AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
Lost little girl [Flashback]

Partagez | 
 

 Lost little girl [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Warrior Queen ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : Pheobe
♦ MESSAGES : 62
♦ RÉPUTATION : 155
♦ AVATAR : Adelaide Kane
♦ DC & co : Elrond
♦ DISPONIBILITÉ RP : ~ A discuter

— RACE DU PERSO : Tu es Gondorienne de naissance, proche parente de la famille princière de Dol Amroth. Dans tes veines coule le noble sang de la lignée de Numénor et tu portes fièrement cet héritage.
— ORIGINAIRE DE : Belfalas, c’est là-bas que tu es née et que tu as grandie. Depuis quelques années, cependant, ton lieu de résidence se trouve à Lossarnach.
— ÂGE DU PERSO : Tu es dans la fleur de l’âge, tout juste dix-huit jeunes années et de nombreuses encore à chérir.
— RANG SOCIAL : Riche, de par ton statut de noblesse. Tu ne manques de rien.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Les nobles femmes telle que toi n’ont pas de métier. Pourtant, tu t’immisces dans la vie politique de ta nation, dame de tête que tu es.
— ARMES DU PERSO : Une épée et un arc que tu sais manier avec assez d'adresse et de technique pour survivre à un combat.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Le Gondor et le partie du bien, il en va de soit.
— VOYAGE AVEC : Une garde de plusieurs soldats bien entraînés, parfois ton père ou quelques personnes de confiance.
— AMOUREUSEMENT : Plus tard, tu seras l’épouse de Thengel, plus tard, tu seras Reine du Rohan, mais pour l’heure, tu savoures toujours ta liberté.

MessageSujet: Lost little girl [Flashback]   Mar 1 Mai 2018 - 23:54


Lost little girl
Come, little children, I'll take thee away Into a land Of enchantment. Come, little children, The time's come to play. Here in my garden Of magic. Follow, sweet children, I'll show thee the way

«LÂCHEZ-MOI ! » hurla l’enfant en se débattant avec une force et une énergie presque surprenante pour son âge.

« Mais fais la taire ! » pesta le chef des bandits à l’égard de son subordonné qui tentait de maîtriser la jeune demoiselle, pas si petite que cela.

En effet, malgré du haut de ses neuf ans, Morwen était grande pour une gamine de son âge. Et visiblement, elle usait de sa taille, la petite garce, pour se débattre contre son ravisseur. Celui-ci tenta d’ailleurs de lui  mettre une main sur la bouche pour qu’elle cesse de crier avant qu’elle ne finisse par alerter quelques oreilles indiscrètes, mais la gamine lui mordit férocement le doigt. Le scélérat échappa un grognement de douleur avant de lui coller une solide gifle au visage du revers de la main. L’enfant étouffa alors un gémissement empreint de rage, comme un choc lui élança la mâchoire et qu’elle atterrit rudement au sol. Elle redressa un regard agressif et presque sauvage, la lèvre légèrement fendue et un goût de sang dans la bouche.

« Ne l’abîme pas ! » vociféra à nouveau le chef en venant bousculer celui qui venait de la frapper.

« Elle m’a mordu, la garce ! » se défendit-il en se tenant le doigt.


« Tu sais pas gérer un gosse ? » se moqua-t-il, alors que le rire d’un troisième homme éclatait quelque part en arrière de lui.

Le chef souleva Morwen par le collet avant de l’immobiliser pour lui attacher un foulard dans la bouche. Celui-ci lui coula un air faussement paternel et inquiet, lui essuyant la lèvre rougit par le sang. La demoiselle était crispée, mais elle eut beau se débattre lorsqu’il la souleva à nouveau de terre pour la placer à plat ventre sur la scelle du cheval, il était plus fort qu’elle – et visiblement un peu plus rusé que l’autre.

« Allez, on continue, la nuit va bientôt tomber et il faut mettre un maximum de distance entre nous et ces oreilles pointues. » déclara-t-il en pressant les deux autres.
Le trio et leur prisonnière repartirent au trot.

Tout avait commencé lors d’un voyage qu’elle avait entrepris avec son père pour venir visiter la Lorien. Il voulait améliorer son sindarin, qu’elle pratiquait depuis toute jeune, et lui enseigner davantage la culture des elfes, un héritage qui coulait dans leur veine très loin dans leur arbre généalogique. Son paternel lui avait dit que cela les rendait spéciaux aux yeux des autres hommes et la fillette n’avait pas spécialement tout compris de ce que cela pouvait impliquer, mais elle était plus qu’heureuse d’entreprendre la route avec lui et voyager un peu.

Tout c’était bien passer les premières journées du périple et ils étaient pratiquement arrivé à destination lorsqu’ils avaient été embusqués et que Morwen avait été enlevée dans la mêlée. Depuis, la gamine leur faisait la misère, se débattant, donnant des coups de pieds et mordant dès qu’on s’approchait un peu trop sa zone de porter. Ça ne les avait guère empêché de la trainer sur plusieurs kilomètres pendant qu’ils le pouvaient, fuyant le domaine des elfes qui risquaient de les rattraper rapidement si les ravisseurs ne déguerpissaient pas assez rapidement. Ainsi, ils s’étaient retrouvés à longer les Monts Brumeux en quête d’une place pour la nuit, à l’abris des regards indiscrets.

Ils trouvèrent l’emplacement idéal dans un creux au pied des montagnes où ils pourraient trouver abris. Le campement fut monté rapidement avant la noirceur et un feu brûla bientôt avec du gibier sur les flammes. Morwen fut installée dans un coin, inconfortablement liée aux pieds et aux mains pour s’assurer qu’elle n’essaierait pas de filer. Puis, comme la soirée avança, deux allèrent dormir pendant qu’un monta la garde. L’enfant fit mine de sommeiller roulée en boule, alors qu’en réalité, elle usait patiemment la corde en frottant une pierre un peu tranchante pour couper ses liens. Sans dormir, le deuxième tour de garde eut le temps de se faire avant qu’elle ne puisse finir sa tâche. Fort heureusement pour elle, le bandit qui prenait la seconde ronde s’assoupit la tête adossée contre le mur de roc au moment où la gamine parvint à scinder la corde. Silencieusement, elle se détacha les pieds avant de déguerpir à pas de loup.

Lorsqu’elle eut la certitude d’être assez loin, Morwen se mit à courir à toute vitesse. Dans l’obscurité, elle ignorait cependant où elle allait et choisit de suivre le flanc des Monts Brumeux, croyant qu’elle retournait vers la Lorien, alors qu’en réalité, elle s’en éloignait sans le savoir. Elle courut jusqu’à en perdre haleine, les pans de sa robe se déchirant dans les buissons, les branches lui fouettant le visage et lui grafignant la peau. Des feuilles s’étaient logées dans sa chevelure en bataille et elle n’eut d’autre choix que de s’arrêter lorsque son pieds se prit dans une pierre qu’elle n’avait pas vu et la fit basculer vers l’avant dans une culbute rocambolesque. La gamine atterrit sur le dos, le souffle coupé, un peu sonnée et désorientée. Elle resta là, les bras étendus en croix à reprendre ses esprits. Morwen était fatiguée et perdue dans un environnement qui lui était inconnu et encore trop près à son goût de ses ravisseurs.

D’ailleurs, à cette pensée, il lui sembla entendre des bruits de sabots et des exclamations de voix non loin. La fillette se figea un moment avant de rebondir sur ses pieds et de chercher désespérément une issue. Ce fut à ce moment qu’elle le vit, à peu près un mètre et demi plus haut, dans la silhouette du flanc de la montagne, une petite crevasse juste assez grande pour qu’elle puisse s’y glisser. Sans plus hésiter, elle grimpa, s’écorchant les mains sur la pierre et disparut dans le trou juste au moment où les ravisseurs approchaient. L’enfant les entendit pester, puis le chef ordonna une fouille des alentours : il devait bien y avoir un autre passage.

Déterminée à leur échapper, Morwen se tortilla dans la crevasse. Elle était peut-être grande, mais sa stature était frêle et, bien que le passage fut serré par endroit, l’enfant parvint à se glisser dans le trou sur plusieurs mètres. Puis, la cavité s’élargit brusquement et elle tomba sans prévenir dans un passage plus grand. Roulant par terre non sans refreiner un cri de surprise dans sa chute, la gamine toussa la poussière qu’elle ramassa dans son sillage. Où avait-elle atterri ? Excellente question. Un calme placide régnait et elle n’entendait plus ses poursuivants. En revanche, elle n’avait aucune envie de sortir dehors pour les recroiser. Alors, après de longues secondes de réflexion, elle choisit de savoir où menait le couloir et se remit sur ses jambes. Ses membres endoloris par la course et ses chutes répétées rechignèrent l’effort, mais sa tête les obligea à avancer.

Morwen marcha quelques minutes, la curiosité prenant les devant jusqu’au moment où elle sembla déboucher sur un espace… aménagé ? L’enfant scruta cette étrange tanière reculée de tout et plutôt bien cachée dans le creux des Monts Brumeux. Qui pouvait bien vivre ici ?

« Il y a quelqu’un ? » demanda la voix de l’enfant.

Sans réponse, la gamine s’avança davantage sans plus de gène, scrutant avec intérêt les installations qui s’y trouvaient. Bientôt, son regard s’intéressa au métier à tisser qui reposait docilement en attente qu’on l’utilise. Elle admira la grande roue en bois et le banc pour s’y asseoir. Lentement, la fillette s’approcha du rouet et voulut tendre une main pour effleurer les rayons, mais la présence de quelqu’un la fit sursauter. Morwen se retourna en étouffant un hoquet de surprise, mais davantage dû au fait qu’elle ne l’avait pas entendu arriver plus qu’à son apparence singulière…





black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t2788-born-to-be-queen-morw
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Lost little girl [Flashback]   Sam 5 Mai 2018 - 11:55

Lost little girl [Flashback]
Morwen & Murtagh

Les Monts-Brumeux. Infernale colonne vertébrale faite de calcaires et de roches acérées qui s’étendaient de la Lande du Nord aux plaines de Rohan. Telle était cette chaîne de montagne ; un dédale de sentiers coupants d’où serpentait une brume vomie des entrailles de la terre. Nombreux de ceux qui s’y étaient aventurés n’en sortirent jamais vivant. Erigées par Melkor lui-même, les Monts étaient donc nés pour servir de berceau et de refuge aux orques et aux gobelins qui en firent rapidement leur patrie et ce malgré la revendication incessante des nains. Beaucoup de cavernes résultaient des guerres tenues entre les deux races. Les pierres qui juchaient le sol en témoignaient. Quand le vent s’engouffrait dans les crevasses et faisait frissonner la roche, on pouvait comme écouter le récit historique que renfermaient ces murs.

C’est ici, parmi l’une de ces nombreuses crevasses dont regorgeait le Mont Gundabad, que Murtagh s’était établi, loin de toute lumière et de chaleur, tapis dans l’ombre de son repaire humide et sinistre. Sa grotte se trouvait en contre bas sur le flanc de la montagne creusée dans une cavité. La végétation luxuriante aux alentours constituait un merveilleux camouflage naturel. C’était cet avantage qui l’avait conduit à choisir cette grotte plutôt qu’une autre mais aussi parce que cette zone n’était pas ou peu fréquentée. Cette route suivait la direction du Haut Col, non loin du repaire secret des elfes. Mais pour les plus intrépides qui empruntaient ce sentier, Murtagh s’arrangeait toujours pour leur réserver l’accueil qu’ils méritaient. Il était hors de question de laisser filer un individu qui aurait découvert sa planque. Aux yeux de certains orcs, il était sensé être mort et préférait le rester le plus longtemps possible.

Murtagh se tenait assit, là, sur ce lopin de roche gondolé qui dégorgeait à moitié du sol et qui faisait office de siège. Pour toute compagnie, il n’avait que son rouet et le chant léger et mélodieux de sa roue qui filait infatigablement. Au milieu des ténèbres se tordait, héroïquement, la flamme d’une bougie qui luttait pour ne pas être avalée par l’humidité qui faisait suinter la roche. Sa lumière vacillante projetait des silhouettes indistinctes et fantomatiques sur les parois qui semblaient raconter des histoires cauchemardesques de guerre des races. Les pensées du semi-orc se laissaient aller à la contemplation hypnotique du mouvement rotatif de son fuseau. Quand il lui redonnait vie, plus rien n’existait aux alentours, il faisait entièrement partie du mécanisme et des rouages. La machine et l’hybride étaient indissociables. Le rejeton de Morgoth adressa un regard plein de reproche à son panier en osier vide. Il y avait bien des lunes désormais que le semi orc ne tissait qu’une laine chimérique mais quand bien même, le mouvement perduré. Tourner encore, encore et toujours quand son monde à lui reste figé, prisonnier du passé avec l’espoir qu’à chaque roulement, il se décide à avancer. Une tapisserie invisible habillait le granit de la grotte, filée avec des bobines de rêves et de songes qui avaient nourrit son rouet. Depuis combien d’heure se tenait-il assit là ? Il n’en savait rien. Le temps semblait se suspendre quand il s’offrait à la roue de son salut. Il en oubliait même le monde extérieur qui, pourtant, continuait à exister avec son lot de danger et de dérangement. D’ailleurs le fil de ses songes n’allait pas tarder à être rompu par des agitations qui provenaient de l’extérieur. Le nuit s'était déjà installée depuis quelques heures et les rayons lunaires tentaient vainement de percer l’obscurité maintenue dans la grotte. Le vent lui portait déjà les premiers hurlements enragés des orcs qui annonçaient leur règne nocturne sur les Montagnes. Il accueillit alors les ténèbres avec un sourire amical.

La flamme qui s’éreintait inexorablement à imposer sa lueur dans ce gouffre, puisait dans les dernières réserves d’énergie qui lui restait. Sa danse insolente perdait de sa vigueur et bientôt elle disparaîtrait, avalée par l’obscurité. Murtagh lui accorda un instant d’intérêt. Il ne comprit pas vraiment pourquoi, mais il la fixa, témoin de ses derniers instants de lutte extrême pour sa survie. Ce n’était pas comme s’il s’agissait d’une personne, mais dans l’univers statique de cette grotte, elle était la seule à lui donner un semblant de vie. Sa tanière n’avait plus aucun secret pour lui. Il en connaissait chaque pierre et ses oreilles s’étaient familiarisées avec tous les bruits qui la constituaient. Du grondement sinistre du vent claquant sur les parois de la roche à la discrète et insignifiante gouttelette s’écrasant au sol, rien de ce qui se passait ici ne lui était inconnu. Les sons qui provenaient de la surface lui parvenaient distinctement grâce au long corridor qui portait l’écho jusque dans le renfoncement dans lequel il avait élu domicile. D’ailleurs ce soir, le vent complice lui susurra quelques informations sur ce qui se tramait au dessus. Des éboulements suspects de pierres lui révélèrent une intrusion. Gêné dans sa longue méditation, il abandonna son rouet pour se tourner en direction du couloir. Quelque soit ce qui approchait, Murtagh avait plus de chance dans le noir. Ses prunelles étaient dotées de cette faculté à tromper l’obscurité. Il précipita le sort funeste de la bougie en balayant son existence de son souffle, seule demeurait l'intrusion lunaire pour ultime lumière. Tapis dans le noir le plus profond, il patienta, tout ses sens en éveil, prompt à accueillir son indésirable invité surprise. Ses doigts aguichèrent le pommeau de son sabre qui se languissait de venir abreuver sa lame à un sang neuf et frais. Patience.

Selon ce qui allait se présenter à lui, il aurait soit un avantage insolent et déloyal sur un adversaire humain ou bien la malchance de tomber sur un de ses semblables et de devoir faire preuve d’une plus grande ingéniosité. A en croire par l’odeur qu’il dégageait, il se rapprochait plus de celle d’un humain mais valait mieux être vigilant. L’individu en question ne semblait rien faire pour se montrer discret, Murtagh le comprit au son de son pas maladroit. Quand bien même aurait-il fait l'effort de demeurer discret, cette caverne était dévouée à son unique maître et n’aurait point hésiter pas à trahir la présence de l’humain. Quand la silhouette s'annonça enfin, visible et définie, Murtagh eut du mal à en croire ce que lui montrait ses prunelles. Une fillette, seule, sans escorte, et visiblement égarée. La main qui flirtait avec son pommeau retomba le long de sa hanche. Il l'observa un instant s'enfoncer dans l'Antre du monstre, découvrant son nouvel environnement et constatant que celle-ci était habitée. Elle eut l'audace de s'approprier son Rouet en jouant les tisseuses d'un soir ce qui eut pour effet de contrarier le semi-orc qui s'annonça alors derrière l'impertinente intruse, le regard aussi sinistre que ce visage fermé à toute sympathie. Que faisait-elle ici et comment avait-elle trouvé son repaire si bien gardé ? Malgré le peu de luminosité, le faisceau lunaire qui s'était frayé un chemin dans la grotte dénonça l'aspect effroyable de la créature.

- Je t'interdis d'y toucher à moins que tu ne veuilles perdre l'usage de tes minables doigts ?

Il s'avança d'un pas, menaçant, la dominant de sa hauteur bien qu'il ne soit pas particulièrement un géant.

- Voyez un peu ce que le vent m’a apporté...Qui es-tu et comment une si petite chose insignifiante comme toi a pu découvrir ma grotte, hum ?


made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

Warrior Queen ♦ HUMAINE
avatar
♦ PSEUDOs : Pheobe
♦ MESSAGES : 62
♦ RÉPUTATION : 155
♦ AVATAR : Adelaide Kane
♦ DC & co : Elrond
♦ DISPONIBILITÉ RP : ~ A discuter

— RACE DU PERSO : Tu es Gondorienne de naissance, proche parente de la famille princière de Dol Amroth. Dans tes veines coule le noble sang de la lignée de Numénor et tu portes fièrement cet héritage.
— ORIGINAIRE DE : Belfalas, c’est là-bas que tu es née et que tu as grandie. Depuis quelques années, cependant, ton lieu de résidence se trouve à Lossarnach.
— ÂGE DU PERSO : Tu es dans la fleur de l’âge, tout juste dix-huit jeunes années et de nombreuses encore à chérir.
— RANG SOCIAL : Riche, de par ton statut de noblesse. Tu ne manques de rien.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Les nobles femmes telle que toi n’ont pas de métier. Pourtant, tu t’immisces dans la vie politique de ta nation, dame de tête que tu es.
— ARMES DU PERSO : Une épée et un arc que tu sais manier avec assez d'adresse et de technique pour survivre à un combat.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Le Gondor et le partie du bien, il en va de soit.
— VOYAGE AVEC : Une garde de plusieurs soldats bien entraînés, parfois ton père ou quelques personnes de confiance.
— AMOUREUSEMENT : Plus tard, tu seras l’épouse de Thengel, plus tard, tu seras Reine du Rohan, mais pour l’heure, tu savoures toujours ta liberté.

MessageSujet: Re: Lost little girl [Flashback]   Lun 7 Mai 2018 - 22:19


Lost little girl
Come, little children, I'll take thee away Into a land Of enchantment. Come, little children, The time's come to play. Here in my garden Of magic. Follow, sweet children, I'll show thee the way

L’enfant s’était retournée en un sursaut, étouffant une exclamation de surprise lorsqu’une silhouette c’était soudainement dressée derrière elle. Dans la pénombre de la grotte, où seule la lueur de la lune peinait à y pénétrer, elle ne s’était pas aperçue qu’il y avait quelqu’un ici, malgré qu’elle ait demandé en arrivant. Certes, elle ne s’était pas gênée pour jouer les intruses en entrant sans la moindre permission dans la tanière. Son regard se redressa alors, observant celui qui semblait être le propriétaire de ce modeste refuge. Visiblement, il n’était pas amusé de la voir traîner ici et il le fit rapidement savoir par de vilains mots. Morwen attrapa ses doigts, les serrant contre sa poitrine en lui coulant un regard réprobateur. Quelle horrible chose que de vouloir abîmer les doigts d’un enfant pour la simple faute de curiosité ! Elle n’aurait pas endommagé son rouet ! Elle savait même s’en servir… La demoiselle avait d’ailleurs observé l’absence de lainage dans le panier…

N’importe quel gamin de son âge aurait légitimement prit peur, aurait crié, aurait voulu fuir ou se serait roulé en boule en pleurant. Pourtant, la fillette était restée immobile, tout juste offusquée par les paroles de l’étranger. Lorsque celui-ci fit un pas vers elle, menaçant, elle ne broncha pas davantage. Bien qu’il était plus grand qu’elle, elle avait déjà vu pire. Il n’était pas si grand que cela pour un homme et elle était grande pour une enfant de son âge. Par conséquent, il ne la surplombait que par une demie tête, tout au plus. Rien, qui, à priori, ne l’intimida en terme de taille. Néanmoins, elle eut le loisir de mieux l’observer de plus près. Et lorsqu’il la questionna sur qui elle était et comment elle était atterrie ici, la jeune fille parut contrariée par sa façon inhospitalière de l’interroger.

« Je ne suis pas insignifiante ! » tonna-t-elle d’une voix forte et enflammée.

Décidemment, sa témérité et sa fougue n’avaient d’égal que l’inconscience de son jeune âge. Elle apprendrait certainement avec le temps… ou peut-être pas. Mais aussi vite la flamme s’était-elle embrasée, aussi vite se tamisa-t-elle une fois son irritation recrachée. L’enfant s’adoucit, concédant qu’elle avait tout de même trépassé dans un lieu où elle n’aurait pas dû. Puis, les questions de l’étranger étaient légitimes, même si mal adressés. Son père lui avait déjà dit un jour que tous n’étaient pas doués avec les mots et la façon de dire les choses. Et, si cette personne vivait recluse dans un lieu caché de tous, elle n’avait sûrement pas l’occasion de converser beaucoup.

« Je m’appelle Morwen… » répondit-elle enfin, après un bref moment de silence.

Elle s’était calmée quelque peu et son ton avait descendu d’un cran, un peu moins agressif et sur la défensive. L’enfant omit les détails de présentation superflue que la noblesse se réservait, se disant que de toute façon, ce n’était pas particulièrement approprié.

« J’ai été enlevée par des bandits près de la Lorien… et je me suis enfuie. Ils ont essayé de me rattraper et, en voulant me cacher, je me suis glissée dans une crevasse trop petite pour eux. J’ignorais que ça me mènerait quelque part… J’ai déboulée dans le couloir et… je n’avais pas envie de retourner dehors, alors j’ai décidé de voir où le passage menait… Puis, j’ai atterrie ici. »

L’enfant frotta son épaule endolorie après être tombée dessus en atterrissant dans le couloir de la grotte. Elle soupira doucement, fatiguée.

« Je suis perdue, en fait. Je n’ai aucune idée où je suis… »

On lui demanderait de retrouver cette grotte et nul doute qu’elle en serait incapable. Elle n’avait pas trouvé l’entrée, elle était tombée dessus par hasard via un autre passage qui y était relié. Simplement, cette crevasse était trop petite pour qu’on lui porte habituellement attention ou pour qu’un adulte songe à s’y glisser.

Morwen le regarda de nouveau, avec un peu plus d’attention cette fois. Sa peau était étrange, d’une couleur et d’une texture qui lui paraissaient anormales pour un être humain. En revanche, elle aimait bien la pigmentation dorée qui reluisait à la lueur de la lune. Évidemment, la gamine n’avait jamais vu d’orc de sa vie, aussi ne fit-elle pas le lien entre son apparence singulière et ces créatures sanguinaires dont elle avait entendu parlées. De toute façon, si elle avait croisé un orc, il l’aurait déjà tuée, si ? Non, la demoiselle avait une toute autre théorie en tête. Elle le regarda intensément, une curiosité certaine dans les yeux, qui n’était ni du dégoût, ni du mépris, seulement une interrogation franche. De toute façon, elle n’avait jamais été douée pour mentir ou camoufler ses émotions, surtout aussi jeune.

« Êtes-vous malade ? » questionna-t-elle en toute indiscrétion.

Visiblement, elle n’avait aucune gêne. En revanche, le ton de sa voix avait paru presque inquiet pour lui. Était-ce pour cette raison qu’il vivait loin de tous comme ça ? Ooh, et avec sa curiosité mal placée, voilà qu’elle ne lui avait même pas demandé son nom… Quelle impolitesse.

« Pardon, je ne vous ai même pas demandé votre nom… »

Il n’est jamais trop tard pour se rattraper, pas vrai ?


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t2788-born-to-be-queen-morw
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Lost little girl [Flashback]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lost little girl [Flashback]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Humeur smiley!
» London Stiller...she's a special girl
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Heartbreaker version girl [Finish]
» LOST LE RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: détente des Hobbits :: Cimetière :: RPs-
Sauter vers:  
hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains hobbit nains hobbit nains hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.