AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Thorin : Cherche naine pour se perdre dans sa chevelure durant un siècle a venir.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Meruva : Cherche complice pour rencontre fortuite.
Loìn : Cherche bébé dragon pour brûler les fesses d'un méchant nain.
Smaug est le bienvenue aussi, si il nous rend Erebor !
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
Une affaire... délicate...

Partagez|

Une affaire... délicate...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

REBOUTEUSE EN FOURRURE ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : La Fougère
♦ MESSAGES : 438
♦ RÉPUTATION : 728
♦ AVATAR : pom klementieff
♦ DC & co : Diema Hiima / Kutzeï /Ash
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible

— RACE DU PERSO : Lossoth / Dúnedain
— ORIGINAIRE DE : Forodwaith
— ÂGE DU PERSO : 31 ans
— RANG SOCIAL : riche en biens & pauvre en piécettes
— MÉTIER PRATIQUÉ : marchande nomade / Rebouteuse
— ARMES DU PERSO : ses p'tits doigts
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Lossoth
— VOYAGE AVEC : Firmen, son neveu de 7 ans et 5 chiens-loups aux mâchoires acérés
— AMOUREUSEMENT : Célibataire... avec des amants dans les coins.

MessageSujet: Une affaire... délicate... Ven 23 Juin 2017 - 20:14

.
<<>><<>><<>><<>><<>><<>><<>><<>>
.

Aussi loin qu’elle puisse s’en souvenir, Endriad n’était jamais au delà de l’Isengard, et encore, en de rares occasions. Ce nouvel environnement était une découverte. Les vastes étendues du Rohan s’ouvraient devant eux. Elle avait l’habitude du voyage, pourtant devant ce paysage, elle mesurait difficilement le chemin qui lui restait encore à parcourir jusqu’à Minas Tirtith. Elle se devait de faire confiance à Hadrian, il connaissait apparemment mieux ces contrées qu’elle même. Pourtant, pour une femme comme elle, il était ardue de s’en remettre à quelqu’un d’autre lorsqu’il s’agissait de faire un plan de route.

Même s’il avait prouvé durant les derniers jours qu’il n’était pas un danger, Endriad restait sur ses gardes. Après tout, il ne lui restait plus que cela, son sens du jugement. Si elle croyait en ses dires, son compagnon de route allait retrouver son fils, à Pelargir, plus au sud encore que sa propre destination. Cela la rassurait, tout comme le fait que Elwel l’eu accompagné par le passé. Un passé proche, la jeune femme les avait quitté récemment.

Firmin avait repris des forces et retrouvé rapidement son caractère sauvage, s’adaptant à ce nouvel environnement comme seul les enfants savaient le faire. L’esprit vagabondait, le regard épousait les détails avec une grande curiosité, apprivoisant par la même l’immensité de l’inconnu. Il en allait de même pour Hadrian dont ses yeux avaient du mal à se détacher malgré la froideur et la distance qu’il manifestait à son encontre. Endriad devinait assez facilement quels sentiments traversaient cette tête brune, de la méfiance autant que de l’admiration. Cette présence masculine évoquant un père absent attisait indubitablement le besoin de modèle que Firmin réclamait sans en avoir vraiment conscience.

Les longues journées de voyage étaient éprouvantes pour chacun, et sous ce soleil, avancer semblait d’autant plus fastidieux. Ce fût dans un rare coin un peu ombragé, près d’un cours d’eau calme que la petite troupe fit finalement halte pour se restaurer et prendre un de repos. Endriad avait trouvé dans la village précédent de quoi repriser ses affaires, ce qu’elle s’attelait à faire des que l’occasion se présentait. Si elle se sentait un peu déboussolée, la Lossoth était bien incapable de rester les bras ballants à attendre de se sentir mieux. C’était sa façon à elle de ne pas ressasser ce qu’ils avaient perdus injustement. Elle reconstruisait, difficilement, des petits riens qui prenaient malgré tout de l’importance dans de tels moments de confusion, s’instauraient en repères fixes face au chaos.

Elle regarda son neveu, son visage noirci et ses cheveux sales qui lui donnaient cet air de sortir tout droit des bois, alors qu’il s’amusait à jeter des cailloux dans l’eau pour effrayer les poissons. Cela n’allait pas lui plaire mais tant qu’ils étaient là, il fallait en profiter pour remplir leurs outres et se délester de la poussière accumulée depuis plusieurs jours. D’apparence Firmin apparaissait calme, mais sa tante était bien placée pour savoir qu’il ne fallait pas s’y fier. Alors, doucement, la Lossoth avait reposé son ouvrage avant de s’approcher du garçonnet.  

- il fait chaud, déclara-t-elle innocemment en posant une main tendre dans la crinière hirsute.

Les iris du gamin se braquèrent sur elle et il plissa les yeux avec une certaine méfiance. Qu’avait-elle donc encore en tête, l’adulte ? Peut-être avait-il déjà compris ce qu’elle s’apprêtait à négocier. Enfin, négocier était un grand mot, avec une tête de mule pareille, ça finissait souvent en contrainte.

- L’eau semble bonne…

- Nan

La Lossoth s’empêcha de lever les yeux au ciel, cela eu été trop flagrant alors que Firmin repoussait déjà sa main d’un geste de rebellions latent. Bien, ils allaient encore la jouer ainsi… une fois de plus. Mais au fond, cela montrait que rien n’avait vraiment changé et c’était finalement assez rassurant. Elle ne fût cependant pas assez rapide, l’enfant lui glissa des bras avant qu’elle n’ai réussi à l’enlacer correctement pour le retenir.

- Tu m’auras pas, sorcière, débita-t-il en s’éloignant d’un bond vif, la frimousse brillante d’une espièglerie nouvelle.

- Que tu crois, mon petit, que tu crois.

Le gamin tira la langue, s’amusant de ce jeu aux couleurs d’un passé pourtant pas si lointain, avant de filer comme un flèche pour se mettre à l’abri de son assaillante. A grands cris, la voix de la jeune femme essaya de raisonner cette esprit borné avant de s’en remettre à l’évidence. Elle remonta les manches de sa sous tunique avant de courser le gamin qui glissait comme une anguille à chaque fois qu’elle était sur le point de l’attraper. Il riait, facétieux et infatigable alors qu’il l’épuisait petit à petit. Sa tante n’était cependant pas du genre à baisser les bras devant ce caprice récurant.  

.
<<>><<>><<>><<>><<>><<>><<>><<>>
.

_________________

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1813-endriad-a-la-croisee- http://lonelymountain.forumactif.org/t1814-endriad-et-les-gens

SKILLFUL SWORDSMAN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Momo, Nasty, etc..
♦ MESSAGES : 127
♦ RÉPUTATION : 333
♦ AVATAR : Jack Huston - (c) Romanova
♦ DC & co : Kili, Bregil, Meruva, Taràk, Alayna
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Gondor vivant à Pelargir
— ORIGINAIRE DE : Laketown
— ÂGE DU PERSO : 28 belles années passées sur cette terre et encore de nombreuses autres à venir.
— RANG SOCIAL : Il n'est pas riche, loin de là, mais il n'est pas pauvre non plus, du moins a-t-il connu bien pire. Il est d'un rang modeste.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ca se conjugue au pluriel. Il touche un peu à tout ce qui peut lui revenir. Il fut cependant soldat et pratique encore en tant que forgeron.
— ARMES DU PERSO : Il possède un arc, principalement pour la chasse, ainsi qu'une épée qu'il manie parfaitement, une dague aussi, ainsi qu'une flèche brisée mais toutefois redoutable, même si elle ne lui sert pas d'arme mais seulement de souvenir.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Gondor
— VOYAGE AVEC : Son cheval, s'il ne finit pas par le manger
— AMOUREUSEMENT : Marié depuis cinq ans à Madeleine, une femme d'une grande beauté mais sans réelle présence. C'est un coeur à prendre.

MessageSujet: Re: Une affaire... délicate... Dim 25 Juin 2017 - 18:13

La petite troupe maintenant allégée de Elwel qui les avait quitté peu après Isengar s'accordait un repos bien mérité. Il leur restait encore les deux tiers du chemin à parcourir pour arriver jusqu'à Minas Tirith, destination finale de la jeune femme et du garçon qui l'accompagnaient maintenant mais il lui restait encore quelques semaines avant de retrouver lui-même son fils et par la même occasion, sa femme. Il n'aurait pu dire si le départ de la mangeuse de céréales créait un vide en lui mais il était sûr que cela faisait bizarre. Elle avait étrangement marqué sa vie de ses habitudes et il ne pouvait s'empêcher de penser à elle chaque fois qu'il allumait un feu ou voyait son cheval brouter de l'herbe. Quelle drôle d'idée. Il s'était beaucoup moqué de son régime alimentaire digne d'une bête à corne mais il avait tout de même apprécié sa compagnie, d'autant plus qu'elle lui avait porté chance et permis de retrouver sa sœur.
Il avait troqué sa compagnie contre celle d'une femme qui n'avait pas son pareil. Endriad avait le don de l'émerveiller mais cela aussi, il n'était pas prêt à le reconnaître. Elle était sans doute aussi forte et courageuse qu'un homme, hormis lui bien entendu. Le jeune Firmin lui rappelait constamment son fils bien que plus téméraire et bien moins obéissant. Hadrian s'efforçait de ne pas se mêler des affaires du duo, se contentant de vivre sa petite vie en les accompagnant. Il avait accepté qu'ils cheminent ensemble ou plutôt, il leur avait proposé de voyager côte à côte puisqu'ils allaient dans la même direction. Cela lui permettait de se sentir moins seul et par la même occasion, de garder un œil sur la petite famille pour les mener à bon port.

Voyager était difficile pour tout le monde. Ils ne possédaient qu'un cheval pour trois, qu'il mettait à disposition de la femme et du garçon quand ils se sentaient trop fatigués pour poursuivre mais qu'il avait encore la force d'avancer avant d'établir un campement. Le gamin avait été difficile à mettre sur le dos de l'animal mais après l'avoir menacé de l'y attacher alors qu'il piquait une crise de fatigue, il avait fini par s'y endormir. La jeune femme quant à elle, s'était montrée quelque peu réticente mais il savait se montrer persuasif et en cas de nécessité, elle avait monté le cheval qui s'était montré heureusement fort docile. Son cheval avait son caractère, il était sa seule famille quand il était sur les routes et c'était souvent lui qui décidait quand les pauses devaient se faire, en choisissant un coin qui lui semblait fort avantageux pour son estomac. Endriad ne semblait pas très à l'aise sur le dos du mastodonte et il avait dû lui expliquer deux trois trucs à propos des chevaux mais elle avait bien fini par s'y faire s'ils voulaient pouvoir arriver un jour à Minas Tirith. Hadrian n'avait cependant rien d'un sur-homme et il éprouvait lui-même le besoin de se restaurer, quand bien même il avait hâte d'être arrivé à destination.
Le rohan n'avait pas son pareil, l'homme avait tellement voyagé qu'il lui suffisait de fermer les yeux et respirer un bon coup pour savoir dans quelle région il se trouvait. Il avait passé tellement de temps au Rohan comme au Gondor maintenant qu'il se sentait familier avec les deux régions mais il y avait une odeur qu'il ne pouvait oublier, une odeur sans pareil, c'était bien celle de Laketown où il avait grandi. Se promener dans le port de Pélargir lui rappelait cette odeur de poisson et d'humidité qui leur collait à la peau, comme s'il avait plu toute la journée.

Le Rohan n'était qu'étendue de verdure à perte de vue, un paysage bien différent de celui vallonné de l'Eriador. L'herbe dégageait une douce odeur et sa vue avait quelque chose de réconfortant. Le ruisseau au bord duquel ils avaient décidé de faire une halte ressemblait à un joyau d'or pur dans cet écrin de verdure. L'eau était belle et claire malgré son lit de sable, l'eau relativement profonde, on pouvait voir les poissons nager au fond de l'eau à contre courant avant que la surface ne soit troublée par un caillou jeté dans l'eau, perturbant la vie du cours.
Firmin était un élément perturbateur, jamais tranquille, comme un torrent. Il lui avait semblé relativement paisible jusqu'à ce qu'il retrouve ses forces après l'épreuve qu'il avait subi. Parfois, il lui prenait l'envie de le remettre à sa place mais il ne s'agissait pas de son fils et le garçon était du ressort de sa tante. Il n'interviendrait que si cette dernière le lui demandait, quand bien même il se sentait tenté par une petite réprimande quant à son comportement.

Les bras chargés de bois mort, il les jeta au milieu de leur camp. Il faisait chaud mais il leur fallait un feu pour éloigner les bêtes et cuire leur repas à venir. Il avait posé des pièges près du ruisseau en ramassant du bois, espérant dénicher une proie bien fraiche qui aurait profité du ruisseau pour se désaltérer. Si jamais il n'attrapait rien, ils pourraient toujours attraper quelques poissons si le mioche ne les effrayait pas tous. Pendant une seconde, il avait imaginé qu'un caillou effraie un poisson au point de le tuer mais cela aurait été bien trop beau.
Il faisait chaud, bien trop chaud pour allumer le feu tout de suite et un débat faisait visiblement jour entre les deux. La jeune femme semblait décidée à laver son neveu qui ne l'entendait pas de cette oreille. Il faisait également bien trop chaud pour courir après un enfant sous cette chaleur mais il était vrai qu'on pouvait sentir l'enfant d'ici et même le méprendre pour ce peuple venant d'au delà du Gondor. Les deux adultes n'étaient pas dans un meilleur état cela dit, voyager n'épargnait personne et Hadrian n'était pas célèbre pour son hygiène en voyage. Pourtant, il devait bien avouer que l'eau faisait envie. Il retira sa tunique d'un geste, se disant que s'il la lavait maintenant, elle serait bien sèche pour ce soir avec ce soleil. Alors il la jeta dans le ruisseau où elle coula avant de commencer à être emportée. Il enleva ses chausses avant de plonger à sa rescousse avant de sortir de l'eau, sa tunique trempée d'eau fraiche.

L'enfant courrait toujours, Endriad sur ses talons. Cela ressemblait plus à un jeu qu'autre chose et l'homme se sentait d'humeur légère lui aussi. Il couru à l'aide de la jeune femme, tunique en main et arrivé à sa hauteur, il la fit tournoyer au dessus de sa tête, projetant ainsi des milliers de gouttelettes sur tout le monde. « Besoin d'aide ? » demanda-t-il d'un air rieur à la jeune femme au visage rouge sous la chaleur. « S'il ne vient pas à l'eau, pourquoi ne pas amener l'eau à lui ? »

_________________
From North to South. From East to West. I will turn every stone and even more in order to see you again. Just wait for me to hold you again, little sister don't miss me longer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1993-hadrian-the-lady-man

REBOUTEUSE EN FOURRURE ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : La Fougère
♦ MESSAGES : 438
♦ RÉPUTATION : 728
♦ AVATAR : pom klementieff
♦ DC & co : Diema Hiima / Kutzeï /Ash
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible

— RACE DU PERSO : Lossoth / Dúnedain
— ORIGINAIRE DE : Forodwaith
— ÂGE DU PERSO : 31 ans
— RANG SOCIAL : riche en biens & pauvre en piécettes
— MÉTIER PRATIQUÉ : marchande nomade / Rebouteuse
— ARMES DU PERSO : ses p'tits doigts
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Lossoth
— VOYAGE AVEC : Firmen, son neveu de 7 ans et 5 chiens-loups aux mâchoires acérés
— AMOUREUSEMENT : Célibataire... avec des amants dans les coins.

MessageSujet: Re: Une affaire... délicate... Dim 25 Juin 2017 - 19:48

.
<<>><<>><<>><<>><<>><<>><<>><<>>
/

S’il y avait bien une chose qu’Endriad connaissait mal, c’était bien cheveux. C’était finalement à peine si elle savait monter correctement. Ca manquait cruellement de stabilité ces bestioles là. La stabilité de ses deux pieds touchant terre était bien plus rassurante. Pourtant, nécessité faisait loi, le voyage était long et fatiguant, il fallait bien qu’elle apprenne à se ménager un peu pour tenir la distance. Hadrian avait fait ce qu’il avait pu pour lui expliquer quelques astuces mais rien ne valait pourtant une bonne halte après cette chevauché chaotiques et déstabilisante.

Firmin avait toujours eu un caractère prononcé, mais plus il grandissait plus il s’affirmait, pas toujours pour le mieux d’ailleurs. S’il avait encore besoin de son affection, le gamin tendait à s’émanciper, un peu trop rapidement à son goût. A présent, elle ne doutait plus vraiment, le fils était pire que le père, qui n’était pas des plus calmes et des plus accommodants à l’époque. Voila une remarque que la Lossoth gardait précieusement pour elle, cette comparaison n’aurait sans doute fait qu’encourager l’enfant dans cette voie.

La chaleur lui montait au visage à s’agiter ainsi sous ce soleil de plomb. Elle s’arrêta un instant, soufflant un peu en essuyant son front d’un geste, repoussant les mèches sombres qui collaient ses tempes. Firmin, la mine radieuse se moquait plus ou moins ouvertement du fait qu’il la faisait tourner en bourrique, pour ne pas changer. Sa petite sieste lui avait redonné trop d’énergie. Il lui fallait trouver une stratégie, ou de l’aide. Elle hésitait tout de même à recourir à la poigne masculine, après tout c’était leur histoire à eux.  

Son regard bifurqua vers son compagnon de route qui n’avait rien trouvé de mieux que de montrer l’exemple, ironiquement. Avec les rayons qui brulaient sa nuque et son corps passablement échauffé par la poursuite, elle aurait volontiers laissé Firmin à ses caprices pour faire de même. Endriad avait trop d’amour propre cependant pour renoncer au défi qu’elle s’était lancée. Une expression ennuyée s’empara de ses traits, bien vite atténuée par ses yeux qui s’attardèrent un peu trop longtemps sur Hadrian. Oh non, ce n’était pas vraiment le moment pour prêter attention à l’anatomie de l’homme. Premièrement il était marié, et deuxièmement ils voyageaient ensemble, ce qui donnait deux bonnes raisons d’ignorer ce genre de détails sous peine de se retrouver dans une situation d’autant plus délicate.

- Viens ici mon petit poussin… Ou tu vas le regretter, sourit-elle avec malice.

La Lossoth se reconcentra sur son neveu, se redressant, prête à reprendre le combat, affichant le même regard que l’enfant. Parfois, on ne pouvait nier qu’ils avaient quelque chose de similaire à force de vivre ensemble. Endriad pouvait elle aussi se montrer très têtue et trop téméraire. Firmin tira la grimace. Ce genre de petit surnom ridiculement mielleux n’était guère de son goût, et encore mois lorsque ils n’étaient pas seuls. Et la course poursuite reprit de plus belle sans attendre l’intervention qui arrivait à grand pas.

Si les goutes d’eau autant que le ton la surprirent une seconde, elle apprécia néanmoins la fraicheur distillée sur son visage brûlant. Jusqu’ici, ce qu’elle avait vu d’Hadrian n’avait rien avoir avec ce brusque sursaut de bonne humeur. Après tout, la Lossoth n’avait pas non plus montrée  son visage le plus jovial depuis qu’ils s’étaient rencontrés, à juste titre lorsqu’on savait d’où ils revenaient. Un peu d’amusement et de détente ne pouvaient pas faire de mal dans le fond, la morosité n’arrangeait rien. Puisqu’ils devaient partager les semaines à venir, une alliance face à ce petit gobelin bravache serait au moins un peu plus reposant.

- Ca ne suffira pas à le décrasser mais c’est un bon début. Tu l’attrapes, je le noie, se laissa-t-elle aller à la plaisanterie, l’oeil brillant, dans un sourire.

Ou peut-être que cela ne serait pas nécéssaire…. Firmin était encore occupé à éponger les goûtes qui perlaient sur sa figure, il posa un regard noir sur l’homme qui devenait à son tour un ennemi. Ainsi, il baissa suffisamment sa garde, laissant le laps de temps suffisant à sa tante pour se jeter sur lui et le maintenir fermement entre ses bras.

- Lâche-moi sorcière, brailla-t-il en se débattant sans pitié.

Firmin était encore jeune mais sa force physique était déjà développé par la vie en pleine nature qu’ils menaient. Si sa tante faisait encore bien une tête de plus que le gamin, le maintenir ainsi n’était pas si facile. Son corps fin se tortillait dans tous les sens et glissait comme une anguille fraichement sortie de l’eau. Endriad tenait, tentant de le tirer vers la berge, manquant de se prendre quelques coups au passage. Elle jeta un regard à Hadrian, espérant sincèrement qu’il intervienne avant qu’elle n’hérite d’une jolie collection de bleus. Ce gamin était une vrai tête de lard, il ne lâchait prise que lorsqu’il était trop tard ou qu’une menace faisait suffisamment d’effet, ce qui était rare en vérité. Il n’y avait encore que son grand père pour le pétrifier totalement. C’était un fait, il la prenait vraiment trop pour sa mère, ce qui n’était pas loin d’être le cas à force, et passait son temps à tester les limites.

.
<<>><<>><<>><<>><<>><<>><<>><<>>

_________________

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1813-endriad-a-la-croisee- http://lonelymountain.forumactif.org/t1814-endriad-et-les-gens

SKILLFUL SWORDSMAN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Momo, Nasty, etc..
♦ MESSAGES : 127
♦ RÉPUTATION : 333
♦ AVATAR : Jack Huston - (c) Romanova
♦ DC & co : Kili, Bregil, Meruva, Taràk, Alayna
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Gondor vivant à Pelargir
— ORIGINAIRE DE : Laketown
— ÂGE DU PERSO : 28 belles années passées sur cette terre et encore de nombreuses autres à venir.
— RANG SOCIAL : Il n'est pas riche, loin de là, mais il n'est pas pauvre non plus, du moins a-t-il connu bien pire. Il est d'un rang modeste.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ca se conjugue au pluriel. Il touche un peu à tout ce qui peut lui revenir. Il fut cependant soldat et pratique encore en tant que forgeron.
— ARMES DU PERSO : Il possède un arc, principalement pour la chasse, ainsi qu'une épée qu'il manie parfaitement, une dague aussi, ainsi qu'une flèche brisée mais toutefois redoutable, même si elle ne lui sert pas d'arme mais seulement de souvenir.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Gondor
— VOYAGE AVEC : Son cheval, s'il ne finit pas par le manger
— AMOUREUSEMENT : Marié depuis cinq ans à Madeleine, une femme d'une grande beauté mais sans réelle présence. C'est un coeur à prendre.

MessageSujet: Re: Une affaire... délicate... Dim 9 Juil 2017 - 10:31

L'eau était une denrée rare dans certaines régions, une denrée précieuse que l'on ne pouvait gaspiller pour une simple question d'hygiène. C'est pour cela que les Hommes vivaient si près de l'eau, parce que leur survie en dépendait. Le plus rare était les sources d'eau potable, cette eau que l'on pouvait boire sans risquer une colique carabinée à cause de quelque chose dans l'eau croupie pendant des journées sans pluie. C'était aussi pour cela qu'ils privilégiaient les courts d'eau plutôt que l'eau stagnante. Il était dit qu'à une époque, les Hommes voyageaient pour suivre ces ressources nécessaires à leur survie. Hadrian n'avait pas connu cette époque et s'il n'avait pas à se déplacer pour suivre le gibier, il devait cependant voyager pour apporter du pain dans la bouche de son fils.

Certaines régions étaient plus abondantes en ressources que d'autres et il n'y avait nul besoin de s'interroger sur la raison de la présence d'un si grand nombre de chevaux au Rohan par exemple. Avec cette herbe abondante, ces arbres déployant leurs branches comme un sanctuaire ombragé, ces rivières coulants à flots, on aurait dit un paradis sur terre. Hadrian avait vécu en ces terres pendant quelques années en tant qu'esclave chez un maitre forgeron. Ce n'avait pas été les pires années de sa vie, il avait eu un toit et de la nourriture et on lui avait finalement dispensé une forme d'éducation avant qu'il ne décide de fuir pour s'enrôler dans l'armée. C'était il y a bien des années, alors qu'il était encore jeune et sans enfant, une situation qui avait vite évolué après qu'il eut rencontré Madeleine.

Il n'était pas mécontent d'avoir un fils, avoir une fille l'aurait rendu tout aussi heureux si ce n'était plus mais il avait été piégé dans ce mariage qui avait du être précipité à cause de cette femme venimeuse et folle qui s'était imaginée une vie à ses côtés. S'il avait eu une chose à changer, ce n'était pas Svenn mais bien son épouse que le destin tardait à venir réclamer. Il se sentait emprisonné dans ses responsabilités, un sentiment qui le forçait à prendre la route plus que de rigueur et l'empêchait de regarder grandir son fils comme il l'aurait souhaité.
Firmen lui rappelait son petit garçon tout aussi joueur que lui quoique moins provocateur. Il avait appris à apprécier le jeune garçon pendant les semaines qu'ils avaient passé ensemble, à observer la relation qui liait les deux. Il comprenait un peu le gamin, il avait été jeune lui aussi et certainement pas plus facile à son âge. Personne n'aimait prendre un bain, surtout dans cette eau froide mais par la chaleur et le voyage, il fallait bien se décrasser si l'on ne voulait pas tomber malade.

Torse nu, le soleil se reflétant sur sa peau humide, il gratifia la jeune femme d'un clin d’œil complice avant de forcer le regard dans une direction pour lui indiquer son intention de prendre le jeune garçon de ce sens là pendant qu'elle allait de l'autre. Il leur fallait se montrer astucieux s'ils volaient pouvoir l'attraper suffisamment longtemps pour essuyer cette crasse de son visage car encore un peu et il serait capable de se fondre dans la terre, parfaitement camouflé. Cela suffit en tout cas à déboussoler le mioche qui baissa légèrement sa garde, suffisamment du moins pour permettre à sa tante de l'attraper.
Hadrian partit à rire à gorge déployée devant la mine déconfite du gamin qui ne se laissait toujours pas faire malgré sa défaite. Il aimait sa détermination et sa fougue, il ferait un bon guerrier, c'était évident. Voyant la jeune femme en proie à ce fauve d'énergie, il se hâta de la rejoindre en quelque pas, attrapant le gamin par la taille, il le jeta par dessus son épaule et couru jusqu'au court d'eau. Firmen ne se laissa pas faire, rouant de coups son kidnappeur qui commençait à ressentir une vive douleur au niveau des reins mais il ne le lâcha pas tant qu'il ne se trouvait pas dans l'eau, jetant le sale mioche dans l'eau froide comme s'il eut s'agit d'un vulgaire sac à patate.

« Accepte la défaite et tu en seras récompensé ! » s'exclama-t-il d'un ton sérieux trahi par le sourire en coin qu'il arborait. « Un valeureux guerrier est un guerrier propre. Tu ne peux pas surprendre tes ennemis s'ils peuvent te sentir venir à des kilomètres. » Sur ces paroles, il appuya sur la tête du gamin pour lui faire boire la tasse sans chercher à le noyer et se jeta à son tour sous l'eau à la manière d'un canard.
Les cheveux trempés et l'eau dégoulinant sur son corps à moitié dévêtu, il lança un regard à sa compagne de voyage avant de balancer d'un coup de bras une grande quantité d'eau dans sa direction pour l'éclabousser. « Tu viens où on doit venir te chercher aussi ? »

_________________
From North to South. From East to West. I will turn every stone and even more in order to see you again. Just wait for me to hold you again, little sister don't miss me longer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1993-hadrian-the-lady-man

REBOUTEUSE EN FOURRURE ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : La Fougère
♦ MESSAGES : 438
♦ RÉPUTATION : 728
♦ AVATAR : pom klementieff
♦ DC & co : Diema Hiima / Kutzeï /Ash
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible

— RACE DU PERSO : Lossoth / Dúnedain
— ORIGINAIRE DE : Forodwaith
— ÂGE DU PERSO : 31 ans
— RANG SOCIAL : riche en biens & pauvre en piécettes
— MÉTIER PRATIQUÉ : marchande nomade / Rebouteuse
— ARMES DU PERSO : ses p'tits doigts
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Lossoth
— VOYAGE AVEC : Firmen, son neveu de 7 ans et 5 chiens-loups aux mâchoires acérés
— AMOUREUSEMENT : Célibataire... avec des amants dans les coins.

MessageSujet: Re: Une affaire... délicate... Ven 28 Juil 2017 - 20:24

.
<<>><><<>><<>><><<>><<>><><<>>

L’eau, elle était à la fois salvatrice et dangereuse. Endriad avait grandit ainsi, dans la glace et la neige. Et bien qu’elle n’eu pas manqué de cette ressource, l’hygiène d’un Lossoth ne passait pas par l’abus de bains. A vrai dire, finir à l’eau finissait par vouloir dire y rester coincé pour l’éternité. Mais parfois, plus au sud-ouest, lorsqu’elle des jours meilleurs arrivaient il était de bon ton de se délester de ses parures hivernales pour procéder à un bon nettoyage de printemps. Et plus on observait Firmen plus on se rendait compte que le sien remontait à trop longtemps. Surtout qu’avec le voyage et cette chaleur il devait bouillir sous ses vêtements. Il émanait de lui une odeur peu appréciable de fauve et de vase qui ne semblait pourtant pas le déranger outre mesure.

Cette fois-ci l’enfant pouvait bien se débattre et hurler tous les noms d’oiseaux qui lui passaient par la tête que cela ne changerait pas l’issue de ce combat. Endriad le tenait pour de bon et elle comptait sur le soutient d’un autre adulte qui devait aussi subir le fumet si délicatement piquant  du garçonnet. Au lieu de rire cela dit, elle aurait préféré s’être déjà débarrasser de cet asticot qui venait de lui coller un coup de coude dans le ventre sans grande douceur. La Lossoth lâcha une exclamation de surprise autant que de douleur. Ce n’était rien de grave mais ça désarçonnait tout de même sur le moment.

Heureusement, c’est à ce moment là qu’Hadrian se décida à prendre le relais, avec bien plus de facilité. Il souleva le gamin turbulent comme si de rien n’était ou presque. Dans tout les cas, on voyait bien une différence notable dans la façon de s’y prendre. Elle l’aurait presque jalousé pour posséder une force capable de faire entendre raison à ce satané gosse. On avait pas fini de rêver cependant, pour elle ce serait toujours une sacrée paire de manche, et avec les années cela n’irait certainement pas en s’arrangeant. Tout en frotant le coté où elle avait prit le coup, Endriad se rapprochât de l’eau en souriant néanmoins, bien trop contente de voir émerger la frimousse déconfite de Firmen.

- Exactement ! Ton père n’aurait pas mieux dit, acquiesça la jeune femme avant d’ouvrir de grands yeux.

L’espace d’une seconde elle se demanda tout de même si elle devait intervenir avant que son neveu ne finisse par développer un système pour respirer sous l’eau à force de boire la tasse. Elle avait pourtant juré de le noyer elle-même mais sa résolution n’était que poudre aux yeux devant la réalité. Devant la constatation quasi certaine que ce n’était qu’un jeu, elle leva les yeux les ciel dans un sourire soulagé par la dernière remarque, qui lui était directement adressée.

- Tu es bien trop confiant... Un enfant c'est facile en comparaison.

Elle releva un sourcil, clairement rieuse mais tout de même un peu orgueilleuse, puis jeta un oeil à son ouvrage délaissée un peu plus loin. Ca pouvait bien attendre un peu. Aux éclaboussures, elle pouvait ressentir la fraicheur vivifiante de l’eau claire. Firmen en rajouta une couche sans se faire attendre, s’ébrouant comme une bête avant de filer un peu plus loin de peur des représailles. La canaille faisait encore sa mauvaise tête, un vrai mauvais perdant.

La jeune femme se délesta de ses chaussures et de son pantalon de toile épaisse sur la berge. Sur ses jambes, couvertes en partie par sa sous tunique faite d’un tissus plus fin, on pouvait voir le témoignage de ses origines. Si Endriad n’avait aucun tatouage sur le visage, elle n’avait pas échappée à cette tradition pour autant. Des cercles bruns aux motifs géométriques encerclaient ses bras et les mollets, plus secs que ne l’aurait laissé deviner ses larges vêtements. Mais enfin, ce n’était pas une femme d’intérieur qui se prélassait d’un fauteuil à un autre avec son ouvrage de broderie. Elle se serait d’ailleurs terriblement ennuyée si sa vie avait été faite de ce genre de quotidien répétitif.

Quand elle se glissa dans la rivière la température lui parue idéale, sans doute un peu froide pour d’autres, mais enfin, en comparaison du Forodwaith tout semblait brûlant, ou presque. Elle se laissa couler avant de faire quelques brasses, appréciant les clapotis apaisant, le doux courant qui enlaçait son corps dans ses bras. Pour quelques minutes au moins, elle oubliait les soucis, le feu et le sang. Tout paraissait si paisible et elle aurait presque aimé que cela dure un âge.  

<<>><><<>><<>><><<>><<>><><<>>
.

_________________

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1813-endriad-a-la-croisee- http://lonelymountain.forumactif.org/t1814-endriad-et-les-gens

SKILLFUL SWORDSMAN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Momo, Nasty, etc..
♦ MESSAGES : 127
♦ RÉPUTATION : 333
♦ AVATAR : Jack Huston - (c) Romanova
♦ DC & co : Kili, Bregil, Meruva, Taràk, Alayna
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Gondor vivant à Pelargir
— ORIGINAIRE DE : Laketown
— ÂGE DU PERSO : 28 belles années passées sur cette terre et encore de nombreuses autres à venir.
— RANG SOCIAL : Il n'est pas riche, loin de là, mais il n'est pas pauvre non plus, du moins a-t-il connu bien pire. Il est d'un rang modeste.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ca se conjugue au pluriel. Il touche un peu à tout ce qui peut lui revenir. Il fut cependant soldat et pratique encore en tant que forgeron.
— ARMES DU PERSO : Il possède un arc, principalement pour la chasse, ainsi qu'une épée qu'il manie parfaitement, une dague aussi, ainsi qu'une flèche brisée mais toutefois redoutable, même si elle ne lui sert pas d'arme mais seulement de souvenir.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Gondor
— VOYAGE AVEC : Son cheval, s'il ne finit pas par le manger
— AMOUREUSEMENT : Marié depuis cinq ans à Madeleine, une femme d'une grande beauté mais sans réelle présence. C'est un coeur à prendre.

MessageSujet: Re: Une affaire... délicate... Dim 30 Juil 2017 - 18:37

Hadrian n'avait pas passé d'aussi bon moment en famille depuis longtemps. C'est ce qu'il pensait et il se stoppa net, légèrement interpelé par cette vision. Il avait un fils et une femme et jamais il n'avait partagé ce genre de moment avec eux, rien d'aussi divertissant. A bien y réfléchir, il n'avait jamais considéré Madeleine comme sa famille, juste comme sa femme et cela était bien étrange, il fallait l'avouer. Il réalisait alors qu'il n'avait aucun sentiment à son égard, rien de familial en tout cas et quand bien même il le savait au fond de lui, il fallait bien avouer qu'y faire face avait de quoi le surprendre.
Il ne voyageait avec Endriad et Firmen que depuis quelques semaines et voilà qu'il les voyait comme une famille, une famille à laquelle il n'appartenait pourtant pas mais au milieu de laquelle il se sentait bien. Il se sentait heureux. Un sentiment de culpabilité le saisit alors qu'il pensait à son fils, seul avec sa mère et avec qui il n'avait jusque là pas partagé ce genre de moment fort à cause de ses activités. Il était un mauvais père, il le réalisait soudainement alors qu'il s'était toujours imaginé ne pas être un mauvais bougre. Plutôt que de se laisser abattre par cette pensée, il se promit de se rattraper dès qu'il le retrouverait, l'emmenant pécher et également faire de longues chevauchés. Dorénavant, il serait là pour lui, il serait un bon père pour lui.

L'eau était fraiche et agréable mais elle n'avait rien à voir avec le frisson qui lui parcourut l'échine lorsque la jeune femme commença à se déshabiller pour ne garder que ces sous-vêtements. Il avait lui-même gardé son caleçon long pour ne pas l'embarrasser mais la voir se dévoiler ainsi lui procurait un sentiment indescriptible. Il n'avait pas remarqué à quelle point elle était petite et menue sous ses couches de vêtements qui devaient lui procurer une chaleur insoutenable sous ce soleil. Il ne comprenait pas ce qui pouvait l'amener à rester ainsi vêtue par cette saison.
Cependant, ce qui attira bien davantage son regard était les marques sur ses membres, du moins ce que ses vêtements dévoilaient soudainement. Il n'avait rien remarqué jusqu'à aujourd'hui et jamais il n'avait observé pareilles marques sur le corps d'une femme. Il lui arrivait d'oublier que le peuple de la jeune femme ne partageait pas les même pratiques que le sien mais il se sentait si proche d'elle qu'il avait tendance à oublier qu'elle était une Lossoth et pourtant, une part de lui n'aurait jamais pu l'oublier. Endriad n'avait rien à voir avec les femmes qu'il avait jusque là côtoyé et c'est ce qu'il appréciait le plus chez elle et dans sa compagnie. Être auprès d'elle, c'était comme être auprès d'un compagnon de voyage, être auprès d'un homme et aussi d'une femme. Une femme, c'était maintenant une évidence alors que l'eau dévoilait ses courbes en collant ses vêtements contre son corps et il était bien venu que l'eau soit si froide car Hadrian n'aurait pas été en mesure de jurer de la maîtrise de son propre corps et en particulier d'une certaine partie.
S'allongeant dans l'eau, il se laissa un peu flotter, s'abandonnant plusieurs fois au courant avant de nager à la hauteur de la jeune femme tout en lui laissant suffisamment d'espace personnel. Il mit la tête plusieurs fois sous l'eau, tant pour se rafraichir les idées que pour se laver la tête. Il n'avait aucun savon mais l'eau claire restait mieux que rien. S'il avait eu le courage, il serait parti en quête des racines d'une plante saponaire mais il se sentait trop bien pour bouger.

Il flottait tranquillement depuis quelques minutes, observant la jeune femme sans vraiment la regarder, son regard fixe sur elle sans le réaliser. Il se redressa subitement dans l'eau en remarquant son impolitesse et se laissa tomber sur le dos pour masquer sa gêne. Il remonta alors à la surface, ne laissant dépasser que la tête et comme un enfant, il recracha l'eau comme une petite fontaine avant de poser les yeux sur la jeune femme. « Que veulent dire les marques sur tes membres ? » lui demanda-t-il de but en blanc, son regard perçant la fixant avec insistance. Il ne parvenait pas à détacher son esprit de ce qu'il apercevait et quand bien même sa question pouvait être déplacée, il se moquait bien de ce qu'elle devait penser.

_________________
From North to South. From East to West. I will turn every stone and even more in order to see you again. Just wait for me to hold you again, little sister don't miss me longer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1993-hadrian-the-lady-man

REBOUTEUSE EN FOURRURE ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : La Fougère
♦ MESSAGES : 438
♦ RÉPUTATION : 728
♦ AVATAR : pom klementieff
♦ DC & co : Diema Hiima / Kutzeï /Ash
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible

— RACE DU PERSO : Lossoth / Dúnedain
— ORIGINAIRE DE : Forodwaith
— ÂGE DU PERSO : 31 ans
— RANG SOCIAL : riche en biens & pauvre en piécettes
— MÉTIER PRATIQUÉ : marchande nomade / Rebouteuse
— ARMES DU PERSO : ses p'tits doigts
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Lossoth
— VOYAGE AVEC : Firmen, son neveu de 7 ans et 5 chiens-loups aux mâchoires acérés
— AMOUREUSEMENT : Célibataire... avec des amants dans les coins.

MessageSujet: Re: Une affaire... délicate... Dim 6 Aoû 2017 - 23:01

.
<><><<>><<>><<><>><<>><<>><><>

On ne passait jamais assez de temps avec ceux qui nous était le plus cher. Parfois, il arrivait même qu’on dû se résoudre à s’éloigner d’eux, que ce n’étaient pas ces derniers qui partaient au loin durant de long mois. Endriad connaissait bien ce sentiment, les moments trop brefs passés ensemble, à se déchirer plutôt qu’à profiter du temps présent.  Et les regrets… inhérent à ces choix qu’on aurait aimé faire, à ceux devant lesquels on se sentait tellement impuissant.

Quand le temps cessait de vous courir après, que restait-il ? Souvent encore, elle forçait les souvenirs à resurgir,  le visage de sa mère partie trop tôt, la silhouette sombre de son père se découpant dans le lointain parsemé de givre. L’absence était dure, malgré l’amour qu’Endriad avait donné à ses cadets comme s’ils étaient sortie de ses propres entrailles.

Peut-être que oui, ce n’était qu’une illusion qui les entourait ici, mais elle était agréable après les temps de doutes, les mutineries de Firmen qui grandissaient bien trop vite et aussi, la perte d’Aaxion. Cette bulle dans laquelle elle nageait à cet instant la portait comme un espoir dont elle ne se sentait parfois plus vraiment capable de porter le fardeau. Elle avait quitté les siens pour cette vie là, c’était sa place, et si elle était libre, c’était aussi difficile et plein de solitude. Ce que cet enfant avait apporté à ses jours et ses nuits ne laisserait qu’un grand vide d’ici trop peu de temps.

Endriad ne s’était jamais plainte, l’âpreté de l’existence n’était rien, on s’y faisait, on l’apprenait aux plus jeunes. Même perdue, à bout de souffle jamais elle n’avait su abandonner, avouer qu’elle était vaincue. Mais bien des questions étaient née dans son esprit depuis la mort de son second frère. Et si, elle s’était trompée, tout comme lui, en croyant bien faire tout en ignorant le principal, en tournant pratiquement le dos à sa culture. La Lossoth se laissait porter par le courant, lui qui ne connaissait jamais ce genre d’interrogations profondes.

Les bruits de la nature étaient doux à ses oreilles, simple et harmonieux comme une mélodie, le soleil la réchauffait jusque ici. Elle ouvrit les yeux lentement, alertée par cette présence à ses cotés qui créaient des remous nouveaux dans l’eau, entrant dans son cercle avec une retenue pourtant appréciable. Sans doute aurait-elle dû dire quelle chose, mais étrangement, elle n’en ressentait pas le besoin, ça n’avait rien d’une obligation. Reprenant la brasse, la jeune femme garda cependant un oeil plus curieux qu’inquiet sur son compagnon de voyage.

Ils avaient voyagé jusqu’ici et il n’y avait rien de tel que cette promiscuité de nécessité pour apprendre à connaitre quelqu’un. Des longs discourts n’étaient pas indispensables, très rapidement les habitudes s’avéraient compatibles ou non, et on comprenait que la cohabitation serait aisée ou un vrai calvaire. Hadrian était un homme méfiant, sans doute un peu trop orgueilleux, rude par certains aspects et pourtant, derrière lui aussi avait une famille, un fils qu’il semblait si pressé de rejoindre. C’était quelqu’un de bon au final, qui savait combien la vie pouvait s’avérer dure,  Endriad n’en doutait plus depuis un moment déjà. Des riens finalement, mais des riens qui étaient limpides à ses yeux, car elle pouvait se retrouver là dedans et lui accorder ainsi une certaine confiance.

Franche, abrupte certainement, ainsi fut la question qui lui parvint brusquement. Sans même sans rendre compte elle regarda ses avant bras devant elle, déformés par les vaguelettes à la surface de la rivière. Avec l’habitude, elle ne prêtait plus attention, ses marques faisaient partie de son corps au même titre que son nez ou ses ongles. Il était pourtant vrai que pour les gens du sud, ce n’était pas anecdotique.

- Oh ça , sourit-elle, bien consciente de son moment de latence. »

Elle ne voyait pas de mal fondé à se montrer curieux, même sans y mettre des formes plus enjolivés. Ils partageaient bien des repas, cette eau, et même les caprices de Firmen alors, elle n’y voyait strictement nulle offense. Endriad n’était idiote pour autant, se doutant bien qu’il n’avait pas vraiment détourné les yeux jusqu’ici. Mais enfin, elle avait passé l’âge et suffisamment sillonné les routes pour jouer les vierges effarouchées pour si peu.

- Celui-ci , déclara-t-elle en tendant le bras dans sa direction, désignant le premier cercle, c’était pour ma majorité, j’avais 14 ans. Je suis devenue la mère de mes frères et soeurs, si on veut. Et celui-là, c’était pour la fin de mon apprentissage avec la guérisseuse. Et celui ci, c’est lorsque j’ai décidé de quitter ma tribu.

Toute sa vie ou du moins, les moments les plus importants, étaient inscris ici, sur sa peau, dans un langage d’images et de symboles. Il y avait des moments de joie, des moments bien plus tristes, rien qu’elle ne puisse oublier jusqu’à sa mort. Et même si sa mémoire lui faisait défaut, quelqu’un à des milliers de kilomètre serait toujours capable de retracer son histoire pour la lui raconter. Il y avait longtemps qu’elle n’avait plus posé les yeux dessus ainsi.

Elle caressa le dernier cercle dont elle avait expliqué la signification, plongeant un instant dans ses pensées. Oui, c’était son choix et l’encre indélébile était encore là pour lui rappeler qu’ils avaient accepté ce que son coeur lui avait dicté alors. Pouvait-elle seulement décevoir les siens ? Non, sans doute que non. Un sourire éclaira son visage, ses doigts parcourraient toujours le dessin avec une certaine tendresse. C’était là, ça ne partirait pas, et cela la rassura simplement sur le moment. Elle en était fière, pas de doute. Ses yeux, pétillant d’une nouvelle flamme remontèrent vers Hadrian, lui adressa un sourire confiant.  

- Mon grand père disait… Chaque symbole t’aidera à garder la tête haute, à ne jamais regretter le chemin que tu as pris, quelques en soient les conséquences. Et si par malheur tu es perdue devant l’immensité de ce monde, tu regarderas et tu saura ainsi d’où tu viens et qui tu es. Un simple point fixe dans un univers vaste et changeant. Je crois qu’il n’avait pas tout à fait tord. La première chose en laquelle nous devons avoir confiance, ce sont nos capacités.
 

<><><<>><<>><<><>><<>><<>><><>
.

_________________

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<



Dernière édition par Endriad le Mar 15 Aoû 2017 - 0:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1813-endriad-a-la-croisee- http://lonelymountain.forumactif.org/t1814-endriad-et-les-gens

SKILLFUL SWORDSMAN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Momo, Nasty, etc..
♦ MESSAGES : 127
♦ RÉPUTATION : 333
♦ AVATAR : Jack Huston - (c) Romanova
♦ DC & co : Kili, Bregil, Meruva, Taràk, Alayna
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Gondor vivant à Pelargir
— ORIGINAIRE DE : Laketown
— ÂGE DU PERSO : 28 belles années passées sur cette terre et encore de nombreuses autres à venir.
— RANG SOCIAL : Il n'est pas riche, loin de là, mais il n'est pas pauvre non plus, du moins a-t-il connu bien pire. Il est d'un rang modeste.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ca se conjugue au pluriel. Il touche un peu à tout ce qui peut lui revenir. Il fut cependant soldat et pratique encore en tant que forgeron.
— ARMES DU PERSO : Il possède un arc, principalement pour la chasse, ainsi qu'une épée qu'il manie parfaitement, une dague aussi, ainsi qu'une flèche brisée mais toutefois redoutable, même si elle ne lui sert pas d'arme mais seulement de souvenir.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Gondor
— VOYAGE AVEC : Son cheval, s'il ne finit pas par le manger
— AMOUREUSEMENT : Marié depuis cinq ans à Madeleine, une femme d'une grande beauté mais sans réelle présence. C'est un coeur à prendre.

MessageSujet: Re: Une affaire... délicate... Jeu 10 Aoû 2017 - 19:23

La moitié de son corps baignant dans l'eau fraiche pendant que son torse commençait déjà à sécher sous le soleil qui culminait dans l'étendue de ciel bleu, des gouttelettes perlaient de ses cheveux pour venir dévaler l'étendue lisse de sa peau nue. Écoutant les explications de la jeune femme avec attention, il ne se gênait pas pour observer chacun des tatouages qu'elle touchait du bout du doigt pour l'expliquer. Hadrian n'avait nul tatouage, nulle marque qu'il aurait voulu graver sur sa peau pour se souvenir de quoique ce soit. Tout ce qu'il avait n'était que cicatrice comme l'énorme morsure de loup que l'on pouvait voir sur son bras, laissant une marque blanche peut décidée à brunir au soleil. Il n'avait pas besoin d'un tatouage pour se remémorer le jour où il avait perdu sa famille, cette morsure le lui rappelait de façon suffisamment efficace. Une autre cicatrice visible était celle à la base de son cuir chevelu, sur son front. Elle datait du même jour, ou peut-être de la veille, alors qu'il était tombé de la charrette, se fendant presque le crâne contre une pierre sur laquelle il était tombé face à la première. Sa chute aurait presque pu être comique en oubliant les circonstances.

Il laissa un moment s'écouler, toujours debout dans l'eau, les mains effleurant la surface en se laissant emporté par le courant. C'était une sensation agréable que de se laisser aller et il n'avait qu'une envie, s'abandonner à la rivière pour qu'elle l'emporte jusque chez lui. Mais elle ne s'en approchait pas même de 100 lieues. Le nez levé vers le ciel, les yeux clos, il goûtait la chaleur de l'astre sur son visage, les cheveux au vent. L'air été chaud mais respirable, ce qui n'enlevait en rien la saveur d'un bon bain frais en plein été. Après un temps, les yeux toujours fermés, il dit à la jeune femme non loin de lui. « Ton grand-père était un sage homme. » Comme s'il avait passé tout ce temps à réfléchir à ses propos.
Son grand-père a lui, pour le peu qu'il s'en souvenait, lui avait semblé fou avec ses histoires à dormir debout. Il se souvenait qu'il aimait beaucoup l'écouter quand il était enfant mais qu'en grandissant, il avait fini par réaliser ce qu'elles étaient, des histoires. La réalité était bien plus dure, froide et hostile que la fantaisie, quand bien même elle était tirée de la réalité. Il lui en avait presque voulu de l'avoir bercé ainsi d'illusion mais il l'avait aussi envié d'être capable de garder cette part là dans son cœur. « Mon grand-père aurait sans doute pu inventer une histoire pour chacun des symboles que tu arbores. » ajouta-t-il un moment plus tard avant de plonger le haut de son corps dans l'eau froide, comme s'il se réveillait ou qu'au contraire, il cherchait à se réveiller de sa rêverie. L'eau le fit frémir, ses poils se dressant sur sa peau comme une chair de poule et ses tétons se durcissant douloureusement. Son ventre émit un petit grognement de protestation, quémandant de la nourriture. Le bain lui avait toujours ouvert l'appétit et bien plus encore. Il se redressa et se dirigea vers la berge, s'adressant à la jeune femme et son neveu sans les regarder. « Je vais me vider et voir si je peux lever un peu de gibier. Profitez de l'eau tant que vous le pouvez. »

Il s'éloigna à la perpendiculaire de la rivière, à la recherche d'un arbre où vidanger sa vessie. Il ne voulait pas que son urine vienne souiller l'eau potable de leur camp où ils se baignaient. Un brin d'herbe dans la bouche, il se mit à siffloter allègrement, réfléchissant toujours à ces marques qu'elle avait choisi de porter. Elles lui allaient bien, il avait trouvé ça joli et plus important encore. Il se demandait si elle se ferait un tatouage en son souvenir s'il était assez marquant. Il se promena un moment, laissant ses cheveux sécher librement en scrutant les hautes herbes à la recherche d'un dîner sautillant. Du lapin, il en avait bien envie. Il leva deux des pièges qu'il avait posé en allant chercher du bois, sans que ce ne soit fructueux avant de tomber sur une proie bondissante dans son troisième piège. Un lapin serait difficilement suffisant pour eux trois, surtout vu l'appétit du mioche mais ils allaient devoir faire avec. Il reposa cependant ses pièges en attendant l'heure du repas, avec l'eau à côté, il avait encore une chance d'attraper quelque chose avec la lumière déclinante.
Il revint alors au campement avec son lapin encore vivant, cherchant la jeune femme du regard, comme par curiosité. Depuis qu'il avait vu ses marques, il ne pouvait plus s'en détacher l'esprit, comme hypnotisé. « J'ai attrapé un lapin ! » lança-t-il à la cantonade.

_________________
From North to South. From East to West. I will turn every stone and even more in order to see you again. Just wait for me to hold you again, little sister don't miss me longer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1993-hadrian-the-lady-man

REBOUTEUSE EN FOURRURE ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : La Fougère
♦ MESSAGES : 438
♦ RÉPUTATION : 728
♦ AVATAR : pom klementieff
♦ DC & co : Diema Hiima / Kutzeï /Ash
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible

— RACE DU PERSO : Lossoth / Dúnedain
— ORIGINAIRE DE : Forodwaith
— ÂGE DU PERSO : 31 ans
— RANG SOCIAL : riche en biens & pauvre en piécettes
— MÉTIER PRATIQUÉ : marchande nomade / Rebouteuse
— ARMES DU PERSO : ses p'tits doigts
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Lossoth
— VOYAGE AVEC : Firmen, son neveu de 7 ans et 5 chiens-loups aux mâchoires acérés
— AMOUREUSEMENT : Célibataire... avec des amants dans les coins.

MessageSujet: Re: Une affaire... délicate... Mar 15 Aoû 2017 - 0:48

.
<><><<>><<>><<><>><<>><<>><><>

Sage homme, sans doute, c’était ainsi que beaucoup l’avait toujours vu dans sa tribu, comme l’un des sages, un chef juste et aimant avec les siens. Longtemps, il avait été son guide, son repère, presque un père là où le vrai péchait par ses longues absences et le peu d’intérêt qu’il lui portait, en sa qualité de femme. Endriad n’avait jamais porté son père dans son coeur de la même manière que son grand père. Leurs relations avaient toujours été tendues, d’autant plus depuis la mort d’Aaxion. Il était pourtant la seule chose à laquelle elle pouvait encore se raccrocher à présent, même s’il lui en coutait un peu au fond d’elle-même.

Même dans une famille soudée, il existait toujours des rancunes qui avaient tôt fait de vous broyer si personne n’était capable d’oser parler franchement. Endriad ne s’en était jamais privée d’ailleurs. Elle défendait ses convictions et s’attendait trop souvent à ce que les autres fassent de même. C’était parfois une erreur et elle apprenait à se tempérer avec les années. La mort de sa mère l’avait faite grandir trop vite, prendre à bras de corps des responsabilités qui n’avaient pas lieu de peser sur une enfant.

Certaines histoires seraient peut-être aussi bien que la réalité. Hélas, personne n’a le pouvoir de les changer, même avec beaucoup d’imagination, je le crains. 

Et comme elle affirmait cela, son regard s’égara sur la cicatrice qui entourait le bras d’Hadrian. Elle n’avait pas vraiment besoin de poser de questions pour deviner que quoi il s’agissait, du moins par sur l’instant, mais ses yeux remontèrent vers son visage, le fixant avec un grand sérieux. Que ce soit voulu ou non, la vie laissait des traces, témoignant des actes, expliquant les peurs encrées jusqu’au plus profond de nous.  

Ils étaient là… Endriad savait pertinemment que la meute les suivaient, à une distance raisonnable, maintenant qu’ils n’avaient plus d’entraves. Cela ne l’inquiétait pas, au contraire, cette protection, même lointaine était une bénédiction pour ce voyage. La Lossoth les avait vu naitre, grandir, elle les avait nourri, partagé leur quotidien depuis bien trop de lunes. Ils avaient sacrifié l’un des leur pour la survie de leurs maitres. Ce lien invisible ne pouvait s’altérer si facilement. Sur l’enfant, on pouvait encore sentir l’odeur de la louve. Hadrian n’en avait pas conscience, mais tant que la meute se glisserait en silence dans leurs pas, les charognards en tous genres se tiendraient à distance.

Pour elle, aucun loup n’était pire qu’un humain, et leur affection jamais ne connaissait ces doutes et ces faiblesses qui assaillaient les esprits faibles de certains mortels. Pourtant, elle sentait que pour l’heure cette barrière n’était pas prête à être franchie et qu’elle devait se garder de se montrer insistante envers son compagnon de voyage. La jeune femme se laissa retomber dans l’eau dans un silence néanmoins respectueux sur ce sujet certainement trop sensible.

Je vais essayer de décrasser un peu le petit monstre.

L’heure du repas approchait, et bien qu’elle n’eut pas encore véritablement faim, la promesse d’un peu de viande n’était pour lui déplaire. Endriad se laissa porter encore quelques longues minutes par le courant, ses pensées vagabondaient sans grande retenue vers son compagnon de voyage, lui tirant un sourire moqueur envers elle-même. Après ce qui était arrivé, elle pouvait bien divaguer un peu si ça lui faisait plaisir.

Voila une chose qui n’était en revanche pas du goût de Firmen qui revint trop rapidement à la charge pour la couper dans son moment de détente en la tirant par le fond pour se venger du bain forcé. Ils bataillèrent une moment, alors qu’elle essayait de frotter son frimousse crasseuse avec un bout de linge. Lorsqu’elle estima qu’il était assez propre, ou du moins qu’elle ne pourrait pas faire mieux, et qu’inversement il lui avait suffisamment fait boire la tasse avec ses pitreries, ils regagnèrent la berge pour se faire sécher aux derniers rayons chauds de cette fin d’après midi.

Quand Hadrian émergea des buissons avec sa prise, la jeune femme avait déjà allumé un feu qui crépitait bien et sur lequel chauffait une marmite de soupe faites de ce qu’elle avait ramassé en chemin. Endriad n’était pas une grande cuisinière mais elle avait fatalement apprit avec les années à faire avec les moyens du bord. Tout ce qui était comestible finissait toujours par arriver dans son assiette faute de mieux. Firmen attisait les flammes avec un bâton sous les directives de sa tante qui avait repris sa couture. Jouer avec le feu, voila une activité qui lui convenait assez bien pour une fois. Elle gardait cependant un oeil sur lui, on était rarement assez prudent avec un garnement dans son genre.

Donne-moi ça , déclara-t-elle au chasseur en se levant sans une once d'hésitation. Je vais m’en occuper.  

Ce n’était pas le premier lapin qui subirait son doigté expert lorsqu’il s’agissait de dépecer d’une traite et de vider des entrailles encore fumantes. Néanmoins, elle adressa une prière à ses divinités pour les remercier de cette prise et vérifia que l’animal était bien mort. Ce n’était pas un spectacle des plus délicats qui s’en suivit mais il fallait bien en passer par là pour manger. Il y avait bien longtemps qu’elle ne prêtait plus d’attention particulière à tout ça, force d’habitude, sans doute. Le temps d’aller se laver les mains dans la rivière, que la broche de fortune tournait déjà sur les flammes.

Tu penses que nous serons à Minas Tirith dans combien de temps si nous continuons à cette allure ?

<><><<>><<>><<><>><<>><<>><><>
.

_________________

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1813-endriad-a-la-croisee- http://lonelymountain.forumactif.org/t1814-endriad-et-les-gens

SKILLFUL SWORDSMAN ♦ HUMAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Momo, Nasty, etc..
♦ MESSAGES : 127
♦ RÉPUTATION : 333
♦ AVATAR : Jack Huston - (c) Romanova
♦ DC & co : Kili, Bregil, Meruva, Taràk, Alayna
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Homme du Gondor vivant à Pelargir
— ORIGINAIRE DE : Laketown
— ÂGE DU PERSO : 28 belles années passées sur cette terre et encore de nombreuses autres à venir.
— RANG SOCIAL : Il n'est pas riche, loin de là, mais il n'est pas pauvre non plus, du moins a-t-il connu bien pire. Il est d'un rang modeste.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Ca se conjugue au pluriel. Il touche un peu à tout ce qui peut lui revenir. Il fut cependant soldat et pratique encore en tant que forgeron.
— ARMES DU PERSO : Il possède un arc, principalement pour la chasse, ainsi qu'une épée qu'il manie parfaitement, une dague aussi, ainsi qu'une flèche brisée mais toutefois redoutable, même si elle ne lui sert pas d'arme mais seulement de souvenir.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Gondor
— VOYAGE AVEC : Son cheval, s'il ne finit pas par le manger
— AMOUREUSEMENT : Marié depuis cinq ans à Madeleine, une femme d'une grande beauté mais sans réelle présence. C'est un coeur à prendre.

MessageSujet: Re: Une affaire... délicate... Jeu 17 Aoû 2017 - 21:48

La chasse était pour lui une nécessité plus qu'un passe-temps comme cela pouvait l'être pour les petits nobliaux. Il chassait pour se nourrir et non pour se divertir, il n'avait pas de temps à perdre pour ces futilités. Sans doute éprouvait-il de la rancune envers ceux qui ne se sont jamais trouvés dans le besoin mais à ses yeux, il n'avait rien à leur envier. Hadrian était un homme de terrain, un homme d'aventure, un homme de la nature. Il appréciait davantage de dormir à la belle étoile près de son cheval que dans un lit froid où il ne pouvait voir les étoiles mais c'aurait été bien plus agréable s'il n'y avait pas ce danger qui rodait constamment. Aujourd'hui, ils n'étaient plus en sécurité nul part, que ce soit sur les routes ou dans les villages les mieux gardés, le monde était rongé par un espèce de ver qui faisait pourrir son fruit de l'intérieur.
Hadrian était un homme simple qui se contentait de peu. De la nourriture, de l'eau, une femme dans son lit -même si cela se faisait relativement rare dernièrement-, le plus important à ses yeux était sa famille. Son fils, sa sœur, il ne demandait pas grand chose. Il n'aimait pas rester à rien faire, même se détendre dans l'eau avait une fin pour lui, provoquée par le besoin de bouger, d'occuper son corps. Il avait bien suffisamment barboté pour être propre et l'heure du dîner approchant, il alla lever les pièges qu'il avait posé au moment de leur halte. Il n'en avait pas posé beaucoup, juste ce qu'il fallait mais avec l'eau à côté, l'endroit était idéal. Pourtant, sa prise ne fut pas très bonne mais en restant là pour la nuit, ils pourraient en lever d'autre avant de partir.

L'animal pendait par les pattes arrières, le sang lui montant à la tête. Il s'était débattu longuement avant de s'abandonner à la mort qui était proche mais Hadrian ne l'acheva pas tout de suite. Ce n'était pas par cruauté mais plutôt pour laisser le temps à la bête de s'endormir un peu avec tout son sang accumulé ainsi. Cela marchait pour les humains, une technique très efficace pour les poules et il ne pouvait en être autrement pour les autres animaux. Était-ce une forme de compassion ? L'homme ne réfléchissait pas jusque là, il s'agissait surtout d'une habitude qu'il avait gagné au fil des années.
A peine revint-il au campement que la jeune femme était debout pour s'occuper du lapin. Il ne lui en demandait pas tant. Il avait attrapé l'animal, il pouvait donc s'en occuper mais il ne se voyait pas refuser. Lui laissant l'animal, il s'installa au coin du feu, l'observant dans son œuvre d'un air curieux. Une fonte avec de l'eau avait été posée près du feu et il y déposa des feuilles que lui avait donné Elea pour faire une tisane, se disant qu'une boisson chaude achèverait le repas de façon plus agréable mais avec la chaleur ambiante, mieux valait lui laisser le temps de refroidir avant de la déguster.
Hadrian aimait regarder les doigts agiles défaire l'animal de sa peau et lui vider les entrailles encore chaude. Cela n'avait rien de gore à ses yeux, il s'agissait simplement du spectacle d'une femme préparant un repas pour les siens.
Les siens... qu'était-il pour elle si ce n'était un étranger ? Un compagnon de voyage ? Il ne savait pas davantage ce qu'elle représentait pour lui de toute manière. Tandis que le lapin prenait une couleur appétissante, le flan tendu au dessus des flammes près desquelles il avait été planté sur sa broche de fortune, la jeune femme revint les mains nettoyées de tout le sang qui les avait couvertes plus tôt. Un agréable fumet commençait déjà à se faire sentir au delà de l'odeur caractéristique du bois brûlé et son ventre se mit à gargouiller. Il n'avait pas eu conscience d'avoir déjà faim mais visiblement ce petit bain lui avait ouvert l'appétit.

« Autant de temps qu'il nous en aura fallu pour arriver jusqu'ici. » lui répondit-il, ne relevant pas même la tête pour lui répondre, les yeux perdu dans les flammes qui crépitaient. « Le chemin est plus plat, plus facile mais sinueux. On ne peut pas prendre le risque de couper à travers champ en cette saison avec les serpents qui rôdent dans les hautes herbes. » Il avait relevé la tête, regardant le garçon qui avait tendance à n'en faire qu'à sa tête. Il ne voulait pas avoir la mort d'un enfant sur sa conscience et ce dernier était assez téméraire pour faire fi de son avertissement. « Avec une autre monture nous irions plus vite, peut-être en trouverons nous une au prochain village mais je n'ai rien pour payer. » soupira-t-il, repensant à la façon dont la femme avait de se tenir guindée sur un cheval, visiblement peu habituée encore. « Peut-être qu'en vendant mes talents de forgeron, nous obtiendrons de quoi acheter une monture pour toi et le garçon. Tes bêtes pourront-elles rester suffisamment en retrait de la ville pour leur éviter un sort funeste ? » En disant ses mots, il avoua ouvertement qu'il se doutait bien que les loups n'étaient pas loin. Il voyait comment son cheval réagissait et il avait bien vu comment les loups s'étaient comportés avec elle. Si on pouvait leur offrir une chose, c'était bien leur loyauté et leur esprit de meute.

_________________
From North to South. From East to West. I will turn every stone and even more in order to see you again. Just wait for me to hold you again, little sister don't miss me longer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1993-hadrian-the-lady-man

REBOUTEUSE EN FOURRURE ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : La Fougère
♦ MESSAGES : 438
♦ RÉPUTATION : 728
♦ AVATAR : pom klementieff
♦ DC & co : Diema Hiima / Kutzeï /Ash
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible

— RACE DU PERSO : Lossoth / Dúnedain
— ORIGINAIRE DE : Forodwaith
— ÂGE DU PERSO : 31 ans
— RANG SOCIAL : riche en biens & pauvre en piécettes
— MÉTIER PRATIQUÉ : marchande nomade / Rebouteuse
— ARMES DU PERSO : ses p'tits doigts
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Lossoth
— VOYAGE AVEC : Firmen, son neveu de 7 ans et 5 chiens-loups aux mâchoires acérés
— AMOUREUSEMENT : Célibataire... avec des amants dans les coins.

MessageSujet: Re: Une affaire... délicate... Sam 19 Aoû 2017 - 14:25

.
<><><<>><<>><<><>><<>><<>><><>

Chez les Lossoth il n’y avait pas ce clivage entre les riches et les pauvres. Chef de tribu ou simple chasseur, il n’y avait que la reconnaissance d’un titre et des parures qui allaient avec, que le respect des ainés, que les actes qui comptaient vraiment. Dans le quotidien personne n’était au dessus des autres ou n’avait le loisir de se prélasser. Le principe de tuer un animal pour son plaisir personnel n’avait pas lieu d’être, il s’agissait toujours d’une vie qu’on prenait et on devait remercier les dieux de vous accorder cet honneur. C’était une bénédiction pour la survie des siens autant qu’un déchirement spirituel que d’ôter une âme. Même loin de chez elle, Endriad se pliait à cette tradition qui ne lui semblait certainement pas veine. Il n’y avait bien que les orcs qui ne bénéficiaient pas de cet honneur. Eux, ils étaient là pour semer la mort, éteindre toute graine de vie et rendre cette terre généreuse stérile.

Non, Endriad n’avait pas besoin de superflue, pas plus que d’un toit sur sa tête. On l’avait élevé ainsi et elle ne s’estimait pas malheureuse de son sort. L’argent et les possessions matérielles rendaient les hommes faibles pour de mauvaises raisons, érodant le lien qui les unissait. Devant l’adversité l’union était une force et quelques piécettes et de beaux vêtements n’y changeraient rien. Ce lien, Endriad l’avait pourtant déjà ressenti, avec bien des gens qui ne partageaient pourtant pas sa culture.  

- Tu n’es pas obligé de faire ça. Je trouverais bien une solution.

Sans doute le ressentait-elle à cet instant, ce lien qu’elle croyait disparu de ces terres, alors qu’elle levait à son tour le yeux de feu pour fixer son compagnon de voyage. Cette proposition était toute à son honneur, la surprenant néanmoins, si on remontait aux premières heures tendues de leur rencontre. Hadrian n’était pas Lossoth mais la petite troupe qu’ils formaient depuis quelques semaines lui rappelait le temps passé près des siens, et ce geste plus que généreux ne faisait que le confirmer d’avantage. Sans dire qu’elle se sentait en sécurité pour autant, elle retrouvait un peu plus de confiance en l’avenir. L’effroyable carnage avait ébranlé ses acquis même si elle s’était gardée de l’évoquer, préférant se plonger dans la mise en place d’un plan de secours. Peut-être pouvait-elle compter sur cette homme là plus encore qu’elle ne l’avait cru.

- Je veux dire, c’est déjà… 

La vérité c’était qu’Endriad ne savait pas vraiment comment refuser sans se sentir confuse ou ingrate. Ce n’était pas son orgueil qui parlait, même s’il était facile de l’imaginer. Elle soupira doucement, fit tourner la broche de fortune, cherchant des mots qui peinaient à venir. Ce n’était certainement que parce qu’ils le ralentissaient dans son avancé, après tout. Néanmoins, c’était beaucoup offrir pour deux étrangers de passage dans sa vie, et elle ne voulait pas lui causer plus d’embêtements que présentement.

- Nous pouvons prendre le temps qu’il faut… mais je comprends que ton fils te manque. Disons que, lorsque nous serons à Minas Tirith, je te rembourserais pour cette peine.

Mais ainsi, il savait pour les loups… Elle s’était attendue à une remarque plus radicale là aussi. Avait-elle envisagé une dispute ? Possiblement. La cicatrice aperçue plus tôt n’avait fait que confirmer ce qu’il devait en penser et une méfiance presque légitime. Finalement, elle se trouvait un peu rude envers lui, comme s’ils faisaient bêtement commerce. Elle devait faire plus confiance à ses sentiments. Un lien… oui, un lien. Un sourire sincère fendit son expression jusque là incertaine.

- Il y a des choses que je comprendrais jamais, vous concernant, les gens du sud. Mais je crois que cette histoire m’aura apprise une chose, vous n’êtes pas si différents de mon peuple. Pour certains, en tout cas.

Son regard bifurqua vers Firmen qui regardait les adultes dans un savant mélange de lassitude et de dégout. Puis, il grogna en l’adresse d’Hadrian en plissant les yeux comme un animal cherchant à mettre en garde un potentiel rival. Parfois, il y avait des choses que les enfants percevaient bien plus vite que les grandes personnes. Et ce que le gamin sentait poindre ne lui plaisait pas vraiment apparement. La Lossoth se lassa aller à rire, elle ne connaissait que trop bien ce comportement qui n’était pas une première lorsqu’un homme, quel qu’il soit, commençait à s’insérer dans leur petite famille. Cette peur d’être abandonné se mutait facilement en une agressivité déplacé. Alors, pour le rassurer, et même s’il n’était pas vraiment d’accord, elle enlaça chaleureusement son neveu et l’embrassa sur les cheveux, qui étaient bien plus propres maintenant.

- Ne t’inquiète pas pour ça, je m’arrangerais pour qu’ils restent à l’abri.


<><><<>><<>><<><>><<>><<>><><>
.

_________________

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<

>><<<>>><<<>>><<>><<<>>><><<<>>><<<>>><<

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1813-endriad-a-la-croisee- http://lonelymountain.forumactif.org/t1814-endriad-et-les-gens
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une affaire... délicate...

Revenir en haut Aller en bas
Une affaire... délicate...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» Interdiction de depart dans le cadre de l'affaire Socabank
» Le rapport sur l'affaire de drogue a Tiburon disponible...
» Rebondissement dans l'affaire du meurtre Jean Dominique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: partie rp du forum :: Southern Middle Earth :: Rohan-
hobbit rpg hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains Af Jarni Og Is hobbit nains thorin hobbit nains
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.