AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
Péripéties d'une commercante

Partagez | 
 

 Péripéties d'une commercante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Péripéties d'une commercante   Ven 10 Nov 2017 - 21:11



“ Souvenirs et aventures en tout genre ”
page 1/2/3/4...
 Première page

FLASHBACK


Arrivée en ville...



Après la journée épouvantable qu'ils avaient passés, son père et Doralina avaient enfin trouvé un endroit tranquille ou se reposer et peut-être s'installer.
La mère de Doralina était morte quelques jours plus tôt et ils avaient dû l'enterrer sur place. Son père avait caché son chagrin tant bien que mal sachant que sa fille souffrait autant que lui et qu'il se devait d'être fort.
Il arrêta son cheval devant le panneau de la ville et s'adressa à un des badauds pour demander son chemin. Sa fille qui s'était endormie sur son épaule à côté de lui, se réveilla et regarda autour d'elle avant de poser ses yeux sur l'interlocuteur de son père.
L'homme leur indiqua l'emplacement d'une auberge dans laquelle ils pourraient manger car son père était un bien piètre cuisinier et franchement ils avaient tous les deux besoin d'un repas chaud et d'un bon lit.
Ils arrivèrent finalement devant une auberge plutôt modeste et descendirent de cheval. Il alla s'adresser à un des hommes qui tenait l'écurie. Il lui remit une bourse pour la sécurité de sa cargaison et de son animal.
Ils entrèrent ensuite dans le bâtiment.
La première impression était que l'auberge était propre, bien que des hommes étaient installés au bar en train de boire. Son père l'entraîna en direction du comptoir afin de parler au patron.
Il donna quelques pièces au grand bonhomme et ce dernier fit signe à une femme plutôt rondouillarde de s'occuper d'eux. Elle les fit asseoir dans un coin et revint quelques instants plus tard avec deux assiettes pleine de rôti et de quelques patates. Elle posa également deux verres, l'un de bière pour son père et de lait pour Doralina.
Elle savoura son repas en laissant la chaleur du feu de cheminée l'envahir.
C'était bruyant et on s'entendait à peine parler mais ce n'était pas important. Ils allaient enfin arrêter de voyager de ville en ville et se fixer. Elle allait pouvoir avoir une vraie chambre ou elle pourrait entreposer ses affaires, avoir des amies également.
Elle eut ensuite honte en pensant que son père n'avait pu faire cela que parce que sa femme était morte. Autrement, ils auraient sans doute continuer jusqu'à ce qu'elle se marie ou dieu sait quand.

Elle eut ce soir-là dans ce lit un des plus beaux rêves de sa vie.

Elle se voyait plus âgée, avec un homme dont elle ne voyait pas le visage... peut-être son mari...
Elle était dans une librairie... Il y avait des livres partout... Les gens étaient nombreux... Etait-ce le bonheur comme elle l'imaginait ? Elle vit son père plus âgée conseillé les habitants sur leurs lectures. Il était rayonnant...

Le lendemain matin, son père l'entraîna chez l'un des hommes les plus importants du village... Une sorte de chef. Elle les vit échanger une grosse bourse pleine d'argent...
Mais à quoi cela pouvait-il bien servir ? Qu'est-ce qu'avait donc fait son père avec tout cet argent ?

(suite page 2)



Dernière édition par Doralina Wirrar le Lun 29 Jan 2018 - 15:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Lun 13 Nov 2017 - 21:30



“ Souvenirs et aventures en tout genre ”
page 1/2/3/4...
Fin de la troisième page

Même encore aujourd'hui elle se rappelait de tout ce qu'elle avait ressenti en entrant dans ce local pour la première fois. C'était unique, elle savait que sa vie allait changer.
Le local était pourtant dans un état lamentable. Le toit était éventré et ne résisterait pas à la première tempête, les murs étaient épais et semblaient être solides mais ce n'était pas le cas du sol qui était dans un état lamentable... Il faudrait le récurer et changer quelques planches du parquet qui étaient pourries. Il y avait un escalier qui menait à l'étage. L'homme avait expliquer qu'il y avait quelques pièces fonctionnelles qui pouvaient faire office de logement pour le nomade et sa fille.
Elle avait également jeter un œil dans la cuisine, cela se passait de commentaires... Le travail allait être long et compliqué.
Elle vit son père regarder l'endroit émerveillé mais il voyait aussi tout ce qu'il restait à faire avant de pouvoir en faire un endroit vivable et avec lequel il pourrait faire vivre son enfant.

Elle repensait à ses journées avec nostalgie, elle était assise dans sa cuisine en regardant les avancées qu'elle avait faite depuis.








(suite sur les prochaines pages)


Dernière édition par Doralina Wirrar le Lun 29 Jan 2018 - 15:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Lun 13 Nov 2017 - 21:32



“Recette”
page 1/2/3/4...
 Deuxième page


Le chausson aux pommes, figues, raisins et épices (en réalité tiré d'un livre
(tiré d'un livre datant du 15e siècle de Viandier de Taillevent)

La première chose à faire est de préparer les ingrédients. En suite, deuxième étape ; fabrication de la pâte brisée.
Pour cela, n'oublions pas la farine, l'oeuf le beurre le sel et l'eau.
Quand cette dernière est prête, passez à la troisième étape.
Mélangez les pommes qu'il faut d'abord peler et couper en morceaux, avec les figues (elles aussi hâchées en petits morceaux) et les raisins secs.
Quatrième étape, rajoutez l'oignon émincé frit au beurre ou à l'huile et déglacé au vin. Saupoudrez de sucre mélangé aux épices.
Quelles épices ?
Safran, cannelle, noix de muscade, clou de girofle pilé)
Cinquième étape : garnir le chausson de façon bien épaisse. Dorer avec le safran (trempé dans un peu d'eau) et ensuite, direction le four ou la marmite selon la disponibilité. 45 minutes seront nécessaire pour cuire le chausson avant dégustation.


(http://www.oldcook.com/cuisine-recettes_medievales#recettes )



Dernière édition par Doralina Wirrar le Lun 29 Jan 2018 - 15:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Mar 14 Nov 2017 - 22:03



Comptabilité”
page 1/2/3/4...
Quatrième  page


Son père avait réussit à faire une partie de la restauration lui même mais il avait évoqué un troc avec un des rôdeurs qui était de passage. Ensemble, ils avaient réparés le toit contre plusieurs repas chauds et la promesse d'un endroit ou se reposer.

Aujourd'hui, tout était rentrée dans l'ordre. Elle avait rajouté un comptoir et des présentoirs en bois pour entreposer le pain et les différentes pâtisseries qu'elle vendait.
Maintenant, elle étudiait les finances de la boutique :

De la farine  pour 40 deniers
De la levure pour 5 deniers
Du beurre pour 10 deniers
Du lait frais pour 15 deniers
Des œufs pour 11 deniers

c'était la base et elle en avait déjà pour 81 deniers.

Elle avait aussi besoin de choses plus simples comme des cierges et des bougies pour l'éclairage.

Des cierges et des bougies pour 50 deniers
Du bois et des bûches pour 20 deniers
Du parchemin et du papier pour 10 deniers

Les recettes étaient loin d'égaler ses dépenses, elle y arrivait tout juste.

Les ventes lui rapportait à peu près 250 deniers par semaine
Salaire de l'employé  80 deniers

Solde ;    250 – 81=  169
              169-80= 89
               89-80= 9  

9 deniers à chaque fin de semaine, ce n'était pas énorme comme bas de laine.






Dernière édition par Doralina Wirrar le Lun 29 Jan 2018 - 15:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Jeu 16 Nov 2017 - 13:35



Souvenirs”
Cinquième page

La mort de son père avait été un véritable bouleversement dans sa vie. Évidemment elle avait eu le temps de s'y préparer mais psychologiquement, cela ne rendait pas forcément les choses plus faciles.
La maladie avait été longue et il avait souffert longtemps avant de partir.
Elle avait ensuite été très seule car elle n'avait que peu d'amis malgré l'ancienneté de son installation dans la ville. Les autres commerçants ne lui avaient pas fait de cadeaux.
Dès qu'il était décédé, elle avait décidé de laisser les livres dans son propre espace et de changer de commerce. De toute façon, la boutique ne rapportait p as tellement d'argent donc... Elle avait juste eu à convaincre le propriétaire que cela n'était pas une raison pour tout lui retirer. D'autant plus que comme elle était une femme, il avait pensé qu'elle se marierait et quitterait la ville pour s'installer ailleurs et faire des enfants.
Elle n'était pas opposée à l'idée d'avoir une famille, loin  de là mais... pourquoi quitter la ville ? Elle avait tout ce dont elle avait besoin ici. Sa boutique était sa raison de vivre, sa raison de se lever le matin. Elle commença à installer un grand four en bois et ensuite elle prépara les recettes de sa mère susceptible de l'intéresser. Elle commença par aller au marché avant de vendre directement car elle voulait être sur qu'une telle entreprise marcherait.
A sa grande surprise, elle eut du succès et vendit tous ses produits en une demi-journée.
Elle revint plusieurs jours d'affilés et reçut le même succès. Les autres marchands qui la regardait avec suspicion, changeaient leurs opinions sur elle.
Elle avait eut des offres de partenariat mais rien n'était assez satisfaisant. Il lui proposait des contrats très inégaux, elle ne se ferait pas avoir, pas question !
Aujourd'hui se dressait un autre défi de taille. Un des hommes aisés de Calembel lui avait fait une commande, une pièce originale pour le mariage d'un de ses enfants. Si elle réussissait, elle gagnerait une clientèle plus aisée et susceptible de payer plus, cela entraînerait ensuite une hausse de ses revenus.
Elle contempla avec attention les demandes faites par cet homme et réfléchissait sur la meilleure manière d'y arriver.



(suite page 7)


Dernière édition par Doralina Wirrar le Lun 29 Jan 2018 - 15:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Mar 21 Nov 2017 - 12:53



Souvenirs”


Page 6

La mort de sa mère, une étape déterminante


Alors qu'elle venait de fêter ses dix printemps, sa mère ne pouvait cacher sa lente maladie. Elle avait commencé à avoir des pertes de sang importantes. Elle avait consulté plusieurs herboristes sans succès. Son père était inquiet, il regardait sa femme avec beaucoup d’anxiété. Il avait vu qu'elle s'affaiblissait de jour en jour. Elle mangeait encore mais elle se forçait. Elle n'arrivait pas à prendre des forces alors qu'elle perdait autant de sang. Il avait même penser aller voir les elfes pour les supplier de l'aider mais... sa femme se méfiait des autres races et même des elfes, elle lui interdit de le faire. Doralina avait remarqué que sa mère avait changé mais elle pensait encore que tout allait s'améliorer. La situation empira encore quand ils passèrent plusieurs jours sous la pluie, tout avait débuté très lentement. Elle toussait de temps en temps et prit des tisanes afin de combattre cette toux constante. Elle s'affaiblissait de jour en jour et se levait de moins en moins de son emplacement dans le chariot. Doralina passait le plus de temps possible à ses côtés pour la distraire, elle lui lisait des livres et lui racontait des histoires. Cependant cela ne servit à rien.
Un matin, sa fille se dirigea pour la réveiller mais retrouva un corps froid. Elle la secoua afin de la faire réagir mais sans succès. Terrifiée, elle appela son père. L'homme la rejoignit et regarda avec amour et chagrin le corps de sa femme. Il comprit tout de suite que le pire était arrivé. Il vérifia quand même son pouls mais n'entendit rien. Il sentit la tristesse et le désespoir l'envahir.
Il entoura sa fillette de ses bras et lui murmura quelques mots pour lui expliquer la situation. Sa fille ne cria pas mais il sentit sa chemise s'humidifier, elle pleurait silencieusement.


Il fallait qu'il les sorte de là. Il n'aurait pas dû obéir à sa femme et aurait dû prendre la direction d'une ville importante ou il aurait trouvé un elfe susceptible de la guérir. Sa vie de nomade les avaient contraint à mener une vie simple, il n'avait que peu d'argent et à chaque tempête le risque de tomber malade était grand. Il pensa à sa fille, et à ce qui pourrait lui arriver si elle voyageait seule après sa mort, il n'y avait jamais vraiment réfléchit mais la mort de sa femme lui avait rappeler que personne n'était immortel.
Après plusieurs minutes, il éloigna légèrement Doralina de lui et lui dit qu'il fallait qu'ils atteignent le village le plus proche afin d'avertir la famille de sa mère en utilisant le système de message classique. Il laissa sa fille près du chariot. Ils ne pouvaient pas voyager avec un corps en décomposition surtout qu'elle avait été malade, ce serait dangereux. Sa femme ne le lui pardonnerait pas. Il commença à ramasser des branches afin de pouvoir alimenter un grand bûcher.
Ils brûlèrent le corps de sa femme tôt dans la soirée. Ils étaient debout devant le feu qui consumait les restes de sa mère.
Doralina avait vu le comportement de son père changer. Avant, il se dépêchait de regarder leur prochaine destination afin de pouvoir planifier ses voyages.
Il lançait des coups d’œil à sa fille d'un air inquiet et il passait beaucoup de temps seul à réfléchir alors qu'elle était dans le chariot à l'attendre. Un soir, il lui annonça qu'ils allaient se fixer dans un village et que leur vie de nomade était finie.
Son père avait fait un grand sacrifice, il aimait cette vie et ses aléas. Ils avaient visité et vu beaucoup de choses que de simples villageois ne pouvaient imaginer.
Sa fille pensait déjà à tous les changements que cela allait opérer.
Plusieurs jours après, ils s'étaient arrêtés à Calembel au Gondor







Dernière édition par Doralina Wirrar le Lun 29 Jan 2018 - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Jeu 23 Nov 2017 - 18:54



Commande d'un client”


Pour cela, préparons le miel, les amandes, le citron les épices et commençons notre préparation.
Doralina se releva les manches avant de relire avec nostalgie la recette de sa mère qu'elle avait récupéré lors de ses nombreuses allées et venues en Terre du Milieu.
Pour commencer, elle mit le miel dans un ramequin avant de le faire chauffer et de l'écumer. Elle écrasa ensuite les amandes et les rajouta au ciel. Ensuite, elle dû les laisser cuire tout en les remuant pendant 45-30 minutes. Pour finir, on mélange à cette préparation les diverses épices nécessaires. Quand cela fut cuit, elle étala la pâte sur une plaque à pâtisserie.
Elle allait maintenant trouver quelques autres petites choses à mettre sur les différents plats pour le client qui lui en avait fait la commande.
Doralina avait fait du pain perdu, du nougat blanc, le nougat noir était en train de refroidir.
Elle mit quelques croissants sur le côté. Elle rajouta également quelques petits beignets au sucre et à la cannelle. Elle pensa à sa liste et écrivit le pain d'épices et cela pourrait être suffisant. Elle prit un petit sac en papier et y déposa quelques petits gâteaux sucrés et salés afin de combler le client.
Elle prit ensuite toutes ses préparations et prit la direction de la maison du village.
Le client n'était pas là mais sa femme l'avait vu arriver. Elle regarda avec gourmandise ce qui se trouvait dans les plats et ordonna à ses quelques serviteurs de venir l'aider alors qu'elle posa ce qu'elle pouvait et retourna chercher le reste. En une demi-heure, tout était prêt et rangé.




Dernière édition par Doralina Wirrar le Lun 29 Jan 2018 - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Sam 25 Nov 2017 - 22:45



“ Souvenirs et aventures en tout genre ”
page 1/2/3/4...


Une journée classique sur les routes


Je m'étais levée le matin vers sept heures. Leur chariot avait été stoppé pour la nuit dans une petite clairière du Rohan. ma mère était en train de préparer le déjeuner du matin.
Mon père avait commencé à donner à boire à notre unique cheval. Il l'avait ensuite rattacher à la carriole. Ensuite, on passait un moment ensemble à savourer un petit déjeuner. Ce matin, un morceau de pain, un petit morceau de viande et un morceau de fromage également.
On finissait de manger, on éteignait le feu. On rangeait tout et on remontait dans la carriole pour le prochain village. Quand on arrivait dans un village, mon père faisait le tour des vendeurs et ma mère achetait des ingrédients de première nécessité (viande séchée, fromage, miche de pain...)

On laissait le village derrière nous avant de reprendre la route. Mon père passait ensuite une heure avec moi chaque jour pour m'apprendre l'histoire. Plus tard, on s'arrêtait pour manger à nouveau et pour que le cheval se repose.
Parfois, le voyage ne continuait pas et on pique niquait. La journée était relativement calme. J'apprenais aussi à lire et à écrire. Ma mère essayait de me montrer quelques recettes de cuisine élémentaire. Mais je n'avais pas le droit de toucher le feu ou de m'en approcher. C'était trop dangereux selon mon père.

J'avais aussi le droit de jouer avec une poupée que j'avais récupéré d'une de mes cousines. Elle était pas très jolie et ses habits avaient été recousus plusieurs fois.
Parfois également ma mère s'asseyait pour rafistoler des vêtements avec de nombreux trous.
Je jouais aussi avec mon père. J'apprenais quelques jeux de balle dans les différents lieux qu'on traversait.
Le soir on se couchait en observant les étoiles magnifiques du ciel et on s'endormait. Mon père mettait plusieurs pièges autour du campement dans l'espoir de dissuader d'éventuels animaux, quel que soit leur nature qu'ils soient à deux ou trois pattes disait-il en rigolant.
Je me rappelle que maman était moins détendue sur ce sujet. Mon père conservait toujours son épée en évidence, je n'avais jamais vu l'arme de ma mère mais je ne doutais pas de sa présence sur elle.
Elle avait peur tous les soirs et faisait des prières pour la sauvegarde de sa famille.










Dernière édition par Doralina Wirrar le Lun 29 Jan 2018 - 15:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Mer 6 Déc 2017 - 23:00



“ Souvenirs et aventures en tout genre ”
page 1/2/3/4...
Neuvième page

Sa famille, arbre généalogique

Gloredhel et ses deux frères
Son frère aîné, forgeron sans enfant, vit à Minas Tirith. Sa femme est morte de maladie.  
Frère aîné ; Bregolas
Son frère cadet a deux filles et deux garçons ; Anchar
Frère cadet ;
Deux filles      Lyadel et Miriel
Deux garçons   Ingwë et Palantir
Ses fils vont reprendre l'entreprise familiale. Père meunier.
Les filles sont toutes mariées. L'une est bouchère et l'autre est fermière. Elles ne se sont pas vus depuis des années à cause de la distance, le manque d'occasion et l'installation dans un village loin de tout.

Son père a trois sœurs et un frère aîné, Eldacar . Ce dernier dans la garnison au service de l'intendant du Gondor. Ne se sont pas parlés depuis le mariage de son frère. Raison inconnue
Ses sœurs sont toutes mariées ; Silana  Diningal et Olorin
Elles sont respectivement femme de tailleur, femme d'aubergiste et femme de maréchal-ferrant.
A la tête d'une tribu d'enfants chacune.

Doralina, fille unique sans enfant et sans frère et sœur.
Ses grands-parents paternels ; Thalos    et Rian
Le grand-père aussi soldat de la garnison. Longue lignée de garde de la citadelle.
La famille de la mère ; famille de commerçants plutôt, c'est l'inspiration de Doralina.
Grand-père maternel Gorthol et Heldaria pour la grand-mère






Dernière édition par Doralina Wirrar le Lun 29 Jan 2018 - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Ven 5 Jan 2018 - 21:12



“ Souvenirs et aventures en tout genre ”
page 1/2/3/4...
Le forgeron vs Doralina

Son accueil avait été très mitigé. La majorité d'entre eux exerçait dans d'autres secteurs mais peu étaient des concurrents ce qui facilitait leur relations. Elle s'était faite une liste afin de savoir avec qui elle pouvait proposer un partenariat.
Elle en avait retenu deux pour le moment. L'aubergiste s'appelait Thomas était prêt à discuter avec lui et le boucher Herbert.
Elle avait un accord avec Herbert et Thomas. Ce dernier était fourni par ses soins en patisseries et viennoiseries parfois en pain quand sa femme était trop déborder, elle augmentait sa clientèle et lui donnait un petit pourcentage sur les ventes de sa boulangerie. Herbert avait vu son succès et espérait en profiter, elle le savait. Elle faisait souvent des compositions aux grandes villageoises mais aussi pour d'autres occasions. Avec le forgeron, par contre, la lutte avait été féroce dès le début.
C'était un homme rude, peu poli qui aimait les femmes mais surtout quand elles lui obéissaient et se faisaient discrètes. Il n'avait pas vu d'un bon œil son arrivée. Elle dirigeait ses propres affaires seules et en plus c'était une réussite. Il restait toujours des tensions même s'il avait arrêté ses manigances.
D'abord il avait tenté de la déloger en discutant avec l'ancien propriétaire afin qu'il annule la vente mais heureusement ce dernier n'avait rien voulu savoir, il avait été payé comptant et il ne voulait pas rendre la somme d'argent.  Le dirigeant de la ville reçevait une partie de ces recettes en tant qu'impôt et il l'avait ainsi soutenu par principe. Sa femme était une de ses premières clientes.
Ensuite il avait tenté de l'amadouer en lui proposant le mariage, il lui avait raconté que ce serait la fin de ses inquiétudes et elle avait vite compris que c'était une combine pour la faire partir.
Et pour finir elle avait eu droit aux visites nocturnes, il venait en pleine nuit errer et faire des bruits étranges, il sabotait son matériel. Elle y avait mis un terme en achetant un labrador qui veillait sur elle et sur sa propriété. Il n'était plus revenu après l'avoir aperçu avec ce molosse.
Elle était fière de ne pas avoir céder à ces nombreuses manigances mais elle aurait aimer ne jamais avoir à faire face à ce genre d'oppositions.
Aujourd'hui aucun commercant ne lui en voulait ni ne gardait de rancoeur, ils avaient finis par l'accepter.



( suite)




Dernière édition par Doralina Wirrar le Lun 29 Jan 2018 - 15:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Dim 7 Jan 2018 - 22:28



“ Souvenirs et aventures en tout genre ”
page suivante..


Sa première amie

Avec ses parents, elle était arrivée dans la ville au mois de juin. Ils avaient installés leur campement à la sortie de la petite bourgade. Son père l'avait aussitôt entraîner sur la place du marché afin de faire un premier état des lieux. Doralina regardait les échoppes de confiserie et de teintures avec lassitude. C'était toujours les mêmes choses. Elle était tombé sur cette fille complètement par hasard.
Il se trouve que la mère de son amie était une vendeuse de tissu, son père avait regardé les étoffes avec intérêt pensant à sa femme.
Les fillettes s'étaient observées et Doralina avait fini par jouer avec elle toute l'après-midi.
Elles avaient recommencés le lendemain et encore les jours suivants. Elles se découvraient beaucoup d'affinités et partageaient leur quotidien. Doralina lui avait raconté les choses qu'elle avait vu alors que son amie lui parlait au contraire de la vie dans sa ville.
Finalement le moment du grand départ était arrivé à nouveau. Doralina avait hurlé sur ses parents en disant qu'ils lui gâchaient sa vie, que tout serait de leur faute si elle était toujours seule et sans amis. Elle avait ensuite changer de tactique et avait refusé d'adresser la parole à ses parents mais ils étaient restés fermes.
Doralina en avait assez d'être déraciner. Les années avaient pensé sans qu'aucun mot ni nouvelle ne soit échangé entre les deux amies.
Elles s'étaient retrouvés par hasard. Leur situation était inversée.
Mélia avait épousé un négociant et voyageait sur les routes avec son mari et ses enfants.
Doralina s'était arrêtée et avait ouvert une boutique. Elles avaient évoquées le passé mais rien n'était comme avant. Elles avaient eu des expériences différentes et ne voyaient plus les choses de la même manière.  Doralina ne pensait qu'à la situation de ses parents qui se répétait à travers son amie alors que cette dernière avait l'impression d'avoir été libérée d'un poids.
Elles n'étaient pas restées en contact. Doralina avait par la suite cessé de se faire des amis  car elle pensait encore à cette séparation douloureuse. Cela avait aussi grandement perturbé ses parents et envenimé leur relations pendant les semaines qui avaient suivies.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Mar 30 Jan 2018 - 21:08



“ Souvenirs et aventures en tout genre ”
page suivante..

L'avenir s'assombrit un peu...


De temps en temps au village, on racontait l'histoire de certains nomades qui étaient manquant et d'autres qui avaient été retrouvés dans des circonstances très horribles.
Doralina connaissait le danger qu'ils traversaient mais ces disparitions se faisaient plus nombreux et prenaient une résonance particulière dans un petit village isolé de grandes villes et sans réelle protection.

Les gens avaient plus souvent peur de s'aventurer hors de la ville la nuit et seul.
Seuls les fermiers isolés et les bûcherons, les chasseurs aussi s'éloignaient encore mais tout était pour des raisons professionnelles.

Doralina avait toujours trouvé cela très abstrait. Son père lui répétait alors souvent quand elle était enfant que la mort frappait souvent à cause de la malnutrition ou de  la maladie.
Un jour alors qu'elle était toute petite, ses parents avaient trouvés une famille de nomades massacrée dans des circonstances plus qu'étranges.
Elle se rappelait alors que les autorités locales ne s'en étaient guère préoccupées, attribuant cela à des brigands un peu plus agressifs que la normale. Ils étaient en période de difficulté, les gens pouvaient faire des choses impensables pour nourrir leur famille ou augmenter leur revenu.

FLASHBACK


La journée avait commencé comme toutes les autres. Ils étaient dans un coin de forêt très isolé du monde extérieur.
Le chariot était abandonné. L'homme était mort avec une flèche noire plantée dans le cou, il avait été tué sur le coup. Des projections de sang étaient présentes partout sur la scène. Les chevaux étaient manquants.
C'était une famille normale qui avait subie des atrocités. Elle avait été trop petite pour comprendre. Son père avait mentionné la probabilité que ce soit des brigands. Les objets que cet homme vendait étaient aussi absents du marchand. Ils n'avaient trouvés que des enfants recroquevillés et morts des suites de leurs blessures.
Doralina n'avait pas tout vu, sa mère y avait veillé.
Elle avait cependant fait des cauchemars des jours durant.
Son père avait veillé d'avantage et aucun n'osait plus s'éloigner tout seul. Ils avaient été au prochain village pour les prévenir. Ils avaient été enterrés mais personne ne savait au juste qui étaient ces gens.


FIN









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Dim 25 Fév 2018 - 21:46



“ Meurtre à Calembel”
Page 12.



Un meurtre dans le village....


Sa mère avait aimé voyagé de villes en villes. Elle avait aussi accumulée des tas de connaissances en tout genre dans le domaine culinaire. Sa mère avait une certaine connaissance des plantes dangereuses. Mieux vaut ne pas aromatiser avec la mauvaise herbe !  Doralina n'avait jamais trop prêté attention à ces conseils. Il suffisait de suivre la recette après tout mais sa mère la mettait en garde.
Elle avait appris aujourd'hui qu'un homme était mort. Sa femme l'avait empoisonnée en le dissimulant dans sa nourriture.
Tous ses clients en parlaient pendant des heures avec elle, mais aussi avec leurs voisins. Ils échangeaient leur point de vue sur l'affaire.
Doralina avait assisté à l'audience publique qui avait eu lieu à la fin de la journée.
L'homme et la femme étaient mariés depuis plusieurs années et avaient eu deux enfants. Un garçon qui était déjà grand et était parti dans une autre ville. D'après ce qu'elle en savait un désaccord l'avait poussé hors de la maison. Il y avait aussi une petite fille de quelques années qui elle, risquait de tout perdre. Sa mère serait condamné à mort et son père était déjà en décomposition.
Elle doute que quelqu'un ait pensé à avertir son frère et le temps que ce dernier y arrive... Beaucoup de temps allait s'écouler. S'il arrivait, après tout... personne ne savait ce qu'il était devenu.
L'homme avait une réputation d'usurier. Guère flatteur mais sa femme était apprécié dans la communauté. Elle était une bonne guérisseuse et une sage-femme expérimentée.
Plusieurs témoignages vinrent à la suite dévoilant l'infidélité du mari. Ce dernier projettait de tuer sa femme afin de se remarier avec quelqu'un de plus jeune et qui disposait aussi d'un capital intéressant. Celui de sa femme s'était épuisée et ils n'arrivaient pas à éponger les quelques dettes qu'ils avaient malgré leurs boulots respectifs. La femme ne demandait pas de tarif élevée pour son aide et cela leur rapportait donc très peu.
Au final, le juge et le shérif... bien que compréhensif... ne pouvaient laisser passer un tel crime.
Elle fut condamné à la pendaison.
Doralina se demandait juste ce qu'allait devenir l'enfant. Est-ce que quelqu'un allait la prendre en charge ? Et cette femme, elle ne pourrait pas être enterrée avec son mari... c'était la tradition.
Finalement la sentence serait exécutée le soir même. Mieux vaut ne pas traîner dans ces histoires... Cela lui laisserait le temps de dire au revoir à sa fille.
Le soir venu, une foule s'était pressée près de la potence préparée pour l'occasion. Que faire ? Doralina avait décidé d'y aller. Elle se sentait obligée d'y aller, de toute manière tout le monde s'y renderait lui avait répondu un voisin.

Elle regarda cette femme monter sur l'estrade en bois. On lui passa la corde au cou, sa fille était heureusement absente. Nul besoin qu'elle la voit ainsi.  Finalement, elle mourut en moins de deux minutes.

L'homme avait été enterré dans le cimetière communal et la femme fut incinérée car personne ne voulait d'elle à côté d'un de leur proches.
Le frère arriva de l'ouest un beau matin et apprit tout ce qui s'était passé. Il eut beaucoup de chagrin de n'avoir rien vu et de n'avoir pu dire adieu à ses parents ni même de se réconcilier avec eux.
Pour lui, cette histoire avait un goût amer. Il accepta de s'occuper de sa sœur malgré tout.
Ils partirent tous les deux du village pour aller à Minas Tirith ou il était devenu soldat.
Il passa à sa boulangerie avant de quitter Calembel et lui acheta plusieurs pâtisseries pour la route.
Par la suite, Doralina commença à se renseigner sur les herbes et les poisons en discutant avec plusieurs paysans, guérisseurs et sages-femmes. Elle s'éloignait parfois du village pour aller s'approvisionner en herbes aromatiques dans le petit bois voisin. Mieux valait ne pas se tromper effectivement !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
♦ PSEUDOs : Doralina Wirrar
♦ MESSAGES : 69
♦ RÉPUTATION : 178
♦ AVATAR : Sophia Myles
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Humaine
— ÂGE DU PERSO : 23
— RANG SOCIAL : Classe moyenne
— MÉTIER PRATIQUÉ : Boulangère
— ARMES DU PERSO : Sa poêle à frire
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : personne
— VOYAGE AVEC : personne, elle est bien dans sa maison
— AMOUREUSEMENT : Pour l'instant, rien à l'horizon

MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   Sam 17 Mar 2018 - 23:45



“ Retour dans ses souvenirs”
Page X



La ville de Bree


Ses parents avaient erré dans toutes les régions de la Terre du Milieu, du moins celles qui n'étaient pas dangereuses. Elle se rappelait très distinctement avoir été une fois près de Bree et brièvement dans la  Comté.
Ils avaient évites les cités elfiques et les cités naines bien qu'ils aient été en rapport avec quelques uns de ces membres afin de faire du commerce. Bree...
C'était une ville étrange. Elle s'en rappelait comme si c'était hier

FLASHBACK

Elle était arrivée le matin. Elle était émerveillée par ce qu'elle voyait. Elle avait un regard d'enfant. La rue était remplie d'hommes en tout genre ; des marchands, des ivrognes, des femmes qui faisaient leurs emplettes souvent avec quelques bambins dans leurs jupes. On y trouvait aussi des Semi-Hommes comme les appelaient sa mère. De ses yeux étonnés, elle les avaient regardé.
Pensez-vous des adultes qui avaient arrêtés de grandir, pour elle c'était fabuleux ! C'est à cause de leur taille qu'on les avaient appelés ainsi lui racontait son père.
Elle observait ces gens si différents des autres qui étaient habillés avec des pantalons courts, des bretelles, des belles vestes et surtout des pieds gigantesques... Elle en avait jamais vu d'aussi grands et avec des poils... Les femmes étaient belles aussi avec toutes leurs jolies robes colorées et leurs tabliers. Et les enfants... Elle en avait vu qu'un bien sûr mais il était tellement plus petit.

Ils étaient allés manger à l'auberge parce que disait son père, il avait fait une bonne affaire et avait rendu une étoffe rare à un notable. Elle était impressionnée par le monde qui se retrouvait dans ce lieu. Un barde avait joué de la musique pendant le repas. Elle avait écouté avec attention. Son père les avait installé dans un coin à l'écart des autres car il pensait que cela éviterait des ennuis avec les personnes du bar. Sa mère avait toujours peur que quelque chose tourne mal.

Ils avaient passés un peu de temps chez les différents commerçants. Elle était restée avec sa mère. Elle ne trouverait pas d'amis dans cette ville, disait-elle excepté peut-être des enfants Hobbits.
Elle avait échappé à cette surveillance et avait suivi le conseil de sa mère. Elle avait trouvé un petit hobbit et sa sœur. Ils avaient joués un temps avant qu'une femme hobbit ne les rappelle pour qu'ils viennent. Marguerite et Trevor... Des noms poétiques et des enfants tellement différents. Ils étaient polis, très propres et on ne les entendait pas marcher. Cela lui avait causé quelques difficultés aussi car ils étaient petits et se faufilaient partout. C'était un problème quand le jeu en question était un cache-cache.

Dans cette ville, elle avait eu le droit à une nouvelle petite robe parce que la sienne était trop petite et même sa mère avait pris une belle pièce de tissu et une aiguille afin d'en faire une pour elle même.

FIN  DU FLASHBACK
Tout le monde avait eu le droit à une nouvelle paire de bottes. C'était une des seules fois ou son père avait pû se permettre autant d'excès dans ses achats. Par la suite, une nouvelle affaire moins intéressante avait suivi et ils s'étaient serrés la ceinture pendant plusieurs semaines.
Cet homme avait été imprudent dans ses dépenses. Sa mère disait que c'était le problème avec les nomades, personne ne savait quels seraient leurs revenus le lendemain.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Péripéties d'une commercante   

Revenir en haut Aller en bas
 
Péripéties d'une commercante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Amour, Jalousie, et autres Péripéties ] -PV-
» Kwari - Nouvel éditeur de Manhwa
» Péripéties d'un singe paumé [pv hinata]
» « Une Heure, Une Pensée », péripéties quotidiennes
» Premier pas sur Le Baratie , que de péripéties ! ~ [ FB 1621 ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: accueil de nos hobbits :: Relationship&Cie :: Journaux Intimes-
Sauter vers:  
hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains hobbit nains hobbit nains hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.