AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Thorin : Cherche naine pour se perdre dans sa chevelure durant un siècle a venir.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Meruva : Cherche complice pour rencontre fortuite.
Loìn : Cherche bébé dragon pour brûler les fesses d'un méchant nain.
Smaug est le bienvenue aussi, si il nous rend Erebor !
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
Aiwendil - Radagast Le Brun

Partagez | 
 

 Aiwendil - Radagast Le Brun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

Invité

MessageSujet: Aiwendil - Radagast Le Brun   Mar 13 Mai 2014 - 14:51




“ AIWENDIL”
« Ne vous mêlez pas des affaires des magiciens, car ils sont subtils et prompts à la colère.  »
NOM&PRÉNOM ▬ Aiwendil SURNOM ▬ Radagast Le Brun ÂGE ▬ Aiwendil été créé part l'Aratar Yavanna Kementari bien avant la création d'Arda ; son âge n’est donc pas définissable, pouvant varier de plus de 20.000 ans à plusieurs milliards d’années. PROFESSION ▬ Aiwendil a-t-il vraiment une profession ? Il est un Istari, envoyé par les Valar pour protéger les Enfants d'Illùvatar en Terre du Milieu. Aiwendil est un Mage. Il est connu par les Peuples Libres pour être le meilleur des guérisseurs et un précieux naturaliste.  PATRIE, RACE ▬ Aiwendil fait partie des Ainur, il est un Maia et fait partie de l’Heren Istarion. SITUATION AMOUREUSE ▬ Polygame, en couple avec la faune et la flore mais est ouvert à toute proposition humanoïde. Sérieusement, célibataire. Un Curriculum Vitae est attendu avec une lettre de motivation , s’il vous plaît. RANG SOCIAL ▬ La notion de richesse est relative... Aiwendil n’est pas attiré par l’argent mais peut user d’innombrables moyens pour s’en procurer. La monnaie sonnante et trébuchante ne lui sera jamais en manque. Quant aux autres notions de richesse que la financière... Aiwendil est un Ainur... LIEU DE NAISSANCE ▬ Aiwendil est né dans les Salles Intemporelles où siège Eru Ilúvatar, créé par la Valar Palúrien appelée également Yavanna Kementári, seconde Reine des Valar, créatrice des Deux Arbres. Il descendra sur Arda lors de sa création en même temps qu'une partie des autres Aibur. POUVOIRS ▬ Aiwendil possède bien entendu nombre de pouvoirs liés à sa qualité d’Ainu, Maia et Istar. Bien que présent sur la Terre du Milieu  dans une enveloppe corporelle le privant de la plupart de ses capacités, il y garde tout de même la maîtrise de pouvoirs non négligeables : au-delà de sa capacité à maîtriser les cinq éléments (Il est particulièrement doué pour déclencher des séismes.), il peut dialoguer et échanger avec les kelvar (la faune) et les olvar (la flore) qu’il peut « contrôler ». Aiwendil est perçu comme maître de la guérison, des formes et des couleurs. Il peut également influencer voire manipuler directement l’esprit d’autrui. DE QUEL COTÉ IL EST ▬ Des gentils, évidemment. Aiwendil est missionné par Yavanna pour protéger la Nature contre Sauron. GROUPE SOUHAITÉ ▬ Aiwendil est membre du Conseil Blanc et fait donc partie des Sages.

➴ Tout sur toi baby !
VOTRE PHYSIONOMIE ▬ Aiwendil est perçu tel un vieillard de soixante ou soixante-dix ans. Sa taille dépassant certainement le mètre soixante-quinze, peut-être le mètre quatre-vingt, n’est toutefois pas l’objet des regards portés sur lui. Il porte les cheveux longs et une grande barbe, le tout plus souvent sale de brun que blanche – en accord avec son vestimentaire du moment. Même s’il n’a pas l’air très… impressionnant, vigoureux, robuste, comme vous voulez, je puis vous assure que vous ne l’aimeriez pas dans le camp adverse. Ses yeux marrons, verts ou gris, laissent filtrer sa légère folie – si légère que son cerveau s’en envole ! Aiwendil peut modifier son corps et changer d'apparence ; bien qu'il garde la plupart du temps celle qui lui est la plus connue, il utilise parfois un autre aspect...
VOTRE STYLE VESTIMENTAIRE ▬ Aiwendil peut être habillé ou ne pas l’être, telle est sa particularité. Il revêt souvent un aspect miteux, mais ce n’est, généralement, qu’après une longue incursion en territoire inhabité ou en forêt ; il est alors couvert de terre, de feuilles, de bois, d’animaux… Sa robe en lambeaux, ses cheveux défaits, son chapeau miraculeusement en place l’habillent sauvagement. En bon état, soit en état normal, ou civilisé – oui, Aiwendil peut-être civilisé – il porte une longue robe brune d’Istar à motifs forestiers qui n’est pas sans rappeler l’art elfe. D’innombrables poches invisibles et une besace contiennent ses trésors de guérison et les extraits de kelvar ou d’olvar qu’il étudie. Son bâton, qui l’accompagne toujours, symbole de son rang et de sa qualité, est fait d’un enchevêtrement de branches d’arbres et de mousse naturelle – bois et mousse vivants, bien entendu.
VOS PARTICULARITÉS ▬ Certains voient Aiwendil bien plus ridé qu’il ne l’est, d’autres beaucoup moins… A méditer. Aiwendil apprécie particulièrement la compagnie des animaux, notamment des oiseaux, auxquels il a appris l’art du chant. Aiwendil en effet a le don d’une voix sans nulle pareille : simplement indescriptible.
VOTRE CARACTÈRE ▬ Aiwendil est quelqu’un que l’on peut qualifier de léger. Il va au grès du vent, de-ci, de-là, sans réellement savoir pourquoi. Souvent, à une question, il répond par une autre, non pas par culture du mystère, non pas par inattention… ou répond à côté de la plaque. Sous ces airs qui peuvent parfois faire penser à une certaine niaiserie, Aiwedil reste un Ainu et est attentif à tout. Il reste généralement calme, est toujours serein et sage. La vérité lui est fondamentale, son cœur ouvert. Doux, compréhensif, il est très affectueux. Sa sensibilité à la beauté des choses, héritée de Palúrien peut parfois lui conférer un caractère enfantin. Il est bon de lui demander conseil. Il a une réputation injustifiée d’insociabilité qui trouve son origine dans ses escapades régulières en pleine nature pour répondre à sa mission – inconnue de tous ou presque, ce qui permet d’amoindrir son rôle aux yeux du Mal. Aiwendil dégage une aura de puissance et de sagesse, commune aux autres Istari ; il apparaît cependant comme le plus serein d'entre eux.
CE QUE VOUS AIMEZ ▬ Errer en forêt (« Ceux qui errent ne sont pas toujours perdus. ») à la recherche de tant de choses, veiller sur les kelvar et les olvar, porter aide et conseil, voir quelqu’un heureux, observer de loin l’activité elfe ou humaine, échanger ses connaissances, découvrir une personne, échanger avec les animaux, marcher lentement sous le couvert des arbres, filer à la vitesse de ses Lapins de Rhogosbel, chanter avec les oiseaux.
CE QUE VOUS DÉTESTEZ ▬ Aiwendil a horreur de ceux qui font gratuitement du mal à ces protégés. Il essaie de sensibiliser les hommes, et ses longues excursions loin de toute civilisation sont souvent conséquence d’une tristesse infinie face à leur bêtise récurrente. Sinon il hait bien entendu les forces du mal bien qu’il s’intéresse à ses créatures – par simple curiosité naturaliste -, si l’on considère qu’il soit capable de haïr…
VOUS AIMEZ FAIRE LA FÊTE, BOIRE, MANGER ▬ Aiwendil apprécie d’étudier la nature et les comportements des différentes espèces. Il lui arrive de modifier sa forme et de s’intégrer quelques jours, incognito, à une société. Il en goûte bien sûr tous les aspects… Sinon, il reste lui-même un ami très agréable mais cela dépend de son humeur…
PROFITEUR OU DÉBROUILLARD ▬ Aiwendil reste très intelligent. Il a toujours un atout dans sa manche et adore se jouer des gens, et surtout leur faire croire une faiblesse inexistante… Il sera, cependant, toujours là pour aider quelqu'un dans le besoin, quelqu'un qui mérite cette aide ou même, parfois, qui ne la mérite pas ; de part sa générosité, Aiwendil trouve toujours un moyen pour arriver à ses fins.
SUR QUI POUVEZ VOUS COMPTER EN CAS DE PROBLÈME ▬ Aiwendil peut compter sur les kelvar et les olvar, ce qui n’est déjà pas mal… Les Dúnedain sont ses alliés et les Elfes l’apprécient. Ensuite, les Ents, les Grands Aigles et les Béornides lui sont de fidèles amis et il peut toujours compter sur l’appui des autres Istari.
COMMENT RÉAGISSEZ-VOUS FACE AU DANGER ▬ Aiwendil sait manier ses pouvoirs et son bâton. Cependant, il cherchera toujours à éviter la confrontation directe : il préfère agir en arrière-plan et ne pas se dévoiler, comme le lui a toujours conseillé le puissant Valar Aulë. Mais il vaut mieux éviter de lui chercher des noises…
UN SECRET QUE VOUS GARDEZ ▬ Rien n’échappe à Aiwendil qui se trouve à portée d’un animal et surtout de ses oiseaux, ses plus utiles messagers… et informateurs.
QU'EST-CE QUI VOUS FAIT HONTE ▬ Son état lorsqu’il revient d’un longue excursion en pleine nature…
AVEZ VOUS DES PASSIONS DANS LA VIE ▬ Voir ce qu’il aime, au-dessus… ;)
AVEZ-VOUS UN BUT DANS LA VIE ▬ Sur la Terre du Milieu, déjouer les desseins des forces du Mal, protéger la création de Palúrien, soit accomplir sa mission. Sinon, en tant qu’Ainu, observer l’histoire de la Terre du Milieu et les agissements indépendants des hommes, protéger la création de la Musique des Ainur à laquelle il a participé.
QUEL TYPE D'ARME AVEZ-VOUS ▬ Aiwendil a ses alliés, ses pouvoirs et son bâton.
QUELLE EST VOTRE PEUR ▬ Aiwendil très sensible ne supporte pas de voir un être vivant périr par l’action des forces du Mal, ou même périr tout court...



VOUS ET LA TERRE DU MILIEU ▬ Aiwendil, créé dans les Salles Intemporelles via l’esprit d’Erú Illúvatar par Palúrien et formé par Aulë le Forgeron, a chanté lors de la Musique des Ainur et a donc participé à la création d’Eä. Il est également acteur des différents combats contre Morgoth. En même temps que les autres Istari, au Troisième Âge il s’est vu par les Valar donner une mission particulière. La sienne est la plus difficile : il doit protéger et veilleur sur les créations d’Aulë et de Palúrien, ce qui englobe : la terre et tous ses composants, les kelvar et les olvar, la race naine, entre autres. Il doit de plus éviter de se faire trop connaître et œuvre contre Sauron en arrière-plan : sinon celui-ci risquerait de comprendre d’où vient, par exemple, l’extraordinaire résistance des forêts, qui n’est pas due qu’aux pouvoirs des Eldar… Aiwendil doit également se préparer à mener en guerre contre les forces du Mal les kelvar et les olvar – l’exemple le plus concret est la future Marche des Ents ou les actions des Aigles. L’avenir de la Terre du Milieu et d’Arda en général lui importe donc au-delà de sa mission…

➴ Derrière l'écran...

PSEUDO ▬ Jehan de Ladernade, Ilvion, Kilvion, Sil'Alfian...
ÂGE ▬ 17 ans officiellement et physiquement… Pour ceux qui me connaissent, bien plus intérieurement…
PASSIONS ▬ Lire, écouter de la musique, lire, faire du vélo, lire, discuter avec des amies, lire, manger du chocolat, lire, visiter, lire, rêver, lire, écrire. J'aime donc tout particulièrement lire – quelle perspicacité ! -, mais j'apprécie peu les mangas - vive Zola, Flaubert, Maupassant et compagnie ! - et je dévore surtout des livres d'Heroic Fantasy (Tellement !, Bottero, Tolkien, Lewis...), et fantastiques (Pullman, Verne...) ou des policiers (Christie, Lupin, Holmes).
FILMS & SÉRIES ▬ Je ne regarde pas de série (Ne m'en voulez pas !), et je n'ai pas réellement de classement personnel parmi les œuvres du Septième Art... Si ce ne sont les Seigneur des Anneaux, à la rigueur, le Majordome, pourquoi pas, mais je vais arrêter là ! :')
PRÉSENCE ▬ Tous les jours, quelle question ! Dans la mesure du possible et de la tolérance parentale.
TON AVIS SUR LE FORUM ▬ J’adore. Je vous adore !
COMMENT ES-TU ARRIVÉ ICI ▬ Grâce une amie qui adore Tolkien (Elle a toujours une de ses œuvres dans son sac et je devrais - ou devrai - l'imiter.) et qui est active sur plusieurs forums RPG.
TON AVATAR ▬ Sylvester McCoy a joué la septième incarnation de Docteur Who.
UN TRUC EN + ▬ « Vous n’êtes, après tout, qu’un minuscule individu dans le vaste monde.  » /// « Radagast ! Ce sont des Wargs de Gundabad ! Vous n’arriverez jamais à les semer ! » «  Ce sont des lapins de Rhosgobel ! Qu’ils essayent ! »
Spoiler:
 








“ THIS IS MY LIFE ”
and you know it's hard to live here





***


***

Aiwendil
(Radagast le Brun)





Le ciel plein de lumière et de bleu firmament offrait au regard l’abandon de l’immensité. Les oiseaux chantaient haut et fort leur contentement de voir remplis leurs nids d’oisillons qui bientôt à leur tour s’envoleront, libres, vers les cieux. Les hommes du village que l’on nommait Bree n’avaient pas cette chance et plutôt que d’observer les insolents volatiles ne s’exposaient pas dans la rue à la chaleur céleste. Confinés chez eux, ils s’adonnaient à des occupations diverses qui n’intéressent pas ici notre lecteur. Une douce colline, séparée des plus proches maisons par de petits prés minutieusement entretenus, était encore vierge de trous, et seules les taupes discrètement habitaient ses profondeurs ; elle était déjà destinée à accueillir d’autres habitants que l’on pourrait croire moins charmants. Le vert tapis joyeusement accueillait à l’occasion de jeunes enfants qui piaillaient leur excitation en roulant depuis le sommet de la butte, et manquaient parfois de renverser un passant marchant tranquillement sur le chemin, en contrebas. Les douces maisons encadraient les rares rues et, suivant les chemins qui allaient se rencontrer au milieu du village, offraient au regard autant de foyers humains, autant de vies cachées derrière ces murs parfois austères, offrant toujours une effarante normalité. Les façades s’assemblaient en une mosaïque unicolore tenue par une multitude de barres de bois qui non seulement paraissaient être le squelette architectural de ces constructions, mais en remplissaient également les fonctions. Les fondations de pierre blanche tranchaient avec le brun des routes poussiéreuses et faisaient écho parfois aux ouvertures encadrées. Les enseignes de bois claquaient en rythme, emportées par le vent qui faisait tournoyer quelques feuilles déjà tombées, en une danse funèbre enterrant l’été. L’une d’elles, plus grande, plus belle, plus colorée que les autres laissait se dessiner un poney aux couleurs criardes qui montait la garde au-dessus du porche de la seule et fréquentée auberge de Bree.

Dans l’auberge les discussions autrefois animées étaient teintées de maussaderie. Un Arthedain, peu bavard, très pâle, épuisé, presque paniqué et s’en était inquiétant, venait d’apporter des nouvelles peu rassurantes de la lointaine cité de Fornost. Ce nom ne disait rien à personne mais les mauvaises nouvelles telles les nouvelles tout court d’ailleurs étaient rares ; enfin un peu d’inquiétude était la bienvenue pour rompre la monotonie de la vie d’un habitant de Bree. Depuis plus d’un siècle que le royaume d’Arnor était divisé, peu de personnes en venaient, et les informations n’étaient que peu nombreuses. Ainsi, Bree n’avait guère de raisons d’angoisse et la grande salle de l’auberge, lumineuse, était loin d’être remplie. Quelques tables seules étaient occupées et le tenancier, Maître Poirdebeurré s’ennuyait fermement en prêtant poliment une oreille distraite à un vieil homme emporté. La moustache presque frissonnante d’indignation, ses mains virevoltant sans discipline aucune, les yeux presque menaçants, il s’emportait et commençait à attirer les regards vers lui. « Puisque je vous dis que je l’ai vu ! Ce sorcier parle aux animaux. Il est bizarre ! On voit pas sa tête, on voit foutrement rien d’ailleurs ! On devrait le virer d’ici. Bientôt il parlera à mes chèvres et elles partiront. Comme le chien ! » A ces mots le tenancier, jusque là avachit sur son bar, la tête reposant presque dans son torchon sale, trouva quelque intérêt aux dires du vieux. Il lui demanda ce qu’était devenu l’animal ; on lui répondit qu’il avait aboyé vers un inconnu, que cet inconnu lui avait alors parlé, accroupi au devant de lui et que, tout sage, la queue en l’air, le chien s’en était allé sur le chemin. Personne ne l’avait revu depuis.

Au fond de la salle, à la gauche du mur opposé à la porte d’entrée, était un coin sombre qui accueillera plus tard de bien illustres personnages, mais là n’est pas encore notre histoire. Alors que le vieux commençait à énumérer les qualités de son chien perdu et que le tenancier sentait son attention défaillir, quand les visages ne trouvant plus d’animation près du bar s’en retournaient vers leur table ou vers un autre client à dévisager, dans la pièce toute entière et sans doute même dans l’auberge elle-même fila une douce voix. « Ton chien était malade, sais-tu ? Il est parti se soigner en un lieu que je lui ai désigné.  Il te reviendra ; cependant prend soin de lui, car désormais, malgré tout l’amour qu’il a pour toi et que tu as pour lui, c’est un chien libre qui ne te suivra que s’il en a l’envie. » L’alors obscur recoin s’illumina petitement , éclairé par une frêle bougie allumée sans effort. Charmés par le doux son de la voix, les clients n’osaient rompre le silence qui s’était installé dans l’auberge ; l’on entendit un oiseau chanter, comme acclamant la brève tirade. L’homme si c’en était un qui venait de prendre la parole s’était levé. Doucement, il reposa la bougie dont la flamme maintenant longue et belle et chantante, rivalisait en éclat avec la lumière qui des fenêtres éclairait le reste de la pièce. Il portait une robe de bure brune comme la terre, mais elle se trouvait parfois grisée, aveuglant le regard trop curieux. Encapuchonné tel qu’il l’était son visage ainsi que tout son corps était caché aux vues ; il se trouvait grand, cependant, et marchait tel un seigneur en son palais parfois, glissait comme la souris dans l’antre du chat sinon. L’on ne pouvait parfaitement le suivre du regard, ni déterminer son déplacement, car il échappait aux yeux sans vraiment les fuir. L’inconnu ouvrit la porte sans presque la toucher et sans aucun effort apparent, pourtant était-elle lourde et l’est-elle toujours. Enfin, quand l’ombre fut sortie sans que personne pût penser à la suivre ou même à bouger, la flamme belle et haute mourut au-dessus de sa tige de cire intacte.
 

***

***





C’est ainsi qu’Aiwendil se fit connaître à l’auberge du Poney Fringant peu après son arrivée en la Terre du Milieu, en l’an mille du Troisième des Âges. Discutons tout de même quelque peu de ce qui a pu lui advenir auparavant de son arrivée à Bree par la route de l’Est. Nous ne nous attarderons pas sur les épisodes précédant sa rencontre avec Círdan le Charpentier à Mithlond ; enfin contentons-nous de quelques lignes. Aiwendil était déjà lors du Chant des Ainur et chanta lui aussi ; sa mère est Yavanna Kementári, seconde Reine des Valar, Reine de la Terre, protectrice des kelvar, créatrice des olvar et mère des Deux Arbres, Culùrien et Silpion ou Telperion et Laurelin ; son précepteur est Aulë, maître des forgerons et père des Nains, créateur des astres Anar et Isil, Vala le plus influent après Manwë lui-même ; ainsi Aiwendil est parmi les plus puissants des Maiar.

Il connut et participa à la création d’Eä, seconda Yavanna Kementári dans la lourde tâche de contrer les effets sur les olvar de la domination de Morgoth sur la Terre du Milieu ; il aida Aulë à la construction des Lampes, puis à l’édification de Tol Eressëa, chanta avec la seconde Reine pour la création des Deux Arbres, enseigna aux Eldar comme aux Sindar qu’il put rencontrer certains arts d’aimer les olvar ; il vit la naissance de Galadriel comme l’achèvement des Silmarils et la fuite des Noldor ; il participa aux sièges d’Utumno et d’Angband, pleura la quête de Beren et Lùthien comme la chute de Gondolin et de tant d’autres cités ou la disparition de nombre de royaumes désormais oubliés ; enfin dut-il participer au désastre de la victorieuse Guerre de la Grande Colère et à la disparition du Beleriand ; encore assista-t-il à la submersion de Nùmenor.

Maintenant Aiwendil fut envoyé en Terre du Milieu par les Valar pour former l’Heren Istarien, l’Ordre des Mages, avec Curumo, Alatar, Pallando et Olórin, afin d’aider les Enfants d’Illùvatar dans leur lutte contre Sauron. Seuls, Círdan l’Elfe barbu, Elrond le Semi-Elfe et Dame Galadriel connaissaient la nature réelle de ces vieillards mystérieux. Les Istari n’avaient pas pour consigne de s’attaquer à Sauron directement ; en effet le conseil des Valar, réuni autour de Manwë voulut éviter de commettre une nouvelle fois l’erreur de la Guerre de la Colère qui ravagea la Terre du Milieu, alors modifiée, bouleversée, par la puissance déchaînée des dieux. Ainsi est-ce réduits à un semblant de corps humain que les Istari parvinrent sur les terres des Peuples Libres, amputés d’une grande partie de leurs pouvoirs mais non pas de leur sagesse.

***

***





Le navire à la proue en forme de tête de cygne, tels les anciens construits par les Teleri, s’avançait doucement au sein de la baie. Les eaux, limpides, semblaient parfois inexistantes : les falaises blanches plongeaient dans une légère écume. Sous la blanche dentelle d’édifices qui parsemait les collines prolongeant les hautes falaises, parsemée d’arches et de voûtes, de colonnes et de jardins, enfin mêlée de pierres et de marbres resplendissants, les quais de la couleur la plus pure s’élançaient vers l’océan et Valinor. Les piliers jamais ne servaient à relier avec une corde des navires pour toujours immobiles si l’on ne leur demandait pas de naviguer. Une silhouette se détachait sur le superbe tableau qu’offrait le paysage de Mithlond. Sa voile, blanche et gonflée, poussait sans bruit le bois vers les terres. La coque ne fendait pas les eaux ; on l’aurait dit être une partie intégrante de la mer, qui sans s’effaçait devant la proue semblait l’accompagner, sans bouger, s’ouvrant et se refermant sans rien laisser paraître, subtile et discrète complice du navire.

Doucement, et avec d’infinies précautions, le bois sembla toucher le premier des quais, alors et pour toujours le plus élancé vers l’horizon, comme en un appel vers Aman, fendant les vagues arrivant mourir contre lui dans le plus beau des ballets funèbres, expirantes d’être depuis si longtemps éloignées des Terres Éternelles. Au-devant du navire se présentaient trois elfes ; ceux-ci étaient Círdan et deux de ses marins et charpentiers, gardes des Havres Gris. Grand fut leur étonnement quand ils virent le navire vide, ou presque ; deux vieillards près du mât s’offrirent à leurs regards. L’un était Curumo. Il avait le visage sec, les traits marqués, comme taillés à la serpe, les attributs d’un blanc pur comme l’était celui de son habit. Il tenait comme une arme un bâton à la main, de la couleur la plus pure lui aussi, au toucher de marbre ; son chef était un losange. L’autre se nommait Aiwendil et se trouvait de présentation différente. Il était grand, lui aussi. Le visage marqué par les douces rides du temps, reflets de la sagesse, était encadré par une masse claire de cheveux blancs ; la lumière s’y reflétait. Quelques mèches allaient se perdre au creux d’un capuchon rejeté en arrière. Les yeux surmontés de fins sourcils blancs et altiers se trouvaient confondants. L’on ne pouvait que s’y perdre, cherchant en vain quelque normalité ; des nuances de brun se perdaient dans des nuages verts que, parfois, des étoiles de sagesse et des flammes de pouvoir venaient éclairer. Sous un nez droit et marqué, des lèvres charnues mais délicates formaient une clairière au sein d’une forêt de poils blancs qui s’en allait mourir aux pommettes rieuses, s’étalant sous les narines et grignotant la peau jusqu’aux oreilles. La barbe fournie, longue,  tombait jusque sous la poitrine en trois pointes à peine visibles ; parfois grisonnants, les poils cachaient le vêtement. Ce dernier attirait le regard, formé d’une robe qui tombait jusqu’aux pieds ; des feuilles d’or se mélangeaient gracieusement à des branches pareillement mises en valeur. Ainsi tout l’habit semblait être un olvar d’or et de tissu dont les membres s’épanchaient des pans de la robe jusqu’aux manches et au capuchon. Une broche ornait le cou et maintenait une cape vierge de tout ornement ; elle se composait de nuances changeantes, grises, vertes et brunes. Parfois, elle permettait à son porteur de ne pas être remarqué. Aiwendil à la main tenait un long bâton qui ne semblait autre qu’un enchevêtrement hétéroclite de feuilles et de branches ; parfois pouvait-on deviner dans les formes des premières les ailes et le bec d’un volatile, ou dans celles des secondes la silhouette d’un cerf ou d’un autre animal. Le bâton était comme vivant, son apparence ne paraissait jamais la même ; il était surmonté d’un joyau aux teintes changeantes, parfois recouvert de verdure.

Círdan jugea bon d’accueillir seul ces hôtes intrigants ; aussi n’était-il plus accompagné quand, en premier, Curumo posa le pied sur la pierre des Havres Gris, seul ou presque à l’observer marcher au-devant de lui, le regarder, sans douceur, écarter son regard, pour finalement le dépasser et s’enfoncer dans une ruelle, non loin de là, de laquelle personne ne le vit ressortir. Círdan n’avait pas bronché ; l’eut-il voulu, qu’il ne l’aurait pas pu.
L’autre vieillard alors descendit lui aussi du navire ; la barbe qui mangeait ses lèvres accompagnait leur mouvement en une ébauche de sourire curieux, amusé. Son regard se perdit au-delà des collines comme s’il cherchait au plus profond de lui-même ; il trouva ce qu’il désirait, et ses yeux se posèrent sur un Círdan toujours silencieux. «  Voilà une bien belle journée, maître charpentier, gardien de Mithlond. N’est-ce pas ? J’aime particulièrement la pluie, vous savez, pour le bien qu’elle apporte aux êtres vivants, mais il n’est jamais désagréable d’être accueilli sous un ciel clément qui rend souvent les esprits plus joyeux et les mots plus agréables. » L’elfe avait les yeux ronds. Ses iris écarquillés laissaient entrevoir une surprise qu’il avait du mal à dissimuler. Il n’osa poser de questions et souhaita la bienvenue à cet intriguant étranger. Alors, ils marchèrent tous deux le long des quais. Aiwendil parlait seul, se posait lui-même les questions qui tourmentaient l’esprit de l’elfe, et y répondait. Le charpentier, attentif, écoutait.
Lorsque L’Istar eut terminé son monologue, l’elfe sut qu’il ne répondrait à aucune autre question. Il en avait déjà beaucoup dit. Círdan savait qu’il allait devoir se taire. Aiwendil lui apprit qu’il serait appelé par les hommes comme l’un des magiciens, mais que d’autres noms que le sien le désigneraient. L’elfe fournit au vieillard quelques provisions et informations sur les environs ; une carte glissa dans l’une des poches de la robe. Appuyé sur son bâton, le magicien attrapa le regard de l’elfe et plongea en ses yeux. Doucement, il lui souffla : «  ne perdez pas l’espoir, elfe. Il y aura, toujours, des vôtres sur cette terre. Jamais vous ne partirez tous, sauf peut-être avant la fin du monde. Mais vous retournerez en Aman, sans faillir à votre mission. N’ayez crainte en l’avenir, et laissez le présent vous y guider. Adieu, cher ami ! »

Le vieillard se retourna. Les pans de son habit flottaient parfois sur les bribes d’un vent doux, ferme, marin. Sans donner l’air de se presser, il marchait tranquillement, dépassa deux jeunes elfes qui couraient vers une flèche vibrante au creux d’une cible. Une paire d’ailes quitta un arbre son perchoir ; le moineau voleta autour du marcheur avant de doucement se poser sur son épaule. Au creux d’un tournant, le magicien se soustraya à la vue des fenêtres de Mithlond.
 

***

***





C’est la Lhùn qu’Aiwendil remonta plutôt que la grande route de l’Est. En Arnor près des rives du lac, il s’assit sur l’une des Collines d’Evendim et observa longuement les ruines de la cité qui fut autrefois la capitale du plus grand royaume des hommes. Les arches de pierre croulaient sur des fondations que le lierre rongeait avec une peine pleine de patience. La ville dévoilait son blanc squelette, triste de mélancolie, aux regards nostalgiques qui peinaient à l’imaginer puissante et édifiée. Nenuial semblait vouloir déborder ses berges et engloutir les os de marbre et de pierre qui allaient se jeter dans ses eaux… Des broussailles assaillaient l’ancien poste de garde dont les murs abritaient le frêle feu de camp de l’Istar. Aucune fumée ne s’en dégageait ; Aiwendil sentait des présences autres animales dans les environs. Des hommes veillaient sur les restes d’un empire du passé. Il détourna son regard d’une fenêtre qui parfois encadrait une ombre fugitive, dans l’une des rares tours qui se dressaient encore  telles des majestueuses sentinelles. Le bois sec grésillait dans les flammes, se mit à laisser échapper de la fumée, qui montait alors en une colonne grisâtre. Un grand escalier de pierre menait au poste de garde ; il débouchait dans une salle à ciel ouvert. Les gravas qui avaient été les sols de l’étage supérieur jonchaient le sol ; au milieu, cernée d’un banc qui tout entière l’entourait, se trouvait une table ronde. Aiwendil les nettoya, s’assit, et attendit.

Trois gardiens de l’Arnor ne s’attendaient pas à trouver un vieillard souriant, installé à une table de pierre au milieu de pierres ruinées, les invitant à bien vouloir s’asseoir pour partager un thé. Les hommes, méfiants, succombèrent au charme de leur hôte ; leurs épées vite dégainées rejoignirent bientôt leur fourreau, tandis que des rires s’élevèrent de la vieille tour de garde. L’Istar ne les éclaira que trop peu à leur goût sur sa présence et ne leur dit au final que trop rien, pour apprendre beaucoup. Seulement les Dunedains apprirent qu’ils allaient devoir s’habituer quelque peu au vieil homme dont ils ne connaissaient pas le nom. Il allait rester un mois entier auprès d’eux, à leur enseigner des savoirs sur les plantes et les animaux. Radagast, celui qui s’occupe des bêtes, ou voie de l’esprit, tel est le nom que les Hommes des Trois Royaumes donnèrent à l’Istar…

D’Evendim et des vestiges de la gloire d’Annùminas, Aiwendil descendit le Baranduin et, laissant pour plus tard un séjour au sein des royaumes des Hommes, s’enfonça dans les sous-bois de la Vieille Forêt. L'appel des arbres, et peut-être d’autre chose encore, était plus fort encore que toute autre curiosité. Peu de personnes osaient essayer d’entrer dans la Vieille Forêt. Certaines en étaient revenues folles, d’autres changées à jamais sans que l’on puisse exactement savoir en quoi. Beaucoup ne pouvaient pas s’en approcher, au-delà de la Haute Barrière. L’on disait que d’autres s’y perdaient à jamais et à voix basse que des elfes habitaient ces arbres. Une autre version parlait d’arbres vivants comme il y en a à Fangorn. Une légende encore décrivait un lutin joyeux, au chapeau vert et fleuri, sautillant sous les branches qui jamais ne le griffaient, au milieu de tourbillons de feuilles dorées.

Aiwendil pose, pas à pas, ses chausses avec douceur sur le lit d’humus qui couvre le sol. Il s’arrêt, un instant, songeur, puis les enlève. Ses pieds nus foulent les feuilles sans jamais écraser cette fourmi en reconnaissance ou ce petit vers occupé à grignoter les restes d’un fruit depuis longtemps chuté. Une main caresse cette écorce centenaire et écoute sa mémoire ; l’autre accueille cette libellule qui s’envole, peu après s’être intéressée au nouvel arrivé. Un buis aux rouges baies cache un grand cerf. Ses bois couronnent son crâne et vont se confondre dans les branches des arbres qui l’entourent. Une goutte tombe, sur cette terre brune, presque noire, une autre sur la plume de ce rouge-gorge qui s’envole vers les cimes et le Soleil, cherchant plus de cette lumière qui abreuve généreusement tous ceux qui se lèvent vers elle. Cette feuille nourrit cet insecte, que mangera cet écureuil roux. Cette écureuil roux meurt, rejoint l’humus et l’humus nourrit ces racines immenses qui se déploient, invisibles, dans l’immensité de cette Vie. Plongé dans les myriades d’étincelles d’intelligence et d’instinct s’activant tout autour de lui, Aiwendil se retrouve dans une douce clairière, les pieds dans ce ruisseau qui sent encore les roches entre lesquelles il prend naissance.

«  Bienvenue, vieil ami. »

Sous un souffle de vent, ploient les coquelicots, les bleuets et autres marguerites, dont les têtes un instant baissées se relèvent avec majesté. le chant perpétuel de la nature s'élève encore, accompagne les doux mots que semble prononcer la forêt tout entière. Les nymphéas descendent le lit du ruisselet et vont chatouiller les chevilles qui indécemment rompent le courant.

« Nous attentions cette visite avec un plaisir certain. »

Une grenouille paresse à moitié plongée dans l’eau, croasse.

« Je ne pense pas que cette forêt ait besoin de toi. Elle t’a reconnu tel un bienfaiteur. En a-t-elle besoin de deux ? D’autres arbres t’attendent. »

L’eau coule, emporte une baie d’or.

« Viens, viens chez nous, vieil ami. Tom sera heureux de te voir enfin. »

L’eau coule une baie d’or.

L’eau coule.

Baie-d’Or murmura : « Viens-tu ? »

Ses cheveux qui étaient une cascade d'écume dorée essayaient de cacher aux regards la vue d'une frêle poitrine doucement soulevée par une respiration paisible. Elle se pencha ; une Dent-de-lion présentait ses aigrettes à la tentation juvénile. Le souffle de la fille de la Rivière emportait dans l'imagination le son du vent artiste sculptant les vagues éphémères. Un nez, fin, séparait le doux visage ; l’œil, vif, était un entrelacement de branches, de fourrures, de fleurs et de membres, les paupières cachaient, se fermant, un trésor immense qui jamais ne paraissait le même. Les pommettes rougies et perpétuellement soulevées par un sourire toujours émerveillé devant les beautés du monde vivant se dessinaient sous les cils, bombés, tout aussi dorés que la chevelure qui, parfois, au-dessus, se laissait tomber en quelques brins égarés.

Elle attrapa la main de l’Istar ; c’était comme une enveloppe d’eau fraîche qui happait ses doigts. Elle le mena au perron d’une discrète demeure au chaumage d’or et aux volets jaunes ; une cheminée, bleue comme les murs auxquels elle faisait écho, se dressait, biscornue, sous un léger panache de fumée. Sous les fenêtres, des bacs accueillaient des géraniums régulièrement arrosés qui formaient comme une ceinture verte, le long de l’édifice. Tout autour de la chaumière était une douce clairière, joyeuse comme le chant de printemps d’un rossignol, ou comme le vol d’un colibri aux rayons du soleil. Les arbres s’étaient comme arrêtés au seuil d’un formidable jardinet – seuls quelques saules pleureurs et solitaires se posaient en sentinelles de la gent feuillue. Partout, reluisaient les pétales épanouis d’une myriade de fleurs qui décoraient, tels les éléments de fantaisie d’une broderie de gazon parfois traversée d’un trait clair et bleu. Le ruisselet, sous un petit pont de pierre, se teintait d’ombre, mais le courant emportait les molécules d’eau qui, frappant les galets ronds et blancs, s’en allaient voyager au loin et découvrir le monde une nouvelle fois. Les abeilles et papillons qui voletaient à la course au pollen. Deux oreilles attentives, deux yeux curieux, un museau intéressé parfois apparaissaient derrière un bosquet ; l’on y portait le regard, et le lapin blanc s’enfuyait en sautillant.

Tom Bombadil était une nature très étrange, mystérieuse. Le haut de ses bottes jaunes disparaissait sous une veste bleue qui, jamais, n’était immobile et toujours voletait au gré des mouvements de son porteur. Il portait souvent la main à sa ceinture verte : il y glissait le pouce, et se renversait en arrière dans un rire énorme. Aiwendil conversa avec le joyeux luron et sa compagne aux cheveux d’or au creux de leur chaumière ; il oublia le temps, que ne connaissaient plus ses hôtes. Quand néanmoins l’Istar dit qu’il lui fallait poursuivre son voyage et chercher à accomplir sa mission, Yavanna Kementari et son compagnon Aulë l’accompagnèrent au bord de la clairière et, une main dans celle de l’autre, adressèrent sourires et signes d’au-revoir au Mage qui s’enfonçait dans les arbres.

***

***





Aiwendil découvrait sans cesse tout ce qu’il n’avait jamais vu depuis l’enveloppe d’un vieillard, d’un humain : tout lui paraissait nouveau, tout lui était étrange, tout était différent. Il lui fallait voir de nouveau tout ce qu’il avait observé déjà, de par ses yeux d’Ainu, mais par des yeux humains – ou presque. Le chant d’un oiseau n’arrivait pas intègre à ses oreilles ; pourtant entendait-il mieux que nombre des êtres peuplant la Terre du Milieu. Les couleurs ne lui étaient plus les mêmes ; la distance était un frein ; les obstacles plus nombreux. C’est tout à son affaire de découverte qu’il traversa les collines du Rhudaur avant d’atteindre Imladris ; là il fit parmi les plus intéressantes rencontres qui rythmèrent ses périples, sur lesquelles nous ne nous attarderons cependant point.

Aiwendil pénétra dans le Rhovanion ; c’était un soir couchant près du Carrock  qui vit l’un des Beornides s’interroger sur la nature de l’humain-qui-n’en-était-pas-un. Nous passerons sur les évènements qui suivent ; seulement mentionnons l’installation de l’Istari dans le Val d’Anduin. IL trouva une élégante ceinture d’arbres au milieu du Val et de ses plaines. Il planta, en son centre, une graine qu’il tenait dans sa poche depuis Valinor, celle de l’un des plus beaux arbres des jardins de Yavanna, qui vit autrefois la lumière des arbres, et s’en nourrit. Aiwendil chanta longuement le devenir de l’arbre en puissance ; il lui demanda d’épouses ses désirs, et en fit sa demeure vivante, Rhogosbel, en lisière de Vertbois-le-Grand.
Le Mage erra longtemps en son sein ; la Forêt Noire, assombrie par l’ombre du mal, dépérissait, appelait un secours trop faible, presqu’impuissant. Au fil de ses pérégrinations, il rencontra quelques uns des elfes de Mirkwood ; depuis lors, c’est avec ceux-ci qu’il protégea la Forêt Noire des avancées du mal, qui trouvait en les portes du royaume de Thranduil une limite infranchissable…Il y rencontra, pour la première fois depuis son arrivée en Terre du Milieu, des Orques ; il s’intéressa à eux qui lui offrirent l’occasion de combattre et de manier son bâton avec, toujours, pour seul but de faire le bien.

Le voyage appelle la rencontre, et les bois de la Terre du Milieu abritent des créatures dont beaucoup ne pourraient pas soupçonner l’existence ; les Onodrim de Fangorn reçurent régulièrement la visite de l’Istar qui leur apportait autant de soulagement et de soins qu’ils lui offraient de connaissances et, parfois, de compréhension. Le Gardien, Sylvebarbe, était un compagnon idéal ; l’un passait des journées entières à porter l’autre en ses feuillages, parfois tout en discutant, parfois en silence, avec pour seuls bruits le froissement des feuilles qui tournoyantes tombaient des ramures.
Des Grands Aigles, Aiwendil s’était fait des amis fidèles ; il appréciait en particulier Gwaihir, leur roi, et Telunion, son fils. Enfin, il sillonnait les terres et forêts, les collines et les montagnes, ne négligeant ni le dessus, ni l’en-dessous, étudiait tout ce qui lui tombait sous les mains et le regard. Sa mission d’Istar était de protéger la Terre du Milieu et les êtres qu’elle abritait des mouvances du Mal et de l’expansion de l’influence des anciens soldats de Morgoth. Mais les Hobbits étaient simples et sans problèmes ; les Nains étaient enfermés ; les Elfes était imbus ; les Hommes se voulaient indépendants. Comment aider contre le gré des personnes ? Seule la Nature et ces créations les plus humbles étaient vraiment accessibles à la bonté, à l’amour. Le Mage se plaisait entre les chevaux du Rohan, sous la voûte des arbres de la Lothlorien, entre les joyaux de la Montagne, dans le jardinet à tomates, comme sous les pleurs de l’Humain, comme sous les paroles de l’Elfe, comme sous la gaillardise du Nain, comme sous le rire du Hobbit.

D’aucuns dirent de lui qu’il a faillit à sa tâche ; cela est doublement faux. Il a toujours cherché à l’accomplir, et il l’accomplit encore, car elle ne peut être terminée. Combattre le Mal, c’est le combattre partout, c’est le combattre tout le temps. Combattre le Mal, c’est protéger l’insignifiant, le ridicule, le reculé, l’oublié. Un Istar, jamais, ne doit l’oublier. Il doit, caché, combattre le Mal, sans attendre de reconnaissance, loin de son foyer, sans espoir, sauf pour un seul, de s’en retourner… Car jusqu’à la fin du Monde le Mal devra être tenu à l’écart des Hommes ; mais le Mal ne peut être vaincu quand l’Homme vit encore…
 

***

***





"Veux-tu savoir l'histoire qui longtemps fut cachée
des Cinq qui survinrent d'une lointaine contrée
Un seul s'en retourna les autres plus jamais.
Sous la loi des Hommes la Terre du Milieu peinera
jusqu'à Dagor Dagorath et le Destin s'accomplira"





***



***


Dernière édition par Aiwendil le Mar 14 Oct 2014 - 15:04, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas

DURIN'S HEIR ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 1223
♦ RÉPUTATION : 2030
♦ AVATAR : Richard Armitage
♦ DC & co : Destan
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Un Nain bien évidemment, le peuple le plus fier et brave que la Terre du Milieu ait porté.
— ORIGINAIRE DE : La Montagne Solitaire, Royaume des Héritiers de Dùrin avant que la Limace ne s'en empare.
— ÂGE DU PERSO : 195 longues années depuis sa naissance dans les Halls de la Montagne Solitaire.
— RANG SOCIAL : Seigneur Nain et donc riche. Du moins lorsqu'il deviendra le Roi sous la Montagne.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Forgeron il fût un temps lors des années d'errance.
— ARMES DU PERSO : Hache, Arc, Epée et sa condescendance pour ceux qui ne méritent que son plus profond mépris.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Les nains, son peuple et plus particulièrement la Lignée de Dùrin dont il est l'Héritier.
— VOYAGE AVEC : Kili, son neveu, dans les plaines de l'Eriador à la recherche de la Sépulture de celui qui fût son père avant de disparaître.
— AMOUREUSEMENT : Le Seigneur Nain n'a nulle épouse, cela a faillis mais il a été éconduis, il ne s'en plaint néanmoins pas. Il est à l'image des murs qu'il habite, silencieux et froid, seul et grave.

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Mar 13 Mai 2014 - 18:55

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche, si tu as des questions, n'hésite pas Shire

PS: ( Sil'Alfian   Wtf Comme l'Empereur ? Wtf )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t43-thorin-oakenshiel http://lonelymountain.forumactif.org/t48-we-all-burn-together-thorin-oakenshield http://lonelymountain.forumactif.org/t97-while-hammer-fell-like-ringing-bells-thorin
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Mar 13 Mai 2014 - 19:54

Merci Thorin, Fili.  ♥ 
Pour la fiche, je ne devrais pas avoir trop de soucis. Plus par rapport à moi que par rapport à Radagast, en fait. ^^

Oui, comme l'empereur !! !! !! J'étais empereur sur un jeu en ligne, je contrôlais un empire avec plus de cinquante joueurs actifs (empireuniverse), j'ai changé de nom et j'ai directement pensé à lui. Mon second (enfin, c'était une femme) avait pour pseudo Ewilan. ;)
J'adore Bottero.
"
La douleur infinie de celui qui reste
Comme un pâle reflet de l'infini voyage
Qui attend celui qui part.
"

Pourquoi tous ces smileys ? ^^
Merci, merci :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Mar 13 Mai 2014 - 21:18

Bienv'nue à toi et bon courage pour ta fichette ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Mar 13 Mai 2014 - 22:21

Je reposte mon post mais...il va poster sa fiche où Rady avec tout nos messages :D ??

Radagastounet-d'amouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuur ♥ Nialalalla bienvenue !!! J'adore ton personnage, il est tellement délirant qu'il n'y a pas une scène qui passe avec lui sans que je n'éclate de rire XD !!

Bref !!! Sois le bienvenue par ici, je te souhaite bon courage pour ta fiche et un très bon commencement pour ton premier RPG :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Mer 14 Mai 2014 - 7:19

Bienvenue et bon courage pour ta fiche c:

Revenir en haut Aller en bas

AZAGHÂL KHUZD ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Dwal
♦ MESSAGES : 5826
♦ RÉPUTATION : 2702
♦ AVATAR : Graham McTavish
♦ DC & co : Fraìa & Dìs
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
« Baruk Khazâd ! Khazâd ai-mênu ! »
— RACE DU PERSO : Nain et fier de l'être.
— ORIGINAIRE DE : Exilé d'Erebor, réside actuellement à Ered Luin
— ÂGE DU PERSO : 168 ans et toutes ses dents (mais pas ses cheveux).
— RANG SOCIAL : Seigneur nain.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Guerrier dans l'âme et avant tout. Il passe les jours calmes à la Forge.
— ARMES DU PERSO : Tout est une arme pour lui. Sinon : Marteau, Haches, Dagues, Armure de poings, Crâne
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Sa loyauté va à Thorin et son frère aîné.
— VOYAGE AVEC : Ses armes.
— AMOUREUSEMENT : Veuf depuis 80 longues années.

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Mer 14 Mai 2014 - 9:13

Ahlala... Ces impatients.... J'attendais que Aiwendil ait posté son second message de fiche avant de souhaiter la bienvenue mais c'est mort là, il mettra tout dans le premier post xD

Bref du coup, je te souhaite officiellement la bienvenue parmi nous !  love! 

_________________

Dwalin
There is one I could follow. There is one I could call King. This one that I call Old Friend, for him I could spill my blood. Let us fight side by side, and if Mahal wish so, up to Mandos Halls !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t133-dwalin-come-on-e http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t139-dwalin-s-world-little-friends-big-ennemies http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t140-dwalin-s-story-it-is-time-for-you-to-know-what-really-happened
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Mer 14 Mai 2014 - 11:53

Merci tout le monde !!   All yay !

Cuicui je n'ai pas eu le temps de poster le reste... Oui, je le mettrai dans le même post. En espérant que ça ne dérange pas trop mais ça a l'air d'aller. ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Mar 20 Mai 2014 - 9:44

Honte à moi ! Je n'étais pas encore passée ici !

WELCOME~  InLove 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Dim 15 Juin 2014 - 22:14

RADAGOUUUU ♥

Fini vite cette fiche qu'on puisse rp à deux ** ( avec Ilhy ou Ama ♥)

Luv

je t'envoie plein de bonnes ondes mon choupinoupinet
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Dim 15 Juin 2014 - 23:57

Oh moi aussiii je t'aime  Hug 

J'ai le français et les sciences qui approchent et le gros souci en fait c'est que je ne révise pas, mais que du coup je ne fais rien car réviser ou écrire cela me donnerait mauvaise conscience car je devrais réviser mais ne rien faire ç'a ma l'air moins grave alors que je devrais tout de même profiter de tout ce temps... Voili voilou.  Meow 

Pour les RP je devrai commencer avec Flora, mais je devrais réussir à tenir avec toi et Luthien également. x')  ♥
(Mettre < devrai > et < devrais > dans la même phrase...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Lun 16 Juin 2014 - 0:40

Ok, j'me mets en liste d'attente. Pour RP. Hihiiii ~~ bref, courage pour tes exam, RÉVISE bon sang ! \o/ dernière ligne droite !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Lun 23 Juin 2014 - 23:10

Aiwendill...j'ai crée ce personnage pour t'arracher la tête si tu ne terminais pas ta fiche...Alors je te souhaite une bienvenue menaçante et te souhaite de rapidement clôturer cette fiche x)

PS : c'est Luluth x)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Mer 25 Juin 2014 - 18:51

Elrond, c'est même pas la peine ! J'ai tenu une demi-heure pour les sciences, pas une seule minute pour le français.  :whiteflag: Et puis liste d'attente, pourquoi ? Je n'aime pas ce système de fiche et d'histoire résumée donc j'ai du mal, mais pour les RP surtout en vacances je devrais pouvoir en gérer plusieurs à la fois.

Murtagh avec comme avatar l'acteur qui joue Durza ? Seriously ?  Blasé
Quel délai m'offres-tu ?  ♥ 

Juste une question, si ça se ressent dans mon histoire sur ma fiche que je n'étais pas très enthousiaste à ainsi l'écrire, c'est grave ? Si c'est mal écrit quoi. Ou en mode résumé.  Wakeup 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Dim 12 Oct 2014 - 20:29

ON EST LE 12 !! Et ton histoire petit chenapan x) !!
Revenir en haut Aller en bas

AZAGHÂL KHUZD ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Dwal
♦ MESSAGES : 5826
♦ RÉPUTATION : 2702
♦ AVATAR : Graham McTavish
♦ DC & co : Fraìa & Dìs
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
« Baruk Khazâd ! Khazâd ai-mênu ! »
— RACE DU PERSO : Nain et fier de l'être.
— ORIGINAIRE DE : Exilé d'Erebor, réside actuellement à Ered Luin
— ÂGE DU PERSO : 168 ans et toutes ses dents (mais pas ses cheveux).
— RANG SOCIAL : Seigneur nain.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Guerrier dans l'âme et avant tout. Il passe les jours calmes à la Forge.
— ARMES DU PERSO : Tout est une arme pour lui. Sinon : Marteau, Haches, Dagues, Armure de poings, Crâne
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Sa loyauté va à Thorin et son frère aîné.
— VOYAGE AVEC : Ses armes.
— AMOUREUSEMENT : Veuf depuis 80 longues années.

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Dim 12 Oct 2014 - 22:17

Plus que quelques heures Wtf

_________________

Dwalin
There is one I could follow. There is one I could call King. This one that I call Old Friend, for him I could spill my blood. Let us fight side by side, and if Mahal wish so, up to Mandos Halls !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t133-dwalin-come-on-e http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t139-dwalin-s-world-little-friends-big-ennemies http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t140-dwalin-s-story-it-is-time-for-you-to-know-what-really-happened
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Dim 12 Oct 2014 - 23:44

Si seulement l'on pouvait aimer les commentaires.. Ces deux derniers me plaisent ! :D TON HISTOIRE ! (Il a fallu le pousser toute la journée pour qu'il la finisse..)
Revenir en haut Aller en bas

AZAGHÂL KHUZD ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Dwal
♦ MESSAGES : 5826
♦ RÉPUTATION : 2702
♦ AVATAR : Graham McTavish
♦ DC & co : Fraìa & Dìs
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
« Baruk Khazâd ! Khazâd ai-mênu ! »
— RACE DU PERSO : Nain et fier de l'être.
— ORIGINAIRE DE : Exilé d'Erebor, réside actuellement à Ered Luin
— ÂGE DU PERSO : 168 ans et toutes ses dents (mais pas ses cheveux).
— RANG SOCIAL : Seigneur nain.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Guerrier dans l'âme et avant tout. Il passe les jours calmes à la Forge.
— ARMES DU PERSO : Tout est une arme pour lui. Sinon : Marteau, Haches, Dagues, Armure de poings, Crâne
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Sa loyauté va à Thorin et son frère aîné.
— VOYAGE AVEC : Ses armes.
— AMOUREUSEMENT : Veuf depuis 80 longues années.

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Dim 12 Oct 2014 - 23:46

QUINZE MINUUUUUUUUUUUUUUTES Trollface

_________________

Dwalin
There is one I could follow. There is one I could call King. This one that I call Old Friend, for him I could spill my blood. Let us fight side by side, and if Mahal wish so, up to Mandos Halls !


Dernière édition par Dwalin le Dim 12 Oct 2014 - 23:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t133-dwalin-come-on-e http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t139-dwalin-s-world-little-friends-big-ennemies http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t140-dwalin-s-story-it-is-time-for-you-to-know-what-really-happened
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Dim 12 Oct 2014 - 23:47

Il va foirer sa mise en ligne, si ça se trouve.. A deux minutes près, ce serait le comble.. x)
Revenir en haut Aller en bas

AZAGHÂL KHUZD ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Dwal
♦ MESSAGES : 5826
♦ RÉPUTATION : 2702
♦ AVATAR : Graham McTavish
♦ DC & co : Fraìa & Dìs
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
« Baruk Khazâd ! Khazâd ai-mênu ! »
— RACE DU PERSO : Nain et fier de l'être.
— ORIGINAIRE DE : Exilé d'Erebor, réside actuellement à Ered Luin
— ÂGE DU PERSO : 168 ans et toutes ses dents (mais pas ses cheveux).
— RANG SOCIAL : Seigneur nain.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Guerrier dans l'âme et avant tout. Il passe les jours calmes à la Forge.
— ARMES DU PERSO : Tout est une arme pour lui. Sinon : Marteau, Haches, Dagues, Armure de poings, Crâne
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Sa loyauté va à Thorin et son frère aîné.
— VOYAGE AVEC : Ses armes.
— AMOUREUSEMENT : Veuf depuis 80 longues années.

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Dim 12 Oct 2014 - 23:51

Ouais et on veut un up ici en réponse pour voir la date et l'heure aussi hein !! xD

_________________

Dwalin
There is one I could follow. There is one I could call King. This one that I call Old Friend, for him I could spill my blood. Let us fight side by side, and if Mahal wish so, up to Mandos Halls !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t133-dwalin-come-on-e http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t139-dwalin-s-world-little-friends-big-ennemies http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t140-dwalin-s-story-it-is-time-for-you-to-know-what-really-happened
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Dim 12 Oct 2014 - 23:53

Mdr, mais il a vraiment du la foirer parce que c'est toujours pas posté ! :O :/ AIWENDIL ! ♥
Revenir en haut Aller en bas

AZAGHÂL KHUZD ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Dwal
♦ MESSAGES : 5826
♦ RÉPUTATION : 2702
♦ AVATAR : Graham McTavish
♦ DC & co : Fraìa & Dìs
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
« Baruk Khazâd ! Khazâd ai-mênu ! »
— RACE DU PERSO : Nain et fier de l'être.
— ORIGINAIRE DE : Exilé d'Erebor, réside actuellement à Ered Luin
— ÂGE DU PERSO : 168 ans et toutes ses dents (mais pas ses cheveux).
— RANG SOCIAL : Seigneur nain.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Guerrier dans l'âme et avant tout. Il passe les jours calmes à la Forge.
— ARMES DU PERSO : Tout est une arme pour lui. Sinon : Marteau, Haches, Dagues, Armure de poings, Crâne
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Sa loyauté va à Thorin et son frère aîné.
— VOYAGE AVEC : Ses armes.
— AMOUREUSEMENT : Veuf depuis 80 longues années.

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Dim 12 Oct 2014 - 23:58

Deux minutes Wtf

_________________

Dwalin
There is one I could follow. There is one I could call King. This one that I call Old Friend, for him I could spill my blood. Let us fight side by side, and if Mahal wish so, up to Mandos Halls !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t133-dwalin-come-on-e http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t139-dwalin-s-world-little-friends-big-ennemies http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t140-dwalin-s-story-it-is-time-for-you-to-know-what-really-happened
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Lun 13 Oct 2014 - 0:02

Publiée à temps !


Dernière édition par Aiwendil le Lun 13 Oct 2014 - 11:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Lun 13 Oct 2014 - 8:46

Et bien....je me suis prise une rude claque en lisant ce chef d'oeuvre ! Tu es le rejeton de Tolkien c'est pas possible !!! Non mais COMMENT C'ETAIT TROP BIEN A LIRE !!!!! J'en ais encore des étoiles plein les yeux ! Et bien ma foi, ça valait le coup d'attendre c'est c'est un véritable roman magnifiquement structuré ! BRAVOOOOOOO !! ♥
Revenir en haut Aller en bas

DURIN'S HEIR ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 1223
♦ RÉPUTATION : 2030
♦ AVATAR : Richard Armitage
♦ DC & co : Destan
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Un Nain bien évidemment, le peuple le plus fier et brave que la Terre du Milieu ait porté.
— ORIGINAIRE DE : La Montagne Solitaire, Royaume des Héritiers de Dùrin avant que la Limace ne s'en empare.
— ÂGE DU PERSO : 195 longues années depuis sa naissance dans les Halls de la Montagne Solitaire.
— RANG SOCIAL : Seigneur Nain et donc riche. Du moins lorsqu'il deviendra le Roi sous la Montagne.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Forgeron il fût un temps lors des années d'errance.
— ARMES DU PERSO : Hache, Arc, Epée et sa condescendance pour ceux qui ne méritent que son plus profond mépris.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Les nains, son peuple et plus particulièrement la Lignée de Dùrin dont il est l'Héritier.
— VOYAGE AVEC : Kili, son neveu, dans les plaines de l'Eriador à la recherche de la Sépulture de celui qui fût son père avant de disparaître.
— AMOUREUSEMENT : Le Seigneur Nain n'a nulle épouse, cela a faillis mais il a été éconduis, il ne s'en plaint néanmoins pas. Il est à l'image des murs qu'il habite, silencieux et froid, seul et grave.

MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   Mar 14 Oct 2014 - 15:04




“ TU ES VALIDÉ, AIWENDIL ! ”
BIENVENUE PARMI-NOUS !

➴ Avis sur la fiche — C'est qu'on a finis attendre et qu'on a faillis pas de valider Trollface C'ets bien dommage que tu ai mis aussi longtemps, mais ta fiche en vaut vraiment la peine, alors j'ai le plaisir de t'annoncer que tu es validé. J'espère que tu passeras d'excellents moments ici. Si tu as une question quelconque, ou quelque chose à faire savoir, n'hésites pas à contacter le staff par tout les moyens qui existent : chat box, MP, section questions... Sur ce, bon jeu et encore bienvenue parmi nous !
COOL, J'SUIS VALIDÉ !
... Mais, et maintenant ?
Maintenant mon brave, je t'invite à te créer une fiche de relationship ici ; c'est conseillé pour te dépatouiller des relations de ton personnage ! ici, tu pourras lister tes RPs en tout genre, encore une fois pour voir clair ! Pense à mettre les liens vers ta fiche et ces différentes petites choses dans ton profil, c'est bien pratique !
Il y a aussi la possibilité de se créer un journal intime ici, pratique si tu veux t'occuper en attendant une réponse de ton coéquipier de RP. Quand à cette section, il t'est possible d'y passer des petites annonces comiques, qui défileront sur le forum. Ah tiens, tant qu'on y pense, ça te dit, un rang ? Vas-y donc.

Plus sérieux à présent ; si tu as un personnage en lien avec le tien et que tu veux le proposer aux autres joueurs, tu peux créer ton propre prédéfini ici ! Enfin, quand l'envie de RP te prendra, tu pourras alors te diriger par là pour faire une petite demande pour ceux qui pourraient être intéressés ! Enfin, n'oublie pas d'aller au bottin à avatar pour dire quel est le nom de ton acteur, merci ! Cela évitera les doublons.

Maintenant, préparez vos bières et autres boissons alcoolisées car voilà la partie la mieux arrosée ! Je t'invite à flooder un max pour faire vivre le forum, ainsi que de jouer aux jeux ; ça ne prend que quelques secondes par jours/postes, et en plus, ça te fait grimper le nombre de messages pour d'éventuels doubles comptes ! Ah et tant que j'y pense ! N'oublie pas de voter, ça pourrait de permettre de gagner des cadeaux trop cool ! N'oublie pas non plus d'aller t'informer sur ce que sont les points de réputations, et ce que tu peux aussi gagner avec ! Et si tu es téméraire et veux t'amuser à relever des défis, vas-y, n'hésite pas !

Et voilà, je t'ai tout dit à présent. J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous, Radagast... En espérant que tu survives en Terre du Milieu !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t43-thorin-oakenshiel http://lonelymountain.forumactif.org/t48-we-all-burn-together-thorin-oakenshield http://lonelymountain.forumactif.org/t97-while-hammer-fell-like-ringing-bells-thorin
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Aiwendil - Radagast Le Brun   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aiwendil - Radagast Le Brun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Radagast, le Brun
» Aiwendil - Radagast Le Brun
» Radagast le brun
» Radagast le Brun
» Radagast le Brun, Mage original et décalé || Terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: détente des Hobbits :: Cimetière :: Fiches Archivées-
Sauter vers:  
hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains hobbit nains Af Jarni Og Is hobbit nains hobbit nains hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.