AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Terre du Milieu, Ô toi noble voyageur ! N'hésite pas à consulter les PVs ou à te balader
pour lire tranquillement nos RPs & co. À ta guise !
Notez que nous avons besoin de Nains et surtout ceux de la compagnie !
Saruman : Cherche vieillards un peu séniles en robes colorées pour peupler
sa maison de retraite en construction
Diema Hiima : Business woman cherche bouffon du roi disponible 24H/24 - 7J/7
pour se distraire à toute heure. Salaire conséquent,
suivi psychologique pris en charge et possibilité de primes en nature.
Fraìa : Cherche objets magiques, pour contrôler le temps et/ou veiller sur mes proches.
Thorin : Cherche naine pour se perdre dans sa chevelure durant un siècle a venir.
Kìli: Cherches conseils utiles pour dragon réveillé naine troublée.
Meruva : Cherche complice pour rencontre fortuite.
Loìn : Cherche bébé dragon pour brûler les fesses d'un méchant nain.
Smaug est le bienvenue aussi, si il nous rend Erebor !
Dwalin: Cherche désespéramment le numéro spécial du calendrier des Déesses de la forge.
Récompense en pièces dorées.
Endriad : Petite Lossoth cherche branche de sapin de qualité
pour donner la fessée aux enfants (entre autres...) pas sages.
Brogar : Déclare officiellement que toutes les brioches lui appartiennent
et que les opposants à cela seront mordus
Hadrian : Besoin d'un coup de pouce du destin
pour se débarrasser d'une épouse envahissante.
pintes en récompense
Alayna : Cherche homme disponible et affectueux
pour lui masser les pieds et élever ses bébés
petites gâteries sucrées en récompense.
Les Histoires du soir pour jeunes nains bavards.

Partagez | 
 

 Les Histoires du soir pour jeunes nains bavards.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

DURIN'S HEIR ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 1227
♦ RÉPUTATION : 2048
♦ AVATAR : Richard Armitage
♦ DC & co : Destan
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Un Nain bien évidemment, le peuple le plus fier et brave que la Terre du Milieu ait porté.
— ORIGINAIRE DE : La Montagne Solitaire, Royaume des Héritiers de Dùrin avant que la Limace ne s'en empare.
— ÂGE DU PERSO : 195 longues années depuis sa naissance dans les Halls de la Montagne Solitaire.
— RANG SOCIAL : Seigneur Nain et donc riche. Du moins lorsqu'il deviendra le Roi sous la Montagne.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Forgeron il fût un temps lors des années d'errance.
— ARMES DU PERSO : Hache, Arc, Epée et sa condescendance pour ceux qui ne méritent que son plus profond mépris.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Les nains, son peuple et plus particulièrement la Lignée de Dùrin dont il est l'Héritier.
— VOYAGE AVEC : Kili, son neveu, dans les plaines de l'Eriador à la recherche de la Sépulture de celui qui fût son père avant de disparaître.
— AMOUREUSEMENT : Le Seigneur Nain n'a nulle épouse, cela a faillis mais il a été éconduis, il ne s'en plaint néanmoins pas. Il est à l'image des murs qu'il habite, silencieux et froid, seul et grave.

MessageSujet: Les Histoires du soir pour jeunes nains bavards.   Dim 23 Nov 2014 - 22:39



Un voyage dans les abîmes



Ainsi commence l'histoire d'un nain nommé Asgrim, qui voyagea jusqu'aux plus profondes cavernes et qui en revint...
Il avait creusé avec ses frères des mines où brillaient le Mithril, l'argent s'en écoulait comme des fontaines et les lanternes filaient dans le néant.
Un jour, il décida de descendre, plus bas encore, là où nul nain n'avait jamais été, il était fort curieux et courageux, il en sortirait victorieux.
Il descendit alors au plus noir de la nuit, il descendit encore, tout en bas sans faire de bruit.
Tout au fond de ces cavernes vivait une créature, un être contre nature, qui se nourrissait de la peur et dont le rougeoiement des yeux annonçait grand malheur.
 Mais Asgrim n'était pas terrifié, un nain ne jamais l'était .
Il avait avec lui une hache dorée et de sa lanterne, éclairé, il continua de progresser dans les mines, là où seul les ombres dominent.
C'est là qu'il rencontra la bête, mais ce n'est pas là que l'histoire s'arrête.

Le monstre s'éveilla, hurla, se jeta sur lui pour le dévorer mais Asgrim le fit reculer. La créature de l'Ancien monde avait ceint sur son front une pierre ronde et le nain venait d'y prêter attention.
Le monstre essaya de nouveau de l'attaquer mais le nain le fit un fois de plus s'écarter, balayant les ténèbres devant lui de sa hache dorée.
Mais la créature ne comptait pas se laisser faire, alors elle essaya de déchaîner sur Asgrim des flammes meurtrières, mais d'un coup acéré, la tête du Balrog fût cognée.
Sa couronne vola en éclat, la pierre roula en contrebas, le choc l'aveugla et la bête, Asgrim l'envoya au trépas.
Alors le nain ramassa la couronne, il l'offrirait à son retour à son roi, le corps du Balrog laissé là, il continua son chemin, en avant, vers son destin.
Il descendit encore plus bas dans les cavernes, il y trouva des lacs bleutés, il y trouva des cristaux sculptés.
Il voyagea, marcha durant de longs jours, de longues nuit, le temps avait semblé s'arrêter, mais le nain continuait d'avancer.
La pierre glissée dans sa besace, il se faufilait au milieu des roches sans laisser de traces. Il était descendu si bas, qu'il finit par remonter, suivant les raies d'une lumière fragile, avançant de son pas agile.
Il gravit des marches qu'on eût dite faîtes pour des géants, jamais il n'avait cru que le gouffre serait si grand.
Il monta encore, serrant contre lui son trésor, gardant dans sa main sa hache d'or.
La lumière se fit plus forte au fur et à mesure qu'il arrivait à la fin de cette grotte
.L'aurore se levait au dehors, les montagnes se paraient d'or mais Asgrim n'était arrivé encore. 
Il marcha encore longuement, dépassa les Fontaines d'Argent.
Le soleil amorçait sa course dans le ciel et le Asgrim avança de plus bel.
Les remparts de son royaume se dessinèrent, des trompes sonnèrent, des nains arrivèrent. Asgrim était revenu, ils l'avaient cru perdu !
Il demanda a voir son roi, car de son voyage, le présent qu'il ramena était pour ce grand nain là.
On le conduisit au trône, on le laissa atteindre le régent de son royaume. Il arriva à lui, un genou à terre il mit et son présent sortis.
Il éleva au dessus de sa tête ce qu'il avait pris à la bête, il présenta une pierre inconnue que nul nain avait vu. Une pierre aux reflets iridescents qui semblaient taillée dans les étoiles qui brillaient au firmament, une pierre qui de lumière inondait le roi sur son trône, une pierre que l'on nomma Arkenstone.

Alors le nain aventureux se releva, il couronna son propre Roi. de sa quête il était revenu auréolé de victoire, il avait ramené avec lui l'espoir.
Il déposa ainsi l'Arkenstone sur la chevelure de celui qui dirigeait son Royaume.
Alors le souverain se leva, sur l'épaule du nain son main déposa et il parla.

« Asgrim mon fils, toi qu'on avait cru disparu dans de sombres abysses... Voilà que tu m'est rendu, voilà que tu as survécu. ».

Et le nain à la hache dorée, serra le bras de son père avec gaieté. La pierre serait symbole d'unité et de bonheur désormais retrouvé . 
La quête de son fils avait remplis son cœur de ruine, avait planté dans son cœur une épine, alors qu'il le croyait mort, l'espoir revint avec l'aurore.
Et dans ses bras, Dùrin serra son fils Asgrim.




made by LUMOS MAXIMA

_________________


Dernière édition par Thorin Oakenshield le Lun 24 Nov 2014 - 22:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t43-thorin-oakenshiel http://lonelymountain.forumactif.org/t48-we-all-burn-together-thorin-oakenshield http://lonelymountain.forumactif.org/t97-while-hammer-fell-like-ringing-bells-thorin

DURIN'S HEIR ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 1227
♦ RÉPUTATION : 2048
♦ AVATAR : Richard Armitage
♦ DC & co : Destan
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Un Nain bien évidemment, le peuple le plus fier et brave que la Terre du Milieu ait porté.
— ORIGINAIRE DE : La Montagne Solitaire, Royaume des Héritiers de Dùrin avant que la Limace ne s'en empare.
— ÂGE DU PERSO : 195 longues années depuis sa naissance dans les Halls de la Montagne Solitaire.
— RANG SOCIAL : Seigneur Nain et donc riche. Du moins lorsqu'il deviendra le Roi sous la Montagne.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Forgeron il fût un temps lors des années d'errance.
— ARMES DU PERSO : Hache, Arc, Epée et sa condescendance pour ceux qui ne méritent que son plus profond mépris.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Les nains, son peuple et plus particulièrement la Lignée de Dùrin dont il est l'Héritier.
— VOYAGE AVEC : Kili, son neveu, dans les plaines de l'Eriador à la recherche de la Sépulture de celui qui fût son père avant de disparaître.
— AMOUREUSEMENT : Le Seigneur Nain n'a nulle épouse, cela a faillis mais il a été éconduis, il ne s'en plaint néanmoins pas. Il est à l'image des murs qu'il habite, silencieux et froid, seul et grave.

MessageSujet: Re: Les Histoires du soir pour jeunes nains bavards.   Lun 24 Nov 2014 - 22:02



Un cor dans la brume


La Montagne Solitaire, s'élevait bien haute dans les airs. Ses cimes enneigées des rayons du soleil étaient de nouveau colorées
On entendait des nains chanter sur les flancs de la montagne, des chansons qui donnait du courage, des chansons avec lesquelles ils mettaient du cœur à l'ouvrage. Leur hache s'enfonçait dans le bois des arbres aux troncs offerts, la sève se mêlaient à la neige au milieu des clairières..
D'autres marchaient sur les remparts, ils veillaient sur les landes pour en éloigner les cauchemars
D'autres encore allaient cueillir l'or, à coup de pioche dans la roche, pour en faire des diadèmes, qu'ils offriraient à leurs reines .
Tous vivaient là avec joie, avec leur familles, leurs frères, leurs sœurs, leurs fils et leurs filles.Il arrivait malheureusement parfois, que tout les cœurs ne soient pas emplis de temps de bonheur, il arrivait cela parfois et même aux fils des rois.


Parmi eux, il existait un nain dont le cœur était creux, un nain pour qui le cœur de nulle naine ne résonnait, un nain que nulle naine n'aimait.
On le trouvait, bizarre, étrange, personne n'était là pour chanter ses louanges. Il n'était pas un nain courageux, certains disaient même qu'il n'était pas l'un d'entre eux. On se moquait, on se raillait, on se gaussait de lui tant et si bien qu'un jour il partis. Pourquoi serait-il resté dans sa patrie alors que cette dernière ne voulait pas de lui ?
Alors lorsque les étoiles se levèrent, il s'enfuit sans un regard en arrière. Il marcha aussi loin qu'il le pu, il marcha jusqu'à ce que sa Montagne ne soit plus en vue.
Il ne voulait plus jamais revenir, il ne voulait plus jamais entendre de rires. Il ne savait se battre, il ne savait forger, il n'avait pas assez de force pour creuser, il n'avait assez de bras afin que les arbres il puisse aller couper. Sans doute ceux qui le rejetaient de sa maison avait-il raison ?

Il continua de marcher ainsi, sans bruit au beau milieu de la nuit. Il ne savait où il allait, mais peu lui importait. Alors qu'éclairé par l'astre qu'était la lune, il entendit un cor sonner au beau milieu de la Brume. Le vent qui en portait les notes, les faisait mugir, rugir, comme des échos au milieu des grottes.
Le jeune nain laissa l'appel le guider, il marcha vers son origine aussi longtemps que ses pieds purent le porter, mais au fur et à mesure qu'il croyait s'en approcher, le sonneur du cor s'éloignait sans qu'il ne puisse le retrouver. Il marcha durant toute la nuit, tant et si bien qu'au beau matin, sous le couvert d'un arbre on le trouva endormis. Sans doute avait-il rêvé ? Nul n'avait appelé ? Mais lorsqu'il ouvrit les yeux, de nouveau la sonnerie de la corne s'éleva jusqu'au cieux.

Alors il se mit de nouveau à chercher, dans l'espoir de le trouver. Il y passerait ses jours et ses nuits, mais car il savait que cela n'était pas un vilain tour de son esprit.
Il finit par arriver à un cirque de pierre, au beau milieu y coulait une rivière. Au fur et à mesure qu'il s'approchait de l'eau, le cor sonnait de plus beau.
Il chercha, fouilla dans les alentours, croyant à un vilain calembour. Mais la trace d'un farceur ne vint jamais arrêter son malheur. Le corne continuait de sonner, comme si rien ni personne n'avait pu l'arrêter.
Il marcha sur les rives, atteint un rocher où se  battaient deux grives dans le plumage était couvert de givre.

La trompe hurlait, comme un appel au secours pour que quelqu'un accourt. Il suivit le cris, jusque là où la rivière avait son nid. Une cascade glacée, haute de mille pied, tenait en son sein enfermé une silhouette bleutée. Elle semblait souffler dans le cor et ce dernier résonnait si haut et fort, que le jeune nain n'avait cessé de l'entendre depuis l'aurore.

Il s'approcha encore, a pas feutré comme s'il avait craint que ne se taise le cor. Et c'est ce qu'il fit, le son de la trompe se ternis. Au milieu de la glace la silhouette enfermée pleurait de  joie qu'on vienne la libérer.Ses grands yeux couleurs saphirs, de larmes ne cessaient de s'emplir.

Le cœur du jeune nain se serra, il ne pouvait la laisser là. Pour la première fois de sa vie, il laissa œuvrer son génie. Il n'était pas bien fort, il n'était pas bien grand mais de cette gangue de glace déjà gouttant il sortirait la silhouette à la chevelure d'or.

Il martela contre la glace de ses poings, il frappa jusqu'au lendemain sous le regard embué de cette silhouette qu'il allait désormais sauver. Les coups qu'il donnait juraient que jamais il n'abandonnerait, des fissures firent leur apparition, la glace tenait bon, mais il frappa encore jusqu'à ce que la nuit laissa éclore l'aurore.
Et enfin de la prison il libéra, la silhouette qui de son cor sonna tant de fois. Se chevelure couleur des blés, cascadait, éparse et tressée. Dans ce trou elle était tombé et elle n'avait réussi a remonter, durant des jours et des nuits elle avait appelé pour qu'on vienne la libérer. Mais nul n'était venue, elle s'était cru à jamais perdue. Mais le jeune nain qui ne savait n’avait cessé d'entendre son refrain sans cesser de chercher jusqu'au matin la pris par la main. Dans ses bras il la rassura, dans ses bras il la serra et avec elle dans sa demeure il retourna.

Lors qu'il arriva aux portes de la Montagne Solitaire, certain vinrent l'accueillir de manière froide et austère, mais lorsque l'on annonça que la fille du Roi c'est lui qui la sauva, nul nain ne se moqua. Certains en furent jaloux, certains avait rêvé de la blonde être l'époux mais du nain  nul ne se permit plus de rire, car c'est à lui seul que la belle avait offert son sourire.



made by LUMOS MAXIMA

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t43-thorin-oakenshiel http://lonelymountain.forumactif.org/t48-we-all-burn-together-thorin-oakenshield http://lonelymountain.forumactif.org/t97-while-hammer-fell-like-ringing-bells-thorin

DURIN'S HEIR ♦ NAIN
avatar
♦ PSEUDOs : Artichaud
♦ MESSAGES : 1227
♦ RÉPUTATION : 2048
♦ AVATAR : Richard Armitage
♦ DC & co : Destan
♦ DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible

— RACE DU PERSO : Un Nain bien évidemment, le peuple le plus fier et brave que la Terre du Milieu ait porté.
— ORIGINAIRE DE : La Montagne Solitaire, Royaume des Héritiers de Dùrin avant que la Limace ne s'en empare.
— ÂGE DU PERSO : 195 longues années depuis sa naissance dans les Halls de la Montagne Solitaire.
— RANG SOCIAL : Seigneur Nain et donc riche. Du moins lorsqu'il deviendra le Roi sous la Montagne.
— MÉTIER PRATIQUÉ : Forgeron il fût un temps lors des années d'errance.
— ARMES DU PERSO : Hache, Arc, Epée et sa condescendance pour ceux qui ne méritent que son plus profond mépris.
— ALLÉGEANCE〣GROUPE : Les nains, son peuple et plus particulièrement la Lignée de Dùrin dont il est l'Héritier.
— VOYAGE AVEC : Kili, son neveu, dans les plaines de l'Eriador à la recherche de la Sépulture de celui qui fût son père avant de disparaître.
— AMOUREUSEMENT : Le Seigneur Nain n'a nulle épouse, cela a faillis mais il a été éconduis, il ne s'en plaint néanmoins pas. Il est à l'image des murs qu'il habite, silencieux et froid, seul et grave.

MessageSujet: Re: Les Histoires du soir pour jeunes nains bavards.   Mer 26 Nov 2014 - 23:29



Les derniers géants


« Les cieux volaient en éclats. Le ciel de zébrures saisissantes vibra, l'orage tonnait, grondait, cognait, hurlait. Des rochers de plusieurs tonnes, dévalaient, énormes, les flancs des monts. Les nuages s'étaient amassés sur tout l'horizon.
Des cohortes de nains avançaient sous la pluie, une chanson de guerre, du poing sur leur bouclier, battant, en ce sombre jour, ils allaient faire la guerre aux géants.

Leurs armures étaient faîtes de Mithril flamboyant, leurs haches, leurs épées étaient aussi éclatantes que l'argent, leur heaume dissimulaient leurs barbes et leur chevelures . Certains venaient à pied, d'autres chevauchaient des montures.
Leur bras puissants supportaient des boucliers, leurs voix criait courroucée le départ imminent de ces créatures qui encerclaient leur murs.

Jamais le peuple nains n’avaient amassé autant de guerrier, jamais les créations de Mahal n'avait été menacée. Les Géants meurtrissaient leur citadelle avec leurs larges poings, ils faisant s'ébranler leurs montagnes juqu'au plus sombre recoin. Mais les nains ne se laisseraient pas faire, les créatures de pierre ne passeraient pas l'hiver.

Ils continuaient d'avancer avec vigueur, le ciel lui même était en pleurs. Une pluie glacée s’infiltrait jusque  dans leur os mais les battements de leurs cœurs continuaient de monter crescendo.

Ils montèrent sur les hauteurs de leurs Monts afin de laver ces affronts. Ils feraient face aux géants jusqu'à ce que l'aube se lève et alors seulement ils accepteraient une trêve. Mais les monstres de pierre seraient partis, ils ne survivraient pas à la nuit.

Les nains étaient des soldats mineurs, des tailleurs, des forgerons, des orfèvres et en ce jour noir il partageaient la même fièvre. Ils défendraient leur pays, il défendraient leur patrie. Jusqu'à ce que le courage les aient quitté, jusqu'à ce que leur bras ne puissent plus lever leur bouclier, jusqu'à ce le soleil ce soit levé.

Il n'y avait nulle reddition possible, la fureur des nains étaient audibles. Arriver devant les colosses de pierres, les guerriers sortirent le fer. L'aube serait rouge sang et éclairerait cette chaussée des Géants. Combien étaient les créatures qui se dressaient ainsi devant eux ? Une dizaine ? Cela sonnait si peu. Mais alors que les nains soufflaient dans leurs cors puissants, les géants se jetèrent vers eux en mugissant.

La roche s'écrasa, s'ébranla, brisa et fit céder des boucliers sous son poids. Mais les nains étaient de diamant, ils résistèrent aux premiers assauts des géants. De leurs pioches, de leur épées, les premières créatures ils commencèrent a percer.

Les coups pleuvaient et le ciel toujours se lamentait, des nains furent balayer, un géant  fût éborgné. Le combat faisait rage sous les stigmates de l'orage, mais les nains ne faiblissaient pas, d'ardeur chacun redoubla.

Ils se battaient pour protéger leurs demeures, leurs maison et leurs cœurs battaient ainsi à l'unisson. Il en serait ainsi jusqu'au lendemain, car par leur bravoure, leur courage et leur rage , les nains ne faisait qu'un.

Un deuxième géants sombra, déjà deux bientôt trois. Les nains coupaient a vif dans la pierre tandis que les colosse tentaient d'écraser la chair.

Ils avaient beau être grand, leurs mouvement était si lents que les nains, habiles, arrivaient a repousser l'impossible. La pierre s'était crue invincible, les coups que les nains porteraient sur eux invisibles. Cette prétention était devenue risible alors que les géants s'écroulaient uns à un comme de simples nuisibles.

Ils se rassemblèrent, la terre trembla et de nouveau vers les nains la roche se rua. On entendit des cris se perdre au milieu du tonnerre, les nains de nouveaux sur leur boucliers frappèrent, leur poitrine et leur gorge un cri unique modulèrent avant de jeter dans le but d'achever cette guerre. Les géants paieraient le prix du fer.

Mal grès leur force et leur coups féroces, les combattants fatiguaient, les lames s'émoussaient, le courage déclinait. Le silence et la mort attendaient patiemment, que les nains paient le prix du sang. Mais ils tenaient bons, jamais ils ne se laisseraient faire de cette façon, cela était une aberration.  On  sonna par trois fois l'union contre cette agression et  ils causèrent une diversion.


Ils frappaient avec fracas sur leur bouclier pour, les actions d'un groupe de nains, cacher. Ils avançaient, trempés, des ballots de bois couverts sur leur dos , flanqués. Ils se dispersèrent, certains, les géants, en silence, ils encerclèrent. On pria pour que leur plan puisse fonctionner, on pria pour que pour les géants nul jour ne puisse se lever.

Les géants étaient aveugles à cette ruse et de leur vie il paierait cette présence intruse. Les Montagnes étaient aux nains, il ne resterait des colosses seulement du sable et des grains.
Ceux  des création d'Aulë qui s'étaient éloignés. un grand feu venaient d'allumer, il éclairait le théâtre de bataille, formait un étau autour des géants, une tenaille.

Les colosses ne savaient plus où regarder, leurs jambes te leurs pieds par les nains étaient tailladés. Certains tombèrent dans les flammes, une vapeur leur brouilla la vue, infâme, alors que la pluie qui sur eux avaient longtemps ruisselée semblait s'évaporer.  La brume épaississait, l’ingéniosité des nains œuvraient.

Des nains se jetèrent, avec de larges chaînes, les créatures tombées ils harnachèrent et de leurs pioches  les géants ils démantelèrent.
On entendit la pierre rugir, on les entendit dans le vent gémir. On  broya le granite et le grès, on fit taire le minerai.

Les derniers géants debout essayèrent de fuir, mais la force des nains les fit ralentir, dans les profonds ravins ils finirent par s’étourdir. Les chaînes se tordirent, les géants frémirent.

Les nains firent sauter de leur hache et leurs coups placés un barrage en amont de ces gorges traîtresses, on noyait la pierre qui hurlait sa détresse. Le minéral enfla, la roche se fissura, a l'unisson de nouveau le peuple nain hurla, de l'eau la pierre s'imbiba, de puissance chaque coup redoubla, le cœur du plus grand des géants éclata.

Alors enfin le jour daigna se lever, l'Aube la chaussée des Géant vint éclairer. Les colosses avaient un par un sombré, leurs présence s'était envolée. Les nains avaient gagné.

Il leur fallait maintenant pleurer leur morts dont les visages éclairés par les rayons du soleil se paraient d'or. On pleura ceux qui n'étaient plus, on pleura ceux qu'on avait perdu, on pleura ces frères que l'on ne reverrait plus et qui dans les Halls de Dùrin s'étaient rendus, et par leur sacrifice    offert aux sons des fracas de leurs écus, jamais aucun géants ne reparu. »



made by LUMOS MAXIMA

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofthehobbityaoi.forumactif.org/t43-thorin-oakenshiel http://lonelymountain.forumactif.org/t48-we-all-burn-together-thorin-oakenshield http://lonelymountain.forumactif.org/t97-while-hammer-fell-like-ringing-bells-thorin
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les Histoires du soir pour jeunes nains bavards.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Histoires du soir pour jeunes nains bavards.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et quand vient le soir, pour qu'un ciel flamboie, le Rouge et le Noir ne s'épousent-ils pas ? [Libre]
» L'Etoile Du Soir
» Une mission pour un Regalia
» QUI QUI VA AU K'FÉE DEMAIN SOIR POUR LA TEUF DE LA ZIC ?
» vendredi 23/09 2 jeunes filles...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ Lonely Mountain :: accueil de nos hobbits :: Relationship&Cie :: Journaux Intimes-
Sauter vers:  
hobbit rpg erebor hobbit nains hobbit nains lotr sda hobbit nains lotr sda hobbit nains hobbit nains Af Jarni Og Is hobbit nains hobbit nains hobbit rpg hobbit rpg hobbit rpg
© Lonely Mountain 2016 ♦ Le forum appartient à l'intégralité de son Staff. Design et codage by Dwalin et Kili, bannière de LRG, avec des éléments de Dark Paradize et Neil. Sources de codes trouvées sur des plateformes d'aide de codage, notamment Never-Utopia. Remerciements à tous ceux qui ont soutenu le forum et à vous, nos membres, d'être chez nous et de faire perdurer l'aventure. Nous vous aimons très fort, bande de wargs mal lavés ! ▬ Le Staff.