AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Thorin : Cherche naine pour se perdre dans sa chevelure durant un siècle a venir.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Meruva : Cherche complice pour rencontre fortuite.
Loìn : Cherche bébé dragon pour brûler les fesses d'un méchant nain.
Smaug est le bienvenue aussi, si il nous rend Erebor !
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]

Partagez | 
 

 ☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

MessageSujet: ☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]   Dim 15 Juin 2014 - 23:26



 

“ Soren "SHADOW" Voguil ”
Il n'y a pas de lumière sans ombre
NOM&PRÉNOM ▬ Soren Voguil ; il utilise rarement ses vrais prénoms et noms, utilisant des alter égos inventés, le plus connu étant Alto Hiémain, capitaine de La Mandragore SURNOM ▬ Shadow, notamment, pour son talent à s'intégrer dans les ombres et sa discrétion ; on lui prête des allégeances tout aussi sombres que son surnom ÂGE ▬ 33 ans PROFESSION ▬ Capitaine pirate incontesté de la Mandragore et commerçant - comprenez qu'il vole et qu'il en tire énormément d'argent, cela étant son idée de la politique commerciale. PATRIE, RACE ▬ Humain, tout simplement SITUATION AMOUREUSE ▬ Libre comme l'air, aussi puissant et insouciant qu'une tempête RANG SOCIAL ▬ Sans être riche à foison, la vie comme capitaine lui donne une aisance particulière ; il ne manque de rien et son rang de capitaine lui donne tous les droits sur son navire et son équipage LIEU DE NAISSANCE ▬ Belfalas POUVOIRS ▬ Il ne possède aucuns dons, mais cherche à en avoir. Il lit beaucoup, s'instruit beaucoup et a compilé une collection d'essais sur la magie pour ses recherches de puissance. DE QUEL COTÉ IL EST ▬ Du sien. Exclusivement du sien. GROUPE SOUHAITÉ ▬ Humains

➴ Tout sur toi baby !

VOTRE PHYSIONOMIE ▬ Soren est un homme au charisme physique indéniable : sa haute taille, sa stature finement musclée lui donnent un avantage certain sur d'autres adversaires, mais au-delà de sa physionomie globale, il faut savoir qu'il a un visage superbe. Et qu'il en joue. Ses trais pâles sont plutôt fins bien que masculins ; ses cheveux sombres en bataille et cette barbe de trois jours qu'il cultive donnent une touche de virilité à ses traits. Son regard est ce qu'il déteste le plus : pâle comme la glace, cela le fait paraître faible. Ces prunelles d'eau semblent souvent pétiller, flamboyer, mais jamais elles ne seront aussi sombres qu'il le voudra. Hormis cela, il a des expression faciales très expressives, mais il sait se contrôler et sait donner à son visage le ton qu'il veut, tout comme à sa voix ou à sa gestuelle. Il maîtrise son corps et sait donner des messages physiques qu'il désire. Enfin, petit détail : il lui manque la main gauche. Coupée net au poignet, il l'a remplacé par un crochet ; son poignet est ceint d'une bande de cuir aménagée pour recevoir divers outils, dont ce crochet. Il peut également y insérer une petite épée ou divers ustensiles. Si cet handicap l'a souvent amené à la frustration de n'avoir plus qu'une main, il a appris à s'en servir et est devenu très agile à l'utilisation de ce poignet.
Il a un sourire souvent carnassier quand il exulte, mais il peut se révéler charmeur ou doux au besoin. Son regard est souligné de longs cils sombres, formant comme des rideaux de soie sur les orbes bleus de ses yeux. Tout en lui inspire une espèce de respect, il y a quelque chose dans sa démarche féline, dans sa stature imposante, qui est extrêmement viril et sûr de lui. Peut-être trop d'ailleurs.
VOTRE STYLE VESTIMENTAIRE ▬  Dire qu'il s'habille simplement serait mentir. Il ressort de sa façon de s'habiller une impression de choix luxueux et de richesse : tissus soyeux, de qualité, bijoux d'argent et d'or, cuir tanés de couleurs intriguantes ... Il aime s'habiller de la meilleure façon qui soi et est, somme toute, toujours tiré à quatre épingles. Non pas qu'il ait peur de maculer de boue ses belles bottes cirées, mais il fait très attention à son physique - c'est la première chose que les gens voient et il veut les impressionner. Long manteau de cuir noir, chemise bouffante sombre, pantalon de cuir noir, bottes noires - beaucoup de sombre, oui. Il semble parfois être une ombre aux prunelles de glace, ondoyante dans son carcan de cuir et de coton d'encre.
VOS PARTICULARITÉS ▬ Il a des yeux très très trèèèès bleus.
Il possède diverses cicatrices, notamment une au niveau du coeur, longue comme une main et très profonde - il a fait tatouer un trou béant à ce niveau, comme pour preuve du vide qui existe à l'emplacement de son coeur. Il porte également divers autres tatouages à l'encre noire, un peu partout sur le corps, dont un crâne sur l'omoplate droite, et deux sabres entrecroisés sur l'avant-bras gauche. Le symbole de son navire, également, un cercle avec une silhouettes noire semblable à une ombre, est tatoué sur sa hanche droite.
Il lui manque la main gauche ; c'est coupé net, mais il a fait installer un système de cuir comme un bracelet, où il peut fixer divers ustensiles ; il se ballade quasiment toujours avec un crochet d'argent au bout.

VOTRE CARACTÈRE ▬
Je suis quelqu'un de désabusé et d'ironique ; un brin charmeur, un brin menteur, je sais parfaitement manipuler les gens, que ce soit grâce aux mots ou avec des contacts. Je suis très sûr de moi, ce qui me donne une aura charismatique, et mon âme de leader faisant de moi un espèce de mâle alpha semble exsuder de moi comme une aura implacable et glaçante. Je pense que c'est grâce à cela que je sais me faire des amis et m'assurer la loyauté des gens : ils gobent tout ce que je leur dis, et ont tendance à me croire meilleur que je ne suis. Je ne les détrompe pas, mais je ne cache aucunement ma cruauté ou mon manque d'empathie envers les autres - seul moi compte à mes yeux. Je ne peux compter que sur moi, toujours. Personne ne sera jamais autant attaché à moi que moi.

Je suis intelligent et rusé : je sais quand dévoiler mes stratégies, et comme utiliser les informations que je récolte. Je ne suis pas spécialement loquace, préférant écouter, mais je sais avoir la langue acérée quand il le faut et mettre le doigt sur ce qui fait mal. Je suis dans foi ni loi, et cupide ; je ne me plie à aucun ordre hormis les miens, alors que je n'ai aucun scrupule à ordonner aux autres - à dire vrai cela me plait de commander, j'ai ça dans le sang. Imprévisible, je suis comme une flamme : je flamboie et rugit, je suis violent et j'aime ça. Je suis trop réfléchi, au point que je détaille trop les situations pour en extirper le moindre sentiments et l'analyser au scalpel de ma raison. Les seules émotions que je m'autorise sont mes envies - celles impulsives, brutales, qui sont obligatoirement satisfaites.

Matérialiste, j'aime mon or, mes objets, et je déteste qu'on touche à mes affaires - je suis extrêmement possessif. Je suis un électron libre, je refuse d'être attaché à quelqu'un ; mon courage est achetable - tout comme ma loyauté toute relative, en fait. Néanmoins, je sais être naïf sur certaines choses, et j'ai un côté parfois très enfantin - je peux parfaitement bouder quelqu'un pour une raison stupide, même si je ne le montre pas, car je cache mes émotions.

CE QUE VOUS AIMEZ ▬ Compter l'argent ça compte ? Sinon, il aime beaucoup boire et s'amuser - avec les femmes notamment. Plus elles sont nombreuses, mieux c'est. Il aime la nourriture et la boisson de qualité ; il aime tout ce qui est de qualité, en fait.
CE QUE VOUS DÉTESTEZ ▬ Qu'on lui fasse du mal, qu'on le trahisse - bien qu'il n'ai aucun remord à trahir -, qu'on le rabaisse ou qu'on piétine son égo, qu'on remette en cause sa vaillance ou autre chose. Il déteste rester inactif, ou la paresse en elle-même. Il haït plus que tous ses parents, surtout son père.
VOUS AIMEZ FAIRE LA FÊTE, BOIRE, MANGER ▬ Oui, il adore faire la fête, mais pas n'importe comment. Il faut que la nourriture et la boisson soient de qualié, il refuse de boire de la piquette.
PROFITEUR OU DÉBROUILLARD ▬  Un peu des deux ; il aime profiter des autres, se servant d'eux pour ses propres fins, mais quand il n'a que les moyens du bord, il sait parfaitement faire avec.
SUR QUI POUVEZ VOUS COMPTER EN CAS DE PROBLÈME ▬ Lui-même, uniquement lui-même.
COMMENT RÉAGISSEZ-VOUS FACE AU DANGER ▬ On réplique, et si plus fort que lui, se sert des autres puis tente de donner le coup de grâce pour que tous les honneurs lui reviennent.
UN SECRET QUE VOUS GARDEZ ▬ Il cache son vrai nom depuis des années ; il vient d'une famille de pêcheurs, mais il prétend venir d'une famille de riches marchands.
QU'EST-CE QUI VOUS FAIT HONTE ▬ Ses origines, ses parents - il refuse d'être afilié à eux ou à ce qu'ils sont.
AVEZ VOUS DES PASSIONS DANS LA VIE ▬ Il maîtrise très bien l'escrime, et se débrouille plutôt pas mal niveau acrobaties - un vrai petit singe quand il s'y met.
AVEZ-VOUS UN BUT DANS LA VIE ▬ Devenir roi des pirates ! Sans déconner. Il veut devenir assez puissant pour réunir les autres pirates à sa cause et former un royaume pirate.
QUEL TYPE D'ARME AVEZ-VOUS ▬ Epée, notamment une rapière à la pointe fine qu'il serait faux de sous-estimer. Il a également une épée longue comme un avant-bras qu'il peut accrocher à son poignet coupé, et dont il se sert parfois quand il a besoin.
QUELLE EST VOTRE PEUR ▬ Que ses origines soient découvertes, et perdre ses hommes, son navire, tout ce qu'il a prit tant de temps à construire.



VOUS ET LA TERRE DU MILIEU ▬  La Terre du Milieu n'est, pour Soren - ou plutôt appelons-le Alto - qu'un vaste territoire dont il peut piller les côtes. Il se fiche totalement de ce que deviennent les villes sur lesquelles il s'abat, il ne s'intéresse qu'à l'or et la puissance. Par contre, il rencontre de plus en plus de créatures étranges dans les mers et cela l'inquiète. De plus, des rumeurs parlent de monstres terrestres, tels que des trolls qui se mettent à voyager et à migrer. Cela ne l'inquiète pas plus que cela, mais il a apprit à éviter les villes dont parlent les rumeurs. Il refuse d'arriver nez à nez avec des trolls ou des orcs ! L'avenir de la terre du milieu peut bien être sombre ou lumineux, il n'en a rien à faire - sauf si vous le payez pour prendre parti ; là, il pourrait bien être votre homme.

➴ Derrière l'écran...

 
PSEUDO ▬ ILHY YOLOOOOOO
ÂGE ▬ 23 poussins o/
PASSIONS ▬ Ce que j'aime ? Vous ! ♥
FILMS & SÉRIES ▬ Pleins, trop beaucoup. THE HOBBIT DEJA. VOILA.
PRÉSENCE ▬ Pleins. Tout l'temps ? :D
TON AVIS SUR LE FORUM ▬ JE VOUS AIME. EPOUSEZ MOI.
COMMENT ES-TU ARRIVÉ ICI ▬ TC :D
TON AVATAR ▬ Colin O'Donoughue ; One Upon a Time
REGLEMENT▬ Oui ! Thorin il se baigne avec des canards en plastique tous les jours o/
UN TRUC EN + ▬ GARE A VOS FESSES OU JE VOUS PIQUE ! * Ilhinside * /PAN/ oups pardon, je voulais dire GARE A VOS FESSES OU JE VOUS LES CROCHETTE 8D

 


Dernière édition par Soren Voguil le Lun 16 Juin 2014 - 0:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: ☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]   Dim 15 Juin 2014 - 23:27



 

“ THIS IS MY LIFE ”
and you know it's hard to live here



Si je vous disais que je viens d'une famille de pêcheurs, vous ne me croiriez pas. Cet homme, penseriez-vous, cet homme si élégant et si beau, comment peut-il venir d'une famille aux origines si basses ? Comment un être aussi distingué peut-il venir d'une si basse extraction ? Et pourtant, c'est le cas. J'ai vu le jour à Belfalas ; mon père était pêcheur et il passait la plupart de son temps en mer. Le peu qu'il ramenait, il le vendait une misère aux marchés pour nourrir ma mère et moi. Cela suffisait, de peu, mais quand bien même la faim était au rendez-vous, nous restions en vie.




J'avais toujours été fasciné par cet élément liquide : la mer, vaste étendue salée, brillante et ondoyante comme la chevelure d'une femme, luisante sous les dards lumineux du soleil. Vaste étendue où mon père allait chercher l'origine de notre maigre pitance. Il m'apprit à pêcher, bien entendu, mais cela ne m'attirait pas : trimer toute la journée pour gagner une misère ? Non, non moi j'aspirais à autre chose, à une autre vie, pour moi et mes parents. Je me voyais déjà partir à l'aventure, pour ramener des trésors, de quoi leur offrir une vie luxueuse et du repos. Mais l'on ne devient pas aventurier d'un claquement de doigt, alors quand j'eus huit ans, je m'engageais une saison sur un bateau, comme mousse. Ayant toujours été au contact de l'eau avec mon père, on m'accepta et même si la mer me parut rude, nous restions dans les environs. Lorsque je rentrais au bout d'un mois, je reçus le savon de ma vie par ma mère.


«  ▬ Oh, Soren ! Nous nous sommes fait un sang d'encre ! Le message que tu as laissé était obscur et ... Tu vas bien ? »

Père me gifla, trois fois, trois claques qui résonnèrent dans ma tête comme une humiliation cuisante. J'avoue la fierté mordante que j'eus en déposant la bourse d'argent durement gagné. Les prunelles sombres de mon père rencontrèrent les miennes, feu contre glace, et je détournais le regard, abattu. Je savais ce qu'il allait en faire : le jouer, parier, et perdre. Tout perdre.

«  ▬ Maman, il te reste du gâteau ? Celui au citron que tu fais si bien. »

Père s'esquiva pour le repas. Mère était résignée, et moi j'étais plein de colère. Ma génitrice restait là, les bras ballants, et elle n'avait aucune excuse : elle aurait pu demander une partie de ma solde, ou encore la totalité, pour la mettre de côté quand les temps seraient durs, mais elle laissait faire. Je l'adorais, mais dans le fond, elle était aussi haïssable que la conduite de père, car elle le laissait faire en connaissance de cause.

Cela dura encore trois ans. Trois longues années où, l'été venu, je montais une saison sur un bateau pour ramener un peu d'argent. Du beurre dans les épinards. Mais j'eus bientôt le courage d'en garder une partie. Et je fis bien : l'été de mes onze ans, alors que je posais mon sac de voyage sur le sol, je vis le ventre gonflé de ma mère. Elle était enceinte. La peau encroûté du sel de la mer, je sentis quelque chose se briser en moi. Cela aurait dû être une chose heureuse, une bonne chose, mais nous avions déjà du mal à vivre à trois, alors à quatre ?  Père ne ramenait quasiment plus rien, se servait de son argent pour boire. Mère avait dû prendre un travail de couturière qui abîmait ses yeux et ses mains. Et voilà qu'elle était enceinte ...

Pendant deux saison, j'aidais mère. J'avais décidé de rester sur terre et de lui venir en aide comme je pouvais. Mon sang était d'eau de mer, je désirais repartir sur un pont, là où j'étais moi-même, mais hélas j'avais mon devoir filial. Je commençais à en avoir assez de cette famille : les autres garçons de mon âge n'avaient pas vraiment besoin de penser à tout cela. Enfin, pour certains c'était pire, et je tentais de relativiser, mais c'était compliqué. A l'aube de mon adolescence, ma soeur naquit. Une petite bout, chevelu et rouge, qui se mit à crier. Et à crier encore.

«  ▬ Tais-toi, s'il te plaît. Mère essaye de dormir. »

Père et mère se retournaient, incapable de trouver le sommeil avec les vagissements de Eirian ; mes parents et moi-même étions épuisés. Père avait déjà esquivé une partie de ses devoirs, laissant mère et moi nous en occuper. Elle lui donnait le sein autant de fois qu'elle pouvait, mais la nourriture était rare à la maison, et elle fondait presque à vue d'oeil. Ma haine pour père grandissait de jour en jour ; comment pouvait-il noyer son chagrin à la taverne, alors que nous trimions pour joindre les deux bouts ?! Prenant mon mal en patience, je me mis à bercer ma soeur, ma voix prenant des modulations mélodieuses. Depuis que je courais le gaillard d'avant et que j'étais sur un navire, j'avais appris bien des choses : cirer, coudre, naviguer, faire des cartes et les lire, mais aussi à chanter, à cuisiner, à me priver également, à m'endurcir.

Hélas pour nous tous, père ne s'arrangea pas. Il se mit à boire plus que de raison. Jamais il ne leva la main sur nous, et je pense qu'il savait que jamais je ne lui pardonnerais si il le faisait. Mais je me détachais de cette famille ; même ma soeur dont je m'occupais ne m'aparaissait plus que comme une attache temporaire. L'appel de la mer était là, dans mon coeur, dans mon sang. Et ainsi, l'année de mes quinze ans, j'abandonnais ma famille et ma soeur de quatre ans. Je leur laissais tout l'argent que j'avais mis de côté depuis longtemps et je m'enfuis dans la nuit, ombre parmi les ombres. Eirian allait grandir, allait pouvoir manger à sa faim, peut-être même avoir des jouets. Je ne faisais pas que les abandonner, je leur donnais la chance de recommencer à zéro, comme si ils n'avaient jamais eu qu'une fille. Pas de fils. J'abandonnais mon nom, mes appréhensions, le garçon que j'avais été. Je repartais de zéro.




Alto Hiémain. J'étais devenu ce garçon ambitieux, discret et charmeur. J'étais devenu marin sur un bateau de commerce - avec toutes les étiquettes de mes expériences, j'avais le droit à un poste un peu plus responsable. J'avais quinze ans, après tout, et j'étais capable. Le capitaine me faisait confiance - mais je ne faisais confiance qu'à moi. Je devins roublard, voleur, charmeur. Je devins un homme - un homme qui voulait monter, qui voulait vivre cette vie dont il avait toujours rêvé, entouré d'un équipage, de femmes et d'or. Qui voulait vivre en tant que capitaine.


Pendant trois ans, je vécus en mer sur ce rafiot. Je passais du temps avec le capitaine, qui se montrait gentil et compréhensif - il me prenait pour un orphelin. J'en vins à être convaincu de mon don de charmeur, et m'entraînais sur lui et l'équipage aux mensonges. J'arrivais à tirer des ficelles, et je leur faisais souvent avaler des couleuvres. J'étais bon, dans ce qui était de la danse des mots, et je leur faisais croire ce que je voulais - tant que ce n'était pas trop évident. Un petit bobard, un sourire, un contact de la main. J'étais jeune, insouciant, et je jouais de cette espèce de don que j'avais développé. Je me croyais maître du monde.
Jusqu'à ce que Igrot ne nous attaque. Igrot était un pirate reconnu dans la profession pour être cruel et sans pitié. Il terrorisait rien qu'à son nom, et tous avaient sur les lèvres le nom d'Igrot l'Abomination. Montagne de muscles et de fierté, il était un roi parmi les rois. Et c'est lui qui nous attaqua. Nous n'avions pourtant nulle marchandise de réelle valeur, mais c'est nous qu'il choisit. Et l'équipage se fit massacrer.

Le capitaine m'avait ordonné de rester caché - peut-être parce que j'étais jeune, que je lui faisais penser à son fils, que tenter de se soulever aurait été idiot. Mais quand on a dix huit ans, l'idiotie coule dans nos veines. Armé d'un sabre chipé sur un cadavre, je tentais de m'en prendre à Igrot. Sans que je puisse faire quoi que ce soit, je me retrouvais ligotté, sous sa botte, sa botte enfoncé dans ma joue. Certaines dents me faisaient mal, et j'espérais ne pas en avoir perdu. Un goût de sang m'assaillit, mais ce ne fut rien comparé au fait que le capitaine, celui qui était devenu une espèce de protecteur, fut exécuté devant moi. Il fut décapité, proprement, et sa tête roula, m'éclaboussant de son sang. Atrocement, je sentis mon corps devenir languide, comme plongé dans un bain froid. Igrot me souleva par la peau du cou, et parla à ses sous-fiffres. Rires gras, quolibets, auxquels je ne fis pas attention. A quoi allais-je faire attention, de toute façon ?

J'allais devenir l'esclave de cet homme.

Et j'appris que Igrot était non seulement un homme cruel  mais aussi un ivrogne sans nom et rusé comme un renard. Je lui préparais ses vêtements, les lavais, m'occupais de sa cabine, j'étais à son écoute. Une fois, il tenta de me faire comprendre que je pouvais le servir autrement, mais cette fois, quelque chose se réveilla de mon état apathique et je me débattis au point qu'il abandonna l'idée de faire de moi son compagnon de lit. Il ne retenta plus jamais, mais depuis cette fois là, mon caractère retrouva sa flamboyance. Je cherchais les failles, comment me sortir de là. Et ce qui attisa l'envie de tuer ce fils de chienne, ce fut la fois où il me blessa dans ma chair, profondément, pour en laisser à jamais une trace.

«  ▬ Si tu gagnes, je te laisse mon navire. »
«  ▬ Vous plaisantez ... Jouer votre bateau sur un pari aussi stupide ? »
«  ▬ Allons, je n'ai qu'une parole ... »

Sa voix était caressante, et l'idée agréable. Et puis si je perdais, tant pis. Igrot n'avait rien dit par rapport à cela. Alors je tentais un chiffre : je devais deviner combien de caillou il avait dans sa main. Il avait disposé dix cailloux devant lui, tous ronds et polis comme des coquillages, et après avoir caché ses deux mains derrière lui, le pari était de deviner combien il en restait. Je tablais sur huit.

Il les ramena devant lui et ouvrit sa main : trois.

J'avais perdu. Je grommelais et me levais, mais au lieu de me laisser faire, Igrot me rattrapa par le poignet et, après m'avoir fait rasseoir d'une secousse, posa doucement mon bras sur la table devant lui. Son sourire était carnassier, ses yeux fous.

«  ▬ Tu as perdu, offres moi ton gage. »
«  ▬ Mais vous n'avez rien dit là-dessus ! Laissez-moi tranquille ! »
«  ▬ Chaque pari comporte des risques. Tu aurais dû être assez intelligent pour demander, petit. »

Il s'empara du couteau dont il se servait pour couper son pain et, en quelques secondes, c'était fait.

Il avait tranché ma main gauche, qu'il tenait toujours.

J'écarquillais les yeux, alors que j'attendais la douleur : elle parvint à moi par vagues et créa une tempête qui me laissa pantelant, en sueur, à moitié évanoui. Igrot était assez intelligent pour savoir que, laissé là à perdre mon sang, je mourrais. Il me fis donc soigner par le médecin, qui recousit mon moignon et me laissa au repos pour deux semaines. Deux longues semaines où j'étais entre vie et mort, sommeil empli de cauchemars. Je survécus, mais ma perte était profonde, autrement plus profonde que non seulement physique mais mentale. Je ne pouvais plus rien faire normalement, et la frustration était totale. Un homme qui avait perdu sa jambe me donna des conseils, et je finis par vivre normalement, mais la rage en moi avait trouvé un exhutoire : Igrot.


Je voulais le voir mort. Je voulais le faire saigner comme il m'avait fait saigner. Comble de l'ironie, j'avais tâché de mon sang ce navire. La table où nous avions joué était rougie, mais le parquet également ; preuve immortelle de mon appartenance à ce navire. Indice de ma présence, plus constante qu'une vie humaine, moins éphémère.

Trois ans passèrent encore, où je m'améliorais en tant que marin, mais aussi en tant qu'escrimeur. Les débuts furent burlesques - je m'entraînais quand Igrot n'était pas là, avec son épée. La tenir d'une seule main était non seulement un défi mais aussi dangereux ; plusieurs fois je m'entaillais, cuisse ou bras, mais ma frustration laissait place à une volonté d'acier. Et au final, je devins bon. Jamais plus je ne pourrais me servir d'un arc, et j'allais sûrement avoir du mal avec beaucoup d'autres choses, mais je savais tuer. Et je comptais bien me servir de ce nouveau savoir.

Le destin est ironique, je pense. Si des dieux nous observent, ils ont une drôle de sens de l'humour. Car, le jour où j'eus décidé de tuer Ygrot dans son sommeil, une tempête se leva et envoya notre bateau se crever la panse contre des rochers. Beaucoup d'hommes tombèrent à l'eau, et je me raccrochais comme je pu. Igrot ne semblait pas vouloir se laisser aller, et je l'y aidais : attrapant mon poignard, je risquais ma propre vie pour tuer cette abomination. Nous roulâmes, et tombâmes dans l'eau déchaînée. Haut, bas, rien n'avait plus de sens, hormis cet homme que je poignardais. L'eau salée pris un goût cuivré, et je me laissais happer par les ténèbres quand je heurtais quelque chose.

Je me réveillais sur une plage. J'étais couvert de sang et d'algues, et je pris bien quelques minutes pour vomir consciencieusement toute l'eau que j'avais avalé et inspiré. Je restais là, collant, poisseux, couvert de sable humide, à chercher ma respiration. Où que soient les survivants, ils n'étaient pas avec moi. Mon bras gauche était enflé au niveau du poignet, là où mon moignon formait une bosse. Je regardais avec dégoût ce que j'étais devenu, et senti le soudain soulagement.

J'étais libre. Libre du joug d'Igrot. Il était mort. Je l'avais tué.

J'avais atteri à près d'Anfalas. Là, je survécu comme je pus jusqu'à réussir à me faire engager sur un navire. J'avais vingt six ans, une douzaine d'années d'expérience en tant que marin, et le bateau sur lequel je m'engageais s'appelait la Mandragore. C'était un rafiot marchand, de qualité et qui faisait commerce parfois avec certaines contrées exotiques. Mais j'avais gardé mes ambitions, et il ne me fallut pas un an avant de détrôner le capitaine après avoir soulevé une rebéllion. L'équipage voulait gagner de l'argent, je le leurs promis. Je demandais à ce qu'on dépose le capitaine en vie sur un ilôt peu loin du rivage - il m'avait tout de même accueilli. Ce serait une espèce de cadeau de remerciement.

«  ▬ Bien. A présent, faisons de la Mandragore le vaisseau pirate le plus connu de toute cette partie de l'océan ! Amassons les richesses dont nous rêvons ! »

J'avais le don de haranguer les foules, et cet équipage ne mit pas longtemps à me manger dans la main. Le second était un homme pour qui obéir était une seconde nature ; mes ordres étaient clairs et précis, et il appréciait cela. J'avais assez vécu sur un bateau pirate pour en connaître le fonctionnement, et nous ne mîmes pas longtemps avant d'étreindre les rêves que nous avions : la Mandragore devint connue pour être un vaisseau pirate fluide et rapide, auquel il valait mieux donner ce qu'il désirait plutôt que d'aller contre. Son capitaine, un homme à la main manquante, était un homme sans foi ni loi, pour qui seul l'argent comptait, capable de trahir tout le monde sauf lui.



J'aimais entendre mon nom - enfin, mon faux nom - prononcé avec autant de crainte. Lors d'une escale à la cité des corsaires, mes ambitions se firent plus précises : je n'étais pas seul pirate en mer, et si nous formions une espèce de clan, réuni sous le joug d'un seul homme, nous pourrions prendre de meilleures décisions, former une race à part. Je fis, par la même occasion, créer un objet dont j'avais créé les plans : une espèce de bracelet de cuir, où il était possible de fixer divers ustensiles : crochets, épée, ... Même si je mis un temps à m'y habituer, cela finit par ne plus me poser de problème. Ma main avait été la perte dont j'avais eu besoin pour me réveiller homme. J'étais à présent capitaine, et mon but était de devenir roi des pirates, de réunir mes compatriotes sous un même drapeau, pour former une véritable force maritime.

Discret et dangereux, on me surnomma Shadow, comme les ombres dont je semblais naître, dans les ports où j'amerrissais. Alto Crow, le pirate au crochet, l'homme de l'ombre. Et une rumeur circule à mon sujet : il serait en passe de devenir magicien, cherchant là où il peutdes livres sur la magie, sur les créatures fantastiques, sur les elfes, sur les sortilèges. Et, en regardant ma collection d'ouvrages sur le thème, amoureusement réuni, je peux vous assurer une chose : la puissance est là où on la cherche.


 


Dernière édition par Soren Voguil le Dim 15 Juin 2014 - 23:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: ☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]   Dim 15 Juin 2014 - 23:29

Ah toi...toi toi toi...je suis obligé de te partager ces gifs qui montrent Ô combien notre relation s'annonce...exaltante !!

http://captainhookaholic.tumblr.com/post/85735053327/haha-swan-check-this-out-i-got-this

Ceci dit, re-bienvenue à toi !!! ♥


Dernière édition par Murtagh le Dim 15 Juin 2014 - 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: ☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]   Dim 15 Juin 2014 - 23:32



Moi aussi je t'aime, mon petit demi-orc.

Je sens qu'on va s'amuser. * rire sadique *

Merci pour ton message, qui me fait plaisir, hin hin ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: ☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]   Dim 15 Juin 2014 - 23:37

SOREEEEEEEEEEN  wooo Luv love! InLove 

... Ca se sent que je t'aime ? Puppyeyes 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: ☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]   Dim 15 Juin 2014 - 23:38

* regarde à droite, à gauche, puis comme personne ne regarde, saute câliner Arhan *

MON LOUUUUP  ♥ 

moi aussi je t'aime.  Hug 
Revenir en haut Aller en bas

AZAGHÂL KHUZD ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Dwal
♦ MESSAGES : 5877
♦ RÉPUTATION : 2741
♦ AVATAR : Graham McTavish
♦ DC & co : Fraìa & Dìs
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
« Baruk Khazâd ! Khazâd ai-mênu ! »
— RACE DU PERSO : Nain et fier de l'être.
— ORIGINAIRE DE : Exilé d'Erebor, réside actuellement à Ered Luin
— ÂGE DU PERSO : 168 ans et toutes ses dents (mais pas ses cheveux).
— RANG SOCIAL : Seigneur nain.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Guerrier dans l'âme et avant tout. Il passe les jours calmes à la Forge.
— ARMES DU PERSO : Tout est une arme pour lui. Sinon : Marteau, Haches, Dagues, Armure de poings, Crâne
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Sa loyauté va à Thorin et son frère aîné.
— VOYAGE AVEC : Ses armes.
— AMOUREUSEMENT : Veuf depuis 80 longues années.

MessageSujet: Re: ☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]   Lun 16 Juin 2014 - 0:57




“ TU ES VALIDÉ, SOREN! ”
BIENVENUE PARMI-NOUS !

➴ Avis sur la fiche — Coucou ma biquette. Ma foi voilà un fort sympatique pirate, ça va nous changer des personnages qu'on a jusque là ! Ca serait super cool que tu nosu fasses des prédefs (si t'as des idées) pour peupler nos mers du coup. Enfin bref ma foi, t'es validée ! Bon jeu et encore re-re-bienvenue parmi nous !
COOL, J'SUIS VALIDÉ !
... Mais, et maintenant ?
Maintenant mon brave, je t'invite à te créer une fiche de relationship ici ; c'est conseillé pour te dépatouiller des relations de ton personnage ! Il y a aussi la possibilité de se créer un journal intime ici, pratique si tu veux t'occuper en attendant une réponse de ton coéquipier de RP. ici, tu pourras lister tes RPs en tout genre, encore une fois pour voir clair ! Quand à cette section, il t'est possible d'y passer des petites annonces comiques, qui défileront sur le forum. Ah tiens, tant qu'on y pense, ça te dit, un rang ? Vas-y donc.

Plus sérieux à présent ; si tu as un personnage en lien avec le tien et que tu veux le proposer aux autres joueurs, tu peux créer ton propre prédéfini ici ! Enfin, quand l'envie de RP te prendra, tu pourras alors te diriger par là pour faire une petite demande pour ceux qui pourraient être intéressés ! Enfin, n'oublie pas d'aller au bottin à avatar pour dire quel est le nom de ton acteur, merci ! Cela évitera les doublons.

Maintenant, préparez vos bières et autres boissons alcoolisées car voilà la partie la mieux arrosée ! Je t'invite à flooder un max pour faire vivre le forum, ainsi que de jouer aux jeux ; ça ne prend que quelques secondes par jours/postes, et en plus, ça te fait grimper le nombre de messages pour d'éventuels doubles comptes ! Ah et tant que j'y pense ! N'oublie pas de voter, ça pourrait de permettre de gagner des cadeaux trop cool ! N'oublie pas non plus d'aller t'informer sur ce que sont les points de réputations, et ce que tu peux aussi gagner avec ! Et si tu es téméraire et veux t'amuser à relever des défis, vas-y, n'hésite pas !

Et voilà, je t'ai tout dit à présent. J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous, Soren... En espérant que tu survives en Terre du Milieu !


_________________

Dwalin
There is one I could follow. There is one I could call King. This one that I call Old Friend, for him I could spill my blood. Let us fight side by side, and if Mahal wish so, up to Mandos Halls !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t133-dwalin-come-on-e http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t139-dwalin-s-world-little-friends-big-ennemies http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t140-dwalin-s-story-it-is-time-for-you-to-know-what-really-happened
Invité

Invité

MessageSujet: Re: ☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]   Lun 16 Juin 2014 - 9:28

Colin  Bave InLove 

C'est un super choix d'avatar !

Re bienv'nue à toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ☆ Soren Voguil ☆ Capitain Connard [fiche validée]
» Sigrid, la fille de Bard [fiche validée]
» Bard the Bowman [fiche validée]
» Raistlin Majere {fiche validée}
» Balin fils de Fundin [fiche validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: détente des Hobbits :: Cimetière :: Fiches Archivées-
Sauter vers:  
hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains hobbit nains Af Jarni Og Is hobbit nains hobbit nains hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.