AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
Quand l'appel de la paix est trop fort

Partagez | 
 

 Quand l'appel de la paix est trop fort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
♦ PSEUDOs : Ready
♦ MESSAGES : 317
♦ RÉPUTATION : 1711
♦ AVATAR : Ellie Darcey Alden
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Elfe Sylvestre
— ORIGINAIRE DE : Vertbois
— ÂGE DU PERSO : 12 ans
— RANG SOCIAL : Enfant
— MÉTIER PRATIQUÉ : Pas grand chose pour l'instant
— ARMES DU PERSO : Arc et dagues
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Le bien
— VOYAGE AVEC : Uniquement dans sa propre tête
— AMOUREUSEMENT : De la solitude

MessageSujet: Quand l'appel de la paix est trop fort    Jeu 11 Oct 2018 - 14:21

Je me cramponne à la crinière de Lalaith, ma jument, pour ne pas tomber. Encore une fois je me maudis d’être partie ainsi de Foncombe après juste avoir laissé une petite lettre à Elrond. Enfin petite… J’y ai tout expliqué. Si Saruman peut m’aider à obtenir un contrôle parfait sur mon don… Je dois y aller non ? Je n’en peux plus de cette malédiction qui me mange autant physiquement et mentalement parlant. J’ai réussis à filer discrètement et à prendre la route pour Orthanc. Heureusement Lalaith est une jument intelligente qui me protège bien. Je n’ose même pas descendre de cheval plus de quelques instants. Je dors, autant que je dorme vraiment, sur son dos, enroulée dans ma cape. Heureusement, le trajet n’est pas si long que ça.

Mais il n’en est pas moins épuisant pour moi. Je me demande si le seigneur Elrond a prévenu Saruman, ou s’il a envoyé quelqu’un pour veiller sur moi à distance. Peut-être ni l’un ni l’autre et qu’il est fâché contre moi ? Après tout je n’ai pas eu la patience de rester avec lui pour qu’il m’enseigne lui même ce qu’il savait ? Qui sait… Pas moi. Je suis tellement fatiguée et j’ai tellement soif que… Je passe ma langue sur mes lèvres. J’ai soif. Lalaith s’ébroue et je relève la tête. Un cavalier s’approche au galop et s’arrête brutalement à côté de moi. Un humain ? Il porte une livret que je ne connais pas. Pour ce que j’en connais… Je saisis au cas où mon poignard sans le tirer.

« Niphredil de Mirckwood ?
-… Oui ?
- Je suis un serviteur du magicien Saruman, il m’envoie te chercher. »

Il me tend une gourde que j’attrape aussitôt pour boire goulûment. Il finit par m’attraper et me hisser sur sa propre monture. Au point où j’en suis je me laisse faire. Je suis trop fatiguée pour protester. Il attrape les rênes de ma jument et les attache à sa selle avant de talonner sa monture. Je sens ma tête dodeliner au rythme de sa monture, mais il me secoue abruptement à chaque fois que je manque de m’endormir. Il ne veut pas que je dorme, j’ai bien compris. Je lutte moi aussi pour rester réveiller. Je lève la tête vers les hautes murailles qui entoure la tour de Saruman et mon regard suit la construction et les arbres qui défilent autour de moi. La tour est effrayante, froide, glaciale. Je sens ma détermination faiblir. J’avale péniblement ma salive, mais il est trop tard.

Le valet arrête brutalement sa monture, glisse au sol et m’attrape comme un paquet de linges sales. Hey, doucement ! J’atterris brutalement sur mes pieds et observe encore autour de moi avant de porter mon attention sur Saruman qui se tient immobile alors que son valet fait une profonde courbette devant lui… J’avais oublié la haine et la peur qu’il pouvait m’inspirer. Je me mordille les joues avant de pour une fois baisser le nez devant lui et d’attendre ses remarques cinglantes qui vont venir. J’avoue : je les ai mérité sur ce coup là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1836-niphredil-la-petite-f http://lonelymountain.forumactif.org/t1853-niphredil-ami-ou-ennemi http://lonelymountain.forumactif.org/t1854-les-aventures-de-niphredil

Lord of Isengard ♦ Istar
avatar
♦ PSEUDOs : Xelhios
♦ MESSAGES : 313
♦ RÉPUTATION : 870
♦ AVATAR : Christopher Lee
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ~ A discuter

— RACE DU PERSO : Ainu/Maia/Istar
— ORIGINAIRE DE : Valinor, une île hors d'attente à l'Ouest
— ÂGE DU PERSO : Plus vieux que le monde (littéralement)
— RANG SOCIAL : Riche
— MÉTIER PRATIQUÉ : Magicien, gardien, conseiller, alchimiste
— ARMES DU PERSO : Sa voix et une dague cachée
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Conseil Blanc/Valinor
— VOYAGE AVEC : Une voiture, tirée par deux chevaux.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire

MessageSujet: Re: Quand l'appel de la paix est trop fort    Sam 13 Oct 2018 - 14:17

Quand l'appel de la paix est trop fort

Δ Niphredil

La tour noire était silencieuse. En cette fin d'après-midi, baignée par la paresseuse lueur mordorée d'un soleil plongeant vers son coucher, la haute flèche de pierre noire semblait presque léthargique. Il n'y avait pas âme qui vive dans ses couloirs; quelques corbeaux décrivaient de lents cercles autour de sa cime; derrière ses jardins, une brise solitaire agitait discrètement les feuillages du jardin déserté.
Les domestiques d'Orthanc étaient pour la plupart dans leurs quartiers, profitant de leur temps libre: c'était d'ordinaire un moment où le maître de maison (qu'on ne voyait d'ailleurs pas tant en dehors de ses quartiers) n'avait besoin de personne, et où il était parfaitement inutile d'arpenter les couloirs et les escaliers de la tour.
Tout était silencieux. Ou presque.

Quelque part, loin dans les étages supérieurs, une lourde porte claqua violemment. Puis un autre bruit y succéda: un bruit régulier, rapide, soutenu. Un bruit sec, qui ricochait contre les murs, vibrait sous les hauts-plafonds de roche et dégringolait les escaliers, augmentant progressivement. Si il y avait quelque rares âmes vivantes qui traînaient dans les couloirs, elles s'écartaient rapidement lorsqu'elles entendaient ce bruit. Jusque dans le hall d'entrée de la tour, on pouvait entendre ce son particulier qui ne cessait d'augmenter au fur et à mesure que sa source se rapprochait.
C'était le tap-tap caractéristique du bois sur la pierre. Et il enflait sans cesse, comme un grondement sourd prêt à rugir dans la seconde.

Les hautes portes d'Orthanc s'ouvrirent avec le lourd bruit d'un verrou que l'on tire. Jaillissant de l'ouverture, un corbeau passa le porche et vint se poser sur un éperon sculpté. L'instant d'après, le Magicien Blanc passait à son tour la porte, descendant quelques marches. Ses yeux noirs étaient rivés droit devant lui. Il portait son habituelle toge blanche et son bâton noir, fine figure austère du maître de maison attendant son hôte.
Un long chemin, naissant au bas des marches qui menaient à la tour, s'élançait tout droit jusqu'aux murailles, bordé par les jardins et les arbres:perçant les murs fortifiés, la porte de l'Isengard était grande ouverte, et deux cavaliers la passaient au trot.
Balayant de prime abord les deux arrivant, ses yeux se fixèrent rapidement sur Niphredil, et n'en décrochèrent pas quand elle descendit de cheval. Il l'observa avec son regard perçant, froid, sans fond, sans rien dire pendant un moment. Puis il lâcha quelques mots:

-Viens avec moi.

L'injonction ne laissait pas la place à la discussion, à une quelconque forme de politesse ou même à une autre interprétation qu'un simple ordre. Le sorcier fit volte face, et entra à nouveau dans Orthanc. Dans son dos, le corbeau croassa quelque chose, et le valet se redressa pour emmener la monture de l'elfe à l'écurie. Saruman traversa le large hall, se glissant entre les piliers de pierres qui en soutenait la voûte sculptée: il se dirigea vers une porte du mur de droite. Il en poussa le battant, passant dans le salon qu'il réservait à ceux qu'il n'acceptait pas de suite dans ses quartiers. La lumière de la fin d'après midi y entrait par de hautes et fines fenêtres, se déposant doucement sur le mobilier simple. Il y avait des sièges confortables, une table basse discrètement ornée, quelques décorations sur les murs et un placard remplie de liqueurs dans un coin. Trônant devant la cheminée éteinte, un fauteuil massif à haut dossier faisait face au reste des sièges de la pièce. Une fois Niphredil entrée, il ferma la porte et lui indiqua d'un geste sec un fauteuil où s'assoir. Sans faire de même, il planta son regard droit dans celui de l'elfette.

-Lassée d'Imladris ? Envie de prendre l'air, pour visiter la campagne ?

Le ton était cinglant, le regard sévère et partiellement moqueur. Niphredil avait fait tout le trajet depuis le domaine d'Elrond jusqu'à celui du magicien, ne laissant au Seigneur Elfe qu'une petite lettre pour le prévenir de son départ. Seule, avec son cheval et son couteau, elle avait traversé une distance remarquable pour venir voir Saruman.
Ce qui était concrètement surprenant, compte tenu de leurs antécédents. La jeune fille avait été enfermée dans ses propres cauchemars par le traumatisme de sa rencontre avec le vieil homme. Il paraissait complètement absurde de sa part de venir jusqu'ici. Seule. Il paraissait évident qu'elle ne venait pas là pour prendre l'air.
Soit elle était ici pour le tuer, soit pour lui demander de l'aide à propos de quelque chose.

Il serait intéressant de voir laquelle des deux réponses étaient vraies.
Saruman était partiellement agacée de sa présence ici: d'un côté, elle l'intriguait terriblement. Il n'avait qu'une idée vague de ce qui pouvait la pousser sur les routes jusque chez lui, et pour peu que la raison soit intéressante il voulait bien l'entendre. De l'autre il espérait en avoir fini avec l'elfette, une bonne fois pour toute. Lorsqu'elle s'était trouvée emprisonnée dans sa propre tête, le magicien avait assisté Elrond pour la ramener à la conscience: mais pour cela, il avait dû entrer lui aussi dans l'esprit d'une enfant dont les cauchemars s'avéraient parfois prophétiques.
Et il s'était avéré qu'il s'était retrouvé prisonnier d'un de ces cauchemars, chose que la présence de la rouquine rendait difficile à oublier: plus vite elle serait partie, mieux ce serait.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t2407-all-magic-come-with-a http://lonelymountain.forumactif.org/t2433-connaissances-et-affilies http://lonelymountain.forumactif.org/t2568-saruman-agenda

avatar
♦ PSEUDOs : Ready
♦ MESSAGES : 317
♦ RÉPUTATION : 1711
♦ AVATAR : Ellie Darcey Alden
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Elfe Sylvestre
— ORIGINAIRE DE : Vertbois
— ÂGE DU PERSO : 12 ans
— RANG SOCIAL : Enfant
— MÉTIER PRATIQUÉ : Pas grand chose pour l'instant
— ARMES DU PERSO : Arc et dagues
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Le bien
— VOYAGE AVEC : Uniquement dans sa propre tête
— AMOUREUSEMENT : De la solitude

MessageSujet: Re: Quand l'appel de la paix est trop fort    Sam 13 Oct 2018 - 17:02

Je reste physiquement très calme devant Saruman, mais un filet de sueurs coule dans mon dos. Je n’aime pas son regard abyssale et son attitude… effrayante. Surtout qu’il se tiens sur le haut des marches et moi en bas, je me sens encore plus petite que je ne le suis déjà. Je n’aime pas du tout cet endroit ! Mais… puisque j’ai fais le choix d’y aller… Pourquoi j’ai décidé d’y aller ? J’aurais dû accepter de prendre l’option de la patience. Mais je n’en pouvais plus… Je soutiens le regard de Saruman en essayant de garder l’expression la plus calme possible. J’avale à nouveau péniblement ma salive quand l’ordre tombe. J’obéis. Je vais devoir m’y faire sûrement… Mes yeux se posèrent sur le corbeau croassant avant de passer les portes de la tour. J’allais finir par me tuer toute seule sans le vouloir.

L’endroit est glacial… en fait le terme est… terrifiant. J’aurais vraiment dû rester à Imladriss. Mais bon… je crois que je vais devoir rester tranquillement ici le temps qu’il faut… Ou pas. Mais je ne peux pas rentrer tout de suite. Déjà je ne le peux pas physiquement parlant : je suis épuisée et Lalaith aussi. Et puis… je suis ici pour une bonne raison. Respire Niphredil ! Tout va bien ! Il ne peut rien te faire parce que le Seigneur Elrond sait que je suis ici, donc je suppose qu’il attend que je revienne. Sur ce coup là… je mérite clairement une punition et je m’y soumettrais sans rechigner. Le tap-tap du bâton de Saruman m’agace et me tend plus que je ne le suis déjà, mais je me force à ne rien montrer. Même son salon est glacial. Et je ne parle pas de la température. Même avec le soleil qui entre par les fenêtres ne suffit pas à me rassure. Je m’installe sur le fauteuil le plus proche quand le magicien blanc me l’ordonne. À nouveau mon regard trouve le sien et je le soutiens alors que j’aimerais plus lui planter une flèche entre les deux yeux. Je fais une grimace face à son… « humour »si on peut qualifier ça de drôle.

« Non. Aucun des deux. »

Je fouille un peu dans ma mémoire sur ce que je veux dire. J’avais essayé pendant le trajet de trouver comment expliquer ce que je voulais lui dire une fois en face, mais là, tous mes mots ont disparu. Bon ! Autant y aller directement. Je reviens soutenir son regard, le mien avait « fuit » pour regarder par la fenêtre.

« Quand vous êtes venu dans ma tête, je vous ai entendu parler. Vous avez dis : « Tu es une reine ici, sinon une déesse ! Tu es cette endroit. Tu as un esprit remarquable, Niphredil, il faut bien l'admettre. Il n'est pas ici question de contes de fées, où tu dois mettre une armure, tirer ton épée et affronter un gros dragon qui fait peur. Il est question d'arrêter de te battre contre toi même.» et vous avez rajouté que vous pouviez me donner un coup de pouce avec ça. C’est ce que je suis venue chercher : un coup de pouce. »

Je soutiens toujours son regard. Je me souviens parfaitement de ce qu’il m’a dit. Je ne sais pas si c’était valable uniquement dans ma tête ou dans la réalité, mais qui ne tente rien n’a rien. Ma main gauche triture l’ourlet de ma chemise alors que je lutte contre ma fatigue pour ne pas me rouler en boule dans le fauteuil et m’endormir immédiatement. Je penche la tête sur le côté sans lâcher du regard Saruman.

« Je suppose que le Seigneur Elrond vous avait prévenu… »

Je me demande à quel point il est furieux contre moi… Je crois que je n’ai pas vraiment envie de savoir. J’ai déjà une magnifique punition en face de moi. Je n’oublie pas ce que j’ai vu… Mais je préfère peut-être pour l’instant le glisser en arrière pour réussir à retrouver un semblant de stabilité dans ma vie. J’attends la réaction de Saruman en me mâchant l’intérieur de la joue en me maudissant d’être venue ici. Allez Niph ! Une fois avec un peu de stabilité tu pourras repartir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1836-niphredil-la-petite-f http://lonelymountain.forumactif.org/t1853-niphredil-ami-ou-ennemi http://lonelymountain.forumactif.org/t1854-les-aventures-de-niphredil

Lord of Isengard ♦ Istar
avatar
♦ PSEUDOs : Xelhios
♦ MESSAGES : 313
♦ RÉPUTATION : 870
♦ AVATAR : Christopher Lee
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ~ A discuter

— RACE DU PERSO : Ainu/Maia/Istar
— ORIGINAIRE DE : Valinor, une île hors d'attente à l'Ouest
— ÂGE DU PERSO : Plus vieux que le monde (littéralement)
— RANG SOCIAL : Riche
— MÉTIER PRATIQUÉ : Magicien, gardien, conseiller, alchimiste
— ARMES DU PERSO : Sa voix et une dague cachée
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Conseil Blanc/Valinor
— VOYAGE AVEC : Une voiture, tirée par deux chevaux.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire

MessageSujet: Re: Quand l'appel de la paix est trop fort    Sam 13 Oct 2018 - 18:04

Quand l'appel de la paix est trop fort

Δ Niphredil
Le Magicien blanc haussa un sourcil. Ses cils battirent rapidement, mais son regard ne bougea pas de Niphredil. Il l'observait. Et il pensait.

Presque sans un bruit, il se dirigea vers son fauteuil. Lorsqu'il s'y assit, ses longs doigts fins se croisèrent sur ses genoux et son regard se fit très légèrement moins pensif. L'elfette était là, assise devant lui, à se mordiller la joue en attendant une réponse. Lui demandant de l'aide. Elle était là, à attendre qu'il claque magiquement des doigts et qu'il lui dise "tout va bien. J'ai chassé tes cauchemars". Sérieusement, il devait faire quoi ? Attendre au pied de son lit avec un attrape-rêve ?

-Elrond t'aidait. Pourquoi venir jusqu'ici ? Pourquoi venir jusqu'à moi ?

N'importe quel être moralement constitué aurait choisi sans hésiter la garde d'Elrond pour un rétablissement post-traumatique. L'elfe était attentif, doux, gentil. C'était un guérisseur. Saruman, lui, était un technicien, un magicien, un artificier. Pas un guérisseur. L'elfe avait recueilli l'enfant, l'avait soigné progressivement pendant qu'elle traversait probablement l'une des pires périodes de sa vie (le magicien s'était renseigné sur la vie de Niphredil à Imladris depuis son intervention, et il n'aurait pas été fondamentalement surpris qu'elle voit Elrond comme une figure paternelle à tout égard); l'Istar n'était intervenu qu'une fois, rapidement et en soutient à l'action du Porteur d'Anneau.
D'autant que l'Elfe possédait lui aussi un don de vision, devenant de facto un mentor et une aide bien plus efficace pour le problème de la rouquine que Saruman. Et pourtant, c'était lui qu'elle regardait avec ses deux yeux pleins de détresse, appelant à l'aide.

Saruman ignora la remarque sur le fait que le seigneur d'Imladris l'ait prévenu ou non. Ça n'était pas une information capitale. A la place, son esprit se mit à réfléchir posément à ce qu'il pouvait faire pour l'aider. Peut-être l'attrape-rêve n'était-il pas une si mauvaise idée ?

-Je t'ai déjà donné un coup de pouce. En te sortant de ton cauchemar. Et en t'expliquant comment le faire à nouveau: ce sont tes cauchemars, c'est ta tête. C'est à toi d'apprendre comment y entrer et comment en sortir.

Saruman parlait avec un ton froid, détaché, et légèrement agacé. Il ne se sentait pas fondamentalement concerné par la gamine, et se sentait plus agacé qu'elle n'ait toujours pas compris comment se débarrasser de ses problèmes et qu'elle demande de l'aide à tour de bras plutôt que de prendre les choses en mains. Mais au moins, se présentait une excellente nouvelle: elle n'était pas là pour lui faire la peau.
Ce qui impliquait qu'il n'aurait pas à la massacrer en retour. Par légitime défense, du moins.

D'un revers de pensée, il écarta l'idée de l'attrape-rêve. C'était une béquille ridicule, avec laquelle elle ne pouvait marcher toute sa vie. Niphredil avait un don de vision, et une peur bleue des cauchemars qu'il pouvait animer. Mais il ne pouvait pas simplement lui retirer ses cauchemars un par un: il fallait qu'elle apprenne à négliger sa peur, et à avancer tel qu'elle était.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t2407-all-magic-come-with-a http://lonelymountain.forumactif.org/t2433-connaissances-et-affilies http://lonelymountain.forumactif.org/t2568-saruman-agenda

avatar
♦ PSEUDOs : Ready
♦ MESSAGES : 317
♦ RÉPUTATION : 1711
♦ AVATAR : Ellie Darcey Alden
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Elfe Sylvestre
— ORIGINAIRE DE : Vertbois
— ÂGE DU PERSO : 12 ans
— RANG SOCIAL : Enfant
— MÉTIER PRATIQUÉ : Pas grand chose pour l'instant
— ARMES DU PERSO : Arc et dagues
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Le bien
— VOYAGE AVEC : Uniquement dans sa propre tête
— AMOUREUSEMENT : De la solitude

MessageSujet: Re: Quand l'appel de la paix est trop fort    Sam 13 Oct 2018 - 19:11

Je n’aime pas le regard de Saruman, j’ai l’impression d’être disséqué par ses prunelle. Comme-ci il voulait m’arracher le cerveau pour l’examiner à la loupe. Il est déjà venu dans ma tête, il sait comment c’est à l’intérieur. Est-ce qu’il veut y retourner ? Aucune idée. Mais s’il y va de son pleins gré pour trouver quelque chose, c’est qu’il y a quelque chose qui l’intéresse vraiment… Je ne sais pas ce qui pourrait lui plaire ou le fasciner mais pourquoi pas. Cependant, qu’il ne pense pas que je vais me laisser faire bien sagement. Et puis quoi encore ! Je ne suis peut-être pas surpuissante comme certains, mais je suis assez rapide. Oui, j’essaie désespérément de me rassurer. Je le suis des yeux lorsqu’il s’assoit en face de moi. Je n’aime pas ça du tout ! Je me mords un peu plus fort la joue avant de répondre avec lenteur.

« Le seigneur Elrond m’aidait, avec brio sans aucun doute. Mais… c’est… trop lent. Je ne veux pas retourner Là Bas. Alors… je me suis dis qu’en venant ici vu ce que vous avez été capable de faire… »

C’est trop lent. Je sais que je dois être patiente, mais je n’y arrive pas. J’en ai assez de craindre de m’endormir, de rêver, de ne pas réussir à sortir de ma tête. Pas sûr que Saruman comprenne… Elrond comprend lui ! Mais… J’ai besoin que ça aille beaucoup plus vite. Je n’en peux plus. Je finis par m’installer en tailleur sur le fauteuil. Je me fiche de mettre mes bottes crottées dessus. Je note qu’il évite ma remarque sur le seigneur Elrond. Peut-être qu’il n’a rien dit du coup ? Je ne sais pas trop quoi penser… Après tout j’ai trouvé du lembdas, plus que j’en avais pris au début, dans mes sacs de scelle. Il avait donc comprit avant tout… avant même que je n’écrive la lettre sûrement. Je ne sais pas comment. Je crois que c’est sans doute mieux pour tout le monde…

Je plisse le nez en soupirant. Il croit vraiment que c’est si facile que ça ? Sa manière d’être m’agace plus que tout au monde. J’aimerais lui faire manger sa barbe et le frapper. Je serre ma main en un poing pour essayer de me calmer. Il se croit malin ? Il croit vraiment que c’est aussi facile que ça ? Je fronce le nez d’avantage. Le goût du sang a envahit ma bouche, j’ai mordu trop fort, tant pis.

« C’est si simple quand c’est dit. Beaucoup moins en pratique malgré toute la patience et les efforts que je fais et que le seigneur Elrond fait. Je n’arrive pas avec les méthodes du Seigneur Elrond, alors peut-être qu’une autre méthode serait plus… efficace ? »

Je ne sais pas vraiment comment dire, ou comment expliquer. Il n’a qu’à rentrer dans ma tête s’il veut vraiment comprendre ce que je veux dire. Je soutiens toujours son regard alors que je suis furieuse et j’ai peur. Alors ça ne fait pas du tout un bon mélange et je m’agite un peu. J’ai presque l’impression que je le mets mal à l’aise. Quoi ? Il n’a jamais eut d’enfant avec lui dans cette tour ou quoi ? Ou d’enfant près de lui. Je m’en fiche. Il me fait peur : je le mets mal à l’aise. Balle au centre. Qui va relancer le match ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1836-niphredil-la-petite-f http://lonelymountain.forumactif.org/t1853-niphredil-ami-ou-ennemi http://lonelymountain.forumactif.org/t1854-les-aventures-de-niphredil

Lord of Isengard ♦ Istar
avatar
♦ PSEUDOs : Xelhios
♦ MESSAGES : 313
♦ RÉPUTATION : 870
♦ AVATAR : Christopher Lee
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ~ A discuter

— RACE DU PERSO : Ainu/Maia/Istar
— ORIGINAIRE DE : Valinor, une île hors d'attente à l'Ouest
— ÂGE DU PERSO : Plus vieux que le monde (littéralement)
— RANG SOCIAL : Riche
— MÉTIER PRATIQUÉ : Magicien, gardien, conseiller, alchimiste
— ARMES DU PERSO : Sa voix et une dague cachée
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Conseil Blanc/Valinor
— VOYAGE AVEC : Une voiture, tirée par deux chevaux.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire

MessageSujet: Re: Quand l'appel de la paix est trop fort    Sam 13 Oct 2018 - 22:33

Quand l'appel de la paix est trop fort

Δ Niphredil
Il contempla le raisonnement de l'enfant avec une attention toute moqueuse. Apparemment, le meilleur guérisseur de la Terre du Milieu n'allait pas assez vite pour elle. Il haussa à un nouveau un sourcil, au fur et à mesure de son explication. Le raisonnement faisait partiellement du sens, à vrai dire, mais cela ressemblait surtout à un caprice d'enfant. Un caprice d'enfant suicidaire, même. Saruman l'écouta parler avec sur le visage l'air de celui qui n'attends que le mot de la fin pour pouvoir se moquer ouvertement de ce qui a été dit. Sa paupière tressauta quand il remarqua les signes de tensions de Niphredil: le poing serré, la joue mordillée...
Un rictus agita sa lèvre supérieure. Il l'agaçait ? Il était celui à qui on devait expliquer les choses, dans cette pièce ? Si elle voulait jouer, il comptait bien être de la partie.

-Facile ? Qui a dit que c'était facile ?

Cette enfant le dépassait quelque peu. Elle était venue d'Imladris dans l'espoir de trouver une solution facile à ses problèmes, parce que la méthode d'Elrond n'apportait pas en temps voulu les résultats qu'elle attendait. Et là, elle était plus ou moins en train de lui dire que "ça n'allait pas, mais que si ça n'allait pas ça n'était pas sa faute, et qu'elle voulait que ça aille mieux". C'était tellement enfantin qu'il se demandait sérieusement comment elle avait survécu au trajet, avec un poney et un bout de métal pointu. Saruman plissa très légèrement les yeux, et se pencha un peu en avant.

-Je n'ai pas dit que c'était facile. J'ai dit que "c'était". Il n'est pas question d'une solution simple ou non, ici. Il est question du fait que tu fasse quelque chose pour arranger la situation, et pas que tu baisses les bras en estimant que ça ne va pas assez vite.

Le rictus se teinta d'un léger mépris, puis disparut. Il ne laissa que quelques étincelles de froide moquerie dans les yeux noirs du magicien.

-Aller et revenir "là bas", ne dépend que de toi. Tu es la porte, le passeur et le passant. Tant que tu n'as pas compris ça, aucune méthode au monde ne peut t'aider. Elrond, moi-même, Galadriel pour ce que ça importe... nous ne pouvons que te donner des béquilles, au mieux. La meilleure méthode qui soit, c'est de t'y mettre sérieusement et d'arrêter d'avoir peur de ta propre ombre.

Les mots du magicien étaient très loin du ton qu'employait probablement Elrond. Il n'était pas à proprement parler agressif, mais jusque dans son intonation sa voix prenait des tournures acérées et cinglante. Il n'en voulait pas à Niphredil. Il énonçait un fait, un peu de but en blanc.

-Et retire tes pieds de mon mobilier.

Ici, le ton était toujours cinglant. Mais il s'agissait d'un ordre. Clairement énoncé.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t2407-all-magic-come-with-a http://lonelymountain.forumactif.org/t2433-connaissances-et-affilies http://lonelymountain.forumactif.org/t2568-saruman-agenda

avatar
♦ PSEUDOs : Ready
♦ MESSAGES : 317
♦ RÉPUTATION : 1711
♦ AVATAR : Ellie Darcey Alden
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Elfe Sylvestre
— ORIGINAIRE DE : Vertbois
— ÂGE DU PERSO : 12 ans
— RANG SOCIAL : Enfant
— MÉTIER PRATIQUÉ : Pas grand chose pour l'instant
— ARMES DU PERSO : Arc et dagues
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Le bien
— VOYAGE AVEC : Uniquement dans sa propre tête
— AMOUREUSEMENT : De la solitude

MessageSujet: Re: Quand l'appel de la paix est trop fort    Sam 13 Oct 2018 - 23:14

Je sens la colère et la déception envahir mon palais, ma gorge et mon nez. Je n’aime pas Saruman, non. Je le hais en fait. Et il est là, à se moquer de moi et de tout ce que je suis venue lui dire. Et personne n’a dit que cela devait être facile… Personne. Surtout pas moi. J’ai bien conscience de ce que représentent mes rêves et mes cauchemars, je sais ce que c’est comme poids, que mes efforts doivent être égales à ce poids. Mais malgré tout, je n’y arrive pas. Je ne sais plus quoi faire. Dès que je fais un pas, j’ai l’impression de me prendre un coup de poing dans l’estomac et d’en faire cinq en arrière. Et je ne baisse pas les bras ! Je fais tout justement pour réussir : quitte à aller trouver mon meilleur ennemi pour avancer… Ce n’est pas abandonné. Et ma propre Ombre ? Je serre plus fort les dents avant de laisser soigneusement mes pieds sur le meuble.

« Ne dites pas que j’abandonne ou que je ne fais aucun efforts. Si j’avais vraiment abandonné j’aurais suivis l’autre elfe et non pas le seigneur Elrond, si je ne voulais vraiment pas faire d’efforts ne me plierais pas aux exercices que je peux tenter de faire avec le seigneur en question, je ne serais pas venue ici trouver un des magiciens les plus puissants qu’il existe pour m’aider. Mais j’ai eu tord de croire que vous pourriez m’aider. Même un nain serait meilleur que vous dans cet histoire. »

Et il prendrait en compte les souffrances des autres au lieu de s’en moquer. Je finis par quitter vivement ma position en tailleur pour me remettre sur pieds. Je suis venue ici pour rien, c’était une erreur dés le début… j’aurais dû suivre mon instinct. Mais au moins j’aurais tenté, je n’ai plus qu’à rentrer et à m’excuser au près du seigneur Elrond. Je n’ai plus le choix. Une fois debout, la pièce tangue un peu sous mes pieds. j’ai dû me lever trop vite, Tant pis. Je ne veux pas rester. Ça ne sert plus à rien. Désolé Lailaith, tu ne vas pas pouvoir te reposer…

Je ne comprends pas vraiment ce qu’il se passe, mais j’ai l’impression de partir brusquement, d’un coup. Ce n’est… Mon corps refuse simplement de fonctionner et je sens ma conscience partir également. Un éclat de lucidité me traverse : j’ai trop poussé mon corps et il me le fait payer à sa manière en m’obligeant à me reposer. J’ai compris. Je sens une petite douleur se diffuser dans mon crâne. Aucune idée contre quoi je me suis cognée. De toute manière : j’ai autre chose à faire : genre m’évanouir. C’est un excellent programme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1836-niphredil-la-petite-f http://lonelymountain.forumactif.org/t1853-niphredil-ami-ou-ennemi http://lonelymountain.forumactif.org/t1854-les-aventures-de-niphredil

Lord of Isengard ♦ Istar
avatar
♦ PSEUDOs : Xelhios
♦ MESSAGES : 313
♦ RÉPUTATION : 870
♦ AVATAR : Christopher Lee
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ~ A discuter

— RACE DU PERSO : Ainu/Maia/Istar
— ORIGINAIRE DE : Valinor, une île hors d'attente à l'Ouest
— ÂGE DU PERSO : Plus vieux que le monde (littéralement)
— RANG SOCIAL : Riche
— MÉTIER PRATIQUÉ : Magicien, gardien, conseiller, alchimiste
— ARMES DU PERSO : Sa voix et une dague cachée
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Conseil Blanc/Valinor
— VOYAGE AVEC : Une voiture, tirée par deux chevaux.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire

MessageSujet: Re: Quand l'appel de la paix est trop fort    Mar 16 Oct 2018 - 19:39

Quand l'appel de la paix est trop fort

Δ Niphredil
Saruman comprit une micro-seconde avant la chute que Niphredil allait s'évanouir. Il eut un brusque geste, comme pour tenter de la rattraper, mais n'eut pas le temps d'intervenir. Elle s'était effondré bien avant qu'il ne puisse bondir pour l'en empêcher, cognant sa tête contre la table basse. Il s'approcha rapidement, inspectant la blessure. Rien qui ne semblait très grave.

-Mim !

Il n'avait pas crié, a peine avait-il parlé fort. Raisonnablement, c'était un appel qui n'aurait attiré personne: a moins de se tenir derrière la porte, aucun humain n'aurait entendu sa voix à travers les murs de pierres. Il redressa l'enfant, l'observant d'un oeil critique. Elle s'était visiblement évanouie de fatigue, probablement éreintée après son voyage. Prenant garde à ne pas tacher sa cape, il souleva l'enfant et l'allongea sur un fauteuil. Tirant un mouchoir de tissu d'une de ses poches, il en fit une compresse de fortune qu'il glissa sous la blessure de la jeune elfe. Puis il se redressa, et s'approcha de son bâton. Au moment où il refermait la main dessus, la porte s'ouvrit.

Sur le seuil du salon se dessina la silhouette massive d'une haute dame. Elle était forte, presque carrée, avec une peau un peu rougeaude, de longs cheveux remarquablement soignés, deux petits yeux d'un vert brillant, et de fines lèvres. Drapée dans une large robe noire, elle avait répondu à l'appel du maître des lieux. La voix de Saruman avait porté, à travers la pierre et l'espace, jusque dans ses oreilles et seulement les siennes.
Son regard se porta d'abord sur le magicien, puis sur l'enfant, puis à nouveau sur le magicien.

-Faites la porter dans une chambre d'amis, et qu'on lui fasse un bandage décent. Aussi, préparez un couvert de plus pour le dîner de ce soir: elle mangera avec moi.

La dénommée Mim hocha la tête, et s'avança dans la pièce. Son pas était assuré et sa démarche celle d'une personne qui marche en territoire conquis. Pour autant, lorsqu'elle prit l'enfant dans ses bras, le moindre de ses gestes était emprunt d'une douceur remarquable. Délicatement, elle soutint le mouchoir de Saruman sur la blessure, et disparu dans le hall.
Le magicien Blanc resta un instant, seul, fixant le vide d'un air pensif. Puis lentement, il écarta un pan de sa cape. Le sac de Niphredil, laissé derrière par Madame Mim, disparut dessous. Saruman s'éclipsa, fermant le battant de bois derrière lui.

**

Saruman quitta son bureau, y laissant son bâton et ses livres. Il traversa le couloir, et disparu par un des 4 escaliers de la Tour, descendant deux étages. Pendant sa descente, il fut rejoint par un corbeau, qui lui croassa quelques mots. Le magicien hocha la tête d'un geste sec, puis prit à nouveau un couloir. Poussant les deux battants de bois, il entra dans la salle à manger. La pièce était un peu plus longue que les autres: trois fenêtres laissaient entrer la lumière déclinante du soir, qui faisait discrètement scintiller le vernis de la longue table centrale. Entourées de sièges à hauts dossiers, elle ne portait que deux couverts: un en bout de table, au fond de la salle, et le deuxième juste à côté. Un vieux lustre en fer forgé la surplombait, près à illuminer la pièce lorsque la nuit serait tombée.
Quelques tableaux décoraient les murs. Avec la cheminée dans laquelle brûlait un feu crépitant et quelques tapisseries aux couleurs chaudes, l'endroit était moins lugubre que le hall d'entrée. Moins cérémonial, peut-être.

Dans un coin, un valet patientait près d'un panneau de bois. Coulissant, c'était par là qu'arrivait la nourriture, directement depuis les cuisines via un mécanisme mis en place par Saruman. Le valet était là pour le service.
Normalement, Niphredil devait déjà être assise.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t2407-all-magic-come-with-a http://lonelymountain.forumactif.org/t2433-connaissances-et-affilies http://lonelymountain.forumactif.org/t2568-saruman-agenda

avatar
♦ PSEUDOs : Ready
♦ MESSAGES : 317
♦ RÉPUTATION : 1711
♦ AVATAR : Ellie Darcey Alden
♦ DC & co : -
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Elfe Sylvestre
— ORIGINAIRE DE : Vertbois
— ÂGE DU PERSO : 12 ans
— RANG SOCIAL : Enfant
— MÉTIER PRATIQUÉ : Pas grand chose pour l'instant
— ARMES DU PERSO : Arc et dagues
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Le bien
— VOYAGE AVEC : Uniquement dans sa propre tête
— AMOUREUSEMENT : De la solitude

MessageSujet: Re: Quand l'appel de la paix est trop fort    Mar 16 Oct 2018 - 20:13

Je reste dans mes propres divagations d’esprit un long moment. Mon corps m’impose un repos plus ou moins calme. Malgré le manque de la présence d’Elrond, je lutte comme il m’a appris contre tout ce qui peut venir parasiter mon sommeil. Mais j’ai l’impression que les murailles que je dresse ne sont faîte que de papiers et que les rêves sont des lames elfiques qui transpercent tout. Qu’est ce que je peux faire contre ça ? Je continue malgré tout de dresser encore et encore des barrières, mais je sens aussi le coup des rêves. Je sais que je ne peux pas me réveiller tant que mon corps n’a pas récupéré. Alors je continue. Dresser des barrières encore et encore parce que j’ai peur. Ce n’est peut-être rien, dérisoire, mais je continue en puissant dans ce que je peux pour maintenir même de rien à distance les cauchemars.

Mes yeux finissent par s’ouvrir en grand. Ils papillonnent aussi alors que j’essaye d’analyser mon environnement. Une chambre ? Et il y a une grosse femme qui est prêt de moi. Je me redresse en touchant le bandage de mon front. Oui, je me suis cognée contre quelque chose. Je regarde autour de moi. Le lit est confortable, j’y suis bien, Orthanc ? Ainsi il ne m’a pas mit dehors ? D’accord. La dame se présente comme Mim, je hoche la tête sans répondre. Elle ne semble pas s’en formaliser et continue d’expliquer, de parler. Ah… Je vais manger avec Saruman ce soir ? D’accord. Mon regard fouille pour trouver mon sac. Lorsque je finis par demander à la grosse dame, elle me dit qu’elle l’a laissé dans le salon : Saruman l’a donc. Je plisse le nez un peu contrariée. Dedans il y a la broche que Macalaurë m’a échangé contre une chanson de l’automne… J’ai peur qu’il me la prenne. Mim m’aide à me lever et enlève le bandage. Rien de grave. Visiblement j’ai bien dormi : il va bientôt être l’heure du repas. Juste le temps de me laver et m’habiller. La grosse dame ne me laisse pas trop le choix de refuser.

Je finis les cheveux peignés, aie ! , lavé et vêtue d’une robe rose. Aucune idée d’où elle l’a trouvé, mais elle me l’a donné. Je ne suis pas loquace, mais j’écoute et lui montre. Je reste polie et la dame me reprend la main pour me guider dans cette tour lugubre. Brrr… Ce n’est définitivement pas là où j’aimerais vivre ! C’est effrayant ! Même sa salle à manger n’est pas rassurante. À quoi ça sert d’avoir une aussi grande table quand on est tout seul ? Je n’ai jamais compris ça. Le vieux lustre est pire que lugubre, je suis sûre que je pourrais entendre ses grincement en tendant l’oreille ! Même le feu et la lumière du couché du soleil ne rendent pas cet endroit agréable. Mim m’installe sur la chaise avant de partir.

J’entends le bruit du pas de Saruman et je me lève. Je ne sais pas quoi dire. Il me fait peur, cet endroit me fait peur. Je regrette fortement ma décision d’être venue ici. J’incline la tête vers Saruman quand je le vois enfin. Niph ! On est polie. Je me mordille les joues.

« Bonsoir Saruman. Je vous remercie pour l’accueil et je m’excuse de… m’imposer de la sorte. »

Et… je ne sais plus du tout quoi dire… Je lisse ma robe du bout des doigts. Entre ça et l’épais chignon que Mim s’est amusé à me faire… J’ai l’impression d’être déguisée. Mon regard fouille la salle. Où est mon sac ?! Est-ce qu’il l’a ? Est-ce que je dois dire que je pars demain ? Je ne sais pas… Pour l’instant mon ventre grogne assez fort pour que tout le monde entende. Niveau discrétion on repassera !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lonelymountain.forumactif.org/t1836-niphredil-la-petite-f http://lonelymountain.forumactif.org/t1853-niphredil-ami-ou-ennemi http://lonelymountain.forumactif.org/t1854-les-aventures-de-niphredil
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand l'appel de la paix est trop fort    

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand l'appel de la paix est trop fort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» sutton - parce que quand je tombe c'est toujours de trop haut. (délai 11.03)
» Quand on a pas d'imagination, mourir, c'est peu de chose, quand on en a, mourir c'est trop. [ PV: NaNa. ]
» Quand le vent souffle trop fort...
» Taijutsu : hachimon, l'art des portes célestes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: partie rp du forum :: Eriador :: Isengard-
Sauter vers:  
hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains hobbit nains hobbit nains hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.