AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Thorin : Cherche naine pour se perdre dans sa chevelure durant un siècle a venir.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Meruva : Cherche complice pour rencontre fortuite.
Loìn : Cherche bébé dragon pour brûler les fesses d'un méchant nain.
Smaug est le bienvenue aussi, si il nous rend Erebor !
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
Le gratin d'orc, vous connaissez ?

Partagez|

Le gratin d'orc, vous connaissez ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Lord of Isengard ♦ Istar
avatar
♦ PSEUDOs : Xelhios
♦ MESSAGES : 129
♦ RÉPUTATION : 292
♦ AVATAR : Christopher Lee
♦ DC & co : Aucun dédoublement de la personnalité détecté
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible

— RACE DU PERSO : Ainu/Maia/Istar
— ORIGINAIRE DE : Valinor, une île hors d'attente à l'Ouest
— ÂGE DU PERSO : Plus vieux que le monde (littéralement)
— RANG SOCIAL : Riche
— MÉTIER PRATIQUÉ : Magicien, gardien, conseiller
— ARMES DU PERSO : Bâton (magie), voix, et dague de pierre
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Conseil Blanc/Valinor
— VOYAGE AVEC : Une voiture, tirée par deux chevaux (Balthazar et Mel)
— AMOUREUSEMENT : Célibataire

MessageSujet: Le gratin d'orc, vous connaissez ? Ven 9 Juin 2017 - 23:41

C'est délicieux avec de l'estragon

Ashildr volait haut, ce soir. La nuit était tombée depuis un moment déjà, et elle profitait de l’air nocturne. Elle se laissait porter par les bourrasques, dansait avec les étoiles, profitait de l’éclat de la lune dans ce ciel dégagé. Elle sentait le vent souffler dans ses plumes, et c’était un plaisir qu’elle ne se refusait jamais.

Enfant déjà, elle avait reçu le don de vol. Corbeau, née avec deux ailes et un plumage noir d’encre, elle avait vu le jour avec la promesse du ciel marquée dans son sang. Cela n’avait pas été facile, et ça avait été long, mais elle profitait largement de ses capacités innées que humains, elfes ou nains n’avaient pas le luxe de s'offrir. Elle adorait voler, et un soir comme celui-ci, elle aurait probablement profité de la douce nuit qui s’annonçait.
Mais pas ce soir.

-Concentre-toi.

La voix avait surgit, de partout comme de nulle part. Comme si le vent lui-même lui murmurait à l’oreille. Il s’avéra que ces mots avait surgit de son esprit, portés cependant par une autre voix que la sienne. Celle de Saruman. Elle avait un léger écho, et semblait ténue : elle n’en n’était pas moins autoritaire.
Le corbeau battit des ailes et changea de direction.

Sous ses yeux, en quelques instants, s’étendit un campement humain. Des voitures et des chevaux étaient arrangés en cercle ; les voyageurs s’étaient assis autour d’un chaleureux feu de camp. Ils étaient d’apparences diverses et variées, chacun (probablement) spécial à sa façon. Mais Ahsildr ne cherchait qu’une seule personne.

-Où êtes-vous ?


-Caché.

Les ordres de Saruman n’étaient pas longs. Ni même particulièrement polis, ou agréables. C’était des ordres, brefs et efficaces. Ashildr ne les trouvaient pas agréables, mais elle comprenait pourquoi ils étaient là : son chef n’avait que faire de politesses et de fioritures pour parler à l’une de ses vassales. Cela lui paraissait parfaitement logique. Plus elle approchait du camp, plus la voix de Saruman devenait ferme.

-N’avance pas plus loin. Je ne voudrais pas qu’ils te chasse, « oiseau de malheur ».

La périphrase était ironique, en aucun cas méchante. Le corbeau ne s’en offusqua pas, et se posa sur les rameaux d’un arbre mort. Le paysage n’était guère varié. Leur parcours s'arrêtait à peu-près au pied de l'Emyn Muin, dans une forêt de connifère qui grimpait sur les flancs de la montagne. Leur route ne traversait en tout et pour tout qu’une seule forêt, et ils avaient dû faire halte dans une clairière en plein milieu (un arbre frappé par la foudre comme par magie il y a quelques jours avait forcé le détour).

-As-tu vu quelque chose ?

-Rien du tout. Je ne distingue pas grand-chose, à travers les frondaisons. J’ai noté du mouvement, à un moment donné, mais rien n’indique que c’était des orcs. Vous êtes sûr de votre plan ?

Saruman ne répondit rien. Il fulminait. Il s’était donné du mal pour piéger ces créatures, elles avaient intérêt à se montrer ! Le magicien laissa aller sa tête en arrière. Il était assis, à même le sol, dos contre une carriole. Il avait intégré cette caravane dans le seul but d’arriver ici. Grâce à quelques sortilèges, deux trois rumeurs et un peu de savoir-faire, il avait réussi à paramétrer sa rencontre avec les serviteurs de Sauron avec une précision quasi-chirurgicale.

Il avait fait courir des rumeurs sur une caravane, traversant le Rohan, qui transporterait des joyaux et des armes pour les rois de l’Est. Il avait aussi fait bien attention à ce que les rumeurs n’atteignent les oreilles de personnes, dans la caravane. Il s’était débrouillé pour qu’une bande d’orcs et de gobelins, qui sévissait dans la région, en entende parler. Il avait ensuite intégré la caravane, à bord d’une carriole capable de contenir de larges coffres et sous un nouveau visage.

Discrètement, il se gratta le nez. C’était comme porter un masque invisible et terriblement irritant. Son visage ne semblait pas le même (pas plus que son corps ou ses vêtements) ; et son nez le grattait terriblement. Seulement, un mouvement trop brusque, un manque de concentration ou une démangeaison trop compulsive et il pouvait dire adieu à son déguisement.

Un livre sur les genoux, il était adossé à une caravane de bois noir, cachant supposément le chargement de joyaux. Les coffres étaient en vérité remplies de quantités astronomiques de vide. Le maître caravanier, un homme courtaud à la peau burinée, l’avait bien interrogé sur le contenu de sa voiture. Il l’avait prit à part, juste avant le départ.

-C’quoi, tout ça ?

-Sans offense, mais ça ne vous regarde pas.

-P’tête bien qu’si, en fait. M’voyez, si c’est de la contrebande, un truc dangereux, ou je ne sais quel autre bout d’malchance qu’vous comptez traîner dans ma caravane, bin vous pouvez vous les mettre la ou j’pense et retourner d’où qu’vous v’nez.

« Puisses-tu mourir avec l’attaque des orcs, résidu décadent de la stupide misère humaine. » pensa Saruman en souriant :

-Je vous assure, mon ami, que le contenu de ses coffres n’est en aucun cas dangereux pour notre compagnie. Il n’y a rien, là-dedans, qui puisse constituer un risque pour qui que ce soit.

Sa voix ayant les accents de la sincère vérité, le caravanier avait hoché la tête et s’était éloigné. Sans tenter de vérifier le contenu (rappelons le, absent) des coffres.

Tout cela pour capturer d’anciens orcs, haut-gradés déchus, et les interroger quand au retour de leur maître. Saruman était cruellement en manque d’informations, et ni son égo ni sa curiosité ne pouvaient le supporter plus longtemps.
Mais voilà le hic. Il avait beau avoir envoyé un de ses corbeaux surveiller (discrètement) les environs, rien. Pas la moindre trace d’orcs. Le magicien serra le poing. Il ne voulait pas passer au plan B. Mais si il devait vraiment raser la forêt pour trouver les orcs, et bien… Yavanna le pardonne.

-Patron ?

Saruman baissa les yeux. Autour de son index, il portait un anneau. Cuivré, serti d’une pierre rouge, il servait de base au sortilège qui lui permettait de communiquer avec Ashildr. Un peu de sang du corbeau, un éclat de verre, un cercle de métal, un peu de forge et voilà. Un sortilège relativement fiable, quoiqu’un peu faible.

-Oui ?

-Vous avez prévenu les autres voyageurs, de l’attaque des orcs ?

Le silence du magicien répondit pour lui. Bien sûr que non. Il s’était même arrangé pour qu’une majorité pensent les orcs qui attaquaient les passants dans la région n’étaient plus que de l’histoire ancienne. Lui même, régulièrement, propageait cette histoire. Il racontait des rumeurs, qu’il avait certes entendues mais surtout créées, à l’origine.Seuls quelques personnes étaient peut-être un peu sur leurs gardes (quoique pas trop, pour ne pas effrayer les monstres qui attendaient dans les sous-bois) : le maître caravanier, ceux chargés de la protection de la compagnie (deux hommes, actuellement) et lui-même. Il veillait au grain, tout en se faisant passer pour un Conteur ambulant en direction de l’Est du Rohan. Les rares voyageurs qui s’étaient donnés la peine de lui parler le connaissaient sous le nom d’Artémis, et il collait plutôt bien à son rôle de vieillard : vêtu d’une cape rouge, lisant souvent des livres en soirées, appuyé sur un bâton noir et tordu, avec des longs cheveux gris et une barbe au moins tout autant en bataille.

Il restait discret, un peu distant, mais il ne pouvait pas en vouloir à ceux qui voulaient lui parler. Devant les flammes du feu de camp, un jeune homme tout fin, presque squelettique, avec une masse assez impressionnante de cheveux, s’affairait au-dessus d’une marmite en cuivre. Il touillait le contenu avec une longue cuillère de bois. Une fois que le potage/ragoût/la chose eut fait explosé à sa surface une énième bulle presque bubonique, il se redressa et clama haut et fort :

-A table ! Manger ! Sou-soupe ! C’est prêt !

«Parle-moi encore une fois comme à un attardé, et je te fais avaler tes poumons en sou-soupe.» marmonna Saruman pour lui-même, avant de s’approcher comme les autres du feu; attrapant son écuelle, une pensée rassurante lui vint.
Vu comment le magrichon venait de hurler au monde sa pause dîner, peut-être les orcs les penseraient suffisamment faibles pour attaquer.
Satisfait, Saruman attaqua sa nourriture avec un demi-sourire (qui s’effaça bien vite face au goût exécrable de la Chose. Ce qui était, par ailleurs, un nom tout attitré pour le ragoût d’agneau qui venait de passer ses lèvres).
[/i]
[i]

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t2407-all-magic-come-with-a http://lonelymountain.forumactif.org/t2433-connaissances-et-affilies

LONELY CAPTAIN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 103
♦ RÉPUTATION : 458
♦ AVATAR : Iain Glen
♦ DC & co : Thorin Oakenshield
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Destan est un Homme, un simple Gondorien sans particularité aucune si ce n'est la fierté qu'il conserve, indéfectible, pour sa patrie.
— ORIGINAIRE DE : Il est originaire de Dol Amroth, ancienne cité elfique et port fortifié sous la gouvernance de Princes Dunédains et l'Intendance du Gondor.
— ÂGE DU PERSO : Il y a quarante-trois années que Destan foule la Terre du Milieu et il les supporte plutôt bien.
— RANG SOCIAL : Assez pauvre comparé à ce qu'il aurait pu être au vue du grade qui était le sien auparavant.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Il a été Capitaine des Garde de la Porte Noire avant que les orcs ne les mettent en déroute. Désormais, il offre ses services aux caravaniers qu'il escorte durant leur voyage.
— ARMES DU PERSO : Destan possède une épée dont il prend grand soin et qu'il chérit, Ascalon.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : L'allégeance de Destan va à Turgon ainsi qu' Angelimir, Prince de Dol Amroth.
— VOYAGE AVEC : Il voyage seul pour le moment, il a accompagné lors de son voyage de retour la dernière caravane qui était partie de la baie de Belfalas, désormais, avec la menace des Pirates, il est contraint à voyager en solitaire pour se trouver de nouvelles tâches.
— AMOUREUSEMENT : Il a cessé de croire que le Grand Amour était pour le commun des mortels mais réservé à certains privilégiés.

MessageSujet: Re: Le gratin d'orc, vous connaissez ? Jeu 15 Juin 2017 - 12:20


Le gratin d'orc,vous connaissez ?


La nuit était tombée depuis longtemps, et les étoiles coloraient doucement la voûte au dessus de leur tête. Une brise légère dansait entre les voyageurs sous ce ciel dégagé qui semblait annoncer un lendemain vide d’averse. Cela était une bonne chose.  Destan adossé à un arbre avait fermé les yeux, se reposant avant que le dîner, s’il pouvait être appelé ainsi soit servis. Il savait qu’il prendrait le tour de garde aux heures les plus sombres, la demande de celui pour qui il travaillait était de toute évidence non négociable et il ne le cherchait pas.

Le maître caravanier qui l’avait embauché était court sur pattes, la peau burinée par le soleil et les affres du temps. C’était un individu simple qui prenait grand soin de ses hommes et ne semblait accorder sa confiance aux premiers venus. Destan était ainsi chanceux d’avoir pu escorter tant de caravanes depuis qu’il n’était plus un soldat pour que la majorité des itinérants recommandent ses services. Il avait ainsi pu gagner suffisamment la confiance d’Henrik, le maître caravanier, pour pouvoir agir à sa guise dans son rôle d’éclaireur ou d’escorte proche.  Néanmoins, ce n’était pas le cas de tous les voyageurs, mais Destan espérait que ce climat de méfiance ne demeure que peu, il y avait bien trop de choses auxquelles il fallait prêter l’oreille plutôt que de s’inquiéter que la menace vienne de l’intérieur.  
En effet, bien que les raids orcs aient semblé se calmer depuis les derniers temps, Destan n’en restait pas moins sur le qui-vive, avec ces créatures-là, rien ne pouvait être certains et les pillards ou bandits de grands-chemins existaient également. Il n’était que deux à assurer la protection de la compagnie : Rùmil, un homme un peu plus jeune que lui qui semblait avoir des compétences d’archer et lui-même.  Si Henrik était également aux aguets, le vieil homme qui les accompagnait semblait également à l’affût. Destan avait ouvert les yeux, laissant les orbes grisâtres qui lui servait de pupilles se promener sur les voyageurs.

Le vieillard était d’ailleurs assis, sur le sol, adossé à la cariole. Il avait laissé aller sa tête vers l’arrière comme s’il méditait, ou se reposait, un livre ouvert sur les genoux. C’était là une chose dont on ne pouvait être vraiment sûr avec les hommes de cet âge-ci. Artémis, tel était son nom. L’ancien capitaine de la Porte Noire se demandait bien quel était son métier. Alchimiste ? Orfèvre ? La bague sertie à son doigt pouvait témoigner de l’un ou de l’autre bien qu’il s’annonça conteur ambulant en direction de l’ouest. Pour accompagner ainsi sa cargaison et espérer qu’elle arrive à bon port, il devait sans aucun doute y accorder grande importance et cela ne pouvait être que de simples instruments ou parchemins.  Il était d’ailleurs étrange que pour un conteur, il n’ait encore pris soin de profiter des soirées passées pour transmettre quelques-uns des contes qu’il avait en mémoire. C’était un personnage étrange dont il n’avait jamais encore entendu parler, vêtu d’une cape rouge et s’appuyant sur un bâton noir et tordu, son visage était mangé par une barbe tout aussi en bataille que ses longs cheveux gris. Les plus curieux avaient essayé de lui toucher quelques mots mais le vieil homme réstait discret, distant, comportement bien différent des conteurs auxquels Destan était habitué.

Destan laissait divaguer son attention jusque sur le jeune homme à la maigreur impressionnante qui leur préparait à manger depuis le début du voyage. Il était certain qu’il ne s’alimentait pas avec ce qu’il leur préparait.  Lorsque le bouillon aux morceaux qui apparaissaient parfois à la surface de la marmite sembla enfin prêt, il les héla, clamant haut et fort qu’ils pouvaient venir se servir de se fastueux dîner. Henrik le rabroua derechef d’une tape sur la tignasse hirsute qui lui servait de cheveux de faire autant de bruit, des oiseaux s’étaient d’ailleurs envolés, surpris par l’éclat de voix. Il était à prier que, comme depuis quelques jours, ils ne rencontrent rien de détestables dans les environs.  

Il vit le vieillard marmonner dans sa barbe sans pouvoir en saisir de traites mots et s’approcher de la marmite pour remplir son écuelle. Cela semblait s’apparenter à un ragoût de mouton ou d’agneau, mais à l’odeur de la chose, cela semblait être l’individu le plus âgé du troupeau dont on l’avait séparé. Destan s’était approché aussi pour remplir sa gamelle, il se contenterait de cela, il avait déjà vu pire mais ce n’était pas ce qu’il affectionnait le plus dans la protection de caravane, il en était certain.

Il s’en était ainsi allée s’asseoir, non loin du vieillard et du feu, comme l’avait fait les autres voyageurs. L’un d’entre-eux s’adressa d’ailleurs à Artémis.
« Hé, vieil-homme, tu te dis conteur et tu lis beaucoup, que racontes donc ton ouvrage pour que tu ne t’attardes jamais autour de ce foyer pour nous raconter tes histoires ? »
Destan avait souri à l’entente de ces mots. Voilà qui semblait bien insolent et ce n’était sans doute pas ainsi qu’Artémis choisirait de partager les contes qu’ils avaient pu écrire ou entendre.
Un second rebondit sur les dires de son ami, dans l’espoir sans doute de les aplanir. «  Non mais ce qu’il voulait dire, c’qu’on s’ennuie un peu et la nourriture nous remplis pas forcément d’joie, donc si un petit quelque chose pouvait nous r’monter le moral, comme un conte avec des bonnes femmes par exemples… »
Les deux compères laissèrent se regard se croiser, espérant qu’Artémis cède à leur demande. Ils avaient posé d’ailleurs leur regard sur lui en attendant qu’il ne prenne la parole. L’ancien capitaine de la Porte Noire pris la parole à son tour :

« Quelles histoires ? Celles qui pour l’instant font trembler les villes portuaires où l’ont que des femmes cueillent les marins sur leurs navires par leur beauté et leurs chants avant de leur dévorer le cœur ? Il paraîtrait même que ce serait à cause des pirates et d’un pacte qu’ils auraient passé et n’aurait pas honoré… j’espère que vous n’avez pas prévu de prochain voyage vers les côtes messieurs. »

Les deux hommes déglutirent doucement. Destan avait pris la parole avec tant de sérieux et il ne semblait pas individus à croire aux premiers racontars ni à s’amuser à faire quelques boutades. Les deux compères restèrent cois, cherchant à ce qu’Artémis confirme ou non les mots de celui censé assurer leur sécurité. Un bruissement se fit dans les branchages au-dessus d’eux et l’un deux se redressa.
« J’ai un cheval à panser. » Son ami lui emboîta le pas en ajoutant : « Je viens d’penser qu’j’ai une bonne nuit de sommeil à faire, l’voyage est long.»
Les hommes en terre du milieu étaient parfois bien plus superstitieux que Destan le pensait, et il priait pour eux qu’ils ne tombent jamais sur des orcs ou les ces créatures qui se baladaient en Mordor,car elles étaient bien pire que la petite histoire qu’il venait de leur raconter. Destan replongea ainsi sa cuillère dans le ragoût pour finir son écuelle, en toute tranquillité. Pour l’instant.

made by LUMOS MAXIMA

_________________
Until my last breath, I will remember...
Ce sera l’heure des loups et des boucliers fracassés lorsque l’age des hommes s’effondrera. Mais ce jour n’est pas arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1414-destan-l-ombre-du-mor http://lonelymountain.forumactif.org/t1420-destan-hello-darkness-my-old-friend http://lonelymountain.forumactif.org/t1452-destan-mist-shadow-and-wheat

Lord of Isengard ♦ Istar
avatar
♦ PSEUDOs : Xelhios
♦ MESSAGES : 129
♦ RÉPUTATION : 292
♦ AVATAR : Christopher Lee
♦ DC & co : Aucun dédoublement de la personnalité détecté
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible

— RACE DU PERSO : Ainu/Maia/Istar
— ORIGINAIRE DE : Valinor, une île hors d'attente à l'Ouest
— ÂGE DU PERSO : Plus vieux que le monde (littéralement)
— RANG SOCIAL : Riche
— MÉTIER PRATIQUÉ : Magicien, gardien, conseiller
— ARMES DU PERSO : Bâton (magie), voix, et dague de pierre
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Conseil Blanc/Valinor
— VOYAGE AVEC : Une voiture, tirée par deux chevaux (Balthazar et Mel)
— AMOUREUSEMENT : Célibataire

MessageSujet: Re: Le gratin d'orc, vous connaissez ? Sam 17 Juin 2017 - 21:43


Le gratin d'Orc, vous connaissez ?

La voix de Saruman s'éleva, un peu rauque.

-Varda. Est-ce un nom qui vous parle ?

Les deux hommes, levés et prêts à partir, s'immobilisèrent. Sans se retourner, comme si ils n'étaient pas tout à fait prêt à écouter le vieil homme.

-Je prends ça pour une négation.

Il réajusta sa position, dos à sa cariole, et profita du court instant de silence pour prendre une cuillère de ragoût.

-Loin, très loin, à l'Ouest, existe une île. Vous pourriez la chercher pendant des années que vous ne pourriez y mettre le pied: au mieux, pourriez-vous l'apercevoir. De hautes falaises d'un blanc immaculé, entourées par des flots turquoises scintillants sous le soleil comme sous la lune. Cet endroit est couvert de forêts, de vallons, de collines. Il n'y a que peu de bâtiments: les habitants ont comme toit le couvert des forêts, et comme lit la douceur de la mousse. Pourtant, en haut de la plus haute montagne du plus haut massif du monde, se tient un palais.

Saruman avait les yeux rivés dans les flammes. Les deux compères s'étaient assis à nouveau, et lentement les gens rassemblés autour du feu écoutait les histoires du magicien.

-Fait de marbre et d'or, cette demeure se tient a la cime du monde. Toutes les salles sont larges, hautes de plafond, et leurs murs s'ouvrent en de larges fenêtres qui donnent sur le monde. De son trône d'argent, le maître des lieux voit tout, absolument tout ce qu'il se passe sur cette terre. On dit même qu'il peut voir au-delà du monde, hors de notre univers. C'est Manwë, seigneur des Airs et roi des oiseaux.

-Et Varda, dans tout ça ? osa prudemment le jeune maigrichon.

Saruman relava les yeux vers lui, plantant son regard directement dans ses prunelles. Il baissa les yeux.

-C'est son épouse. Ses cheveux sont noir, de cette même obscurité qui occupe l'espace entre les étoiles. Sa robe est bleue, comme si on avait découpé la nuit en un morceau d'étoffe. Sa beauté est sans pareille, et même avec toute la bonne volonté du monde, je ne pourrait la décrire. Il est de ces choses que même les conteurs les plus talentueux ne peuvent raconter, à peine peuvent-ils l'évoquer. Son sourire évoque un croissant de lune, et ses yeux sont aussi brillants que deux étoiles, ce qui n'est pas très étonnant. On l'appelle la Dame des Etoiles. C'est elle qui, dans les ténèbres qui occupait le ciel, a apporté chaque joyaux qui le constelle ce soir, fit le magicien en tendant la main vers la voûte étoilée.
Chaque perle, chaque diamant qui scintille dans le firmament est son œuvre. Ces multiples lueurs, elle les a accroché là pour que les Elfes, à leur naissance, puisse observer le monde et ses merveilles.

-Je n'ai jamais eu l'occasion de rencontrer un elfe, marmonna une femme dans son coin.

-Alors, aucun elfe n'a jamais eu l'occasion de vous rencontrer.

Saruman replongea le nez dans son ragoût, sans rajouter un mot. Au bout de quelques instants, il releva les yeux. De multiples regards étaient fixés sur son visage, comme pendus à ses lèvres. Il les dévisagea sans frémir, l'air de leur demander ce qu'ils attendaient.

-Elle existe vraiment ? murmura le maigrichon, le nez en l'air et le cou tendu au maximum, comme pour toucher le ciel avec son visage.

-Je ne raconte jamais de mensonge, fit Saruman avec un léger sourire.

-Et comment vous les avez convaincus que vous êtes un conteur répondant au nom d'Artémis ?


Le magicien mit une fraction de seconde à comprendre que c'était la voix Ashildr qui résonnait à ses oreilles.

-Le caravanier m'a demandé ce que je fais dans la vie. Je lui ai répondu que je racontais des histoires aux gens, pour qu'ils deviennent meilleurs. Ce qui est une des choses que je fais dans la vie, lorsque je fais office de conseiller ou de précepteur. Il a assimilé ça à conteur, et m'a demandé comment je m'appelle. Je lui ai répondu qu'il pouvait m'appeler Artémis. Ce qui est aussi vrai, il aurait put m'appeler Galadriel pour ce que j'en ai à faire.

-Malin.

-Je sais. Des mouvements orcs ?

-Non.

-Tant pis.

-Vous avez d'autres histoires ?

A force, ça devenait compliqué de suivre deux conversations à la fois.

-Préservez vos forces pour la route de demain. Et vous avez un cheval à penser, ajouta-t-il d'un air légèrement narquois avant de se replonger dans sa lecture.

Saruman, en vérité, n'attendait qu'une seule chose. De voir les orcs intervenir, pour leur mettre le grappin dessus. Il ne s'attendait pas à ce que la tâche soit trop difficile: certes, ils n'étaient que trois combattants, mais des combattants intéressants. Le magicien avait fait ses recherches. Destan, ex-capitaine de la porte noire, savait certainement manié une lame. Rumil, l'autre défenseur, possédait un arc et des flèches. Il n'avait pas d'antécédent militaire particulier, mais semblait savoir se défendre un minimum. Au pire, il allait mourir aux mains des orcs, comme plusieurs membres de ce groupe. Plus le groupe semblait mal défendu, plus les orcs seraient attirés par la possibilité d'une attaque.
Et il avait besoin de leur attaque, pour les capturer. Saruman n'était pas là pour protéger les voyageurs. Il était là pour mettre la main sur les monstres de Sauron. Et il avait particulièrement peur d'une chose.

Que seuls des sous-fifres soient envoyés contre les voyageurs, et que les vrais détenteurs d'informations restent cachés hors de sa portée. Saruman se mit à réfléchir. C'était une possibilité à prévoir, et il ne pouvait se laisser avoir par une situation oubliée.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t2407-all-magic-come-with-a http://lonelymountain.forumactif.org/t2433-connaissances-et-affilies

LONELY CAPTAIN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 103
♦ RÉPUTATION : 458
♦ AVATAR : Iain Glen
♦ DC & co : Thorin Oakenshield
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Destan est un Homme, un simple Gondorien sans particularité aucune si ce n'est la fierté qu'il conserve, indéfectible, pour sa patrie.
— ORIGINAIRE DE : Il est originaire de Dol Amroth, ancienne cité elfique et port fortifié sous la gouvernance de Princes Dunédains et l'Intendance du Gondor.
— ÂGE DU PERSO : Il y a quarante-trois années que Destan foule la Terre du Milieu et il les supporte plutôt bien.
— RANG SOCIAL : Assez pauvre comparé à ce qu'il aurait pu être au vue du grade qui était le sien auparavant.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Il a été Capitaine des Garde de la Porte Noire avant que les orcs ne les mettent en déroute. Désormais, il offre ses services aux caravaniers qu'il escorte durant leur voyage.
— ARMES DU PERSO : Destan possède une épée dont il prend grand soin et qu'il chérit, Ascalon.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : L'allégeance de Destan va à Turgon ainsi qu' Angelimir, Prince de Dol Amroth.
— VOYAGE AVEC : Il voyage seul pour le moment, il a accompagné lors de son voyage de retour la dernière caravane qui était partie de la baie de Belfalas, désormais, avec la menace des Pirates, il est contraint à voyager en solitaire pour se trouver de nouvelles tâches.
— AMOUREUSEMENT : Il a cessé de croire que le Grand Amour était pour le commun des mortels mais réservé à certains privilégiés.

MessageSujet: Re: Le gratin d'orc, vous connaissez ? Sam 19 Aoû 2017 - 20:56


Le gratin d'orc,vous connaissez ?


La voix du vieil homme s’éleva finalement, rauque, retenant l’attention de l’assemblée. Un nom fût prononcé, un nom que Destan connaissait fort bien pour l’avoir entendu dans les chants entonnés par les elfes et lorsque l’Etoilée était encore sur Arda. Ceux que l’ancien capitaine de la Porte Noire avait poussé à quitter le foyer car trop empressé d’enquiquiner Artémis avec leurs questions et leur conduite. Les deux hommes s’étaient levés ainsi prêts à partir et lorsque le vieillard commença à parler ils s’arrêtèrent, sans trop savoir s’ils devaient revenir auprès de lui ou rejoindre leur tente. Le conteur continua de parler, réajustant son dos contre la charrette à laquelle il était adossé, profitant du silence offert par ceux qui attendaient qu’il parle pour s’offrir une cuillère de ragoût.
Puis il commença à raconter. Il décrivit cette île bien trop à l’Ouest pour qu’aucun homme n’ait pu s’y rendre, ni même la voir ou du moins, sans en être certains. Il décrivit les falaises à la blancheur éclatante, sûrement plus pure encore que celles de Dol Amroth. Ces constructions de pierre léchées par des flots turquoise, scintillants sous les astres. Il conta cette île recouverte de forêts, de vals et de collines qui dessinaient le relief de cette contrée dépourvue de trop nombreuses constructions. Cette île à l’Ouest du Béleriand disparu sous les flots abritaient ses gens non pas sous des bâtisses mais sous le couvert des arbres et la mousse leur servait de lit. La seule bâtisse de trouvait sur la plus haute montagne que le monde ait portée et ce n’était pas une simple demeure, c’était un palais.
Tous s’étaient tus pour écouter le vieux conteur décrire cette île qu’aucun ne verrait de son vivant, Artémis avait les yeux rivés dans les flammes et les deux énergumènes s’étaient de nouveau assis, écoutant comme les autres qui les avaient rejoints. Le vieil homme se mit à décrire ce palais fait de marbre et d’or  sur le toit du monde, les larges fenêtres ouverte sur l’horizon et le trône d’argent sur lequel le maître des lieux. Manwë. Ce nom l’a aussi il l’avait entendu, il était le seigneur des Airs et le Roi de ceux qui arpentaient les cieux.
Le plus maigrichon des compères hasarda une question sur Varda et Artémis leva ses yeux vers lui, l’échange silencieux sembla mettre mal à l’aise l’homme qui baissa les yeux. Alors le conteur repris son histoire, décrivant Varda et ses cheveux aussi sombres que l’obscurité elle-même, la robe découpée dans un morceau de nuit qu’elle revêtait et sa beauté, indescriptible. Destan lui-même avit tant de fois eu du mal à décrire la beauté de Luthien alors celle de Varda ne pouvait se concevoir. La Dame étoilée, voilà qui convenait à celle qui rendait le monde plus brillant par la bienveillance et leur beauté. Une femme de l’assemblée mentionna qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de rencontrer un elfe et les paroles d’Artémis donnèrent une réponse à ce fait, les elfes voyagent bien loin des routes empruntées par les hommes. Cela sembla clore le conte, le vieil homme plongeant son nez dans son ragoût sans ajouter la moindre parole alors que tous avaient encore le regard fixé sur lui. Destan avait lui aussi continué de manger au fur et à mesure du conte. Artémis reposa son regard sur l’assemblée, guettant les demandes qui pourraient subvenir, certains s’interrogeant sur sa réelle existence. Le vieillard lui répondit qu’il ne racontait jamais de mensonges avant de revenir à ses pensées quelques instants, pour en sortir bien vite, questionné encore par un membre de l’assemblée.
Il les congédia en leur rappelant que la route le lendemain serait longue et qu’un cheval devait être pansé. Puis il se laissa aller à sa lecture, clôturant ainsi cet interlude.
Profitant que chacun s’en allait rejoindre sa tente et que l’agitation du camp disparaître bien vite quand les premiers se serait endormis, Destan s’en alla prendre le premier tour de garde, enfilant sa cape de voyage pour se placer sur un promontoire rocher d’où il pouvait surveiller ses arrières et ceux du campement. Si orcs il devait y avoir, ils ne pourraient attaquer sans que l’ancien capitaine puisse donner l’alerte.

La nuit commença à s’installer doucement, Rumil vint le seconder lorsque la mi-nuit vint à poindre et à peine Destan s’était-il installé sur sa couche, qu’un cor se fit entendre dans la nuit. Il se redressa en une fraction de seconde, dégainant Ascalon pour rejoindre Rumil, vociférant à chaque tentes et autes endroits ou chacun avait décidé de dormir : «  Aux chariots, tous aux chariots ! Ceux qui savent se battre, défendez-vous ! ».
Ils étaient trop peu nombreux à savoir combattre ce qui allait leur tomber dessus. C’était un cor orc qui avait retentit et la caravane n’était pas prête. Les plus solides gaillards se munirent de leurs armes mais la horde était déjà sur eux. Les cris fusèrent dans tous les sens «  Des orcs ! » « A moi ! » « A l’aide » mais en discerner leur provenance était impossible.  Les cris des bêtes et des hommes se mêlèrent alors  que  le sang noirâtre dans la nuit qui giclaient sur les toiles. La mêlée était totalement désordonnée, Destan était incapable de faire le compte sur le nombre d’assaillants qui leur était tombés dessus mais déjà 3 juchaient le sol sous ses pieds. Un quatrième vint les rejoindre tandis qu’il le décapitait d’un revers, laissant une brèche à une immondice qui s’entreprit de lui sauter sur le dos pour l’égorger. Ils basculèrent tous deux, l’orc déchirant le cuir des jambières de l’ancien soldat avec sa lame dentelée. Ils luttèrent tout deux avant que Destan ne plante son épée dans les viscères non protégées de la créature. Rùmil avait décoché toutes ses flèches et se battait désormais avec son coutelas, il chercha ensuite du regard Artémis, il espérait que vieillard ait pu sortir de sa tente à temps, il ignorait si le vieillard savait se battre, les conteurs réservaient parfois d’étranges surprise et avançant dans la nuit à la rechercher de ce dernier, il entreprit de se frayer un chemin au travers du campement et des orcs.


made by LUMOS MAXIMA

_________________
Until my last breath, I will remember...
Ce sera l’heure des loups et des boucliers fracassés lorsque l’age des hommes s’effondrera. Mais ce jour n’est pas arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1414-destan-l-ombre-du-mor http://lonelymountain.forumactif.org/t1420-destan-hello-darkness-my-old-friend http://lonelymountain.forumactif.org/t1452-destan-mist-shadow-and-wheat
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le gratin d'orc, vous connaissez ?

Revenir en haut Aller en bas
Le gratin d'orc, vous connaissez ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Saphira officiellement padawan
» Vous connaissez le courrier des enfer?
» L'histoire du vilain petit canard, vous connaissez ? Non ? Tant pis pour vous. (Xerxes)
» Vous connaissez SlenderMan?
» Vous connaissez Red Raven?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: partie rp du forum :: Southern Middle Earth :: Rohan-
hobbit rpg hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains Af Jarni Og Is hobbit nains thorin hobbit nains
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.