux de son papa. Leoden se mordit les lèvres, il résista à l'envie de s'écarter vivement de l'enfant, il ne voulait pas lui faire de mal, ni à lui, ni à Cármen. Elle commença à lui parler, lui vantant un rêve qu'il savait depuis longtemps éteint. Chaque mot était difficile à avaler, chaque mot lui donnait envie de hurler, de frapper. Il avait la rage au ventre de l'entendre ainsi, ça lui faisait un mal de chien.. Pourquoi lui tenir un tel discours après ce qu'elle lui avait fait ? Il ne comprenait pas, ne comprendrait sans doute jamais.

Leoden essaya de ne pas s'emporter à cause de la proximité de Samhael, mais il serrait les dents, se concentrant pour ne pas laisser la rage revenir s'infuser dans ses veines. Il tenait la tasse de tisane dans ses mains, tremblant au point où il dut la reposer pour ne pas en renverser partout. Il avait les yeux humides et rouges, supportant difficilement de l'entendre lui rappeler tout ça.

« Non » répondit-il, la voix basse, comme s'il espérait que le bébé ne l'entendrait pas. « Je ne peux pas te croire pour tout ça.. Tu parles d'abandon, mais qu'est-ce que tu as fait de moi ? » dit-il en chuchotant, la voix troublée par les larmes qui menaçaient de couler. Elle lui avait fait tellement, tellement de mal en le chassant. Qu'espérait-elle ? Qu'il se porte bien sagement en attendant que peut-être, un jour, elle revienne le chercher ? Qu'il supporte en silence et avec un grand sourire tout ce mal qu'elle lui faisait ? Non, il n'avait pas pu, et il n'avait pas pu trouver une alternative à toute cette histoire. Peut-être qu'au fond, c'était le seul espoir de la retrouver un jour qui l'avait gardé en vie, mais Leoden ne voulait pas entendre tout ce beau discours. Il ne voulait pas de ses mots, de ses promesses. Elle avait brisé la plus importante. Le regard au loin, vide, distant, il écarta très doucement son genou de la petite main de Samhael.

« Comment tu peux me dire toutes ces choses, après tout ça.. » laissa-t-il finalement, la voix étranglée, alors qu'il trouvait qu'elle avait vraiment de l'audace de lui promettre encore ces choses-là après qu'elle ait préféré se séparer de lui. Elle avait donc certainement menti, quand elle lui avait dit tous ces jolis mots d'amour.. D'un geste invisible, il chassa cette pensée de son esprit avant de reprendre sa tisane, portant la tasse à ses lèvres rapidement. Il la garda quelques secondes dans les mains, tremblant, manquant plusieurs fois de l'échapper.








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Sam 14 Jan 2017 - 22:20

☙ The man under the bridge

feat. Leoden & Cármen


Encore une fois Leoden restait sourd à ses appels au secours. Et ce qu’il déclara lui fit tellement mal qu’elle en ressentait de vives décharges à son cœur. Les sourcils froncés, elle n’en croyait pas ses oreilles, il était borné encore une fois, il refusait d’écouter ce qu’elle avait à dire ou de tenter de la comprendre. En quoi pouvait-elle croire si lui refusait de lui faire confiance ? Aussitôt qu’il eu fini de parler, la jeune femme reprit, sans hésitation.

« Je n’avais pas le choix Leoden !! Tu comprends ça ? Je n’avais pas le choix, il fallait que tu t’en ailles ou vous vous serez entretués toi et Taavi et moi je veux pas de ça !! »

Samhael se mit à pleurer a cause de Cármen et de ses pleurs mais aussi parce qu’elle avait haussé le ton dans son désespoir. La jeune femme se leva, sanglotant avec son enfant dans les bras, essayant de le bercer pour qu’il se calme sans lâcher leoden du regard.

« Qu’est ce que j’aurais dû faire ?! Le  laisser tuer l’homme de ma vie ? Te laisser tuer mon meilleur ami ? Mets toi à ma place aussi  Leoden !! Je regrette la manière dont ça s’est passé et comment j’ai dû te demander de partir, je te demande pardon pour cela mais je n’avais pas d’autre moyen pour te sauver !! Tu crois que ça m’amuse de m’occuper seule de notre enfant et de vivre là ? Est-ce que j’ai l’air heureuse ?!»

Plus Cármen suffoquait sous ses larmes, plus l’enfant pleurait. Quelle scène lui montrait-elle ? Ses deux parents en train de contempler leur fin et se disputer. Mais les cris de son enfant dans ses bras empirait son état, le cœur en miettes, elle ne parvenait plus à s’arrêter de pleurer. Encore une fois elle ne pouvait pas gérer sa vie et celle de son enfant qui au vu de son jeune âge avait besoin que l’on s’occupe constamment de lui. Alors elle entreprit d’aller coucher le petit, espérant qu’un peu de silence puisse le calmer. Puisqu’il était fatigué, une fois qu’elle l’eut déposé dans son lit, il ferma sagement les yeux. Il avait encore du mal à faire ses nuits, mais le soir elle arrivait à le faire dormir sans problème.

La jeune femme referma la porte de l’unique chambre à coucher où il y avait également son lit à elle. Elle croisa alors de nouveau le regard de Leoden, ne sachant plus quoi faire pour qu’il s’adoucisse et qu’il parvienne à la croire. Elle avait envie de l’aider, de faire en sorte que ce moment ne soit pas plus difficile qu’il ne l’était déjà et qu’ils puissent parler tous les deux sans confronter de mur à chaque fois. Tout ce qu’elle avait fait, elle l’avait fait parce qu’elle l’aimait profondément, mais elle avait réussi malgré elle a lui faire croire tout le contraire. Une menteuse, voilà ce qu’elle était pour lui et têtu comme il était elle n’avait pas d’autres arguments à lui présenter pour plaider sa cause. C’était infernal pour elle de le voir se détruire et en même temps de se rendre compte qu’elle l’avait presque complètement perdu.

Le visage marqué par la tristesse, essoufflée, Cármen vint se poser contre un meuble à côté du fauteuil où était assis Leoden afin de surveiller qu’il boive toute sa tisane. Elle lui avait également sorti quelques fruits secs, il savait qu’elle en grignotait beaucoup et cela passerait sans doute mieux qu’un repas complet. De quoi avait-il besoin pour voir qu’elle l’aimait toujours et qu’elle s’en rendait complètement malade ? Puisqu’elle allaitait le petit, elle ne pouvait même pas prendre de médicaments pour avoir des nuits plus paisibles ou calmer ses soudaines crises de stress. S’enfermant dans le silence, le visage décousu, elle se demandait ou avait été son erreur alors qu’elle n’avait jamais rien pensé à son encontre. Visiblement ce n’était pas ce qu’elle aurait dû faire, si elle avait voulu que tout se passe bien mais elle ne voyait pas ce qu’elle aurait pu faire d’autre pour les protéger tous les deux. Et du coup, elle passait pour la méchante, la catin qui s’amusait avec les hommes et qui les lâchait une fois un autre réapparu.
Lorsque Leoden eu finit sa tasse, elle tendit la main pour qu’il la lui rende

« Tu peux utiliser la salle de bain, les serviettes sont dans le meuble, tes vêtements sont dans la penderie du couloir. Tu vas rester ici dormir je refuse de te laisser dehors par ce froid. » Lui annonça t-elle, sans plus d’expression sur le visage.

Malgré tout le mal qu’ils se faisaient, Cármen persistait à vouloir s’occuper de lui, tant pis s’il ne voulait plus l’aimer, elle comptait bien lui prouver qu’elle allait continuer à se battre seule.











made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Sam 14 Jan 2017 - 23:24



The man under the bridge

Cármen & Leoden


« Tu as sacrifié tout ce qu'on avait pour ça.. » fit-il, les mâchoires serrées, la gorge nouée. Il ne savait même pas si sa voix avait été assez forte pour que Cármen entende ses paroles, mais ça lui était égal. Il sentait la rage bouillonner dans ses veines, menacer de laisser sortir trop de choses qu'il aurait pu regretter par la suite. Il se souvenait amèrement de ce jour où elle lui avait demandé de partir, de ce moment où il avait compris qu'elle avait fait son choix entre lui et un autre. Un choix qu'elle semblait démentir, et pourtant, elle l'avait déjà tellement blessé avec toute cette histoire.. Elle l'avait sans doute achevé, tué. Et il sentait la colère se concentrer dans chaque parcelle de son corps meurtri, comme une arme dangereuse qui menaçait d'exploser. Cela aurait été n'importe qui d'autre en face, il lui aurait sauté à la gorge pour l'étrangler, pour sentir sa trachée se briser sous ses paumes, pour sentir le sang ruisseler sur ses doigts, frapper, et frapper encore, le faire taire. Mais Cármen était de ces rares personnes auxquelles il ne toucherait jamais.

Il se leva en écoutant ses dernières recommandations, déposant la tasse vide avec un soin tout particulier sur la table. Il avait bien fait attention de ne pas la casser, même si cela avait été difficile avec ses mains qui tremblaient beaucoup. Cármen ne semblait pas l'avoir remarqué, et il pria secrètement pour qu'elle ne le voit pas plus tard, qu'elle ne comprenne pas ce qui se tramait chez lui. Il avait un sérieux problème mais c'était loin d'être quelque chose qu'il voulait résoudre. Sa vie n'avait plus franchement de sens, et ça lui était bien égal. Il avait perdu la seule chose qui lui donnait envie de se lever tous les matins.

L'homme se dirigea vers le couloir, marchant lentement pour éviter de faire n'importe quoi sous le manque et l'angoisse d'être ici, d'être avec elle. Il avait mal rien qu'à croiser son regard, c'était comme une partie de lui qui lui avait été arrachée de sang froid ; ce qui n'était pas si loin de la réalité. Leoden se rattrapa discrètement sur les murs quand il fut hors du champ de vision de la jeune femme, et il s'engouffra dans la chambre pour prendre des affaires à lui dans la penderie. Il se planta devant les deux portes ouvertes du placard, consterné devant le tas d'affaires qui étaient à lui ici et qu'elle n'avait pas jetées, qu'elle avait même lavées et repassées pour les garder ici. Son cœur se serra, il passa machinalement une main sur son front avant de choisir un haut basique et un pantalon de jogging.

Puis il se dirigea vers la salle de bain, tirant seulement la porte derrière lui sans la fermer totalement. Il ne supportait pas de fermer les portes derrière lui, pas après certaines choses qu'il avait vécues à l'autre bout du monde, quand il avait été pris en otage lors d'une mission. Alors il la laissa entrouverte, un tout petit peu, histoire de se rassurer. L'homme se délesta de ses vêtements qui étaient dans un sale état, mais il ressortit de la salle de bain un court instant pour aller fouiller dans les poches de son manteau, avant d'y revenir et d'aller s'immerger sous l'eau brûlante. Cela lui faisait tellement de bien, rien que le fait de prendre une douche après autant de temps dans la rue. Il souffla, savourant un long moment l'eau chaude qui ruisselait sur sa peau, un maigre sourire sur les lèvres. Puis au bout de quelques longues minutes, il fit mousser du savon et se décrassa, non peu content de sortir de la cabine de douche en sentant bon l'amande et les fruits exotiques. Il avait lavé ses cheveux et sa barbe qui n'avaient pas très fière allure, et il se retrouva là, à contempler un reflet vide de sens dans le miroir où il avait effacé la buée.

Il resta un long moment planté là, à fixer les dégâts qui marquaient ses traits, et ce que la vie avait fait de lui. C'était pitoyable. Et pour rendre le tout à la hauteur de ses maigres espérances, il sortit ce petit paquet qu'il avait récupéré dans son manteau, une aiguille usagée, et il piqua à l'endroit habituel, dans son bras, là où il piquait toujours au point que ça lui en ait laissé une sacrée trace. Il échappa un soupir, comme le soulagement de retrouver tout ça après trop longtemps. C'était sa dernière aiguille, mais il avait d'autres choses pour plus tard, quand le manque ne serait pas encore trop fort. Il n'avait pas encore eu l'argent pour racheter ce dont il avait besoin.

Alors, il resta quelques minutes assis par terre, les yeux fermés, à se sentir petit à petit revenir quand ses mains arrêtèrent de trembler, quand son cœur se ralentit. Il se releva, regarda une dernière fois son reflet dans le miroir pour y voir ses pupilles dilatées et ses yeux rougis, puis il poussa la porte pour rejoindre Cármen dans le salon, sans un mot.








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Dim 15 Jan 2017 - 0:19

☙ The man under the bridge

feat. Leoden & Cármen


La jeune femme hésita un moment à le laisser seul, de peur qu’il s’en aille pendant qu’elle prenait sa douche mais au vu des événements, elle ne réfléchissait plus vraiment. Elle occupa alors la salle de bain le temps de retirer toute cette crasse sur elle due à la danse et ces ondes négatives qu’elle trainait sur elle et qui ne semblaient pas vouloir s’en aller. Elle croisa son regard humide dans la glace, ne se reconnaissant plus, elle qui autrefois avait toujours de larges sourires sur les lèvres, sa peau était terne, elle se trouvait affreuse. Le temps de sécher ses cheveux, en revenant, elle remarqua que Leoden était encore là. Elle ne savait pas pourquoi il n’était pas parti puisqu’il n’avait aucune envie de la voir ni de voir son fils. Son cœur se brisa à cette idée, pourquoi fallait il qu’ils en arrivent là après tout ce qu’il s’était passé ? La jeune femme soupira de manière presque inaudible, nouant devant elle les pans de son déshabillé en satin sous lequel elle avait revêtu sa nuisette. Elle était contente qu’il soit resté, elle avait peut être encore quelques essais à faire en mettant toute sa fierté à la poubelle parce qu’elle s’attendait à être rejetée à chaque tentative de réconciliation.

« Viens là, je vais te couper les cheveux » fit elle en tirant une chaise dans la cuisine sous la lumière principale.

La jeune femme attendit qu’il s’exécute et prit soin de démêler ses cheveux qui poussaient vraiment trop vite. Elle lui avait toujours coupé les cheveux une fois par mois mais elle avait souvenir que parfois il avait eu besoin de retouches. Ils étaient toujours aussi indisciplinés, mais elle avait l’habitude, elle savait comment les mettre en forme et comment les couper pour qu’ils gardent une belle longueur et qu’il ne soit pas gêné par ces derniers. Elle s’appliqua, donnant des coups de ciseau par-ci par là dans un grand silence afin que le moment puisse quand même être agréable pour lui. Il s’était vraiment laissé aller, c’était toujours blessant pour elle de constater l’état dans lequel il était par sa faute. Il y avait déjà eu trop de cris pour tenter de nouveau une discussion, si les choses venaient d’abord à se stagner. Elle comptait tenter de le raisonner une fois reposé, la nuit serait peut être difficile mais peut être qu’il finirait par se calmer avec sa présence.

La jeune femme entreprit ensuite de redonner forme à sa barbe, se souvenant comment il avait l’habitude de la faire au millimètre près. Mais elle se rendit compte qu’il avait la mâchoire démolie et qu’il avait besoin de soins médicaux. Elle sursauta, essayant de ne pas lui faire mal.

« Il faut que je t’emmène aux urgences. On ira demain matin quand j’aurais déposé Samhael chez la nounou. » Fit elle.

Elle ne lui demandait pas son avis, de toute façon il ne pouvait pas nier qu’il en avait vraiment besoin. Leoden retrouvait alors tout son charisme après avoir eu un petit rafraichissement au niveau de son aspect visuel. Malgré sa mâchoire, il n’avait jamais perdu de son charme. Elle se souvenait la première fois où elle l’avait rencontré, elle s’était fait agresser dans la rue et il était venu à son secours. Après ce moment là, ils ne s’étaient plus quittés. Ils s’étaient passionnément aimés, ils avaient eu des problèmes, perdu un enfant, puis le calme était revenu et ils avaient eu un second enfant dont la naissance avait sans doute été le plus beau jour de leur vie à tous les deux. En, ayant mal fait les choses, elle avait tout gâché. Mais elle avait beau y mettre tous les efforts, il ne voulait rien savoir. Cármen ne le reconnaissait plus, celui qu’il avait été aurait fini par accepter de lui faire confiance. Mais là, il n’y avait rien à faire, elle ne savait plus comment réagir.

Elle voulait juste qu’il la prenne dans ses bras, qu’il lui dise qu’il l’aimait toujours et qu’il voulait y croire. Mais elle avait sous ses mains un vrai fantôme. Se redressant, elle osa glisser le bout de ses doigts sur sa joue et dans ses cheveux, remettant une de ses mèches derrière son oreille comme si elle vérifiait qu’elle n’avait rien oublié – c’était juste un prétexte en réalité. Pouvait-il lui pardonner un jour ? Elle croisa son regard, plongée dans le silence, ses iris glacés étaient comme deux pics qui venaient la tuer. Détournant les yeux, elle se pinça les lèvres et l’invita à se relever pour qu’elle puisse balayer le sol. Les mèches de cheveux au sol furent ainsi vite ramassées et la jeune femme prit le soin d’éteindre les lumières de la maison et d’aller allumer la lampe de chevet dans la chambre. Puisqu’elle n’avait pas de place ni rien pour le faire dormir, il était obligé de partager son lit.

« Je suis désolée si ça te dégoute mais tu vas devoir dormir avec moi, je n’ai rien de mieux à te proposer » Chuchota t-elle doucement sans même le regarder.

Cármen passa près du lit de Samhael qui dormait tranquillement et qui ne fut pas dérangé par la lumière. Elle se glissa sous les draps et attendit que Leoden fasse de même pour éteindre la petite lumière sans ajouter un mot.










made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Dim 15 Jan 2017 - 11:37



The man under the bridge

Cármen & Leoden


Sans trop savoir pourquoi, alors qu'il aurait pu se carapater sans aucune excuse, Leoden était resté. Peut-être parce qu'après tout, il était épuisé, et qu'il avait cruellement besoin d'une bonne nuit de sommeil, d'une nuit où il n'aurait pas constamment à veiller sur ses arrières, à trembler sous les courants d'air glacial. Il alla s'installer dans le fauteuil, mal à l'aise, laissant son regard bleu ciel détailler l'endroit, comme il le faisait très souvent. Si c'était par habitude, ou par simple réflexe, il n'en savait rien, mais il n'avait rien de mieux à faire. L'homme tomba sur un album photo qui était soigneusement rangé sur le coin d'un meuble, il hésita, mais voyant le coin d'une photographie dépasser des pages, il la tira du bout des doigts pour tomber des nues. C'était un portrait de Cármen et lui, le jour où il lui avait demandé sa main. Son cœur se serra, il fit attention de ne pas abimer la photographie. Cela lui faisait l'effet d'un poignard dans le cœur. Il ravala sa tristesse, rouvrant rapidement l'album pour glisser la photographie exactement à l'endroit où il l'avait prise. Mais quelle ne fut pas sa surprise, de tomber sur un album qu'elle était probablement encore en train de monter.. Il y avait des feutres juste à côté, les pages encore inachevées qui abritaient des clichés qu'ils avaient pris tous les deux. Il tourna rapidement quelques pages, tombant sur la toute première photographie qu'ils avaient fait tous les deux avec Samhael. Cela acheva de le convaincre de refermer l'album, et il eu bien fait, car la jeune femme pointa le bout de son nez quelques secondes après.

Il osa à peine confronter son regard, triste et morose, vide. Leoden se laissa faire lorsqu'elle proposa de lui couper les cheveux. A vrai dire, il ne savait pas franchement à quoi s'attendre ici, ni comment réagir mais il n'avait pas tellement envie de la mettre en rogne contre lui. Alors il s'exécuta, se plaçant sur la chaise pour lui laisser se débattre avec ses indomptables cheveux. Il avait toujours eu du mal à les dresser, Cármen était la seule qui savait parfaitement les lui couper, mais ces derniers mois, cela avait été bien loin d'être dans ses priorités. Il laissa son regard guetter l'album photo, quand finalement elle s'attaqua à sa barbe. Cármen ne manqua pas de remarquer l'état de sa mâchoire, qui avait été brisée quelques jours plus tôt parce qu'il avait eu du retard pour payer sa cam. Il espéra secrètement qu'elle ne lui demande pas comment il avait fait son compte pour finir dans un tel état, mais elle ne lui laissa pas le choix quand à un passage aux urgences demain. Leoden sentit son cœur s'accélérer, il ne voulait pas aller là bas et il avait de bonnes raisons. Déjà parce qu'il n'aurait aucune adresse à leur fournir, ne pouvant démentir qu'il vivait dans la rue et alors on essayerait de savoir comment il avait fini là et de lui trouver des solutions. Puis ils remarqueraient certainement son état général et le manque qui brûlait son corps à petit feu. Là aussi, il lui serait difficile d'en réchapper, si les médecins comprenaient tout ce qu'il avait dans le sang, il serait interné et il aurait sans doute des problèmes avec les flics. Il ne se déroba pas tout de suite, préférant laisser Cármen dans un certain calme avant qu'elle n'aille se coucher, mais aussi pour éviter de réveiller le petit. Alors, quand elle eut fini, il passa rapidement près du lit de Samhael, s'arrêtant un bref instant pour contempler son sourire endormi. Il aimait cet enfant, d'un amour inconditionnel, sans doute comme n'importe quel papa. Mais il ne voulait surtout pas que cela se sache, sinon il promettait une piètre prestance pour lui, et il ne voulait pas de ça.

Alors, il se dirigea vers la chambre, soulevant le coin de la couette pour se glisser discrètement dans le lit, mal à l'aise. Il n'avait pas dormi sur un matelas depuis longtemps, cela lui faisait étrange de revenir dans un tel confort, et c'était déstabilisant. Il sentit Cármen s'installer à ses côtés, alors il prit soin de rester bien sur le bord du lit pour ne pas du tout l'embêter. Il n'osa pas lui souhaiter une bonne nuit, de toute façon elle lui avait déjà tourné le dos. Là, dans le noir, il resta un moment à fixer ce qui devait être le plafond, les mains croisées sur son torse. Il n'avait aucune idée de tout ce qui était en train de se passer, trop de questions, trop de haine, mais heureusement l'épuisement sembla le rattraper et il ne tarda pas à sombrer.

Lorsqu'il se réveilla au beau milieu de la nuit, Leoden fut surpris de voir que Cármen n'avait pas perdu ses réflexes, et qu'elle s'était retournée pour dormir tout contre lui. En temps normal, cela lui aurait arraché un sourire heureux, mais tout ce qui lui traversa l'esprit, c'était qu'un autre homme avait dormi dans ses mêmes bras après lui. Il hésita avant de s'extraire du lit, mais de toute façon, les bras de la jeune femme le rendaient mal à l'aise, et il avait besoin d'aller combler son manque. Leoden s'extirpa du lit, discrètement, et il se rendit à pas de loup dans le couloir pour fouiller dans les poches de son manteau, avant de se diriger dans la salle de bain. Il laissa la porte entrouverte comme par habitude, et il vida le contenu de poudre blanche de son sachet sur le meuble de lavabo, les mains tremblantes. C'était sans doute son dernier paquet, alors il fit bien attention de ne pas en gaspiller, et se dépêcha de prendre sa paille pour aspirer tout ça vite fait bien fait. Il avait peut-être abusé un peu sur la quantité, mais il fallait bien combler le manque d'héroïne qu'il n'avait pas pu se payer pour le moment. Alors, il commença à tourner de l’œil au bout de quelques minutes, échappant sa paille avant de se retrouver le dos contre le carrelage froid, les yeux à peine ouverts et la vision floue.








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Dim 15 Jan 2017 - 14:05

☙ The man under the bridge

feat. Leoden & Cármen


La jeune femme n’eut pas tellement de mal à s’endormir, elle était dans un état de fatigue physique et psychologique si avancée qu’elle n’eut pas besoin de longtemps pour sombrer. Ses songes étaient toujours hantés par Leoden et si jusque là ses rêves avaient été plutôt doux, là ils se disputaient encore. Elle se tournait, se retournait pour finalement trouver place entre les bras de Leoden alors que là avait toujours été sa place. Elle n’en avait pas conscience mais sur son visage s’était dessiné un sourire serein. Elle ne le sentit pas se lever, mais les grognements du bébé la ramenaient à la réalité.

« Va t’occuper de lui, c’est à ton tour » fit elle à moitié endormie.

Mais plus elle émergeait plus elle sentait qu’elle était seule dans la lit. Elle se redressa alors, et remarqua qu’effectivement Leoden n’était plus dans le lit. Était-il parti ? Cármen s’empressa de prendre son fils dans ses bras pour aller voir s’il était encore là. Embrassant le front de son petit pour calmer ses pleurs, elle fit quelques pas dans le couloir, attirée par la lumière de la salle de bains

« Leoden ? »

Elle poussa un peu plus la porte et vit avec horreur qu’il était par terre, dans un mauvais état…Mais elle n’était pas au bout de ses surprises car quand elle se pencha vers lui, elle ne put que constater qu’il s’était drogué. Choquée, elle posa sa main devant sa bouche et s’empressa de se lever, le cœur bouillonnant de rage pour aller poser Samhael dans son lit. Il n’avait pas à voir ce qu’il allait se passer là mais elle ne pouvait définitivement pas rester sans réagir, quitte à ce que les gestes soient démesurés. Elle laissa son enfant, fermant la porte à clef au cas où les choses tournent mal et revint dans la salle de bain pour se précipiter vers Leoden.

« Mais qu’est ce qu’il te prend ?! » Hurla t-elle en le secouant pour le réveiller.

La jeune femme le força à se lever, le remettre sur ses pieds et ses mouvements sous la colère ne pouvaient plus être retenus, Cármen lui asséna alors une gifle si violente qu’elle en eu mal aux doigts.

« T’as pas honte de faire ça ici alors qu’il ya  notre fils ? C’est dans cette pièce que je le change, que je lui donne son bain, que je l’habille !! Déjà tu t’en occupes pas mais en plus tu viens profaner son lieu de vie ?! Tu peux me traiter de salope si ça te fait plaisir, mais ton fils  il a rien demandé !!»

La jeune femme agrippa brutalement son t-shirt le malmenant sans la moindre pitié pour le mettre devant le miroir et le laisser se contempler dans la catastrophe. Misérable, honteux, elle voulait qu’il réagisse avant qu’il ne soit trop tard et qu’il se rende compte qu’il avait dépassé les bornes.

« Regarde-toi !! Regarde ce que tu es devenu !! Tu te pourris la santé, tu te mets en danger et tu espères vraiment que je reste sans rien faire ?! T’as complètement perdu l’esprit !!! »

Elle le relâcha brutalement, elle se foutait pas mal de ce qu’il pouvait penser, il avait porté atteinte à son fils et ça elle ne pouvait pas le laisser passer. Elle se précipita dans le salon après avoir violemment claqué la porte de la salle de bains pour gagner du temps. Elle faisait cela pour aller fouiller sa veste puisqu’il avait bien dû cacher tout cela quelque part. La jeune femme parvint à trouver un petit sachet de poudre qu’elle s’empressa de vider dans la canalisation. Elle savait que ce n’était pas la bonne solution mais il était hors de question qu’il fasse ça alors qu’il y avait son fils ici.

La jeune femme était effrayée par la situation, Leoden était hors contrôle et elle ignorait comment il réagissait sous l’emprise de stupéfiants mélangé à de la colère et surtout suite à ce qu’elle venait de faire. Elle trouva également deux seringues vides et dans l’empressement les brisa en deux au travers du plastique pour les jeter à la poubelle. Elle savait que c’était risqué et ne manqua pas de s’entailler la paume de la main. Mais elle n’eut pas le temps de soigner la plaie qu’elle entendit un bruit derrière elle. La jeune femme agrippa un torchon pour stopper le saignement en attendant et referma la poubelle, ni vu ni connu.











made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Dim 15 Jan 2017 - 15:01



The man under the bridge

Cármen & Leoden


Il ne s'était pas tellement rendu compte de cet état dans lequel la drogue l'avait mis, les effets avaient depuis longtemps cessé de le rendre euphorique, il avait seulement la dose qui lui permettait de tenir le coup, de survivre sans trembler constamment et sans avoir trop de mal à continuer. Il était là, le dos sur le sol de la salle de bain, à fixer le plafond de son regard vide, comme si rien ne traversait plus son esprit. Il songea que peut-être, bientôt, il allait dépasser son seuil de tolérance, et qu'il allait fermer les yeux à tout jamais. Peut-être que ce serait mieux, pour Cármen, pour leur enfant, pour sa famille. Qui voulait d'un homme pareil dans son entourage ? Et pourtant, il était bien incapable de raccrocher, parce qu'au final, cette sensation qu'il avait sous l'effet des poudres, des seringues, c'était la seule chose qui ne lui donnait pas assez envie de se foutre en l'air après ce que Cármen leur avait fait. Il resta là, à demi conscient, avant d'entendre la porte s'ouvrir en fracas et de sentir les petites mains de la jeune femme s'agripper à lui pour le relever. Il n'eut pas franchement le temps de se rendre compte de se qui se passait, se levant avec peu d'équilibre, et à peine s'était-il rattrapé pour prendre appui sur le meuble de l'évier qu'il se reçut une bonne gifle dans la joue.

L'homme grimaça sous la douleur, serrant les dents comme il le pouvait. Il avait déjà mal des coups qu'il s'était pris quelques jours en arrière, et elle venait sans aucun doute de déplacer quelque chose dans cette mosaïque qu'était devenu son os. Il étouffa un grognement, passant sa main sur les contours de sa mâchoire alors que la jeune femme commençait à lui hurler dessus. Il ne sut même pas quoi répondre sous la colère, la haine qui s'infiltrait encore dans ses veines, qui le brûlait de l'intérieur ; elle était allée trop loin dans ce qu'elle venait de lui dire, bien plus loin que ce qu'il n'était capable de supporter et par delà tout ce qu'il avait pu s'imaginer en venant ici, elle ne semblait que confirmer qu'elle ne supporterait pas longtemps sa présence ici. Il ne trouva pas la force de lui répondre, de la confronter encore. Elle le tira devant le miroir, où il leva un regard pitoyable vers cette image qui se présentait à lui. Mais tout ça, il ne l'avait pas choisi, il n'en avait pas voulu. Ce n'était pas lui, qui avait brisé tout ce beau rêve qu'ils vivaient tous les deux, et s'il avait pu, si seulement il avait pu le faire, il aurait étranglé cet autre homme de toutes ses forces jusqu'à le voir perdre la vie entre ses mains blanchies. Leoden fixa le miroir, écoutant Cármen s'énerver sur lui. Il avait l'impression d'être loin, d'être tellement loin de tout ça.

Finalement, elle le relâcha et quitta la salle de bains en furie, claquant la porte, mais étonnamment, cela ne fit pas pleurer le petit. Leoden hésita un instant avant de quitter la salle de bain, il se rua sur la porte d'entrée mais elle était fermée à clef, et il ne les trouvait pas. Il aurait voulu partir, tout de suite, s'en aller pour ne plus jamais revenir. Peut-être que s'il était parti à ce moment-là, il serait retourné près de ce pont pour en sauter. Mais il commença à paniquer en constatant qu'il était bel et bien enfermé ici, et cela lui rappelait trop de choses terribles qu'il avait vécues. Il sentit son regard prendre cette teinte de panique avant qu'il ne retrouve Cármen dans la cuisine, en train de jeter ses seringues. Il ne savait plus comment réagir, comment lui parler, et ce qu'il avait dans le sang n'était pas pour arranger la situation. Leoden avait les yeux explosés, rougis et humides, le visage ravagé par la colère et par la honte. Qu'était-il devenu ? Elle avait raison, rien de bon. Un pauvre déchet, un homme qui ne méritait le respect de personne. Il s'avança près d'elle, dans la rage de la voir jeter la seule chose qui lui permettait de tenir après ce qu'elle lui avait fait.

« Qu'est-ce que tu fous, Cármen ?! » grogna-t-il entre ses dents sévèrement fermées, le regard fou. Il agrippa la jeune femme par une épaule, la collant au mur avant de recommencer en hurlant. « Qu'est-ce que tu fais !! Je te défends de toucher à ça ! » fit-il de sa voix grave, et il envoya violemment son poing dans le mur, à à peine quelques centimètres du visage de Cármen. Il se stoppa net, comprenant à peine ce qu'il était en train de faire. Cela allait trop loin, beaucoup trop loin et il était incapable de se contrôler. Pas devant elle, pas comme ça. Il était un moins que rien, comment pouvait-il espérer la retrouver un jour..? Face à tant d'incompréhension, il la fixa de son regard habité pendant d'interminables secondes, le cœur battant, la respiration saccadée et les mâchoires toujours serrées. Il ouvrit une première fois la bouche pour parler, mais rien ne sortit. Il la fixait simplement, terriblement touché par tous ces souvenirs qui revenaient le hanter. Fermant les yeux un court instant, il sentit cette larme redessiner les contours de sa joue gauche. L'homme hésita un moment avant d'enlever son poing du creux qu'il avait fait dans le mur en placo. Il avait les articulations abîmées, égratignées, mais il s'en foutait bien. Il se recula pour s'éloigner de Cármen, tremblant, ne quittant pas son regard.

« Je suis désolé.. Je suis désolé pour tout ça.. »
commença-t-il, en chuchotant car il n'était même plus capable d'élever la voix devant elle. Il baissa le regard. « Mais je peux pas faire comme si j'étais pas fou amoureux de toi à chaque instant où je croise ton regard, Cármen.. »








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Dim 15 Jan 2017 - 16:00

☙ The man under the bridge

feat. Leoden & Cármen


Lorsqu’elle vit sa silhouette se dessiner dans le salon, Cármen eu soudainement peur qu’il lui arrive quelque chose et qu’il ne puisse se maitriser. Elle ne pouvait pas aller attraper son téléphone, elle était bloquée dans la cuisine quand il s’approcha d’elle. De nombreuses fois elle lui avait tenu tête mais là, elle ne le reconnaissait pas, il était comme un animal enragé. Il s’approcha, l’attrapa par l’épaule pour la plaquer contre un mur et tenter de l’arrêter dans son entreprise. La jeune femme gardait le torchon dans sa main sur sa blessure afin d’éviter que ça ne saigne trop et qu’elle ne tourne pas de l’œil. Le cœur cognant dans sa poitrine, elle tenta de se dégager de son emprise, en essayant de le repousser mais au vu de sa carrure, elle ne pouvait pas faire grand-chose. Et alors ce qu’elle avait redouté arrivé, elle le vit lever le poing et eu toutes les raisons de croire qu’il allait lui éclater la tête, la maltraiter et voire la tuer dans un geste désespéré de son état sous l’influence de drogues.

Cármen ferma instinctivement les yeux en passant ses bras devant elle pour se protéger, son cœur cessa de battre le temps d’une demi-seconde alors que le coup résonna jusqu’à ses oreilles et que la poussière vint se déposer en fine pellicule sur ses cheveux. Il avait tapé le mur à côté d’elle, la plongeant dans la crainte qu’il ne finisse franchement par la frapper puisque visiblement il l’avait ardemment voulu mais visiblement, il avait dû changer d’avis et se contrôler avant de faire cette bêtise qu’elle n’aurait pu lui pardonner s’il l’avait véritablement frappée. Elle ouvrit de nouveau les yeux, croisant son regard perdu alors qu’il semblait regretter ce qu’il venait de faire. La jeune femme l’observa en silence, déçue qu’il aille jusqu’à vouloir la violenter malgré les effets de la drogue. C’est pourtant ses paroles qui vinrent lui broyer le cœur, dans ses mots, dans sa crainte, elle retrouvait celui qu’il avait été quand il dévoila qu’il était encore amoureux d’elle. Ca la rassurait de constater que tout n’était pas mort et qu’elle pouvait encore sauver ce qu’il restait de leur histoire

Les yeux de la jeune femme s’humidifièrent de tristesse, il s’éloigna doucement d’elle et elle se senti incapable de lui en vouloir totalement. Elle l’avait perdu mais il y avait une chance encore pour qu’ils puissent de nouveau se retrouver et s’aimer loin d’ici s’il faisait ce pas là de lui dévoiler qu’il l’aimait. La jeune femme ne pouvait refreiner les battements de son cœur sous l’adrénaline, sous la colère, sous l’espoir et sous l’amour qu’elle avait pour lui. Puisqu’elle ne savait pas quoi dire, alors elle se laissa envahir par ses sentiments et fit ce qu’elle aurait voulu faire dès l’instant où elle l’avait retrouvé : Cármen se précipita vers lui, glissant sa main sur sa joue tout en posant ses lèvres sur les siennes. Dans son empressement, elle venait de le coller à son tour contre un mur et avait même fait tomber des ustensiles de cuisine. Elle s’était blottie tout contre lui quand elle lui offrit ce baiser empli de fougue et de passion dévorante, qui lui rappelait combien ils s’étaient aimés, et combien ils s’aimaient encore. Glissant ses bras à son cou sans rompre leur contact, elle ne voulait pas lui faire davantage mal à la mâchoire, mais l’embrasser avec autant d’amour ce n’était pas quelque chose de contrôlable pour elle.

Les larmes lui montant aux yeux, elle se détacha de ses lèvres en restant dans ses bras, logeant son nez dans son cou et répéta à plusieurs reprises qu’elle l’aimait à la folie. Allait-il la rejeter ? Se laisser aller ? Elle ne pouvait prévoir sa réaction, mais il devait savoir qu’elle n’avait jamais cessé de l’aimer. Elle n’attendit pas pour reprendre possession de ses lèvres, tant pis s’il était drogué, tant pis si ce qu’elle avait vu lui laissait un gout amer, elle voulait une fois de plus le sortir de son trou.











made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Dim 15 Jan 2017 - 16:44



The man under the bridge

Cármen & Leoden


Ces mots sortirent de sa bouche comme une évidence, quelque chose qu'il aurait du lui dire dès le départ. Criants de vérité, ils étaient pourtant la chose la plus sincère qu'il pouvait lui donner. Peut-être que ce geste désespéré montrerait à la jeune femme à quel point il avait besoin d'elle, ce qu'elle avait fait de lui en l'abandonnant ce jour-là.. Et il était là, planté devant elle avec son cœur brisé en un millier d'échardes, à lui dire combien il l'aimait, et qu'il ne pourrait jamais être lui-même si elle ne faisait plus partie de sa vie. Elle était son seul pilier, sa seule échappatoire. Leur rencontre était tombée à un moment dans sa vie où il en avait vraiment eu besoin, et elle avait été ce bol d'air frais pour lui, qu'il avait perdu quand elle l'avait laissé pour cet autre homme. Son « meilleur ami », ce qui ne manquait pas de lui faire savoir que ce dernier avait pris sa place, qu'il lui avait pris celle qu'il aimait le plus au monde. L'homme hésita un instant à se retourner pour lui demander les clefs et quitter l'appartement, mais il ne le fit pas, pris au dépourvu par la réaction de Cármen.

Il sentit sa petite main glisser le long de sa joue, fermant les yeux au passage pour savourer son contact qui lui avait si terriblement manqué. Mais s'il s'était attendu à des reproches, à des insultes ou même à des coups de torchons, à ce qu'elle ne le chasse d'ici, Leoden se fit complètement surprendre lorsqu'il sentit le contact délicat des lèvres de la jeune femme sur les siennes. Elle le poussa en arrière jusqu'à ce qu'il ne rencontre un mur, et sous le mouvement fit tomber un pot d'ustensiles de cuisine. Le bruit heureusement ne sembla pas réveiller le bébé qui dormait dans la chambre juste à côté, et Leoden s'abandonna à elle comme si rien n'aurait pu compter plus au monde.

Il était troublé, profondément troublé par toute cette situation mais le moment ne lui permettait pas de se poser pour réfléchir. Il ne contrôlait pas ce qui était en train de se passer, se laissant happer dans le baiser que Cármen lui offrait, lui répondant avec autant de passion et de puissance. Il avait glissé une main dans le bas de son dos et une autre sur sa nuque, délicatement, comme s'il avait entre les mains la chose la plus fragile au monde. Cármen était comme une douce fleur qu'il n'aurait pas voulu abîmer, n'osant en ouvrir les pétales et préférant la contempler avec un peu plus de recul. Il la sentit se reculer un peu, lui murmurer des choses qu'il n'aurait même plus espérées. Alors peut-être que.. Peut-être que tout n'était pas perdu, qu'elle n'allait pas le chasser..

Elle reprit possession de ses lèvres, et l'homme ne se priva pas pour répondre à son baiser avec une puissance qui lui était douloureuse tant les sentiments derrière cet acte étaient forts. Il laissa ses mains maintenir la jeune femme tout contre lui, retrouvant tout ce qu'il avait cru perdre et qui l'avait rendu ainsi. C'était un rêve, et il avait tellement peur de se réveiller pour constater que rien de tout cela ne s'était passé.. En profiter, encore, un tout petit instant.. Il fit reculer Cármen jusqu'à la table, sans briser leur contact nouveau, la dominant de toute sa carrure. Il ne pouvait rester loin d'elle, il avait besoin de tout cela, de sa présence. Et la drogue ne l'aidait sûrement pas à rester très calme, ni à contrôler tout ce qu'il faisait. Elle lui avait tellement, tellement manqué, que ce simple baiser avait suffit à lui redonner une once d'espoir dont il avait besoin. Et maintenant, devant cette femme, il aurait plié à n'importe quoi. Il sentait cette étrange sensation l'envahir encore, avec la proximité de la jeune femme et leur baiser plein de fougue, quelque chose qu'il n'était pas en mesure de comprendre..

Soudain, Leoden brisa leur étreinte, troublé. Il se recula, le regard effrayé, les mains tremblantes. Il avait fait une erreur. Il ne devait pas la trainer dans ses merdes.. « Cármen.. » fit-il dans un murmure. Il avait perdu toutes ses certitudes, chaque chose à laquelle il avait cru. Est-ce que tout cela était vrai ? N'était-elle pas en train de se jouer de lui en l'embrassant pour mieux le jeter dehors..? Il n'osait plus l'approcher, de peur de lui faire mal, mais aussi qu'elle ne le brise encore plus que ce qui était déjà fait.








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Dim 15 Jan 2017 - 18:48

☙ The man under the bridge

feat. Leoden & Cármen


Cármen en voulait énormément à Leoden pour avoir plongé dans la drogue et s’être détruit comme il l’avait fait sans chercher à comprendre ce qu’elle était réellement en train de faire. Elle avait vu et senti sa détresse, elle l’avait touchée en plein cœur comme un coup fatal donné après une longue bataille. Leoden avait visiblement abandonné le combat, il ne voulait pas leur donner une chance de subsister et en même temps elle ne l’avait pas beaucoup aidé à comprendre ce qu’il était en train de se passer. A trop vouloir le protéger elle avait creusé l’écart sans le vouloir et regrettait amèrement de ne pas avoir eu des façons moins violentes de faire tout ceci. Mais là il n’était plus vraiment question de savoir si elle lui en voulait ou pas quand le contact de ses lèvres contre les siennes réveilla en elle quelque chose qu’elle n’aurait jamais voulu oublier. Il se montra favorable à cet échange, ses mains protectrices vinrent l’enlacer et alors elle avait l’impression de redevenir la femme la plus heureuse du monde – comme avant.

Dans leur élan, la jeune femme sentit qu’elle avait touché la table et dans la fougue qui les emportait vint s’installer dessus tout en rapprochant Leoden d’elle quand elle glissa ses mains dans le bas de son dos. Celles-ci trouvèrent le contact de sa peau quand elles se faufilèrent sous le t-shirt. En se rappelant que l’une d’entre elles était entaillée, elle la retira et ferma simplement le poing sans toutefois desserrer la pression qu’elle exerçait dans son dos pour qu’il reste près d’elle. Son cœur s’emballait, la passion qui les animait se retranscrivait dans ce baiser inespéré qu’elle lui avait réclamé et qu’elle prolongeait avec grand plaisir.

Mais Leoden vint à briser ce lien qui reprenait vie entre eux, le regard toujours perdu, ayant l’impression que cela allait le détruire davantage – qu’elle allait le détruire davantage. Mais Cármen n’est pas une mauvaise personne, elle ne peut pas faire de mal aux gens qu’elle aime et c’était bien pour cela qu’elle avait perdu deux personnes importantes dans sa vie. La jeune femme l’observa, toujours assise sur sa table, le regard suppliant qu’il ne tente pas une nouvelle fois de s’en aller.

Elle remit les pieds au sol, s’avançant doucement vers lui pour ne pas l’effrayer. Il l’avait suivie une fois, pourquoi pas une seconde fois ? La jeune femme profita alors de ce moment de calme ou le dialogue semblait reprendre et qu’il semblait bien plus enclin à l’écouter et à recevoir quelque chose venant d’elle.

« On va s’en sortir…On retrouvera cette vie, il n’y aura personne pour nous mettre des bâtons dans les roues. » Murmura t-elle

Elle lui prit doucement la main avant de venir embrasser sa joue encore rougie par la gifle magistrale qu’elle lui avait assénée plus tôt. Elle allait l’aider à dépasser son addiction, elle allait faire en sorte que tout se passe comme prévu et que personne ne finisse tué ou plus mal qu’il ne l’était déjà. Tout devait bien se passer, elle ne supporterait pas d’autres drames. La jeune femme contemplait le regard de Leoden, troublée par ce qu’elle voyait et qu’elle n’avait jamais voulu voir dans ces yeux sans fond. Venant de nouveau prendre place entre ses bras, y allant doucement pour ne pas le faire fuir mais plutôt l’inciter à rester car elle avait grand besoin de lui et de le retrouver.

« Et après je compte bien t’épouser Leoden... » Ajoute t-elle en étirant les commissures de ses lèvres dans un fin sourire, le regard pétillant de sincérité.

Elle en rêvait de ce jour, de ce moment où ils se diraient oui comme tel avait toujours été leur objectif. Samhael aurait une vraie famille, stable et aimante. Elle ne le lâchait pas des yeux, ayant l’espoir qu’il puisse y lire sa volonté de continuer leur histoire et l’amour qu’elle lui avait toujours porté.











made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Dim 15 Jan 2017 - 22:06



The man under the bridge

Cármen & Leoden


Les mains de la jeune femme sur sa peau lui arrachèrent un agréable frisson ; quelque chose de rare, de précieux, qu'il n'avait plus connu depuis longtemps. Il aurait préféré se laisser faire, mais il commençait à avoir de gros doutes qui s'insinuaient dans ses pensées, comme un contre-courant dans lequel il était en train de nager. Et il avait déjà l'impression de tout faire à l'envers, de bousculer les choses dans un infime espoir. Trop vite, cela allait trop vite.. Il était là, à fixer Cármen de ses yeux captivés, comme un animal grégaire qui guettait un danger. A quelques pas d'elle, il pouvait détailler son visage dans la pénombre, tenter d'y lire quelque chose qu'il aurait espéré y voir après tout ce temps passé loin d'elle. Finalement, elle ouvrit la bouche, glissant à son oreille quelques mots précieux. Leoden sentit son cœur rater un battement à l'entendre ; il ne savait toujours pas si tout cela était réel, mais il espérait de tout son être que ce le soit. Il fixait toujours Cármen, intensément, avec aussi une sorte de timidité devant elle, de ce qu'il était devenu. Il aurait voulu rester ce bel homme fort et bon qu'elle avait fait de lui, mais il n'y avait pas réussi. Au lieu de cela, il était pitoyable, il était presque risible.

Cette vie-là, cela avait été son rêve, cela avait été l'espoir qui l'avait sauvé depuis qu'il avait rencontré cette merveilleuse femme. Il se souvenait de ce jour, où il rentrait d’Irak après de trop longs mois de captivité, et qu'il retrouvait enfin le sol américain, de ce jour où il s'était promené dans la rue et qu'il avait croisé le regard de cette danseuse.. Elle l'avait captivé dès le premier regard, et il en était tombé amoureux. Et c'était d'ailleurs ce même jour qu'il l'avait sauvée de deux brigands qui lui avaient volé les pièces que les passants lui avaient donné. Ce souvenir lui était doux, agréable. Et il espérait retrouver cette vie qu'ils avaient mené depuis lors, avant qu'elle ne lui demande de partir. Et il ne comprenait toujours pas.

Elle le coupa dans ses pensées en lui annonçant quelque chose qu'il était loin d'espérer entendre. Leoden sentit son corps se raidir lorsqu'elle mentionna leur mariage. Il sentit son cœur s'emballer un peu, passant sa main dans un geste frénétique sur son front. Ce mariage.. Il avait voulu que ce soit quelque chose qui découle de leur confiance mutuelle.. Et pour le moment, il n'était pas encore capable d'accorder sa confiance à la jeune femme. Tout allait trop vite, comme si elle essayait de recoller les morceaux en quelques secondes alors qu'elle l'avait laissé pourrir tout seul sous son pont pendant des mois. Cependant, s'il avait encore bien des doutes et des questions, il préféra ne pas les poser, ne pas gâcher ce moment de réconfort qu'il trouvait enfin, après autant de temps.

Leoden s'avança sans dire un mot, glissant à nouveau ses mains dans la nuque de la jeune femme pour lui voler un baiser, doux et amoureux. Un baiser comme il n'en avait jamais donné à d'autres. Il se souvenait de sa première compagne avec amertume, une femme odieuse qui l'avait complètement manipulé, et il était bienheureux de retrouver Cármen après tout cela. Elle était, comme à chaque fois, ce réconfort dont il avait besoin. Et elle était la seule à pouvoir le lui apporter. L'homme se détacha d'elle, attrapant sa petite main dans la sienne pour la guider jusqu'à la chambre à tâtons, faisant en sorte de ne pas réveiller Samhael qui dormait – étonnement – encore.

Il se faufila dans la chambre, attirant la jeune femme contre lui en resserrant son étreinte autour d'elle. Il pouvait respirer son adorable parfum, sentir la douceur de ses cheveux contre sa peau, et c'était la plus belle chose qu'il aurait espéré vivre. Il glissa un baiser sur le coin de ses lèvres, hésitant, alors qu'il aurait voulu que ce moment ne s'arrête jamais. Il avait peur, bien trop peur de retourner dans ce lit et de s'endormir, pour se réveiller au petit matin et découvrir que tout cela n'était qu'un rêve.








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Dim 15 Jan 2017 - 23:41

☙ The man under the bridge

feat. Leoden & Cármen


Sous la fragilité de cet instant, Cármen avait bien cru qu’il allait détourner les talons pour tenter de s’en aller. Au lieu de ça, elle le vit réfléchir à toutes sortes de choses qu’elle aurait voulu entendre pour pouvoir se défendre. Mais il revint vers elle, l’embrassant avec cet amour puissant et qui avait fait toute leur histoire. Elle répondit à ce baiser sans la moindre hésitation, se demandant si elle n’était pas en train de rêver tant il y avait un contraste entre le moment où elle l’avait retrouvé et là. La jeune femme se laissa entrainer dans la chambre, ayant encore le gout de ses lèvres sur les siennes tandis qu’elle réalisait ce qu’il était en train de se passer. Retrouvant ses bras, Cármen le sentait encore perturbé par tout ce qu’il venait de se passer et tenta de le rassurer. Puis elle l’entraina avec elle dans le lit, venant se blottir dans ses bras tout en ramenant la couette sur eux. Elle lui fit quelques baisers avant de trouver le sommeil, qui fut le plus paisible qu’elle eu depuis bien longtemps. Grâce à dieu elle avait retrouvé Leoden et maintenant elle devait entamer un long processus de pardon. Ils en discuteraient certainement un peu plus tard ; espérons dans le calme.

Au lendemain, ce fut les gazouillis joyeux de Samhael qui tirèrent la jeune femme de ses doux songes, parfois il lui donnait l’impression qu’il essayait tant bien que mal de reproduire les chansons qu’elle lui chantait pour qu’il s’endorme et cela l’amusait beaucoup. Quand elle se réveilla, elle croisa d’abord le regard brun de Leoden alors que le jour transperçait au travers des stores. Elle le contempla un instant, de son pouce caressant doucement son ventre alors que sa main avait été chercher la chaleur de sa peau sous son t-shirt. Puis elle se redressa et pressa ses lèvres sur les siennes avant de venir de nouveau chercher un câlin où elle se délecta de son parfum. Profitant de ces instants, Cármen écoutait calmement les battements du cœur de Leoden et puis les pleurs de Samhael l’empêchèrent de se détendre un peu dans les bras de l’homme qu’elle aimait. Touefois, elle conserva un fin sourire serein sur les lèvres.

La jeune maman entreprit de discuter un peu avec Samhael qui cessa de pleurer en voyant sa mère venir au dessus de son lit et elle le prit dans ses bras pour aller le changer, le laver et l’habiller. Il était un peu grognon ce matin, peut être qu’il avait mal dormi à cause du bruit qu’ils avaient fait ou peut être qu’il était simplement vexé de ne pas avoir reçu l’attention de son père. Cármen se demandait s’il faisait vraiment attention à ce genre de choses ou s’il avait juste envie de l’embêter en tirant ses cheveux. Pour se venger, elle vint faire des pets de sa bouche contre son ventre et lui arracha des éclats de rires. C’était un vrai bonheur pour elle de le voir aussi réactif et de constater qu’il grandissait bien. Il avait de beaux yeux bleus qui ne changeraient sans doute pas et des cheveux noirs légèrement bouclés. Pour Cármen il ressemblait déjà bien à Leoden et savait d’entrée qu’il serait aussi grand et fort que son père. Pendant qu’elle l’embêtait, elle entendit son petit ventre gargouiller et installa une écharpe qu’elle noua autour de son torse pour que Samhael puisse s’allaiter et qu’elle puisse faire plusieurs choses en même temps. Comme d’habitude il mangeait bien et la jeune femme retourna dans la cuisine pour préparer le petit déjeuner à Leoden. D’habitude elle se posait dans le fauteuil avec une tasse de thé mais puisqu’il était là, elle voulait faire en sorte qu’il puisse bien manger aussi. La jeune femme lui prépara une salade de fruits, un thé, un yaourt et des tartines. C’était bien moins lourd que le riz de la veille mais cela lui apporterait de bonnes vitamines dont il devait avoir grand besoin et ça ne le ferait pas vomir.

Cármen vit de nouveau la silhouette de Leoden dans la cuisine, elle lui glissa un petit sourire et l’invita à s’asseoir à table. Elle espérait qu’il puisse profiter un peu de son fils aujourd’hui, qu’il s’en occupe et lui montre ainsi que lui aussi avait envie de se battre pour leur famille. Aujourd’hui elle ne travaillait pas, alors elle pourrait rester avec lui pour s’occuper de sa mâchoire notamment et le remettre en forme. La veille, elle lui avait dit qu’elle l’emmènerait aux urgences après avoir déposé le petit chez la nounou, mais tout compte fait, elle allait le garder avec eux pour essayer de pousser un peu le destin et que père et fils puissent se retrouver. La jeune femme soupira doucement, essayant d’ajuster sa position sur la chaise qui n’était pas confortable pour son dos alors qu’elle faisait en sorte que son petit puisse bien manger. Mais elle persistait à rester sur sa chaise parce qu’elle voulait rester auprès de Leoden. Elle le surveillait du coin de l’œil, qu’il mange bien ou alors elle ne se gênerait pas pour le gaver. Elle sentait leur relation encore fragile, mais elle ne pouvait pas s’empêcher de le regarder avec amour et même après ce qu’elle avait vu cette nuit. Elle avait toujours su que Leoden ne pourrait jamais se débarrasser des facettes sombres de sa personnalité, mais si elle le dévorait des yeux, c’est parce qu’elle avait vu aussi que celui qu’elle aimait était toujours là.

« On ira aux urgences ce matin, comme ça on aura la journée pour nous après. »












made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Sam 21 Jan 2017 - 21:13



The man under the bridge

Cármen & Leoden


La nuit fut étonnement paisible, calme et douce. Tout ce qui, depuis longtemps, lui avait manqué. Leoden eut quelques difficultés à retrouver le sommeil, c'était en grande partie dû au fait qu'en vivant dehors, il était préférable pour lui de dormir la journée lorsqu'il y avait du monde dans les rues et de se tenir éveillé la nuit, pour garder ses arrières. Il avait déjà été témoin d'attaques ou de vols entre différents clans qui se formaient avec ces gens qui, comme lui, vivaient dehors. Mais rapidement, il avait compris comment être plus méfiant, bien que dans son état, un vol n'aurait pas changé grand chose pour lui. Une attaque non plus.

Il trouvait étrange, après tant de mois à vivre dans le froid et dans l'inconfort, d’avoir ici une pièce bien chauffée, quatre beaux murs tout autour d'eux même si la porte restait entrouverte. Mais ce qui le gênait le plus, c'était de dormir avec le dos bien droit sur un matelas. Il était mal à l'aise dans le lit, ayant perdu depuis longtemps l'habitude d'être installé ainsi alors qu'il dormait en boule sous les ponts. Ici, même la fraicheur des draps propres et de son pantalon de jogging l'avait surpris, et il trouvait cela vraiment très agréable, contrairement au matelas qui lui donna quelques courbatures dans le dos. Mais, les rayons du soleil vinrent danser sur son visage endormi au travers du store, et s'y ajoutèrent les gazouillis de Samhael. Leoden en profita pour se tourner vers la jeune femme qui sommeillait encore à ses côtés, laissant son regard détailler le visage de celle qu'il aimait. Mais il ne pouvait décemment pas rester ici, pas après ce qu'elle avait fait de lui, après ce qu'il était devenu. Il ne voulait toujours pas approcher Samhael, il n'était sans doute pas prêt à se réengager dans cette relation après ce qu'elle avait brisé en lui. Il profita rapidement des caresses de Cármen, un sourire gêné sur les lèvres, et l'impression de ne pas être à sa place ici. Il repensa à cet homme qui avait probablement dormi dans ce lit-là, lui aussi. Et le nœud dans sa gorge s'intensifia quand il entendit les premiers pleurs de son fils.

Cármen se chargea de s'en occuper, Leoden se tira alors difficilement hors des draps, sentant les courbatures de son dos se manifester. Il soupira, attrapant des affaires dans l'armoire pour se vêtir. Dans la salle de bain, il fixa un moment son reflet dans la glace. Il avait déjà plus fière allure avec un pull propre et les cheveux coupés. Mais cela ne changeait pas ce qu'il était intérieurement ; quelqu'un de blessé, quelqu'un qui avait fait beaucoup d'erreurs mais qui n'était pas capable de s'en sortir comme ça. Il jeta un regard rapide en direction de la porte pour vérifier que la voie était libre, mais trop rapidement, il se souvint qu'il n'avait plus rien pour combler son manque. Alors, la panique traversa ses yeux, il baissa le regard vers ses mains qui tremblaient rien qu'à cette constatation. Il lui fallait s'éclipser d'ici, vite. Mais sitôt qu'il était arrivé dans le salon, Cármen lui avait présenté un agréable petit déjeuner qui l'obligea à s'attabler. Il regarda le plateau rempli, certain d'avance qu'il ne serait pas capable de tout manger. Mais il fit un effort, ramassant la fourchette dans sa main qui était assez peu stable, et piqua quelques fruits avant de porter la tasse à ses lèvres. Il réussit à boire le thé en entier et à finir les fruits, mais pas à toucher au reste. C'était déjà un grand pas pour lui, et surtout, il craignait le retour à la rue, quand il serait privé de bonne nourriture après avoir copieusement mangé ici. Il repoussa le plateau sur la table, l'éloignant de lui.

Il n'osa pas parler à Cármen, ne sachant que lui dire. C'était difficile de la confronter après ce qu'il s'était passé pendant la nuit, et il avait encore du mal à la regarder en face après ce qui s'était passé entre eux. Il ne savait pas encore trop comment lui pardonner. Mais de toute façon, il n'avait pas franchement le choix de couper au passage aux urgences, alors il débarrassa la table et fit la vaisselle en silence. Il avait la vision troublée par le manque, le cœur qui tapait fort dans la poitrine et c'était d'autant plus difficile pour lui de faire la vaisselle qu'il était peu délicat, ne pouvant faire autrement. Il espérait seulement que Cármen ne le voit pas, car de toute façon il serait obligé de palier à ce manque. Qu'elle le veuille ou non, et même s'il voulait raccrocher, il était obligé de passer par une diminution des doses. S'il comptait repartir de cet appartement rapidement, il n’omettait pas qu'il aurait certainement besoin de se cacher d'elle pour continuer, et pour le moment, c'était tendu.








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Dim 22 Jan 2017 - 10:36

☙ The man under the bridge

feat. Leoden & Cármen


C’était encore très fragile, même s’il y avait eu du chemin de parcouru la veille, la jeune femme n’osait toujours pas embrasser Leoden de peur qu’il n’apprécie pas. Elle était cependant contente de voir qu’il prenait la peine de venir déjeuner alors qu’elle avait vite craint qu’il ne se volatilise. Elle pouvait comprendre sa colère, mais de là à ignorer leur enfant…Cármen était triste pour son fils puni par sa faute. Le petit déjeuner passa dans le silence, Leoden n’avait pas pris la peine de lui répondre, de toute façon elle ne lui laissait pas le choix et sitôt habillée ils iraient aux urgences.

Après avoir terminé de manger, Cármen dénoua l’écharpe qui lui permettait de porter Samhael et se libérer les bras pendant qu’il se nourrissait, vérifiant qu’il fasse son rot avant de le mettre dans un fauteuil pour bébé. La jeune mère dans le silence débarrassa la table, glissant un sourire à Leoden en remarquant qu’il avait bien mangé et il entreprit de faire la vaisselle. Mais elle le voyait légèrement trembler, elle ignorait pourquoi, mais pensait au stress ou alors au manque puisqu’elle l’avait privé de ses doses. La jeune femme n’avait pas réfléchi à ce problème là la veille, mais elle ne voulait pas qu’il se blesse en lavant les couteaux alors elle vint à ses côtés pour lui proposer de prendre sa place

« Attends laisse, je vais le faire. » Glissa t-elle gentiment en prenant sa place pour laver le reste de la vaisselle.

Elle se demandait si elle devait comment elle pouvait l’aider pour son souci de drogue, parce qu’elle savait qu’il ne pourrait pas arrêter comme ça, mais ne s’y connaissait pas assez en la matière pour y pallier. A qui pouvait-elle demander conseil ? Pas au médecin qu’ils allaient voir en tout cas, il ne devrait rien savoir parce que même si elle voulait l’aider il était hors de question qu’on l’enferme dans un centre. Leoden ne le supporterait sans doute pas et ferait des évasions en plus de lui en vouloir à vie. Les mains dans l’eau, nettoyant tout ce qu’elle pouvait, la jeune femme pensive  essayait de voir toutes les hypothèses possibles mais n’en voyait que très peu. C’est qu’elle ne connaissait pas grand monde à vrai dire, à part sa grande famille, son univers avait longtemps tourné autour de Leoden et depuis qu’il n’était plus à ses côtés, elle s’était retrouvée très solitaire. Cet isolement, elle l’avait aussi vu comme une punition qu’elle s’infligeait si Leoden devait rester à l’écart, elle ne voulait pas se rendre la vie facile non plus alors que lui souffrait sans doute plus qu’elle. Et le résultat était là, juste avec elle, elle n’en était pas fière et essayait de trouver une solution  pour qu’il ne retourne pas dans la rue sans qu’on ne la voie avec lui au risque de lui attirer des ennuis.

Les pleurs de Samhael la tirèrent de ses pensées, elle avait les mains dans la mousse et à priori c’était assez pressé. Cármen fronça les sourcils, cherchant le torchon comme pour y aller mais elle avait oublié d’en remettre un nouveau sur le crochet à cet effet, elle avait la peau trempée et pleine de savon jusqu’aux avants bras.

« Leoden ? Tu peux t’occuper de Samhael s’il te plait ? Je ne peux pas y aller là j’en ai plein partout…. » Fit elle très embêtée.

Bon après tout c’était son fils, il fallait bien qu’il s’en occupe aussi et c’était peut être l’occasion pour qu’il aille enfin vers lui alors que Cármen était occupée.












made by guerlain for bazzart

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Jeu 26 Jan 2017 - 17:29



The man under the bridge

Cármen & Leoden


L'homme était debout devant l'évier, les mains dans la mousse, le regard vide posé sur les assiettes qu'il faisait s'entrechoquer dans sa maladresse. S'il était déjà troublé par la présence de Cármen, c'était d'autant plus difficile pour lui que sans ses doses habituelles, il avait beaucoup moins de contrôle sur son corps. Ses mains tremblaient, parfois plus, parfois moins, sa tête commençait doucement à taper, et son cœur cognait fort dans sa poitrine. Mais ce n'était pas seulement physique. Au delà des simples dégâts que ces drogues avaient causés sur son corps, elles avaient aussi pris possession, petit à petit, de son esprit déjà brisé. Il sentait la colère prendre petit à petit place dans ses pensées, d'abord insinuée comme une ombre discrète, puis de plus en plus présente ; elle gagnait du terrain, et il essaya de la repousser. Cependant, c'était bien plus difficile que tout cela ; il était en proie à trop de choses en même temps, trop de détresse, de douleur et de peur. Il ne pouvait pas résister à tout ce qui se distillait dans ses veines, et qui faisait de lui un homme d'autant plus dangereux qu'il aurait du mal à contrôler ses actions si on le poussait à bout.

Alors, il focalisa son esprit sur les assiettes, essayant du mieux qu'il pouvait de ne pas les abîmer, mais il devait faire un mauvais travail, car au bout d'un moment, il vit Cármen se rapprocher de lui et lui ôter l'éponge des mains. Leoden hésita un instant, perturbé de voir qu'elle avait remarqué son attitude et gêné aussi si elle en comprenait les raisons. Il ne dit mot, s'écartant finalement jusqu'à rester planté là, les bras ballants, juste à côté de l'évier. Il esquissa un mouvement de surprise et de recul en entendant les pleurs du bébé résonner dans la pièce, et tourna rapidement le regard vers Cármen, afin de vérifier qu'elle avait bien entendu elle aussi et qu'elle allait réagir. Mais elle avait toujours les mains dans la mousse, les bras trempés et elle était occupée. Il la fixa un instant, figé sur place, ne sachant comment réagir, quand finalement elle lui demanda la seule chose qu'il n'aurait pas voulu entendre.

Leoden resta un moment sans bouger, les pleurs du bébé lui arrachant des vagues de malaise dans tout le corps. Il l'écoutait, les bras ballants, sans aucune réaction ni rien qui traversa ses yeux. La panique, cela faisait longtemps qu'il l'avait oubliée, mais devant ce bébé, il était d'autant plus désemparé qu'il ne savait plus comment se comporter. Il sentait que Cármen allait finir par réitérer et l'inciter à s'en occuper, mais il ne pouvait pas, et il ne voulait pas. Tournant finalement la tête en direction de la jeune femme, il comprit qu'elle n'avait pas de torchon pour s'essuyer les mains même si visiblement elle avait fini la vaisselle. Alors, histoire de ne pas se voir dire qu'il n'avait rien fait, Leoden fit demi-tour pour disparaître dans le petit couloir et filer dans la salle de bain. Là, il ouvrit tous les placards à la volée, l'un après l'autre, claquant les portes sans y faire trop attention puisque de toute façon le bébé pleurait déjà, et qu'en plus de ça il avait fichtrement du mal à maîtriser ses gestes.

Finalement, il trouva ce qu'il avait cherché, à peu de choses près. Il tira sur le coin de ce qui semblait être un torchon, bien qu'il se retrouve avec une serviette un peu trouée, peut-être que c'était une serpillière pour le ménage, peu importe.. De toute façon il lui fallait bien quelque chose et il se voyait mal lui ramener une serviette de bain. Puis, elle lui tomberait sur le coin de l’œil tôt ou tard pour ce qu'il venait de faire. Il se releva, les mains tremblantes quand il attrapa la clenche de la porte de la salle de bains pour entendre à nouveau pleurer le bébé, beaucoup plus fort cette fois-ci, et qu'il revint pour tendre le chiffon à Cármen.

« Je veux pas m'en approcher. » fit-il simplement.








made by roller coaster

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp

avatar
♦ PSEUDOs : Illabye
♦ MESSAGES : 494
♦ RÉPUTATION : 3714
♦ DC & co : Raeryan, Elea, Elladan, Selen, Farshad, Isveig
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : humaine
— ORIGINAIRE DE : Harad
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— RANG SOCIAL : pauvre
— MÉTIER PRATIQUÉ : voyante, danseuse, musicienne, comédienne
— ARMES DU PERSO : un couteau bien caché sous ses jupons
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : son père
— VOYAGE AVEC : sa troupe de saltimbanques
— AMOUREUSEMENT : Épouse de Leoden

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Sam 28 Jan 2017 - 0:57






The man under the bridge


Leoden & Cármen


Leoden revint avec un torchon ou du moins ce qu'il lui avait trouvé de mieux pour qu'elle s'essuie les mains, déclarant qu'il ne voulait pas s'approcher de Samhael après avoir tardé  à répondre. La jeune femme, quelque peu choquée par ces propos, leva les yeux vers Leoden le regard noir de reproches. Mais elle ne dit mot, elle devait d'abord s'occuper de son enfant. La jeune femme s'essuyant les mains s'empressa d'aller prendre Samhael dans ses bras pour le calmer parce qu'il commençait vraiment à pleurer fort puis entreprit de l'emmener dans la salle de bain pour changer sa couche et malgré la colère et surtout parce qu'elle ne voulait pas qu'il la ressente, elle lui adressa de larges sourires et le couvrit de bisous qui lui arrachèrent des rires. Puis elle revint dans le salon, elle déposa son petit dans son parc avec ses jouets et revint vers Leoden. Ils avaient besoin de parler et de jouer carte sur table. Si elle n'avait plus rien à lui dévoile le concernant ses décisions elle sentait que Leoden avait encore de la colère en lui. Des choses qu'il ne devait sans doute pas comprendre comme elle l aurait voulu, mais il ne devait plus garder cela pour lui même. Elle était prête à se recevoir des réprimandes plein le visage, elle avait aussi de quoi se défendre mais par dessus tout elle ne voulait plus le voir dans cet état.

«C'est quoi le problème Leoden ? Ton fils a rien demandé !»

La jeune femme était très énervée qu'il ne fasse pas cet effort. Avant de l'emmener à l'hôpital, elle avait besoin de tout savoir sur le fond de ses pensés,Mais elle vint à redouter qu'il ne se ferme au dialogue encore une fois; le défi était de taille. La jeune femme s'approcha de lui, si proche qu'elle pouvait de nouveau détailler ses profonds iris.

«Je sais bien que t'as des choses à me demander et des reproches à me faire ! Et bien vas y qu'on puisse avancer et que ton fils ne souffre pas de cette situation! Je t'ai déjà cherché partout alors tu me filera pas entre les doigts cette fois ci.»

En temps normal elle aurait simplement attrapé le torchon et lui aurait fouetté le derrière avec pour passer ses nerfs. Mais au vu de sa réaction de la veille alors qu'il avait manqué de la frapper sous l'énervement, elle ne voulait pas reprendre ce risque là. Toutefois l'envie de le secouer était grande mais elle prenait sur elle pour garder son sang froid.

«Allez Leoden, crache le morceau !! Que veux tu savoir ? Que dois-je faire pour que tu me fasses confiance et que tu cesses d'ignorer ton fils ? Pour que tu cesses tes bêtises ! Regarde comment tu trembles !!!»

La jeune femme s'était emparée de sa main, le manque de drogue devait le pousser dans ses retranchements alors ce n'était sans doute pas la meilleure idée de le bousculer. Néanmoins il fallait que ça sorte. La veille pourtant ils s'étaient embrassés avec tant de passion qu'elle en frissonnait encore. Leur amour n'était pas mort mais elle était prête à beaucoup pour le sauver.


   

made by © Winter Soldier

_________________
Cármen
It’s a journey of love. I slumber nestled against your skin. I slumber cradled in swirl of travel sensations. Lulled by smiles, rocked by life. I breathe in colors, I capture flavours. I imagine a fragrance sensual, soft, serene. This flapping of wings brings a smile to my face©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1946-carmen#34145 http://lonelymountain.forumactif.org/t1948-carmen

King Of Tales Untold ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Winter Soldier
♦ MESSAGES : 506
♦ RÉPUTATION : 3165
♦ AVATAR : Eoin Macken © Winter Soldier
♦ DC & co : Élwel, Chandalen, Carmella & Sharbat
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Rohan
— ORIGINAIRE DE : Rohan
— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ancien chasseur de primes, il se repentit dans la douceur des bras de sa belle. Leoden vit maintenant avec le groupe de gitans et dispense l'aide nécessaire pour qu'en retour, il ait de quoi se nourrir. Tenir une épée ne lui manque pas, au contraire, il découvre enfin le calme d'une existence sans violence.
— ARMES DU PERSO : Une épée et de petits couteaux
— AMOUREUSEMENT : Cármen ♥

MessageSujet: Re: The man under the bridge   Mar 21 Fév 2017 - 23:19



The man under the bridge

Cármen & Leoden


Leoden tendit le torchon à la jeune femme, n'essayant pas de provoquer son regard qu'il n'aurait pu soutenir. Il n'était pas franchement très fier de ce qu'il faisait, mais il n'avait pas le choix, il ne voulait pas être un père comme ça. De toute façon, qu'il s'enfonce ou non, le monde ne s'arrêterait pas de tourner pour autant. Il était comme tout le monde, une infime poussière dans un monde trop grand, trop vaste. Un monde qui n'en avait strictement rien à foutre de ses états d'âme à la con ou de la capacité de son corps à rester en vie un jour de plus. C'était ainsi, il était cette chose insignifiante aux yeux du temps, de la vie ; et quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, cela ne changerait rien, rien du tout à l'ordre immuable du monde. Leoden ne laissa aucune marque atteindre son visage si ce n'était de l'indifférence, une expression feinte pour masquer les batailles qui se donnaient dans son être, et qu'il n'était pas prêt à montrer à Cármen. Il la vit ramasser Samhael dans le parc pour l'emmener jusqu'à la salle de bain, mais il ne la suivit pas, il resta simplement planté là, debout, comme s'il attendait que le monde ne s'effondre avec lui.

Au loin, il entendait vaguement les rires de l'enfant, il était agité mais semblait heureux, quelque chose d'infiniment précieux que Leoden n'était pas capable de lui offrir. Il sentit sa gorge se nouer dans un élan de douleur, à contempler ce rêve trop de fois déjà brisé. L'homme se mordit les joues, faisant face à des démons qu'il avait cru depuis longtemps éteints. Cet ami de Cármen, celui qui les avait séparés.. C'était celui-là même qui avait détruit chaque bout de son existence comme s'il s'était consumé sur lui-même.

Les bruits de pas de la jeune femme le tirèrent de ses pensées alors qu'elle revenait déposer Samhael dans son parc, et Leoden évita son regard, tout comme celui de l'enfant. C'était vrai, elle avait raison quand elle disait qu'il n'avait rien demandé. Le simple problème, c'était que lui non plus, il n'avait rien demandé le jour où ce mec s'était ramené chez eux et qu'il lui avait pris sa famille. Leoden sentit la colère revenir, petit à petit s'infuser dans ses veines comme un poison trop bien ancré, et ses mâchoires se serrèrent, il avait toujours les épaules tendues, les mains tremblantes. Cependant, son regard s'était laissé habité par cette ombre que Cármen lui connaissait pourtant si bien.

Des reproches à lui faire, ça il en avait. Il en avait beaucoup à lui dire, et à la fois pas du tout. Si elle le connaissait sûrement mieux que lui-même, elle savait qu'il n'allait pas cracher le morceau facilement, que cette longue discussion qu'elle voulait prendrait du temps, beaucoup de temps à arriver. Mais c'était comme ça, et de toute façon, il n'avait pas du tout envie de la blesser davantage en lui lançant des méchancetés à la figure alors qu'il l'avait déjà assez fait comme ça. Mais plus les paroles de la jeune femme s'écoulaient, plus il sentait ses poings se contracter, comme pour garder en lui tout ce qui menaçait de sortir, et de blesser. Toute cette situation l'avait usé, broyé et détruit, et s'il en était rendu à se droguer dans les rues sans même un toit pour les jours de pluie, il aurait mille fois préféré être seul dehors en cet instant. Mais lui faire confiance, pour le moment, c'était beaucoup trop demander. Comment pouvait-il faire confiance à une femme qu'il avait aimé de tout son être dans la plus pure des sincérités, alors qu'elle l'avait lâché quand ils venaient d'avoir leur enfant ? Comment pouvait-elle seulement lui demander d'être un père, après tout ça ? D'être un mari ? D'être seulement quelqu'un ? Elle avait brisé jusqu'à la dernière parcelle de son âme, et pourtant, il était encore là à vouloir lui donner le peu d'amour qu'il restait dans son cœur.

Il sentit la main de Cármen s'emparer de la sienne, encore tremblante sous l'effet du manque. Et d'un geste vif, à peine l'eut-elle saisit qu'il la retira. C'était le risque de l'avoir trop proche de lui, de pouvoir lui faire du mal dans un accès de colère comme il risquait d'en avoir encore, surtout en situation de manque. Leoden resta de marbre face à elle, plantant son regard dans le sien comme un appel à l'aide dont il avait cruellement besoin, et qu'il ne pouvait demander. La rancœur, la haine et toute la colère qu'il avait dans son corps était là, dans ce regard qu'il lui adressa, vivace et pourtant, tellement de choses semblaient déjà mortes à l'intérieur de sa carapace.

« Tu m'as abandonné »
murmura-t-il si bas qu'on aurait à peine pu l'entendre, la gorge entravée par ce poids qu'il avait trop longtemps dû porter. Et le silence retomba comme une chape de plomb, envahissant, torturant.








made by roller coaster
[/quote]

_________________


There Are Wounds That Never Show On The Body

WOUNDS THAT ARE DEEPER AND MORE HURTFUL THAN ANYTHING THAT BLEEDS. WOUNDS THAT ARE WRECKING YOU FROM THE INSIDE, TEARING APART EVERY INCH OF WHAT MAKES YOU FEEL ALIVE. THERE ARE WOUNDS THAT CAN NEVER TRULY HEAL, WOUNDS THAT YOU HAVE TO BEAR FOR THE REST OF YOUR LIFE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1957-leoden-doreath-make-s http://lonelymountain.forumactif.org/t1961-leoden-doreath-fiche-de-liens http://lonelymountain.forumactif.org/t1962-leoden-doreath-gestion-de-rp
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: The man under the bridge   

Revenir en haut Aller en bas
 
The man under the bridge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [14 CAEN][27/28 mars 2010][Apo] La bataille de Corvus Bridge
» Mika Rosalden [Terminée !]
» [Habitation] Under The Bridge
» London bridge has fallen down
» Le sondage de Brides ou fuite en avant !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: détente des Hobbits :: Les autres RPs :: Univers RPs Délire-
Sauter vers:  
hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains hobbit nains Af Jarni Og Is hobbit nains hobbit nains hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.