AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
Bonjour [ft Bilbo]

Partagez | 
 

 Bonjour [ft Bilbo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

PNJ
avatar
♦ PSEUDOs : le Royaume
♦ MESSAGES : 417
♦ RÉPUTATION : 198
♦ DC & co : PNJ
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible


MessageSujet: Bonjour [ft Bilbo]   Dim 19 Oct 2014 - 18:27



A la recherche d'un maître cambrioleur


Bonjour.


Il avançait à pas assurés, chantonnant dans sa longue barbe blanche, coincée dans sa ceinture, une chanson qui parlait d'aventures. Ses sourcils broussailleux et son regard vif s'attardaient sur les arbres qui s’entendaient devant lui. Il traversait les sous bois avec aisance, comme le bosquet avait attendu sa venue et le laissait passer en toute amitié. Peut-être était-ce en vérité un conseil avisé laissé par ce vieux Tom Bombadil, gardien de la vieille forêt qui avait étendu son amitié aux arbres de Hobbitbourg. Son manteau flottait autour de ses pieds, s'enroulant comme des volutes de fûmes, identiques à celle qui s’échappait de sa longue pipe ouvragée. Lorsqu'il était assis et pouvait fumer la feuille de Longoulet avec tranquillité, la fumée pouvait prendre de nombreuses formes et de nombreuses couleurs, mais cela était une autre histoire et en cet instant, il se contentait de fumer calmement en continuant de chanter le refrain de sa chanson.

Il semblait calme et serein, mais il le lambinait pas en route. Il ne s'était pas arrêté depuis Bree où il était partis tôt avant l'aube. Il avait de grandes nouvelles à apporter, mais avant de pouvoir les communiquer, il avait besoin d'une aide singulière. Celle-ci l'était d'autant plus qu'elle semblait s’apparenter à la Comté. Tous étaient au fait de la vie que menait les hobbits, joyeux, calmes et paisible, bien loin de tout tourments et il ne serait ici que fort peu avisé de se mettre à en converser à moins que vous ayez le temps. Mais eux, les hobbits étaient fort apprêtés à cultiver leur potager, entretenir leur jardinet, s'inviter à boire le thé et déguster quelques mets pour vouloir entretenir une ennuyeuse conversation avec quiconque. Non pas qu'ils ne soient pas curieux, mais il n'appréciaient pas forcément les étrangers, leurs étranges questions et leur longues paroles. Celui d’ailleurs qui traversait leur contrées n'était pas pour leur plaire.

Certains de ces habitants, aux cheveux frisés, à la mine rondouillarde et avenante, sortaient pour observer ce curieux homme qui marchait, un long chapeau pointu gris aux couleurs de son manteau, appuyé sur un bâton de marcher aux formes tortueuses sur son extrémités. Nombreux étaient de ceux qui le connaissaient, nombreux étaient de ceux qui savaient que là où le magicien gris passait, la paix semblait trépasser quelque peu. Néanmoins, personne ne se plaignait que ce calme soit annihilé lorsqu'il s'agissait de feux d'artifices. Parfois, certains enfants le poursuivait pour qu'il en fasse une démonstration, il refusait et continuait d'avancer avant de sentir sur lui les regards tristes des petits et de céder. Un sourire alors venait barrer son visage et un rire l'égayait durant quelques instants, bien que dans son regard demeure souvent une étincelle malicieuse, qui lui donnait l'air beaucoup plus jeune que ce qu'il paraissait.

Contrairement à ce que certains auraient pu penser, le vieillard au bâton n'était pas perdu, il savait exactement où il allait et il ne tarda d'ailleurs pas à emprunter le sentier qui le mènerait à cul de sac. Il avait depuis longtemps dépasser le moulin et l'arbre des fête, où étaient célébrés les anniversaires et autres raisons de s'amuser, laissant à son regard le loisir d'apercevoir ce trou de hobbit qui se découpait dans la colline en face de lui.Un sourire vint orner son visage, avant qu'il ne suive le petit chemin de mousse, d'herbe et de gros pavé qui le mènerai à sa destination. Il faisait beau, le soleil dardait ses rayons sur la régions, réchauffant les dernières petites fleurs endormie. C'était un temps agréable pour discuter ou prendre le thé à l'extérieur, somme toute, une bonne journée.

Il arriva enfin en vu ce petit portillon de bois qui faisait face à une grande porte ronde et jaune, son écharpe aux reflets chatoyants se soulevant légèrement dans la brise de ce début d'été. Le hobbit qu'il désirait rencontrer habitait là maintenant qu'il avait atteint sa destination, il ne lui manquait plus que de se montrer convaincant et bientôt, les ombres qui s’étendaient encore suffisamment loin de la Comtée, préservant ses habitants, reculeraient encore. Sa chanson se termina u moment où il posait le pied devant ce fameux portillons dont on vient de mentionner l'existence et qui , bien des années plus tard serait ornée d'une pancarte interdisant l'entrée à quiconque pour un anniversaire. Mais cela surviendrait dans quelques décennies, pour le moment, ce Hobbit qui fêterait ses cent-onze ans en était encore bien loin et encore plus loin de s'imaginer ce qui allait l'attendre.




_________________


Dernière édition par Gandalf le Mar 27 Fév 2018 - 13:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bonjour [ft Bilbo]   Ven 24 Oct 2014 - 9:02

C’était encore une belle journée qui s’offrait à lui et, aujourd’hui, Bilbo se sentait d’humeur plutôt joviale. Il se sentait revivre depuis ces fois où il avait enfin pointé le bout de son nez dehors pour y rencontrer de bonnes gens, discuter et festoyer, mais surtout se sociabiliser. Il était resté trop longtemps enfermé dans son trou, à ruminer de sombres pensées, à chercher un peu d’imagination pour ses poèmes, mais plus rien ne lui venait depuis plusieurs semaines, jusqu’à ces rencontres fortuites fort agréables.

Et puis, curieusement, il avait l’étrange sentiment que cette journée était particulière. Il y avait un petit quelque chose qui flottait dans l’air, mais qu’il n’était pas à même d’identifier. Et puis, peu importait. Le plus important résidait dans sa joie et sa bonne humeur, il fallait que cela persiste. Et la meilleure façon de procéder était très sûrement une petite promenade, son jardin, et bien évidemment la cuisine. Il adorait manger et ne le cachait pas outre mesure. Il aimait particulièrement le poisson, accompagné par un excellent fromage. Le seul fait d’y penser lui donnait déjà l’eau à la bouche ! Mais il était encore trop tôt pour se montrer gourmand, la journée débutait seulement, il devait profiter des rayons du soleil avant que ceux-ci ne disparaissent. Ne sait-on jamais si le temps se devait de changer et que d’épais nuages gris s’amoncellent dans le ciel, présageant une tempête. Le genre de temps qui changeait son humeur et l’attristait, faisant resurgir de sombres pensées dans son esprit déjà trop occupé par trop de questions.

Alors le petit hobbit, avec son air guilleret et sa pipe en bouche, prit la décision la plus importante de toute sa vie : il sortit, franchissant le portail de son trou. Oui, personne ne l’y avait poussé et oui, il n’avait manifestement aucune raison valable de quitter son trou. Mais voilà, Bilbo voulait redorer son blason et puis, il en avait assez de rester enfermé dans son trou, il voulait redécouvrir la Comté et puis, pourquoi pas… aller au-delà de la Comté ? Pourtant, intimement, il savait que seul, jamais il n’aurait le courage de cette audace. Et puis, les hobbits s’interrogeraient, lui poseraient nombre de questions, et qu’aurait-il à leur répondre ? « Je m’en vais pour visiter les alentours » ? Non, ce n’était pas une raison suffisante pour justifier d’un départ. Oh, bien sûr, il avait toujours voulu rencontrer des elfes, se rendre dans leur ville Fondcombe dont il avait entendu des éloges. Elle était, disait-on, magnifique et d’une grande prestance. Et cela ne faisait que raviver la flamme qui brûlait en lui. C’était un de ses rêves, mais il ignorait déjà quelle direction prendre et si les elfes accepteraient de l’accueillir chez eux. Il nourrissait secrètement ce rêve depuis qu’il était enfant, mais ça ne restait… qu’un simple rêve.

La promenade du petit hobbit dura une bonne heure. Puis enfin, il décida qu’il était grand temps de rentrer chez lui pour travailler son jardin, avant que vienne l’heure du repas. Il travailla durant deux heures à retourner la terre, planter des graines, les arroser, puis arracher la mauvaise herbe. Et puis, lorsqu’il fut assez satisfait de son travail, il décida que l’heure était venue de se poser un peu pour se reposer, avant de manger. Alors il s’installa sur un banc situé juste à côté de l’entrée de son trou et bourra sa pipe d’herbe, avant de l’allumer. Lorsqu’il sentit la fumée dans sa bouche, il ferma les yeux et soupira, satisfait. C’était l’un de ses moments préférés. Il adorait fumer la pipe, mais peut-être pas autant que de manger.

Ce moment de répit aurait dû s’étendre plus longtemps. Cependant, il fut troublé par l’arrivée d’un humain à l’allure des plus étranges et qui s’arrêta juste à hauteur de son portail. Etonné, Bilbo haussa les sourcils et écarta la pipe de sa bouche en dévisageant l’homme.

- Bonjour ! lança-t-il sur un ton joyeux.

Ce qui l’intriguait le plus était peut-être ce chapeau pointu, accompagné par cette longue barbe mais, étrangement, ce visage lui semblait familier. Il était presque certain de l’avoir croisé quelque part, sans être capable de se souvenir où, ni à quel moment précis de sa vie. Impossible de le replacer dans ses souvenirs. A moins que… ?
Revenir en haut Aller en bas

PNJ
avatar
♦ PSEUDOs : le Royaume
♦ MESSAGES : 417
♦ RÉPUTATION : 198
♦ DC & co : PNJ
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible


MessageSujet: Re: Bonjour [ft Bilbo]   Sam 1 Nov 2014 - 21:06



A la recherche d'un maître cambrioleur


Bonjour.


Le petit portillon en bois était petit. Certes d'une taille correcte pour un hobbit mais le terme petit était bien faible pour le vieil homme, le portillon lui arrivant à mi-mollet. Tout, ici, semblait fait pour un enfant et c'était là l'effet que produisait la Comté. Tirant sur sa pipe, il laissa échapper une longue traînée de fumée qui s'éleva en volute vers le ciel bleu que de rares nuages peinaient à troubler. L'étincelle se raviva autant dans le foyer de sa pipe qu'au fond de ses yeux alors que ses pensées s'égaraient dans les tréfonds de sa mémoire. Il n'avait pas emprunté ce chemin depuis une éternité. A vrai dire, pas depuis la mort de son vieil ami, le vieux Took. C'était pour dire que ça faisait une éternité. De drôles de rumeurs couraient sur les Took, non pas qu'un hobbit court mais ils sont plutôt friands de rumeurs et d'après elle, les Took avaient du sang de fée. Le vieillard aimait tout autant les rumeurs mais il pouvait assurer qu'il n'en était rien même s'il était vrai qu'ils n'avaient rien de bien hobbital, ce qui n'était pas plus mal d'une certaine façon. Ils avaient le goût des aventures. "Comment ?!" dites vous. "Un hobbit qui a le goût de l'aventure ?". C'est peut-être quelque chose qui nous mènera loin cela dit, et c'était d'ailleurs la raison pour laquelle notre vieux mage se tenait là, devant un petit portillon qui menait au trou d'un hobbit.
Le hobbit en question se trouvait assis sur un banc près de sa porte, une longue pipe entre les lèvres qu'il ne retira que pour le saluer avec un grand sourire. Ce hobbit était un Baggins. Une famille réputée mais il est important de savoir que la mère de ce jeune hobbit était une Took. Vous suivez maintenant ? Belladone Took était la fille du Vieux Took que notre vieux mage connaissait et, bien que ce jeune hobbit ressemble incontestablement à son père, il était indéniable qu'il restait un Took. En cela, le vieil homme le savait bien car ce hobbit, il le connaissait bien. Il n'avait certes pas beaucoup grandis mais il avait quelque peu changé, le genre de changement apportés par l'âge. A ses yeux se superposaient son lui passé et son lui présent, son sourire enfantin et celui qu'il lui accordait à présent, l'étincelle qui brillait dans ses yeux alors qu'il venait d'allumer l'un de ses fameux feux d'artifice -notre jeune hobbit en était particulièrement friand- cette même étincelle qui avait jailli dans les yeux des enfants quelques minutes plus tôt. C'est cette étincelle qu'il espérait trouver encore aujourd'hui alors que son regard ardoise se posait sur notre jeune ami.

Un grand sourire énigmatique plaqué sur les lèvres, il s'appuya à deux mains sur son bâton et l'observa sans mot dire, sa pipe dans une main et les lèvres légèrement pincées. Il l'observa un moment comme cela, comme s'il n'était pas sûr de l'endroit où il se trouvait, jaugeant son vis à vis. Il avait sûrement l'air d'un vieux fou sénile à regarder le hobbit comme ça mais il réfléchissait. Lui, savait bien où il était car jamais il ne s'égarait en chemin. Hors, si lui connaissait notre hobbit, ce dernier ne se souvenait sans doute pas de lui mais cela pouvait encore s'arranger. Le hobbit qui lui faisait face, s'il ressemblait en tout point à son père en son comportement, possédait bien une certaine bizarrerie dans ses manières. On ne s'en serait pas douté à le voir assis là à fumer sa pipe, il semblait tout à fait à sa place là, comme quelque chose d'immuable et pourtant..
Quand finalement, il jugea bon de s'exprimer, ce fut de sa voix grave. Gandalf le regarda de sous ses sourcils à peine masqué par le bord de son chapeau haut et pointu. Sa voix gronda légèrement alors que sa barbe tressaillait.

« Qu'entendez-vous par là ? Me souhaitez-vous le bonjour ou constatez-vous que c'est une bonne journée, que je le veuille ou non, ou que vous vous sentez bien ce matin, ou encore que c'est une journée où il faut être bon ? »

Il arqua un sourcil se faisant, attendant la réaction de son interlocuteur qui le fixait en souriant. Sans doute ne s'attendait-il pas à une telle réponse. Un simple bonjour aurait suffit, il en était conscient mais s'aurait été beaucoup moins drôle. N'importe qui aurait sans doute été dérouté par une réponse comme celle-ci, voir même un peu perdu dans les méandres de sa signification. Il avait sorti cela sur un coup de tête comme il lui arrivait souvent de le faire par pur plaisir et, bien que ce soit tout réfléchit, c'était le genre de colle dont il était friand. En effet, il n'aurait été trop loin de la vérité de considérer cela comme la première partie d'un test. Mais pourquoi ?




_________________


Dernière édition par Gandalf le Mar 27 Fév 2018 - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bonjour [ft Bilbo]   Mar 11 Nov 2014 - 15:42

C’était une journée absolument resplendissante et Bilbo avait décidé d’en profiter avant que d’épais nuages gris ne décident de brouiller le ciel et assombrir cette magnifique journée.

Elle était calme et paisible. Une journée parfaitement ordinaire et reposante. Du moins, c’était ce qu’avait espéré Bilbo. Ces derniers jours avaient été quelques peu agités par d’innombrables rencontres fortuites mais intéressantes, cependant, le jeune hobbit aspirait à un peu de repos de temps à autre. Et cette journée était idéale pour combler son désir. Pourtant, il ne s’imaginait pas la tournure des événements qui allaient suivre. Et qui aurait pu donc prédire une telle chose alors que les oiseaux gazouillaient ? Qu’une brise tiède remuait l’herbe ? Et que des éclats de rire étaient emportés par le vent ?

Lorsqu’un homme à l’allure curieuse s’arrêta devant son portillon, Bilbo ne manqua pas à son devoir et le salua comme tout hobbit aurait salué un simple voyageur, croyant naïvement que l’homme passerait tranquillement son chemin et visiterait un peu la Comté avant de s’en retourner dans son pays. Pourtant, il n’en fit rien. L’homme le fixa longuement avant de répondre à sa question.

« Qu'entendez-vous par là ? Me souhaitez-vous le bonjour ou constatez-vous que c'est une bonne journée, que je le veuille ou non, ou que vous vous sentez bien ce matin, ou encore que c'est une journée où il faut être bon ? »

A mesure qu’il parlait, le visage du hobbit se décomposait. Il tenait sa pipe dans sa main, à quelques centimètres de sa bouche seulement. Son geste arrêté, Bilbo dévisageait l’homme avec un air complètement décontenancé, pris au dépourvu par une question à laquelle il ne s’attendait pas. Et son interlocuteur, en retour, attendait une réponse.

Finalement, Bilbo secoua légèrement la tête, décidé à ne pas se laisser si facilement démonter.

- Je vous souhaite le bonjour, bien évidemment ! dit-il avant de marmonner tout bas, comme si ce n’était pas évident…

Mais l’homme barbu ne s’en allait pas et son visage était quelque peu familier au jeune hobbit. Pourtant, impossible à Bilbo de mettre un nom sur ces vêtements étranges et ce visage aux sourcils broussailleux. Il hésita à tirer sur sa pipe et faire comme si de rien n’était ou encore fuir dans son trou et attendre que le voyageur s’en aille pour s’en retourner sur son banc et voler encore quelques minutes de son si précieux temps, avant d’accomplir les autres tâches qu’il s’était donné.
Revenir en haut Aller en bas

PNJ
avatar
♦ PSEUDOs : le Royaume
♦ MESSAGES : 417
♦ RÉPUTATION : 198
♦ DC & co : PNJ
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible


MessageSujet: Re: Bonjour [ft Bilbo]   Lun 15 Déc 2014 - 20:45



A la recherche d'un maître cambrioleur


Bonjour.


Appuyé sur son bâton, Gandalf souriait déjà de plaisir à l’idée de s’immiscer dans la vie de ce petit homme, et amusé de revoir une vieille connaissance et de savoir qu’il aurait sans nul doute un impact non négligeable sur son destin. Il le regardait, de ce sourire complice et affectueux qui lui était propre et qui en cet instant devait paraître bien énigmatique au semi-homme étant donné qu’il ne le reconnaissait aucunement. Alors, pour entrer en matière et tester le caractère de cet ami qu’il n’avait plus revu depuis si longtemps, le facétieux magicien s’était amusé à jouer sur les mots pour demander à Bilbo quelle sorte de bonjour il lui souhaitait, décidant dès lors de s’amuser un peu avec le hobbit. Il était en effet très curieux de voir quelle serait sa réponse et c’est avec une grande attention qu’il l’observa, voyant son visage rubicond se décomposer un peu plus à chaque seconde jusqu’à ce que finalement le hobbit, décontenancé, ne se montre quelque peu grognon -et terre à terre !- dans sa répartie. Ce qui était fort dommage… Le magicien en fut même un peu désappointé pour tout dire, ne s’attendant pas à ce qu’on lui réponde ainsi, et c’est un peu amer qu’il lui rétorqua :

« Je vous ai connu plus aimable, monsieur Baggins… »

Car il ne voyait pas là l’enfant qu’il avait jadis connu, plein de joie et empli de la curiosité des Took. Non, il avait trop pris du côté de son père et cela n’était pas bon signe pour son entreprise… du tout. Il poursuivit d’ailleurs, espérant le faire réagir à ses mots :

« Je ne sais que penserait Belladonna Took de la façon qu’a son fils d’accueillir un vieil ami de la famille. Hm ? »

Gandalf espérait que cela l’aiderait peut-être à le remettre dans sa mémoire et n’aide Bilbo à se montrer un peu plus… ouvert. Un demi-sourire aux lèvres, il attendit donc que le jeune hobbit ne reconnecte ses souvenirs et éventuellement, le reconnaisse. Le vieux magicien savait qu’il n’avait lui-même guère changé, évidemment ; les années savaient se montrer bien plus cruelles envers la plupart des êtres qui peuplaient les Terres du Milieu, mais pas envers les mages. Et il s’amusait quelque peu de l’idée que l’on puisse si simplement l’oublier après seulement quelques années loin de la Comtée. Un claquement de doigt dans la vie d’un Istar tel que lui.
C’était l’instinct du vieux magicien et le souvenir d’un Bilbo enfant, assoiffé d’aventures, qui l’avaient mené ici. Il pensait avoir pris la mesure du caractère du hobbit autrefois, et même si bien des années s’était écoulées, il ne pouvait pas croire qu’il ai changé au point d’avoir totalement renoncé à ses rêves d’enfant. Ces mêmes rêves qu’il allait bientôt se proposer d’exaucer et pour lesquels il avait espéré un accueil bien plus chaleureux que celui auquel il avait eut droit.

Gandalf tira une bouffée de sa longue pipe et la retira de sa bouche pour la montrer à son interlocuteur, comme pour lui montrer la similarité de son activité avec celle du hobbit, en écho à celle que fumait Bilbo et, d’un geste de la pipe, il  désigna la place libre aux côtés du semi-homme sur le banc et demanda :

« Permettez que je me joigne à vous ? »

Faisant mine de s’appuyer un peu plus encore sur sa cane comme si le poids des années pesaient sur son échine tout à coup, il regarda son interlocuteur de sous son chapeau, penchant la tête légèrement de côté. Il n’allait tout de même pas laisser un pauvre vieillard tel que lui sur le bord de la route ? D’autant qu’ils avaient encore bien des choses à se raconter. Et il ne doutait pas que Bilbo devait se demander d’où est-ce qu’il avait pu connaître sa mère, s’il ne l’avait toujours pas reconnu.

.




_________________


Dernière édition par Gandalf le Mar 27 Fév 2018 - 14:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bonjour [ft Bilbo]   Dim 28 Déc 2014 - 17:30

« Je vous ai connu plus aimable, monsieur Baggins… »

Cette réplique ne manqua pas d’attiser l’énervement du hobbit et, pourtant, Bilbo ne releva pas. Son silence fut la seule réponse que le vieillard obtint. Et ce dernier, non loin d’être déstabilisé par ce silence, poursuivit sur un ton serein, sans se laisser démonter :

« Je ne sais que penserait Belladonna Took de la façon qu’a son fils d’accueillir un vieil ami de la famille. Hm ? »

Et Bilbo manqua de s’étouffer. Il toussa bruyamment lorsqu’il entendit le nom de sa mère, étonné que ce vieil homme la connaisse. S’il la connaissait, alors lui, Bilbo Baggins, devait connaître cet homme. Il fronça les sourcils et pencha légèrement la tête de côté en observant attentivement l’étranger au chapeau pointu, tout en fouillant ses souvenirs à la recherche des amis de la famille, et plus particulièrement de ses parents.

Et il se souvint alors de ce rire chaleureux, de ces yeux pétillants qui se posaient sur les enfants lorsqu’ils éclataient de rire en regardant ces incroyables feux d’artifices. Il se rappela également de son ton amical, son petit air jovial, et le plaisir qu’il tirait à amuser tous les enfants et même les hobbits un peu trop festifs avec ses feux d’artifice toujours plus complexes et lumineux les uns que les autres. Il avait toujours su attirer l’attention sur lui, il avait toujours suscité l’admiration, et le voilà qu’il se tenait debout, aujourd’hui, juste devant lui. Il n’avait pas changé. Il n’avait pas pris une ride de plus depuis le temps.

- Oh… Vous êtes… Gandalf, c’est ça ? Le magicien, avec vos incroyables feux d’artifices !

C’était le souvenir que Bilbo gardait du magicien. Et il se sentait plutôt fier de s’être souvenu, sans avoir fourni trop d’efforts, mais aucunement il ne se doutait de qui était réellement Gandalf et du sort que celui-ci lui réservait, les intentions qui l’avaient amené à lui rendre visite après de si longues années d’absence.

Le magicien lui demanda la permission de se joindre à lui et, bien évidemment, Bilbo accepta sans rechigner. Disons plutôt qu’il eut pitié du vieil homme en le voyant appuyé sur son bâton, peinant manifestement à rester debout. Ses jambes devaient peut-être être douloureuses…

- Bien sûr, sans aucun doute ! dit-il en se décalant.

Bilbo tapota la place à son côté et ne quitta pas le magicien du regard, le temps que celui-ci s’installe à son côté. Il lui fallut cependant garder la tête levée pour le regarder droit dans les yeux. Gandalf était un homme, après tout, et un homme assez grand. Impressionné, Bilbo se détourna de lui et tira sur sa pipe tandis que plusieurs questions naissaient dans son esprit tourmenté.

- Dites-moi, Gandalf… Qu’est-ce qui vous amène aujourd’hui dans la Comté ? Peu de voyageurs la traversent, et rares sont ceux qui s’y arrêtent. J’imagine que vous devez avoir une requête, ou alors… vous préparez une fête et je ne serais pas au courant !

L’idée d’une nouvelle fête éveilla l’inquiétude du hobbit après la dernière qui s’était produite et s’était transformée en cauchemar. Cependant, Gandalf n’avait pas été là et n’avait pas aidé aux préparatifs. Avec lui dans les parages, les choses ne pouvaient être que mieux et cette fête serait forcément une pure merveille avec de splendides feux d’artifices ! Ils n’avaient donc rien à craindre. Et l’inquiétude du hobbit se transforma alors en hâte.
Revenir en haut Aller en bas

PNJ
avatar
♦ PSEUDOs : le Royaume
♦ MESSAGES : 417
♦ RÉPUTATION : 198
♦ DC & co : PNJ
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible


MessageSujet: Re: Bonjour [ft Bilbo]   Jeu 8 Jan 2015 - 14:34



A la recherche d'un maître cambrioleur


Bonjour.


L'amusement de Gandalf avait laissé place à  une certaine morosité, voir un certain agacement de se voir traiter ainsi par le fils de celle dont il avait été un ami. Alors qu'il le regardait quelques instant plutôt avec un sourire légèrement énigmatique, laissant à Bilbo le loisir de chercher l'endroit où il s'était rencontré, ce dernier s'était montré fort peu aimable en réponse à son phrasé. Là où il avait espéré attirer un rire de la part du Hobbit, il ne recevait que marmonnages. L'amertume pointant dans sa voix il ne manqua pas de lui faire savoir et il obtint comme seule réponse le silence. Mais le Magicien n'était pas homme à se laisser démonter par si peu de chose et il continua, comme pour réprimander ce côté Baggins dont il avait beaucoup trop pris en mentionnant la mère du jeune Bilbo. Sans doute cela l'aiderait-il à se rappeler quel ami il avait été et que le Hobbit se montrerait plus aimable à son égard. Ce dernier manqua d'ailleurs de s'étouffer, tousser la fumée de sa pipe, étonné de savoir que Gandalf la connaissait. Il sembla chercher dans ses souvenirs, la tête légèrement penché où il avait bien pu le rencontrer. Après tout, un étrange étranger au manteau gris, au chapeau pointu et se promenant avec un bâton, cela ne fourmillait pas dans les rue et les prés de la Comté. Il sembla au vieillard que le Hobbit avait réussi à se souvenir de lui, d'ailleurs, l'exclamation de joie, du moins cela en donnait l'impression quant rappel de qui il était mis du baume au coeur au vieux Magicien. Peut-être le jeune maître Baggins n'avait-il pas vraiment changé ? Pour sûr, il avait grandit, il s'était légèrement empâté mais ce n'était pas des choses à dires lorsque l'on retrouvait un vieil ami et qu'on avait des choses à lui demander.
Maintenant que les présentations avaient été de nouveau effectuées, il ne doutait point que le Hobbit en viendrait  lui demander ce qu'il faisait ici, à Cul-de-sac. Néanmoins, les bonnes manières ayant été légèrement oubliées par le fils de Belladonna et le magicien ne désirant continuer à discuter ainsi debout sur le pas de la porte comme un vulgaire colporteur alors qu'il était bien plus aisé de discuter avec un ami sur un banc, se décida à se faire inviter puisqu'on ne le lui proposait pas spontanément.
Le Mage mimant la vieillesse, s'appuyant plus qu'il n'en avait besoin sur son bâton avait espéré que Bilbo le laisse se joindre à lui, lui désignant le banc sur lequel il était assis en le pointant de la pipie qu'il tenait à la main.Ce que le jeune maître hobbit fit en se décalant pour lui laisser une place sur le menu banc, tapotant la place pour lui signifier qu'elle était désormais libre. Le vieillard passa le portillon pour venir s'installer sur le siège, un mince sourire amusé étirant ses lèvres alors que le fils de Belladona ne le quittait pas du regard. Il lui sembla que le hobbit était impressionné par sa présence, du moins son regard le trahissait-il et ce dernier eût tôt fait de se détourner pour tirer plusieurs fois sur sa pipe, l'esprit emplis de question qu'il s'empressa de poser. En l'écoutant lui demander ce qui l'amenait ici et s'il avait l'intention d'organiser une fête dans la Comté, qui semblait mettre en émoi le jeune Baggins et attiser une certaine hâte, le magicien sorti à son tour sa longue pipe qu'il alluma de nouveau en grommelant légèrement alors que le vent l'avait éteinte, aspirant par la suite quelques bouffées, laissant s'échapper des volutes de fumée avant de lui répondre.

« En effet. Je suis à la recherche de quelqu'un… Pour participer a une aventure. »

Une phrase de nouveau énigmatique qu'il espérait, serait accueillit avec plus de joie que la réponse au « bonjour » qu'il lui avait offerte quelques minutes auparavant. Le vieillard haussa un sourcil en direction de Bilbo, apportant une réponse à une question peut-être naissante. Le magicien Gris savait d'ores et déjà quel compagnon viendrait se joindre à la Compagnie de Thorin Oakenshield,  il l'espérait, maintenant qu'il n'était plus un sinistre inconnu pour le Hobbit, que ce dernier montrerait peut-être plus son côté Took de la famille que l'autre et si il était bel et bien  demeuré le digne fils de ses parents.
.




_________________


Dernière édition par Gandalf le Mar 27 Fév 2018 - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bonjour [ft Bilbo]   Jeu 29 Jan 2015 - 9:13

Bilbo regarda silencieusement Gandalf bourrer un peu sa pipe avant de la rallumer et en tirer quelques bouffées. Le magicien prenait son temps pour répondre à la question du petit hobbit. Mais enfin, il y répondit tout de même une fois sa pipe allumée :

« En effet. Je suis à la recherche de quelqu'un… Pour participer à une aventure. »
- Une aventure, dites-vous ? Et quel genre d’aventure ?


A nouveau, toute une multitude de questions jaillit dans l’esprit du hobbit et l’enflamma, alors que d’autres souvenirs lui revenaient, concernant Gandalf. Il était le genre d’homme à partir en aventure, à rencontrer des créatures toutes aussi grandioses que dangereuses, et c’était grâce à cela qu’il avait tracé sa réputation. C’était le genre d’aventure périlleuse et dangereuse, et Bilbo se demanda, un bref instant, quel genre de personne ce Gandalf pouvait-il bien rechercher. Ce ne devait sûrement pas être un hobbit, les hobbits étaient trop petits et la plupart d’entre eux préféraient ne pas quitter leur trou, mais continuer de mener tranquillement leur train de vie, sans se préoccuper des événements alentours.

La famille de Bilbo était une exception à cette règle et Bilbo sentait une étrange excitation naître en lui, mélangée à de la peur, de l’appréhension, et de l’agacement.

Une aventure, c’était pour lui l’occasion de quitter sa vie devenue trop plate. L’occasion de partir loin de la Comté, explorer les alentours, et peut-être même visiter Faucombe !

Mais Gandalf devait penser à quelqu’un d’autre, cela ne faisait pas le moindre doute. Il traversait seulement la Comté pour se rendre à un autre lieu, c’était absolument évident. La Comté était après tout un endroit assez sûr, et plutôt serein, tranquille. Un bon endroit où se reposer le temps d’une nuit, avant de repartir en quête d’un aventurier, ailleurs.
Alors la joie de Bilbo s’estompa et son sourire s’effaça quelque peu. L’inquiétude qui avait commencé à glisser dans son cœur s’en alla elle aussi, aussi vite qu’elle était apparue.

- Vous devez probablement rechercher quelqu’un d’assez fort et courageux pour ce type d’aventure, j’imagine. Mais qui recherchez-vous exactement ? J’ai le vague sentiment que vous avez déjà une idée…

Le regard de Gandalf semblait lui en dire long et le magicien adorait rester énigmatique. Et pourtant, Bilbo croyait lire dans ses yeux de la malice, et son sourire le trahissait.

La réponse à cette question était plus qu’évidente.

Pourtant, Bilbo, trop naïf ou refusant catégoriquement d’y croire, s’interrogeait encore et fouillait sa mémoire, réfléchissait, à la recherche de la personne toute désignée par Gandalf. Mais ses connaissances étaient très limitées et aucune personne qu’il ne connaisse ne faisait l’affaire. Il devait probablement s’agir d’un elfe, ou peut-être d’un homme… bien qu’un elfe serait plus crédible. Les elfes étaient connus pour être rapides et agiles, les nains petits et robustes, fiers guerriers, les hommes rusés et endurants… Autrement dit, Gandalf n’avait plus que l’embarras du choix.
Revenir en haut Aller en bas

PNJ
avatar
♦ PSEUDOs : le Royaume
♦ MESSAGES : 417
♦ RÉPUTATION : 198
♦ DC & co : PNJ
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible


MessageSujet: Re: Bonjour [ft Bilbo]   Lun 16 Mar 2015 - 15:20



A la recherche d'un maître cambrioleur


Bonjour.


Il attendit sa réaction, sa réponse. Après tout, il lui avait tendu une perche pour ne pas dire son bâton. Il connaissait le jeune Bilbo comme un hobbit singulier, jamais il se serait imaginé qu'il avait tant changé, cherchant le moindre détail, même le plus infime, dévoilant sa nature profonde de jeune aventurier. Il avait bien connu sa mère, ainsi que le vieux Took, il était indéniable que ce sang coulait dans ses veines, il l'avait décelé quand il n'était encore qu'un tout jeune hobbit obnubilé par ses feux d'artifice et la réaction de Bilbo lui montra qu'ils n'avaient pas été oubliés. Il devait bien avouer que ces derniers étaient plutôt bien exécutés et faisaient le plaisir des petits comme des grands et à ce souvenir, un mince sourire vient éclairer son visage marqué par les ans, traçant des lignes autour de sa bouche et au coin de ses yeux.
Mais il avait trouvé l'étincelle de ce qu'il avait été, de ce qu'il était encore au fond de lui, cette étincelle de vie que l'on ne trouvait en aucun autre hobbit que ceux dont le sang Took coulait dans les veines. S'il était venu ici, ce n'était pas en tant que minable colporteur mais bien parce qu'il venait inviter un vieil ami à une aventure, une invitation qu'il ne recevrait que bien plus tard. Le jeune Bilbo était exactement ce qu'il fallait à la Compagnie de Thorin Oackenshield, un petit brin d'herbe fraîche au milieu des rocs. Et en cela, il était persuadé, autant que le soleil se lève chaque matin mais que les nuages tendent à le cacher.

S'appuyant lourdement sur son bâton comme le vieillard de son âge aurait dû le faire -et peut-être ressentait-il vraiment le poids des ans en cet instant- il prit place au côté du hobbit avant de tirer à son tour sur sa pipe une fois qu'il l'eût rallumée. Contemplant l'étendue de ciel bleu que nul nuage ne semblait vouloir venir troubler, il lâcha un nuage de fumée entre ses dents. C'était en effet une belle journée du point de vue d'un hobbit, une belle journée pour fumer la pipe.
La curiosité du jeune hobbit qui perçait à travers l'empressement avec lequel il posait ses questions, fit sourire le vieux mage qui prit à nouveau le temps de tirer une bouffée de sa pipe avant de le gratifier d'un autre de ses sourires énigmatiques. Il ouvrit les lèvres en un o parfait avant de laisser échapper un rond de fumée, puis un autre et encore un, doucement en prenant son temps, comme s'il n'avait rien d'autre de prévu de sa journée, les envoyant danser ensemble dans le ciel. Regardant toujours le firmament de ses yeux gris vieux comme le monde dans lesquels se reflétaient des nuages inexistants, sa pipe dans une main tandis qu'il en trifouillait le contenu de l'autre, il finit par répondre.

« Chaque chose en son temps. Ce vous sera porté à votre connaissance en temps voulu. »

Il inclina la tête pour le regarder et devant l'air arboré par le jeune hobbit qui ne semblait satisfait par la pauvreté de sa réponse, ajouta en souriant.

« Une aventure requérant une personne de courage et de confiance, en effet. »

Voilà, le semi-homme n'était pas plus avancé peut-être et sans doute ne se sentait-il pas pour le moins concerné, mais il serait tout autre quand les nains arriveraient à l'heure convenue. Il n'avait cependant pas l'intention de le prévenir et après tout, un hobbit était paré à toutes situations de ce genre, prêt à accueillir un régiment avec le contenu de ses placards. Il ne pouvait pas mettre son hospitalité en doute, le reste serait du domaine de la surprise et le jeune hobbit ne manquerait pas, en effet, d'être surpris par l'arrivée de plusieurs nains.
Son regard posé sur le hobbit changea légèrement, mêlant affection et amusement, comme s'il avait senti ce qui animait son camarade de fumerie. Un œil fermé, il tira sur sa pipe en le regardant et après avoir laissé un dernier rond de fumée, lui demanda.

« Êtes-vous un hobbit de confiance mon bon Bilbo ? »

Bien sûr, il connaissait déjà la réponse à sa question mais il aimait voir le petit hobbit se mettre en émoi à chaque question qui en provoquait d'autres.





_________________


Dernière édition par Gandalf le Mar 27 Fév 2018 - 13:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Bonjour [ft Bilbo]   Lun 30 Mar 2015 - 8:29

Avec Gandalf le Magicien, pensait Bilbo, il fallait être patient. Très patient. Car le vieux magicien aimait prendre son temps et il tira plusieurs ronds de fumée devant le hobbit impatient qui commençait à froncer les sourcils et tapoter nerveusement son index sur sa cuisse, l’autre main occupée à tenir sa pipe.

Gandalf bourra à nouveau légèrement sa pipe et Bilbo retint avec grande peine un long soupir qui menaçait de s’échapper de ses lèvres, de plus en plus agacé. Ce fut enfin le moment que le magicien choisit pour reprendre la parole mais, au plus grand désarroi de Bilbo, il ne répondit pas à sa question. Du moins, pas de la manière dont Billbo aurait voulu. C’était un des traits de caractère du magicien : il répondait toujours de façon énigmatique ou très évasive. Rares étaient les fois où il répondait clairement à une question posée. Et quand c’était le cas, un orage se pointait à l’horizon.

Alors le petit hobbit tenta un autre angle d’approche et suggéra quelques qualités qu’il fallait posséder afin de pouvoir participer à une telle aventure, car il supposait que ce devait être une incroyable aventure. Lorsque Gandalf était évoqué dans un récit d’aventures, lorsque des hobbits contaient des histoires entendues par-delà les frontières de la Comté, elles étaient toujours magnifiques, grandioses, incroyables et aussi improbables.

« Une aventure requérant une personne de courage et de confiance, en effet. »

Une personne de courage et de confiance. Bilbo réunissait au moins l’une de ces deux qualités, il en était certain, mais ce n’était probablement pas la plus importante… Et puis, Gandalf devait sûrement rechercher quelqu’un de grand et vaillant. Pas un hobbit. Les hobbits étaient connus pour aimer leur confort, rester chez eux, et ne jamais quitter la Comté. Les Took faisaient peut-être exception à l’image, mais cette pensée ne traversa malheureusement pas l’esprit en ébullition de Bilbo, lequel cherchait encore qui Gandalf avait donc déjà désigné pour cette aventure, car il était persuadé que son choix était déjà fait.

« Êtes-vous un hobbit de confiance mon bon Bilbo ? »

La soudaine question du magicien tira Bilbo de sa réflexion et le hobbit releva la tête pour ancrer ses yeux dans ceux de Gandalf, la bouche entrouverte.

- Euh, oui, je crois… C’est ce qui se dit dans la Comté. Je n’ai jamais trahi un secret, si c’est ce que vous sous-entendez.

Craignant que la conversation ne se termine-là et que le magicien ne s’en aille sans lui apporter satisfaction, Bilbo décida tout de même de se lancer. Après tout, qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas ?

- Mais qui avez-vous choisi pour ce genre d’aventures, Gandalf ? J’ai le sentiment que votre choix est déjà fait, je me trompe ?

Et quelque chose lui disait que la réponse ne lui plairait pas du tout. Si tant est que le vieux magicien veuille bien la lui donner.
Revenir en haut Aller en bas

PNJ
avatar
♦ PSEUDOs : le Royaume
♦ MESSAGES : 417
♦ RÉPUTATION : 198
♦ DC & co : PNJ
♦ DISPONIBILITÉ RP : ✓ Disponible


MessageSujet: Re: Bonjour [ft Bilbo]   Mar 31 Mar 2015 - 18:06



A la recherche d'un maître cambrioleur


Bonjour.


Si ne pas trahir des secrets était suffisant pour faire de vous une personne courageuse et de confiance, la terre du milieu n’aurait pas connu tous les événements l’ayant traversée au cours des âges. La naïveté dont Bilbo faisait preuve arracha un faux sourire au Magicien qui devait se satisfaire de sa réponse. Car le hobbit semblait réellement intrigué par cette aventure dont parlait Gandalf, en revanche il ne s’était pas du tout reconnu dans ces sous-entendus. Soit il le faisait exprès, soit il ignorait totalement ce talent pour l’aventure dont il avait hérité par ses ancêtres. Gandalf  se figea un instant, analysant les expressions sur hobbit dans les moindres détails, comme s’il cherchait là une chute en sa faveur. A vrai dire, il aurait largement préféré que ce soit une blague et qu’il prétendait ne pas comprendre ce qui était pourtant suffisamment clair. Le mage fut alors pris de court, et se racla la gorge, gêné. Son regard anthracite se perdit à nouveau sur les collines et le paysage qu’on lui offrait depuis ce petit banc. Il aurait pu penser à cette éventualité avant de se lancer à sa rencontre, qu’il ne soit pas le genre de hobbit qu’il aurait manifestement dû être ; Ses arguments auraient alors été plus convaincants et surtout plus clairs. Tirant à nouveau sur sa pipe, le magicien  se remémorait les derniers souvenirs qu’il avait de Bilbo lorsqu’il était enfant. Il se souvenait ainsi d’un jeune hobbit qui n’avait pas peur de se salir, rentrant qu’à la nuit tombée et qui courrait les bois à la recherche des elfes – tout ça pour le plus grand malheur de Belladonna qui passait son temps à lui courir après pour lui éviter les malheurs.  Cette audace semblait l’avoir quitté en grandissant et Gandalf s’en voyait bien déçu. Il avait même pensé que Bilbo se proposerait du voyage sans attendre que le Mage n’ait mentionné son nom, avec entrain et ce même regard pétillant qu’avait autrefois ce bon vieux Took. Que penserait-il s’il voyait son petit Bilbo consterné par une telle conversation et qui restait aveugle aux évidences. Les énigmes de Gandalf avaient la réputation de ne pas être très claires, mais pour le coup, on ne pouvait être on ne peut plus explicite sur le fond de ses pensées.

Néanmoins Gandalf avait la nette impression que ce cher Bilbo avait toutes les capacités enfouies en lui pour le surprendre. Le cœur du Mage ne perdait jamais tout espoir. D’ores et déjà en effet, le hobbit semblait avoir bien assez de caractère pour faire face à celui des nains, bien qu’il ne fusse pas accoutumé à leur style de vie. Il semblait également distiller quelques ébauches de détermination dans son regard, probablement sans que le principal concerné ne s’en rende compte. C’était de famille, il n’avait pu y échapper. Ce point là était important, et quoi qu’il en soit la tâche qu’il souhaitait confier à ce dernier de la compagnie devait être suffisamment doué de discrétion. Cela ne pouvait revenir qu’à un hobbit pour leur pas léger et leur facilité à passer inaperçu dans n’importe quelle situation et ceci jouait encore en la faveur de Bilbo lorsqu’il s’agissait de faire un choix sur ce fameux dernier membre de la compagnie.
Pour quelles raisons persister ? Gandalf n’aurait pu trouver les mots justes pour l’expliquer à ce moment là. En avoir le pressentiment était déjà suffisant comme signe et de part son expérience, Gandalf avait la conviction qu’il était parfois plus avantageux de suivre son instinct plutôt que de jouer sur la sûreté.

Peut être qu’après tout il fallait bousculer le destin et faire en sorte qu’il se souvienne qu’un hobbit d’une telle famille ne pouvait pas se contenter de rester assis là à fumer tranquillement sa pipe. Et pour cause il se priverait de belles histoires et ce serait un réel gâchis de terminer les histoires de la lignée Took sur un hobbit effrayé par des paillions de nuit. Le provoquer, oui, c’était très certainement de cette manière là qu’il arriverait à réveiller ce qu’il était venu chercher jusque là. Il trouverait ce courage en temps voulu. Les nains auraient aussi quelques arguments pour le convaincre, même s’ils ne seraient pas des plus délicats en la matière. Pour l’heure, il était inutile d’en dire plus car il n’en tirerait rien.

« Eh bien c’est décidé, ce sera très amusant pour moi et très bon pour vous ! » Annonça t-il en étouffant un rire.

Divertissant oui ; Le Mage gris pourrait alors observer ce changement en lui, et s’imaginait déjà l’écouter dire qu’il avait bien eu raison de le choisir. Sur ces mots, le magicien s’aida de son bâton afin de se relever et fit quelques pas avant de se retourner vers le hobbit, qui ne semblait peut être pas réaliser tout ce que cela signifiait. Il lui accorda un regard enjoué, qui s’était voulu rassurant en un sens…

« Je reviendrais demain, nous pourrons en parler autour d'un thé! »

Sur ces mots, le magicien s’enferma dans ses pensées concernant tout ce qu’il lui restait à faire avant que les nains n'arrivent à la Comtée; voilà deux mois qu'il lui avait signifié le départ pour Erebor depuis Cul-de-sac afin de récupérer leur cambrioleur. Gandalf emboîta le pas, le léger vent s’engouffrant dans sa longue robe de Magicien. Il n'était pas satisfait de cette rencontre mais les choses seraient très certainement sur le point de changer...

Il ne fit que quelques pas, interrompant sa marche en oubliant d’avoir tracé une rune sur la porte de Bilbo qui indiquerait aux nains que le point de rassemblement se ferait ici. Gandalf détourna précipitamment les talons afin de retrouver ce petit portail ouvert et le banc vide. Un vif coup d’œil aux alentours, Gandalf ne vit pas la silhouette du hobbit. Tant pis, de toute manière, il ne comptait pas lui demander la permission ; Il traça sur le bois de la porte, à l’aide de son bâton, une rune qui serait connue et bien assez reconnaissable des nains. Il s’y appliqua, quitte à prendre son temps afin qu’elle soit suffisament esthétique. Car la porte semblait avoir été repeinte récemment et cela aurait été dommage de l’enlaidir avec quelque chose de trop brouillon.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Bonjour [ft Bilbo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bonjour [ft Bilbo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonjour [ft Bilbo]
» Adieu Haiti, Bonjour Dominicanie
» bonjour [pv Petit Matin]
» Bonjour de Thibaut
» bonjour de la lituanie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: partie rp du forum :: Eriador :: Comtée-
Sauter vers:  
hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains hobbit nains hobbit nains hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.