AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Thorin : Cherche naine pour se perdre dans sa chevelure durant un siècle a venir.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Meruva : Cherche complice pour rencontre fortuite.
Loìn : Cherche bébé dragon pour brûler les fesses d'un méchant nain.
Smaug est le bienvenue aussi, si il nous rend Erebor !
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild

Partagez | 
 

 Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

MessageSujet: Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild   Ven 9 Mai 2014 - 23:23




“ Reild Illiem ”
All glory will fade some day... And all houses will become dust. I have neither.
NOM&PRÉNOM ▬ Illiem Reild SURNOM ▬ On l'avait appelé, un jour, "Dragonborn". C'est maintenant "Le vagabond". ÂGE ▬ 49 ans, s'il s'en souvient bien. PROFESSION ▬ Tout ce qui lui permet de survivre : mercenaire, un peu brigand, un peu bûcheron... Il a une préférence pour tout ce qui demande de la force physique.PATRIE, RACE ▬ Reild vient du Rhûn, c'est un Easterling, aussi appelés Occidentaux. Il en a cependant été banni. SITUATION AMOUREUSE ▬ Marié, avec deux enfants. Il ne peut revoir sa famille du fait de son bannissement. RANG SOCIAL ▬ Pauvre. LIEU DE NAISSANCE ▬ Quelque part dans le Rhûn. POUVOIRS ▬ Est touché par une malédiction qui l'empêche de se reposer plus de deux nuits dans la même maison, sous peine de terribles douleurs. DE QUEL COTÉ IL EST ▬ Le sien. GROUPE SOUHAITÉ ▬ Hommes.

➴ Tout sur toi baby !
VOTRE PHYSIONOMIE ▬ Reild est l'image même du puissant barbare. Son air antipathique suffit à la plupart des gens pour comprendre quel genre de personne il est. Si cela n'est pas assez, sa haute taille et ses muscles développés par une vie entière de travaux physiques finissent généralement de les convaincre.
Les traits de son visage sont à la fois durs et tranchants, mais il est pourtant bel homme pour son âge, bien qu'il ne porte aucune attention à son apparence. Selon les différents avis qu'il a pu entendre, l'aspect le plus frappant de son visage se loge dans ses yeux, noirs et déterminés, porteurs de sagesse, d'expérience et de souffrance, mis en valeur par ses cheveux gris mi-longs et sa peau plutôt sombre.
Quant à la force physique que lui permet son corps de guerrier, elle est selon lui parfaite. Il a fallut des années d'exercices, de combats et de travaux pour en arriver là, mais Reild a désormais une force incroyable, assez pour porter de lourdes armes à une main, et surtout, de manier sa grande double-hache.
Le temps a cependant passé, et nul n'échappe à son emprise. L'apogée du combattant est désormais derrière lui. D'années en années, il faiblira, tandis que la vieillesse creuse déjà sur son visage de légère rides, qui ne feront que se multiplier.
VOTRE STYLE VESTIMENTAIRE ▬ Reild porte souvent des vieux vêtements, rapiécés, pas changés depuis des années. Ils manquent ainsi grandement de personnalité, leur couleur trop abîmée pour qu'on la distingue. En tant que guerrier, il porte constamment une armure, ou plutôt les quelques bouts d'armure qu'il a pu se payer. En clair, des guenilles.
VOS PARTICULARITÉS ▬ Balafre, tatouages, ...
VOTRE CARACTÈRE ▬ ...
CE QUE VOUS AIMEZ ▬ Le combattant en lui réclame des batailles, du sang et des tripes qui volent ! Se battre est la seule chose qui lui reste, qui le définit. Alors il en profite le plus qu'il peut, n'hésitant pas à essayer d'aller faire voler des têtes de gobelins à un contre cinq, fort de son immense expérience. Trancher, couper, frôler la mort, voilà ce qui le fait trembler de plaisir. Hurler également. La guerre n'est pas une chose futile : on la reçoit de plein fouet, avec tous ses sens. Sentir ses cordes vocales sur le point de lâcher, voir la peur dans les yeux de ses ennemis, prendre les coups et souffrir, prouver son existence en enlevant celle des autres... C'est un tout.
Ainsi Reild n'a que très peur de la mort. Ce serait presque une délivrance pour lui, mais il n'est pas de ces fous qui se jettent dans ses crocs. Il voit cela comme un défi permanent, elle tentant de l'emporter, lui faire payer ses crimes par l'ultime sentence, et le guerrier qui y échappe à chaque fois, survivant à toute la violence. C'est d'ailleurs la seule chose qui le fait presque rire : savoir qu'il réussit à s'en sortir, mais qu'au bout du compte, il aura beau devenir le meilleur combattant humain, le plus vieux, le plus expérimenté, il n'arrivera pas à vaincre la Mort elle-même.
Bien que le vacarme du combat le transporte de joie, Reild préfère le silence le reste du temps. Il apprécie la solitude comme la compagnie, mais surtout le calme.
CE QUE VOUS DÉTESTEZ ▬ Personne amère, Reild a tendance à aborder les choses du mauvais côté, à détester avant de connaître. Ainsi, en barbare inculte, il méprise nombre des autres peuples, notamment les hobbits, du fait de leur pacifisme. Tout ce qui ne montre pas assez de force, de qualité ou même d'utilité ne trouvera pas grâce à ses yeux. Une jeune fille est faite pour être belle et admirée, un homme pour être fort (pardonnez son machisme), un artisan pour construire et créer... Chaque chose à sa place, et Reild à horreur de ce qui sort de ses cases mentales.
Mais, bien pire que ça, il considère l'honneur comme supérieur à la vie et au reste, et celui qui n'en a pas ne mérite pas de vivre. Tourner le dos à l'ennemi, s'enfuir... C'est inconcevable. Il est de même pour le courage. Le guerrier trouve de bon ton de railler continuellement quiconque fait preuve de lâcheté ou de trop peu d'ardeur à aller au combat.
Une autre chose qui l'horripile : ne pas être libre de ses mouvements. L'empêcher de se battre à la loyale est la pire crasse qu'on puisse lui faire. C'est aussi pour cela qu'il déteste la magie, particulièrement depuis qu'il a été maudit.
VOUS AIMEZ FAIRE LA FÊTE, BOIRE, MANGER ▬ Un bon combat se célèbre. Alors oui, après s'être battu, Reild se sent obligé de faire ripaille. Non pas qu'il n'aime pas ça. Au contraire, le repos du guerrier fait partie de ses choses favorites. Se gorger de vin, de bière, de viande juteuse et de fruits délicieux lui permet de se sentir complet. C'est d'ailleurs une des principales causes de sa pauvreté affligeante. On ne festoie pas de légumes verts et de viande pauvre ! Ainsi, après chaque combat, il se paie un énorme repas qui lui coûte toutes ses économies ou l'endette pour six mois.
Il apprécie également la conversation dans ces moments là, l'un des seuls où il est naturellement disposé à parler. Chasses, histoires de tripes et de sang, contes, anecdotes et les plus grandes légendes sont alors racontées. En tant que voyageur infatigable, Reild en connait beaucoup, et prend à chaque fois un immense plaisir à les faire découvrir à d'autres.
PROFITEUR OU DÉBROUILLARD ▬ Elevé pour devenir un chef, il ne se repose sur les autres que quand il se sent obliger de donner des ordres, pour le bien de tout le monde. Autrement, il ne comptera que sur soi-même, et sa propre force. Tout endurer, tout subir, c'est le chemin qu'il a choisi.
SUR QUI POUVEZ VOUS COMPTER EN CAS DE PROBLÈME ▬ Reild ne compte généralement que sur sa propre force.
COMMENT RÉAGISSEZ-VOUS FACE AU DANGER ▬ Le danger s'affronte, ou bien s'évite. Cela dépend. Mais c'est un adversaire qui vient le défier de front, jamais le barbare ne refusera.
UN SECRET QUE VOUS GARDEZ ▬ Il est très peu enclin à parler de son passé, mais ce n'est jamais un secret.
QU'EST-CE QUI VOUS FAIT HONTE ▬ Avoir tué un homme en-dehors du combat, de son propre peuple, ainsi que les quelques fois où il a été forcé "d'éviter de danger".
AVEZ VOUS DES PASSIONS DANS LA VIE ▬ La seule chose qui maintient Reild debout, brave et increvable est la monstrueuse envie de se battre.
AVEZ-VOUS UN BUT DANS LA VIE ▬ Défaire sa malédiction, plus que tout. Il n'est pas assez rêveur pour espérer revoir sa famille.
QUEL TYPE D'ARME AVEZ-VOUS ▬ Son style de combat n'a pas changé en près de 35 ans. Une hache de jet maniée en même temps qu'une épée à une main et une grande double hache pour les cas extrêmes, c'est tout ce qui lui faut.
QUELLE EST VOTRE PEUR ▬ Ne jamais retrouver de maison, et plus que tout, faiblir physiquement ou mentalement une fois devant un combat.



VOUS ET LA TERRE DU MILIEU ▬ Le mal approche. Reild le sait. Un vieux guerrier sent cela. Partout il voit les signes annonciateurs de quelque chose : les mouvements des voyageurs, les hordes de orcs avec qui il a de fréquentes altercations, la nature tout entière en alerte.
Tout cela le réjouit. Il lui manque parfois des raisons de se battre, ce qui le conduit à des combats d'ivrognes dans les tavernes. Un conflit à l'échelle de la Terre du Milieu lui permettra de tuer de l'orc à volonté, et pour une cause valable.
Après, ce qui arrive à cette terre, ça ne le préoccupe pas. Il n'a pas d'attaches, de maison ni d'allégeance. Que ce soit un seigneur ou un autre qui règne, peut-importe son espèce, cela revient au même pour lui. Il y a bien longtemps qu'il a cessé de chercher la gloire...

➴ Derrière l'écran...

PSEUDO ▬ ASoren, Soren, Deril, Arren, Akito, etc etc.
ÂGE ▬ 15 patates.
PASSIONS ▬ En dehors de mon PC ? Lire des livres et des mangas, websérie. Ah et en novembre 2014 je carburerais à Pokemon ~ Sinon je fais tout sur mon ordi ohmondieu.
FILMS & SÉRIES ▬ Je suis plus dans le genre anime (Sword Art Online, etc) mais sinon Doctor Who, Sherlock et Orange is the new Black en série, et les Dark Knight, Inception, Lord of the Ring, un peu My Little Pony (no shit) et Harry Potter (laissez-moi gueuler contre le dernier volet svp) en film.
PRÉSENCE ▬ Le plus possible, c'est-à-dire je vais essayer chaque jour.
TON AVIS SUR LE FORUM ▬ J'aurais un mot > Chapeau. Ok je sais c'est pas très constructif, mais j'aime bien tout, du design au modèle de prez.
COMMENT ES-TU ARRIVÉ ICI ▬ J'ai vu de la lumière et je suis entré. Ou Aetheron m'en a parlé, je sais plus.
TON AVATAR ▬ Madds Mikelsen, dans Age of Uprising.
UN TRUC EN + ▬ Rainbow rainbow power <3



Dernière édition par Reild Illiem le Dim 11 Mai 2014 - 19:42, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild   Ven 9 Mai 2014 - 23:32




“ THIS IS MY LIFE ”
and you know it's hard to live here

Partie 1 : Devenir un héros


Là, présents en fond, graves et lourds, battant un rythme guerrier à l'unisson du coeur de Reild, les tambours avaient déclaré que l'heure était venue. Les hommes riaient, chantaient des mélopées incomplètes, à moitié oubliées, qui semblaient provenir d'un autre âge, faisant vibrer leurs cordes vocales à mesure que l'excitation de la bataille les gagnaient. Les femmes pleuraient, serraient leurs enfants contre eux, laissaient s'échapper leurs larmes, incapables de protéger celui qu'il leur était cher.
Reild, lui, n'avait personne à qui s'accrocher. Sa tante était trop occupée avec ses propres rejetons pour ce soucier de lui. Tout ce qui se reflétait dans ses yeux était une émotion vide, fixant sans but les préparatifs. Des armes étaient saisies, des armures enfilées, des jambes commençaient à trembler. Pour certain, ce serait leur première fois. La peur se présentait d'abord comme une simple sueur sur le front. Une douce panique perdue quelque part dans leur esprit concentré sur un combat à venir. Puis elle s'infiltrait, vicieuse, jusqu'au coeur. L'imagination s'embalait, voyant déjà ton propre sang couler sur la neige qui recouvrait tout le paysage, sentant la flèche transpercer ton corps, la lame le déchirer. Et la souffrance, la souffrance, celle de l'agonie, ou celle de l'oubli, celle de la fin qui te prend sans prévenir, qui détruit ta vie sans te laisser le temps de devenir ce que tu voulais être, ce que tu devais être - une légende.
Et là, alors que tout leur semble perdu, qu'ils ont fait le deuil de l'espoir, résonne l'ancienne mélodie reprise par tous les hommes du village, soutenue par les tambours et le fracas des lames contre les armures, de l'acier contre l'acier dans une ferveur tribale. Perdu dans le fleuve des paroles inaudibles, quelques mots, de très vieux vers de légendes depuis longtemps oubliées, parviennent aux oreilles des jeunes guerriers.

"Que la Mort vienne me faucher / Sur le champ de bataille / Alors que ma lame est haute / Et que mes ennemis tremblent devant moi / Que mon ultime fureur inspire leur plus grande terreur / Que toute leur vie ils se souviennent de l'instant où notre destin fut échangé / Par la grâce d'une flèche, d'un coup bien porté / Ensemble nous disparaîtrons / Mais il n'est pas plus grande gloire / Que la nôtre / Et à jamais demeurera / Le souvenir de nos victoires / Même si aujourd'hui nous devions / Mourir au combat."

Les mille cœurs, les mille rythmes qui s'accordent, tout s'embrase, se réchauffe, et bien vite les nouveaux guerriers empoignent leur armes, un feu déterminé dévorant leurs prunelles. "Pour la gloire" est dans chaque esprit. La peur est chassée par la flamme de courage qui brûle désormais dans leur poitrine.
- Reild.
L'enfant se retourna, surpris par l'appel. Il savait qu'il ne se battrait pas aujourd'hui, il est trop jeune encore et n'a le droit de manier qu'une simple épée de bois, mais son esprit avait été emporté par le même tourment, la même extase que chacun des guerriers présents.
Une main se posa sur sa tête, frotta ses cheveux avec affection.
- Tu seras sage hein ? Il faut que tu protèges ta tante quand je serais pas là aussi, t'es le plus vieux, oublies pas ça, d'accord ?
Reild acquièsca, son père partant au combat emplissant toute sa vision. Ce n'était pas sa première bataille, l'impressionnant nombre de cicatrice recouvrant son torse en témoignait. Le jeune garçon ne pouvait cependant pas s'empêcher d'avoir peur. Il ne voulait pas que son père "se fasse faucher par la Mort".
- Tu vas revenir ?
L'homme eut un instant d'hésitation, saisit par la question. Puis sa bouche se fendit en un large sourire.
- Evidemment. Je ne t'ai pas encore appris à te battre. Il faut que quelqu'un te montre comment manier une hache ! On pourra commencer dès mon retour. Aller, va rejoindre ta tante maintenant, il nous faut partir, et le voyage sera long avant d'arriver sur le champ de bataille.
Comme en réponse à ses paroles, le son du cor se fit entendre, recouvrant celui des tambours et des chants. Toute mélodie devint un cri guerrier unique, alors que l'armée se mettait en marche.
Laissés derrières, femmes, enfants, vieillards. Reild. Ce dernier se figea un instant, fixant le dos de son père qui disparaissait dans la multitude, puis partit en courant. Il zigzaguait entre les familles éplorés, ses jambes s'actionnaient aussi vite qu'elles le pouvaient, comme si sa vie dépendait de la course. Il eut vite fait d'arriver chez lui, et de s'empresser de chercher son trésor. Il ne mit pas longtemps à le trouver. Sa main agrippa, serrant la garde de son épée en bois avec toute sa force, une conviction grandissant dans sa tête. Ainsi armé, il partit rejoindre sa tante, l'esprit entier tourné vers le jour où lui aussi aurait à se battre.

"Et à jamais demeurera / Le souvenir de nos victoires / Même si aujourd'hui nous devions / Mourir au combat."


Le temps passa. La lame de bois dans la main du jeune enfant se transforma bientôt en une hache affûtée maniée avec force et habilité par un combattant sans pitié. Son père, revenu victorieux du combat, lui appris l'art de la guerre. Et Reil y fut bon, très bon. Vaincre devint son seul objectif. Il enchaîna les batailles, enivré de sang et de mort. C'est lors de cette période qu'il fit deux rencontres qui changèrent sa vie.
Selena était une jeune fille d'un clan allié. La première fois que leurs yeux se croisèrent fut lors d'une grande fête en l'honneur d'une victoire.
Lui pensait aux morts, tombés au combat, à ses côtés, ceux qui avaient été ses amis, ses ennemis, ses cousins et ses mentors, qui ce soir n'étaient plus que cadavres. Victoire, oui, mais pour combien de pertes ? Trop à ses yeux, et le goût de la bière ne suffisait pas à faire passer cette impression. Il se sentait faible, et détestait ça.
Elle, impressionnée par la puissance contrôlée qu'il dégageait, la fureur qui se lisait dans ses yeux, se rapprocha de lui.
Et les deux se trouvèrent. Ils se revirent, souvent. S'aimèrent. Reild demanda la main de Selena, et obtint l'accord des deux familles. Ils eurent deux enfants, deux garçons en qui Reild voyait deux futurs guerriers à la hauteur de leur père et de leur grand-père.


Arriva la seconde rencontre qui marqua sa vie. Plus brutale, plus sanglante. Une de celles qui laissent à jamais une trace.
Une longue journée de chasse touchait à sa fin, cette conviction renforcée par le soleil déclinant. Mais Reild ne craignait pas les ombres qui peu à peu s'étendaient. Il ne s'accorderait nul repos tant qu'il n'aurait pas accompli son but et attrapé les bêtes sans défenses dont il suivait la piste. Que trois autres guerriers l'accompagnent était plutôt inhabituel, cependant, les temps étaient étranges. Partout on murmurait que chaque jour naissaient de nouvelles raisons d'avoir peur du noir et de la tombée de la nuit. De viles créatures marchaient hors du Mordor, des morts à leurs côtés, disaient-on. Reild ne croyait pas à ces sottises. Par contre, il savait que les hommes s'agitaient, et réagissaient à toutes ses rumeurs. Mieux valait être sûr d'être en nombre s'il éclatait une rixe à propos du gibier.
Mais pour l'instant, être à plusieurs les ennuyait tout les quatre. Chasseurs solitaires, ils n'avaient pas le même rythme ni les mêmes techniques, et la tendance à prendre le commandement de Reild énervait les trois autres.
- Faisons une pause, proposa l'un.
- Non, répondit sèchement Reild. Le troupeau est tout près. Si on ne l'atteint pas ce soir, ils prendront de l'avance, et on perdra au moins deux jours.
- Reild, je te considère comme un bon combattant, peut-être le meilleur des nôtres, mais en tant que chasseur, tu n'es pas aussi bon.
Un autre homme pris la parole, sarcastique :
- Disons même que t'as aucun talent là dedans. T'agis à l'instinct, t'es impatient, incapable de comprendre comment les animaux pensent et pas foutu de les suivre correctement.
Reild poussa un grognement, trop fier pour acquiescer à ce qu'il savait être la vérité. Bien décidé à continuer la traque, il pris les devants, mais fut vite forcé de s'arrêter.

Ce fut la marque rouge sur la neige qui le frappa en premier. Sa réaction fut immédiate, tirant une de ses haches et se préparant à toute éventualité. Sur ses gardes, il s'approcha prudemment de la forme qui gîsait au sol, et qu'il reconnu enfin comme celle d'un jeune renne. Son cou était transpercé d'une flèche noire qui, Reild en était sûr, ne provenait pas de ces terres. Tout autour, d'étranges traces de pas qui s'éloignaient. Quelqu'un... ou quelque chose avait chassé le même troupeau qu'eux, et cette chose n'avait rien à faire ici.
Pendant qu'il examinait avec précaution l'animal mort, le reste des chasseurs l'avait rejoint, chacun allant de son commentaire inutile, supposant l'identité de celui qui en voulait à leur gibier, accusant tel ou tel clan.
Le visage grave, Reild leva le poing avec autorité :
- Silence. Celui, ou ceux qui ont fait ça ne doivent pas être loin. Ils doivent être allé mettre à mort le reste du troupeau. Il faut réclamer notre gibier. Ce sont nos terres, il nous appartient. Suivez-moi !
Sa hache pointée vers le ciel, le guerrier se mit à courir, les autres à sa suite. La fureur du combat emplissait déjà son coeur, blessé qu'on osait pénétrer sur son territoire et s'emparer de sa propriété, mais aussi transporté par la joie que lui procurerait l'affrontement.
La course ne fut pas longue. Ils stoppèrent devant une pente, tous immobilisés par ce qu'ils voyaient en contrebas. Un massacre. C'était un massacre, pas une chasse. Partout, des rennes, éventrés, les membres tranchés, le cou brisé. Cette fois ci, il leur semblait que le sol tout entier était rougit de sang. Les armes encore sales de cette véritable boucherie, une douzaine de créatures entouraient un homme aux longs cheveux blonds porteur d'une immense hache, sans doute d'un clan voisin, tous prêts à se battre.
Les créatures étaient difformes, de pâles copies d'un humain. Plus petits que les hommes, le visage gris ou verdâtre, des oreilles pointues, des dents longues, portant de courtes lames courbes et l'air aussi fourbes que cruels. Dans chaque esprit s'imposa vite le même mot : orc. C'était la première fois qu'ils en rencontraient, mais cette horreur était tellement décrite dans les vieilles légendes qu'il était impossible de ne pas les reconnaître.
Alors que tous étaient paralysés, Reild se rendit compte de l'urgence de la situation et que l'homme risquait de subir le même sort que les pauvres bêtes qui trempaient dans leur sang. De la gorge du guerrier sortit un hurlement, qui les sortit tous de leur torpeur, et ensemble ils foncèrent sur les orcs. Se frayant un passage à l'aide de leurs lames, surprenant les créatures et décapitant plusieurs, ils atteignirent le blond et se retrouvèrent à se battre dos à dos cet inconnu. Il ne prononça pas une seule phrase, mais leur volonté fit leur union, concentrée sur le combat.
Les orcs se révélèrent être des adversaires des plus dangeureux. Rapides et agiles, ils frappaient sans cesse, aidés par leur supériorité numérique. Les pertes du début ne semblait pas les affecter, et ils prirent vite le dessus. Leurs lames tranchaient, transperçaient, causaient de multiples blessures dans le rang des guerriers, qu'ils savaient impossibles à soigner. Reild tentait de ne pas penser à ses compagnons qui agonisaient à côté de lui, se contenant d'assener des coups mortels à ses ennemis, précis et d'une puissance que seule égalit l'homme blond. Leurs haches se faisaient instruments de destruction, fauchant les orcs avec une impressionnante facilité.


Dernière édition par Reild Illiem le Sam 31 Mai 2014 - 23:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild   Sam 10 Mai 2014 - 0:54

Bienvenue Reildounet c:

Bon courage pour ta fiche.
Vivement le RP \o/

Mads *w*
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild   Sam 10 Mai 2014 - 9:17

Bienv'nue à toi et bon courage pour ta fichette ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild   Sam 10 Mai 2014 - 12:32

Ton personnage m'a l'air très interressant! J'aurais hâte de le rencontrer en RP!  Meow Bienvenu! et bon courage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild   Sam 10 Mai 2014 - 15:08

Bienvenue sur le forum!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild   Sam 10 Mai 2014 - 17:26

Bienvenue Monsieur Mumak la Malédiction mdr !
Revenir en haut Aller en bas

DURIN'S HEIR ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 1229
♦ RÉPUTATION : 2049
♦ AVATAR : Richard Armitage
♦ DC & co : Destan
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Un Nain bien évidemment, le peuple le plus fier et brave que la Terre du Milieu ait porté.
— ORIGINAIRE DE : La Montagne Solitaire, Royaume des Héritiers de Dùrin avant que la Limace ne s'en empare.
— ÂGE DU PERSO : 195 longues années depuis sa naissance dans les Halls de la Montagne Solitaire.
— RANG SOCIAL : Seigneur Nain et donc riche. Du moins lorsqu'il deviendra le Roi sous la Montagne.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Forgeron il fût un temps lors des années d'errance.
— ARMES DU PERSO : Hache, Arc, Epée et sa condescendance pour ceux qui ne méritent que son plus profond mépris.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Les nains, son peuple et plus particulièrement la Lignée de Dùrin dont il est l'Héritier.
— VOYAGE AVEC : Kili, son neveu, dans les plaines de l'Eriador à la recherche de la Sépulture de celui qui fût son père avant de disparaître.
— AMOUREUSEMENT : Le Seigneur Nain n'a nulle épouse, cela a faillis mais il a été éconduis, il ne s'en plaint néanmoins pas. Il est à l'image des murs qu'il habite, silencieux et froid, seul et grave.

MessageSujet: Re: Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild   Sam 10 Mai 2014 - 18:09

Bienvenue officiellement et bon courage pour ta fiche, si tu as la moindre question n'hésite pas à nous harceler Shire

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t43-thorin-oakenshiel http://lonelymountain.forumactif.org/t48-we-all-burn-together-thorin-oakenshield http://lonelymountain.forumactif.org/t97-while-hammer-fell-like-ringing-bells-thorin
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild   Sam 10 Mai 2014 - 19:19

Merchi ~
Revenir en haut Aller en bas

AZAGHÂL KHUZD ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Dwal
♦ MESSAGES : 5877
♦ RÉPUTATION : 2741
♦ AVATAR : Graham McTavish
♦ DC & co : Fraìa & Dìs
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
« Baruk Khazâd ! Khazâd ai-mênu ! »
— RACE DU PERSO : Nain et fier de l'être.
— ORIGINAIRE DE : Exilé d'Erebor, réside actuellement à Ered Luin
— ÂGE DU PERSO : 168 ans et toutes ses dents (mais pas ses cheveux).
— RANG SOCIAL : Seigneur nain.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Guerrier dans l'âme et avant tout. Il passe les jours calmes à la Forge.
— ARMES DU PERSO : Tout est une arme pour lui. Sinon : Marteau, Haches, Dagues, Armure de poings, Crâne
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Sa loyauté va à Thorin et son frère aîné.
— VOYAGE AVEC : Ses armes.
— AMOUREUSEMENT : Veuf depuis 80 longues années.

MessageSujet: Re: Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild   Lun 12 Mai 2014 - 9:33

Je te l'ai déjà dit aussi, mais bienvenue à toi ^^

_________________

Dwalin
There is one I could follow. There is one I could call King. This one that I call Old Friend, for him I could spill my blood. Let us fight side by side, and if Mahal wish so, up to Mandos Halls !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t133-dwalin-come-on-e http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t139-dwalin-s-world-little-friends-big-ennemies http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t140-dwalin-s-story-it-is-time-for-you-to-know-what-really-happened
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le sang sur ma lame ne met permet pas de repos. / Reild
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Psylocke - Lame Sinistre
» Eske zafè Lame kapout, gade komandan Mario Andresol
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: détente des Hobbits :: Cimetière :: Fiches Archivées-
Sauter vers:  
hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains hobbit nains Af Jarni Og Is hobbit nains hobbit nains hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.